The day after Roswell

(Le jour apr´┐Żs Roswell)

Colonel Philip Corso.

Qui est Philip Corso ?

Philip Corso ´┐Żtait un officier des renseignements dans l'arm´┐Że Am´┐Żricaine. Il a fait parti de l'´┐Żquipe du G´┐Żn´┐Żral Mac Arthur en Cor´┐Że. Plus tard, il a travaill´┐Ż comme Lieutenant Colonel au Bureau de S´┐Żcurit´┐Ż Nationale du Pr´┐Żsident Dwight. D. Eisenhower.

Pendant les 21 ans de sa carri´┐Żre militaire, Corso a ´┐Żt´┐Ż d´┐Żcor´┐Ż plus de 90 fois. Il est parti ´┐Ż la retraite en 1963 et s'est mit au service des S´┐Żnateurs James Eastland et Strom Thurmond comme membre d'une ´┐Żquipe sp´┐Żcialis´┐Że dans la s´┐Żcurit´┐Ż Nationale.

Depuis, il a travaill´┐Ż dans le secteur priv´┐Ż comme consultant. Il est apparu r´┐Żcemment dans une ´┐Żmission comme expert sur les vols de U2 au-dessus de la Russie pendant la Guerre Froide.

Mallet Thierry ´┐Ż 1997

Introduction

En 1960 et pendant deux ans, le Lieutenant Colonel Philip Corso a men´┐Ż une double vie. Il travaillait au Bureau des Technologies ´┐Żtrang´┐Żres au Pentagone, arm´┐Że des R&D ( Recherche et d´┐Żveloppement ). Son travail habituel constituait ´┐Ż enqu´┐Żter sur les technologies des autres pays, comme par exemple l´┐Żh´┐Żlicopt´┐Żre d´┐Żvelopp´┐Ż par l'arm´┐Że Fran´┐Żaise, et de les adapter ´┐Ż leurs propres technologies afin de pr´┐Żserver la vie des militaires sur le terrain.

Corso lisait des rapports techniques et rencontrait des ing´┐Żnieurs de l'arm´┐Że afin de budg´┐Żter les projets ´┐Ż venir. Il envoyait des rapports ´┐Ż son patron, le Lieutenant G´┐Żn´┐Żral Arthur Trudeau, chef de l'arm´┐Że des R&D. Celui-ci avait la responsabilit´┐Ż de 3000 personnes travaillants sur diff´┐Żrents projets plus ou moins avanc´┐Żs.

En surface, pour les hommes du Congr´┐Żs qui surveillaient comment l'argent ´┐Żtait d´┐Żpens´┐Że, tout cela n'´┐Żtait que routine.

Une partie du travail de Corso ´┐Żtait celle d'un officier des renseignements et de conseiller pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau. C'´┐Żtait un travail qu'il connaissait bien pour l'avoir pratiqu´┐Ż pendant la Guerre de Cor´┐Że. Au Pentagone, il travaillait sur les sujets les plus secrets, il avait acc´┐Żs ´┐Ż tous les documents classifi´┐Żs et en faisait par au G´┐Żn´┐Żral Trudeau.

Comme officier des renseignements, il savait que les plus grandes institutions Gouvernementales ´┐Żtaient infiltr´┐Żes par le KGB et que cette "police ´┐Żtrang´┐Żre" ´┐Żtait directement dirig´┐Że par le Kremlin.

Mais derri´┐Żre toutes ces taches, Corso eut la responsabilit´┐Ż du secret le plus gard´┐Ż : Les dossiers sur Roswell. C'est-´┐Ż-dire la r´┐Żcup´┐Żration de d´┐Żbris et des informations sur comment l'´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration du 509´┐Żme Groupe´┐Ż ´┐Ż Roswell, avait r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż l'´┐Żpave d'une soucoupe volante qui s'´┐Żtait ´┐Żcras´┐Że au Nouveau Mexique.

Le dossier Roswell ´┐Żtait l´┐Żh´┐Żritage de ce qui c'´┐Żtait pass´┐Ż dans les heures et les jours apr´┐Żs l'´┐Żcrasement et apr´┐Żs le cover-up mise en place par le Gouvernement.

Corso n'´┐Żtait pas ´┐Ż Roswell en 1947 et n'en avait m´┐Żme pas entendu parler ´┐Ż ce moment-l´┐Ż tellement c'´┐Żtait secret, m´┐Żme ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de l'arm´┐Że.

Les militaires ont pens´┐Żs, au d´┐Żbut, que l'appareil ´┐Żtait une arme secr´┐Żtes Sovi´┐Żtique parce qu'elle avait une certaine ressemblance avec la forme des ailes volantes Horton. Et si les Sovi´┐Żtiques avaient d´┐Żvelopp´┐Żs leur propre version de cet appareil ?

Les diff´┐Żrentes histoires sur Roswell varient dans les d´┐Żtails. Comme Corso n'´┐Żtait pas l´┐Ż-bas, il a entendu des versions parlants de campeurs, d'arch´┐Żologues ou du fermier Mac Brazel trouvant l'´┐Żpave.

Corso a lu diff´┐Żrents rapports militaires sur diff´┐Żrents crashs ´┐Ż diff´┐Żrents endroits ´┐Ż proximit´┐Ż de la zone militaire de Roswell, comme San-Augustin ou Corona et d'un site dans la ville m´┐Żme.

Tous ces rapports ´┐Żtaient classifi´┐Żs et donc Corso ne fit aucunes copies et ne conserva aucuns de ces rapports apr´┐Żs son d´┐Żpart de l'arm´┐Że.

Quelquefois, les dates du crash varient d'un rapport ´┐Ż l'autre, le 2, 3 ou 4 Juillet 1947.

En 1961, les informations top-secr´┐Żtes sur Roswell arriv´┐Żrent en possession de Corso ´┐Ż son bureau des R&D. Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau voulait que celui-ci incorpore la technologie de Roswell dans les d´┐Żveloppements d'armes en cours. Aujourd'hui, des choses comme les lasers, les circuits int´┐Żgr´┐Żs, la fibre optique, le faisceau ´┐Ż particules acc´┐Żl´┐Żr´┐Żes et le Kevlar dans les gilets "pare-balles" proviennent de cela.

Dans les heures confuses qui ont suivies la d´┐Żcouverte de l'appareil ´┐Ż Roswell, l'arm´┐Że d´┐Żtermina qu'en absence de toute autre information, l'objet devait ´┐Żtre extraterrestre. De fait, ce vaisseau et d'autres devaient surveiller les installations d´┐Żfensives Am´┐Żricaines. Ces ovnis avaient des intentions hostiles et pouvaient m´┐Żme avoir interf´┐Żrer dans le d´┐Żroulement de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale.

L'arm´┐Że estimait qu'´┐Ż cause de ces ´┐Żv´┐Żnements et ´┐Ż cause des mutilations de b´┐Żtails, ils pouvaient ´┐Żtre des ennemis potentiels. Dans le m´┐Żme temps, les USA entraient en Guerre Froide avec les Sovi´┐Żtiques et le KGB infiltrait leurs agences.

Les militaires se trouvaient confront´┐Żs ´┐Ż deux lignes de fronts, une guerre contre les communistes et une guerre contre les extraterrestres qui pouvaient ´┐Żtre un bien plus grand probl´┐Żme que les communistes. Alors, l'arm´┐Że a utilis´┐Ż la technologie des extraterrestres contre eux, en l'adaptant pour cr´┐Żer un syst´┐Żme de d´┐Żfense spatiale.

Croyez-le ou pas, voici l'histoire de ce qui c'est pass´┐Ż dans les jours qui ont suivis Roswell et comment un petit groupe d'officiers militaires des renseignements ont chang´┐Ż l'histoire de l'homme.

2 ´┐Ż Le d´┐Żsert de Roswell

Corso a entendu beaucoup de versions diff´┐Żrentes de l'accident de Roswell. Beaucoup d'entres elles racontaient ceci : Pendant toute la nuit du 1er Juillet, les radars du 509e Groupe de Roswell, pist´┐Żrent d'´┐Żtranges bips. Les radars ´┐Żtaient proches de White Sands, l´┐Ż o´┐Ż il y avait des essais de lancement de V2 Allemands ´┐Ż la fin de la Guerre et o´┐Ż il y avait aussi des essais nucl´┐Żaires ´┐Ż Alamogordo.

Ces bips apparaissaient ´┐Ż un coin de l'´┐Żcran et traversaient l'´┐Żcran ´┐Ż une vitesse incroyable pour dispara´┐Żtre ensuite dans un autre coin de l'´┐Żcran. Puis cela recommen´┐Żait. Aucuns appareils humains ne pouvaient se d´┐Żplacer aussi vite et changer de direction si rapidement. Ou c'´┐Żtait un appareil ou c'´┐Żtait une anomalie des radars due aux puissants ´┐Żclairs de l'orage. C'est pourquoi les op´┐Żrateurs radars recalibr´┐Żrent les appareils sans trouver de probl´┐Żmes particuliers. Les observations furent confirm´┐Żes par la base de White Sands.

Pendant toute la nuit et la nuit suivante, les services des renseignements de l'arm´┐Że rest´┐Żrent en alerte de haut niveau parce que quelque chose d'´┐Żtrange se passait ´┐Ż l'ext´┐Żrieur. Il fut pr´┐Żsum´┐Ż que ces appareils inconnus ´┐Żtaient hostiles et des services de renseignements furent envoy´┐Żs ´┐Ż Roswell, au 509e Groupe, l´┐Ż o´┐Ż l'activit´┐Ż semblait se concentrer.

Les observations radars continu´┐Żrent la nuit suivante. Pendant ce temps,´┐Ż Dan Wilmot, propri´┐Żtaire d'un magasin ´┐Ż Roswell, se tenait assis sur son perron, apr´┐Żs d´┐Żn´┐Ż, pour regarder les ´┐Żclairs au loin. Peu apr´┐Żs 22h00, les ´┐Żclairs devinrent plus intenses. Dan et sa femme regardaient le spectacle quand ils virent un objet ovale et lumineux passer au-dessus de leur maison et dispara´┐Żtre vers le Nord-Est. Cela passa aussi au dessus de Monsieur Steve Robinson alors qu'il conduisait son camion de lait sur la route au Nord de la ville. Robinson vit un objet ovale lumineux passer ´┐Ż tr´┐Żs grande vitesse. Les bips radars continu´┐Żrent ´┐Ż s'intensifier jusqu'´┐Ż ce que cela devienne une violation a´┐Żrienne continuelle. Maintenant, cela devenait plus s´┐Żrieux. Il ´┐Żtait ´┐Żvident aux Commandants de la base qu'ils ´┐Żtaient sous surveillance et qu'ils pouvaient pr´┐Żsumer que c'´┐Żtait hostile.

Les officiers de la base pensaient que cela pouvait ´┐Żtre des Russes espionnant la base nucl´┐Żaire et son site de lancement de missiles. Mais maintenant, le service de contre-espionnage le plus secret, qui op´┐Żrait en 1947, aussi bien dans le civil que dans l'arm´┐Że envoya du personnel ´┐Ż l'ext´┐Żrieur de Roswell. Le personnel du CIC arriva de Washington par avion, se changea avec des v´┐Żtements civils pour enqu´┐Żter sur les activit´┐Żs de l'ennemi dans le secteur. Ces personnes rejoignirent les officiers des renseignements de la base, comme Jesse Marcel ou Steve Arnold.

Dans l´┐Żapr´┐Żs-midi du 4 Juillet 1947, les op´┐Żrateurs radars not´┐Żrent que les objets sur les ´┐Żcrans semblaient changer de forme. Ils ´┐Żmettaient des impulsions. Ils semblaient devenir plus lumineux et ensuite moins lumineux alors que d'´┐Żnormes ´┐Żclairs explosaient dans le d´┐Żsert.

Steve Arnold qui se trouvait dans la tour de contr´┐Żle, vit un objet sur l'´┐Żcran dispara´┐Żtre quelques instants puis r´┐Żappara´┐Żtre et exploser dans une brillante fluorescence blanche et enfin dispara´┐Żtre.

L'´┐Żcran ´┐Żtait vide, les bips avaient disparus. Les contr´┐Żleurs et les officiers du CIC pens´┐Żrent tous la m´┐Żme chose : UN OBJET S'´┐ŻTAIT ´┐ŻCRAS´┐Ż. Alors que l'op´┐Żrateur radar donnait l'information au Colonel Blanchard, l'´┐Żquipe du CIC avait d´┐Żj´┐Ż mobilis´┐Ż une ´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration pour baliser et s´┐Żcuriser la zone de l'´┐Żcrasement .

Ils pensaient que c'´┐Żtait un appareil ennemi venu prendre des photos de la base. Ils voulaient tenir les civils ´┐Ż l'´┐Żcart au cas ou un fuite radioactive du syst´┐Żme de propulsion de l'appareil se produirait. En fait, personne ne connaissait le syst´┐Żme de propulsion de cet appareil.

Blanchard donna l'ordre ´┐Ż l'´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration d'aller sur les lieux le plus vite possible et d'emmener avec elle tout l'´┐Żquipement nocturne possible ainsi que des camions et une grue.

Si c'´┐Żtait un ´┐Żcrasement, il voulait ranger l'´┐Żpave dans un hangar avant que les civils mettent la main dessus et racontent tout aux journaux.

Mais les contr´┐Żleurs de la base n'´┐Żtaient pas les seuls ´┐Ż avoir vu un appareil s'´┐Żcraser dans le d´┐Żsert. Des fermiers, des familles en camping dans le d´┐Żsert et des habitants de la ville avaient vu un appareil exploser dans une grande lumi´┐Żre et tomber sur le sol vers Corona.

George Wilcox, le Sh´┐Żriff de la ville, commen´┐Ża ´┐Ż recevoir des appels, apr´┐Żs minuit, comme quoi un avion s'´┐Żtait ´┐Żcras´┐Ż dans le d´┐Żsert. Wilcox appela les pompiers de Roswell d´┐Żs qu'il eut une localisation approximative du lieu de l'accident.

Trouver le site de l'´┐Żcrasement ne fut pas bien long, un groupe de chasseurs de vestiges Indiens, campait dans le d´┐Żsert, au Nord de Roswell, et avait vu aussi la lumi´┐Żre pulsante et entendu un sifflement. Ces chasseurs avaient ressenti l'´┐Żtrange secousse au moment de l'´┐Żcrasement ´┐Ż peu de distance d'eux. Avant d'inspecter l'´┐Żtrange ´┐Żpave fumante, ils avaient appel´┐Ż le Sh´┐Żriff Wilcox et lui avaient donn´┐Ż la position de l'accident. Wilcox envoya les pompiers ´┐Ż un point situ´┐Ż ´┐Ż 60 Kms au Nord-Ouest de Roswell.

Vers 04h30 du matin, un convoi de pompiers accompagn´┐Ż par des policiers prit la route de Pine Lodge dans le d´┐Żsert.

Ils ne savaient pas qu'une ´┐Żquipe de militaires ´┐Żtait aussi sur la route. L'´┐Żquipe militaire arriva la premi´┐Żre. Un Lieutenant, dans la jeep de t´┐Żte, posta des sentinelles et des lampes temp´┐Żtes furent install´┐Żes autour de la zone.

L´┐Ż, Arnold eut sa premi´┐Żre vue de l'´┐Żpave. Ce n'´┐Żtait pas r´┐Żellement une ´┐Żpave, en tout cas pas celle d'un avion qu'il ne connaisse. Dans l'obscurit´┐Ż, le vaisseau de couleur fonc´┐Że, semblait intact et n'avait pas perdu de grandes pi´┐Żces. La zone ´┐Żtait pleine de petits d´┐Żbris mais le vaisseau lui-m´┐Żme ne semblait pas ab´┐Żm´┐Ż.

Les militaires install´┐Żrent des projecteurs reli´┐Żs ´┐Ż un g´┐Żn´┐Żrateur autour du site pour compl´┐Żter l'´┐Żclairage des lampes-temp´┐Żte. Sous cette lumi´┐Żre, Arnold put voir que l'objet avait une forme d'aile delta. Il ´┐Żtait en un seul morceau m´┐Żme si son nez ´┐Żtait profond´┐Żment enfonc´┐Ż dans le sol et que sa queue se tenait haute dans le ciel. Avec cette lumi´┐Żre, le terrain ressemblait ´┐Ż un terrain de football avant une partie (en) nocturne.

Pour Arnold, cela ressemblait plut´┐Żt ´┐Ż un atterrissage forc´┐Ż parce que l'appareil ´┐Żtait intact m´┐Żme s´┐Żil avait une fissure sur toute sa longueur et qu'il faisait un angle de 45´┐Ż avec le sol. Il ressemblait plus ´┐Ż une aile volante qu'´┐Ż une soucoupe volante. Il ´┐Żtait petit et avait deux ailerons de queue qui pointaient vers le haut et vers le bas.

Dans l'ombre, Arnold vit des cr´┐Żatures,´┐Ż de 1,2 m´┐Żtres de hauteur environ, ´┐Żtal´┐Żes sur le sol."Qui sont ces gens ?" entendit dire Arnold, alors que l'´┐Żquipe m´┐Żdicale approchait, avec des brancards, pr´┐Żs de la lac´┐Żration le long du vaisseau ´┐Ż travers laquelle les corps avaient ´┐Żt´┐Ż, apparemment, ´┐Żject´┐Żs.

Arnold regarda autour du p´┐Żrim´┐Żtre de lumi´┐Żre et vit une autre cr´┐Żature immobile et une autre appuy´┐Że contre un petit monticule de sable. Il y avait cinq cr´┐Żatures ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de l'ouverture dans l'appareil. Les techniciens constat´┐Żrent l'absence de radiations et les m´┐Żdecins coururent vers les corps avec leurs brancards.

Arnold regarda ´┐Ż travers la d´┐Żchirure du vaisseau et leva les yeux. De l´┐Żint´┐Żrieur, c'est comme s'il faisait jour ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur. Pour ´┐Żtre s´┐Żr, Arnold jeta un oeil ´┐Ż l'ext´┐Żrieur et il faisait trop sombre pour appeler cela l'aube, mais ´┐Ż travers l'appareil, Arnold pouvait voir de la lumi´┐Żre. Pas celle de l'aube ou celle des projecteurs, mais n´┐Żanmoins de la lumi´┐Żre. Il n'avait jamais vu cela auparavant et il se demandait si cela pouvait ´┐Żtre une arme que les Russes avaient d´┐Żvelopp´┐Żs.

Le site de l'´┐Żcrasement ´┐Żtait un v´┐Żritable chaos. Il y avait des techniciens avec des taches sp´┐Żcifiques, des m´┐Żdecins, des radios op´┐Żrateurs, des sentinelles, et d'autres. Tous ´┐Żtaient estomaqu´┐Żs. Ils n'avaient jamais vu rien de tel auparavant.

"H´┐Ż ! il y en a un de vivant ! " entendit Arnold, et il se tourna pour voir une des petites cr´┐Żatures se d´┐Żmener sur le sol. Avec le reste des m´┐Żdecins, il courut vers elle et la regarda fr´┐Żmir et pousser un cri qui r´┐Żsonnait non pas dans l'air mais dans son cerveau. Il n'entendit rien avec ses oreilles mais sentit comme une onde de folie alors que la cr´┐Żature se convulsait par terre en tournant la t´┐Żte d'un c´┐Żt´┐Ż ´┐Ż l'autre comme si elle ´┐Żtouffait.

C'est l´┐Ż qu'il entendit le cri d'une sentinelle, " H´┐Ż ! Toi !" et il se retourna vers le c´┐Żt´┐Ż oppos´┐Ż du site qui se trouvait dans l'obscurit´┐Ż." Halte ! " hurla la sentinelle ´┐Ż la petite cr´┐Żature qui essayait de grimper d´┐Żsesp´┐Żr´┐Żment au-dessus de la colline." Halte ! " hurla ´┐Ż nouveau la sentinelle tout en brandissant son arme M1. D'autres soldats coururent vers la colline alors que la cr´┐Żature glissait dans le sable et recommen´┐Żait ´┐Ż grimper.

" Non ! " . Un des officiers tira. Arnold ne put voir lequel avait tir´┐Ż mais il ´┐Żtait trop tard. Il y eu une salve de coup de feux provenant des soldats nerveux et la petite cr´┐Żature roula sur le sol, comme une poup´┐Że, sous l'impact des balles.

" Merde ! " cracha ´┐Ż nouveau l'officier, " Arnold, vous et vos hommes partez d'ici et allez stopper les civils qui s'approchent du p´┐Żrim´┐Żtre."

Il annon´┐Ża qu'un petit convoi de v´┐Żhicules approchait. Ensuite, il appela, au loin, " M´┐Żdecins ! ".

Les m´┐Żdecins charg´┐Żrent la cr´┐Żature sur une civi´┐Żre et Arnold installa du personnel du CIC pour bloquer l'entr´┐Że du site. Il entendit l'officier ordonner aux m´┐Żdecins de charger les corps sur des civi´┐Żres puis de les mettre ´┐Ż l´┐Żarri´┐Żre des camions GMC et de les emmener ´┐Ż la base imm´┐Żdiatement.

" Sergent ! ", dit-il,´┐Ż "je veux que vos hommes mettent tout ce qui peut ´┐Żtre ramass´┐Ż dans les camions et embarquez moi ce damn´┐Ż...quoi que ce soit.", il indiquait l'objet en forme d'aile Delta, "avec la grue et emmenez-le. Je veux cet endroit reluisant de propret´┐Ż. Rien ne c'est pass´┐Ż ici, vous comprenez ?". Et les soldats ont form´┐Ż une ligne pour ramasser tous les d´┐Żbris sur le site.

Une ´┐Żquipe de MP fut envoy´┐Że au devant du convoi de civils qui approchait du site. Ils fix´┐Żrent leurs ba´┐Żonnettes, charg´┐Żrent leurs M1 et les tendirent droit devant eux.

Dan Dwyer, un des pompiers du convoi, put voir un oasis de lumi´┐Żre dans l'obscurit´┐Ż. Son petit convoi roulait avec les gyrophares mais sans les sir´┐Żnes. On lui avait dit que c'´┐Żtait un avion crashs´┐Ż (´┐Żcras´┐Ż).

Alors qu'il approchait de la zone lumineuse, qui ressemblait plus ´┐Ż un parc d'attractions qu'´┐Ż un ´┐Żcrasement d'avion, il put voir les soldats en cercle autour de l'objet. En s'approchant encore, il put voir l'objet en forme d'aile Delta.

Trois ou quatre soldats chargeaient l'objet sur un camion et le fix´┐Ż avec des cha´┐Żnes et des c´┐Żbles.

Pour quelque chose qui ´┐Żtait tomb´┐Ż du ciel, c'´┐Żtait indemne. Puis les soldats recouvrirent l'objet avec une b´┐Żche et il fut totalement camoufl´┐Ż. Un Capitaine de l'arm´┐Że s'approcha et derri´┐Żre lui se tenait une ligne de soldats arm´┐Żs, ba´┐Żonnettes au canons, et avec des sigles MP sur leurs bras.

" Vos gars peuvent repartir " dit le Capitaine ´┐Ż un officier de police de Roswell, " Nous avons s´┐Żcuris´┐Ż la zone".

"Et les bless´┐Żs ?" demanda le policier." Pas de bless´┐Żs, nous avons tout sous contr´┐Żle. " r´┐Żpondit le Capitaine. Mais Dwyer put voir des petits corps sur les brancards charg´┐Żs dans les camions. Deux d'entre eux se trouvaient dans des sacs ´┐Ż cadavres, mais un ´┐Żtait attach´┐Ż ´┐Ż son brancard. L'officier de police vit cela aussi. Celui-la semblait vivant. "Et ´┐Ż propos d'eux ?" demanda-t'il.

" H´┐Ż ! chargez ces choses !" dit le Capitaine aux hommes en train de charger les brancards dans les camions. "Vous n'avez rien vu ce soir officier ! ".

Dwyer, qui connaissait le personnel de Roswell, reconnut Jesse Marcel. Il vit aussi les d´┐Żbris ´┐Ż l´┐Żarri´┐Żre des camions. Dwyer descendit de son camion et contourna la ligne de soldats dans la zone sombre. Il y avait tellement de confusion que Dwyer se doutait que personne ne ferait attention ´┐Ż lui pendant qu'il jetterait un oeil.

Il alla derri´┐Żre un camion et regarda directement dans les yeux de la cr´┐Żature attach´┐Że sur le brancard. Elle n'´┐Żtait pas plus grande qu'un enfant, pensa-t'il, mais ce n'´┐Żtait pas un enfant. Une t´┐Żte en forme de ballon et disproportionn´┐Że. Elle ne ressemblait pas ´┐Ż un humain bien qu'elle ait des caract´┐Żristiques humano´┐Żdes. Ses yeux ´┐Żtaient larges, noirs et inclin´┐Żs. Ses oreilles ´┐Żtaient juste des petites rainures sur les c´┐Żt´┐Żs de la t´┐Żte. Sa bouche et son nez ´┐Żtaient tr´┐Żs petits. La couleur de la cr´┐Żature ´┐Żtait marron-gris et elle ´┐Żtait compl´┐Żtement chauve.

Elle le regarda comme si elle ´┐Żtait un animal prit au pi´┐Żge qui demande de l'aide. Elle ne produisait aucun son mais Dwyer comprit qu'elle savait qu'elle ´┐Żtait en train de mourir.

Dwyer put voir les d´┐Żbris sur le sol qui provenaient de l'appareil. Il pouvait voir ces d´┐Żbris r´┐Żpandus dans le petit crat´┐Żre et dans l'obscurit´┐Ż derri´┐Żre les projecteurs. Des soldats marchaient ´┐Ż quatre pattes et ramassaient dans des sacs tout les d´┐Żbris. D'autres, devant eux, marchaient avec des d´┐Żtecteurs de m´┐Żtaux.

Il lui sembla qu'ils nettoyaient la zone. Dwyer ramassa un morceau m´┐Żtallique qui brillait dans le sable. Il le prit dans son poing et le roula en boule. Puis il le rel´┐Żcha et le morceau reprit sa forme originale, sans aucuns plis. Il mit ce morceau dans sa poche pour le ramener ´┐Ż la caserne afin de le montrer ´┐Ż sa fille.

Un sergent MP s'approcha de lui et lui dit," H´┐Ż vous ! que diable faite vous ici ?". "Je fais parti de la compagnie des pompiers" r´┐Żpondit-il le plus innocemment possible. "H´┐Ż bien vous mettez votre cul de civil dans votre camion et vous partez d'ici" ordonna-t'il "Avez-vous prit quelque chose ?". " Pas moi, Sergent" dit Dwyer.

Alors le sergent l'agrippa et l'emmena jusqu'au Major qui donnait des ordres ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż du g´┐Żn´┐Żrateur alimentant les projecteurs. Il reconnut Jesse Marcel, un habitant de Roswell.

"J'ai attrap´┐Ż ce pompier en train de fl´┐Żner autour des d´┐Żbris, Monsieur " dit le sergent.

Marcel reconnut Dwyer, bien qu'ils ne soient pas amis. Il lui jeta un regard tendu et lui dit "Vous devez partir d'ici et ne dire ´┐Ż personne ou vous ´┐Żtiez ni ce que vous avez vu". Dwyer hocha la t´┐Żte. Marcel se tourna vers le sergent et dit, "Sergent, conduisez le jusqu'´┐Ż son camion et faite le partir."

Dwyer remonta dans son camion et dit au chauffeur de revenir ´┐Ż la caserne."Vous avez l'ordre de quitter cet endroit" dit le sergent "tout de suite !".

Le camion transportant l'objet avait d´┐Żj´┐Ż travers´┐Ż la ville de Roswell endormie. L'observation d'un grand objet b´┐Żch´┐Ż derri´┐Żre un camion militaire n'avait rien d'inhabituel. Le soleil commen´┐Żait ´┐Ż se lever lorsque le camion franchit la porte de la base du 509´┐Żme groupe.

Roy Danzer, plombier, qui avait travaill´┐Ż toute la nuit sur la tuyauterie de la base, savait que quelque chose se passait ´┐Ż cause du convoi de camions dans l'obscurit´┐Ż. Il se trouvait ´┐Ż l'H´┐Żpital de la base pour fumer une cigarette et pour se faire soigner une coupure faite quelques jours plus t´┐Żt.

C'est pendant cette pause qu'il vit que l'agitation ´┐Ż la porte de la base s'´┐Żtait transform´┐Że en un tourbillon de soldats press´┐Żs et qu'un groupe de MP poussaient la foule afin de cr´┐Żer un passage. Ensuite cette foule alla directement vers l'H´┐Żpital, droit vers l'endroit o´┐Ż se tenait Roy. Personne ne lui dit de se pousser ou de partir. En fait, personne ne lui parla.

Roy en regardant les soldats passer, vit la cr´┐Żature attach´┐Że au brancard et port´┐Że par deux soldats. Ceux-ci entr´┐Żrent directement dans l'H´┐Żpital. Pendant leur passage, Roy regarda la cr´┐Żature, la cr´┐Żature regarda Roy et Roy sut en un instant que ce qu'il regardait n'´┐Żtait pas humain. C'´┐Żtait une cr´┐Żature venant d'ailleurs.

Le regard implorant sur le visage de cette cr´┐Żature et le sentiment de douleur et de souffrance que Roy vit et ressentit dans son cerveau, lui fit comprendre que c'´┐Żtait la fin pour elle. Elle ne parlait pas et bougeait ´┐Ż peine. Les deux porteurs jet´┐Żrent un regard mauvais ´┐Ż Roy´┐Ż en passant ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de lui.

"Mais qu'est ce que c'est que ´┐Ża ?" demanda-t'il ´┐Ż personne en particulier. Deux MP l´┐Żattrap´┐Żrent brutalement et l´┐Żemmen´┐Żrent jusqu'´┐Ż un officier, un Capitaine pensa-t'il, qui posa le doigt sur le visage de Roy et lui hurla dans les oreilles,´┐Ż "Qui ´┐Żtes-vous Monsieur ?". Sans attendre de r´┐Żponse, les deux autres officiers lui demand´┐Żrent avec qu'elle autorisation il se trouvait dans la base.

Ces gars ne blaguaient pas et Danzer pensa qu'il ne reverrait jamais sa famille. Il ´┐Żtait effray´┐Ż. Mais un Major s'approcha et brisa la tension." Je connais ce gars", dit-il, "Il travaille ici avec d'autres, il est OK".

"Monsieur" dit le Capitaine mais le Major le prit par le bras et Danzer put les voir discuter un peu plus loin et le regarder. Le visage cramoisie du Capitaine retrouva peu ´┐Ż peu sa couleur normale et les deux hommes retourn´┐Żrent ´┐Ż l'endroit o´┐Ż les deux MP plaquaient Danzer contre le mur.

"Vous n'avez rien vu, vous comprenez ?" dit le Capitaine ´┐Ż Danzer qui hocha la t´┐Żte, "Vous ne direz rien, ni ´┐Ż votre famille, ni ´┐Ż vos amis, vous comprenez ?". "Oui, Monsieur" dit Danzer. Il ´┐Żtait moins effray´┐Ż maintenant.

"Nous saurons quand vous parlerez, nous saurons ce que vous aurez dit et alors tout de vous dispara´┐Żtra, tout simplement".

"Capitaine !" le coupa le Major." Monsieur, ce gars n'a rien ´┐Ż faire l´┐Ż et s'il parle, je ne peux rien garantir." r´┐Żpliqua le capitaine.

"Donc, oubliez tout ce que vous avez vu" dit le Major directement ´┐Ż Danzel. "Oui, Monsieur" r´┐Żpondit-il.

Danzel ne jeta m´┐Żme pas un regard en arri´┐Żre pour voir l'´┐Żquipe de soldats transportant les sacs ´┐Ż cadavres entrer dans l'H´┐Żpital. Les cr´┐Żatures furent pr´┐Żpar´┐Żes pour une autopsie.

Bull Blanchard autorisa la r´┐Żdaction de la d´┐Żp´┐Żche sur "La soucoupe volante" qui fut envoy´┐Że par le service des relations publiques. Alors, le G´┐Żn´┐Żral Raley ordonna ´┐Ż Jesse Marcel de retourner l´┐Ż-bas et de retirer l'histoire de la soucoupe volante. Cette fois, Marcel eut l'ordre de dire qu'il avait fait une erreur et que les d´┐Żbris ´┐Żtaient ceux d'un ballon m´┐Żt´┐Żo.

Dans les jours et les semaines qui suivirent le crash et la r´┐Żcup´┐Żration, les services de renseignements militaires et le personnel du CIC all´┐Żrent dans la ville de Roswell et dans les communaut´┐Żs alentours pour supprimer toute l'information possible en utilisant la violence, l'intimidation physique et d´┐Żapr´┐Żs certaines rumeurs, une fois un homicide. Les officiels de l'arm´┐Że r´┐Żduisirent la communaut´┐Ż au silence.

Mac Brazel qui ´┐Żtait le propri´┐Żtaire de l'endroit o´┐Ż le crash avait eu lieu et un des premiers visiteurs du site fut menac´┐Ż et soudoy´┐Ż. Il devint tout ´┐Ż coup silencieux sur ce qu'il avait vu dans le d´┐Żsert. Les officiers du bureau du Sh´┐Żriff Wilcox furent forc´┐Żs d'admettre que cela ´┐Żtait du ressort de la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale et que cela ne pouvait pas ´┐Żtre discut´┐Ż.

"Ce n'est jamais arriv´┐Ż " d´┐Żcr´┐Żta l'arm´┐Że.

Quelques-uns des t´┐Żmoins d´┐Żclar´┐Żrent avoir eu des s´┐Żances d'intimidations par des officiers militaires de Roswell. Parmi eux, la fille de Dan Dwyer, se rappelle la visite d'un officier avec des lunettes noires, dans sa cuisine, et qui lui dit que si elle racontait quelque chose, elle et sa famille dispara´┐Żtraient dans le d´┐Żsert.

La fille de Roy Danzer, elle aussi fut effray´┐Że par la vue de son p´┐Żre ´┐Ż son retour de la base de Roswell le 5 Juillet 1947. Il ne lui raconta jamais rien mais elle entendit des brides de conversations dans la chambre de ses parents. Ils parlaient de petites cr´┐Żatures et la phrase : "Ils nous tuerons tous !"

Les d´┐Żbris r´┐Żcup´┐Żres dans le d´┐Żsert furent envoy´┐Żs ´┐Ż Fort Bliss, Texas, et sommairement analys´┐Żs.

Aussit´┐Żt arriv´┐Żs, quelques-uns des d´┐Żbris furent envoy´┐Żs ´┐Ż la base de Wright Airflied, future Wright Patterson. Le reste fut charg´┐Ż dans des camions et envoy´┐Ż ´┐Ż Fort Riley, Kansas.

Jesse Marcel est retourn´┐Ż ´┐Ż son travail habituel et n'a jamais touch´┐Ż l'´┐Żpave de l'´┐Żtrange vaisseau de ses propres mains.

Voici l'histoire telle qu'on la racont´┐Ż a Philip Corso. Il n'´┐Żtait pas ´┐Ż Roswell cette nuit la.

3 ´┐Ż Convoi pour fort Riley

Le 6 Juillet 1947, le lundi suivant la f´┐Żte du 4 Juillet, personne ne remarqua les cinq camions entrer dans la base de Fort Riley, cet apr´┐Żs-midi la, en provenance de Fort Bliss, Texas, et en partance pour Wright Field, Ohio.

En 1947, Corso se trouvait dans cette base de Riley, ´┐Ż l'´┐Żcole militaire. Il ne se doutait pas ´┐Ż cette ´┐Żpoque que ce qui se trouvait dans ces camions atterrirait sur son bureau des ann´┐Żes plus tard.

Tout ´┐Żtait calme ce soir l´┐Ż, Corso ´┐Żtait l'officier responsable de la garde. Alors qu'il s'appr´┐Żtait a faire sa ronde, il vit sur l'ordre de mission que Mr Brownie, un de ses amis qui faisait partit de son ´┐Żquipe de Bowling et coll´┐Żgue de travail, faisait partit de la garde et que son poste se trouvait devant le vieille immeuble de la clinique v´┐Żt´┐Żrinaire.

Corso commen´┐Ża son tour des diff´┐Żrents b´┐Żtiments afin de voir si tout le monde faisait bien son devoir et se trouvait ´┐Ż son poste. Corso alla ´┐Ż l'immeuble de la clinique o´┐Ż devait se tenir Brownie. Mais quand il arriva´┐Ż Brownie n'´┐Żtait pas la ou il ´┐Żtait sens´┐Ż ´┐Żtre. Quelque chose n'allait pas.

"Major Corso" dit une voix dans la p´┐Żnombre. La voix ´┐Żtait excit´┐Że et terroris´┐Że.

"Mais qu'est ce que vous faites la, Brownie ?" demanda Corso ´┐Ż la figure qui le regardait de derri´┐Żre la porte. Brownie ´┐Żtait suppos´┐Ż ´┐Żtre ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur de l'immeuble, pas ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur. C'´┐Żtait un manquement aux r´┐Żgles.

"Vous ne comprenez pas, Major " chuchota-t'il a nouveau," Vous devez voir cela".

"Il vaudrait mieux" dit Corso en s'approchant de l'endroit ou se tenait Brownie et attendit qu'il sorte." Maintenant, vous sortez pour que je puisse vous voir " ordonna-t'il. Brownie sortit sa t´┐Żte de derri´┐Żre la porte et dit "Vous savez ce qu'il y a ici ?". L'immeuble ´┐Żtait interdit d'acc´┐Żs ´┐Ż quiconque. M´┐Żme les sentinelles devaient rester dehors parce que ce qui ´┐Żtait ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur ´┐Żtait classifi´┐Ż "Acc´┐Żs interdit".

"Brownie, vous n'´┐Żtes pas suppos´┐Ż ´┐Żtre la" dit Corso, "Sortez et dites-moi ce qui se passe". Brownie sortit par la porte et Corso put voir que son visage ´┐Żtait pale, comme s'il avait vu un fant´┐Żme. "Vous n'allez pas croire ´┐Ża" dit-il, "Je ne le crois pas moi-m´┐Żme et je viens pourtant de le voir."

"De quoi parlez-vous ?" demanda Corso.

"Les gars qui ont d´┐Żcharg´┐Żs ces caisses", dit Brownie, "ils nous ont dit qu'ils emmenaient ces caisses de Fort Bliss et que cela provenait d'un accident au Nouveau Mexique."

"Oui et alors ?" demanda Corso avec impatience. "H´┐Ż bien, ils nous ont dit que tout cela ´┐Żtait Top-Secret mais qu'ils avaient regard´┐Żs ´┐Ż l'int´┐Żrieur des caisses. Tout le monde la fait pendant le chargement des caisses dans les camions. Les gars qui ont charg´┐Żs ces caisses ont dit qu'ils ne croyaient pas ce qu'ils avaient vus. Vous avez l'autorisation d'acc´┐Żs, Major, vous pouvez venir."

Corso ´┐Żtait l'officier de la garde, il avait donc acc´┐Żs ´┐Ż tous les endroits de la base pendant la garde. Donc il entra ´┐Ż l'int´┐Żrieur de la clinique v´┐Żt´┐Żrinaire. Il n'y avait personne ´┐Ż part lui et Brownie.

"C'est quoi toutes ces caisses ?" demanda-t'il.

"Justement, Major,´┐Ż personne ne le sait" dit Brownie, "les chauffeurs nous ont dit que cela venait d'un avion crash´┐Ż dans le d´┐Żsert quelque part autour de la base du 509e groupe. Mais quand ils ont regard´┐Żs ´┐Ż l'int´┐Żrieur, ce n'´┐Żtait rien de connu. Rien de cette plan´┐Żte."

C'´┐Żtait la chose la plus stupide que Corso ait entendu. Lui et Brownie march´┐Żrent jusqu'aux caisses. "Vous n'´┐Żtes pas suppos´┐Ż ´┐Żtre ici" dit Corso, "Vous feriez mieux de partir."

"Je surveille dehors pour vous, Major" r´┐Żpondit Brownie. Corso attendit que Brownie reprenne sa place dehors. Il y avait une trentaine de caisses en bois entass´┐Żes le long d'un mur. Corso utilisa sa lampe torche et marcha autour jusqu'´┐Ż ce que sa vue s'habitue ´┐Ż l'obscurit´┐Ż. Corso trouva une caisse sur laquelle le dessus semblait avoir ´┐Żt´┐Ż ouvert r´┐Żcemment.

Corso posa sa lampe et commen´┐Ża ´┐Ż retirer les clous qui avaient visiblement d´┐Żj´┐Ż ´┐Żt´┐Ż retir´┐Żs avec un marteau ´┐Ż clou. Il fit glisser le couvercle le long de la caisse, reprit sa lampe et jeta un coup d'oeil ´┐Ż l'int´┐Żrieur.

Son estomac se retourna et Corso se figea. Cette caisse ´┐Żtait une sorte de cercueil, mais un cercueil comme il n'en avait jamais vu. L'int´┐Żrieur ´┐Żtait entour´┐Ż d'une sorte de paroi en verre et ´┐Żtait rempli d'un liquide bleu lumineux, un peu comme un gel. La chose flottait et brillait comme la peau d'un poisson.

Au d´┐Żbut, Corso pensa que c'´┐Żtait le cadavre d'un enfant qu'ils emmenaient quelque part, mais ce n'´┐Żtait pas un enfant.

Cela avait une forme humaine, de 120 cm de haut, avec des bras, des jambes, des pieds, et une t´┐Żte ´┐Żnorme. Corso toucha la peau grise, mais cela ressemblait plus ´┐Ż une sorte de v´┐Żtement en une seule pi´┐Żce qu'´┐Ż de la peau.

Ses yeux avaient du rouler dans leur orbites parce qu'il ne put voir de pupilles ou d'iris. Ces yeux ´┐Żtaient d´┐Żmesur´┐Żs et pointaient vers le bas, de chaque c´┐Żt´┐Ż du tr´┐Żs petit nez. Cela ressemblait ´┐Ż un nez de b´┐Żb´┐Ż. La chose n'avait pas d'oreilles, pas de pommettes saillantes, pas de sourcils et aucuns cheveux.

Elle avait une bouche tr´┐Żs fine et ferm´┐Że, ressemblant plus ´┐Ż un pli qu'´┐Ż un orifice fonctionnel. Le corps n'avait aucun dommage et aucunes indications comme quoi il avait ´┐Żt´┐Ż impliqu´┐Ż dans un accident. Il n'y avait pas de sang, pas de coupures. Dans le conteneur, Corso trouva un document des services de renseignements militaires qui d´┐Żcrivait la cr´┐Żature comme ´┐Żtant un occupant d'un vaisseau qui s'´┐Żtait ´┐Żcras´┐Ż ´┐Ż Roswell, Nouveau Mexique, plus t´┐Żt ce week-end, et envoy´┐Ż ´┐Ż la base de Wright Field puis ´┐Ż la morgue de Walter Reed. Corso remit le document dans la caisse. ´┐Ż cause du temps perdu ´┐Ż examiner la chose, il avait rat´┐Ż certains points de contr´┐Żles de sa garde mais personne, apparemment, ne le remarqua le lendemain.

Corso esp´┐Żrait avoir vu une sorte de mutation humaine due ´┐Ż la radioactivit´┐Ż. Il savait qu'il ne pouvait parler de cela ´┐Ż personne et esp´┐Żrait ne jamais revoir cela ´┐Ż nouveau. Il chercha l'origine possible de la chose : Exp´┐Żrience g´┐Żn´┐Żtique Nazi, monstre de cirque mort, mais il savait que cela ne pouvait ´┐Żtre qu'une seule chose : un extraterrestre.

Corso remit le couvercle sur la caisse et enfon´┐Ża les clous avec le dos de sa lampe. Il rejoignit Brownie ´┐Ż la porte. "Vous savez que vous n'avez jamais vu cela" dit Corso, "et vous ne direz rien ´┐Ż personne".

"Vu quoi, Major ?" r´┐Żpondit Brownie.

Corso retourna au quartier des officiers en repensant ´┐Ż l'image de la chose.

4 ´┐Ż Les objets de Roswell

Corso ne revit jamais le corps de la cr´┐Żature sauf ´┐Ż travers des photos d'autopsies et des rapports m´┐Żdicaux envoy´┐Żs pour lui en 1961, au Pentagone.

Quand Corso arriva au Pentagone, en 1961, il ´┐Żtait Lieutenant Colonel. Il entra dans le bureau du G´┐Żn´┐Żral Trudeau. "Alors quel est le grand secret, G´┐Żn´┐Żral ?" demanda-t-il a son nouveau patron. C'´┐Żtait une fa´┐Żon bizarre de parler a un G´┐Żn´┐Żral, mais ils ´┐Żtaient devenus amis pendant que Corso travaillait dans l'´┐Żquipe d'Eisenhower. "Pourquoi pas le bureau d'en face ?" demanda-t'il.

"Parce qu'ils vous ont toujours observ´┐Żs, Phil" dit Trudeau. Il marcha avec Corso ´┐Ż travers les bureaux d'archives. "Les choses n'ont pas beaucoup chang´┐Żes depuis votre retour d'Allemagne." dit-il, "Nous savons qui sont nos amis et qui nous pouvons croire.".

Ils ´┐Żtaient en Guerre Froide et il y avait des ennemis partout autour d'eux : Dans les services des renseignements et m´┐Żme a la Maison Blanche. Ils savaient que la CIA ´┐Żtait infiltr´┐Że par le KGB.

Trudeau dit a Corso, "J'ai besoin de vous pour couvrir mes arri´┐Żres, Colonel. J'ai besoin de vous pour voir parce qu'avec tout ce que j'ai ´┐Ż faire, je ne peux pas me prot´┐Żger moi-m´┐Żme."

Corso devint donc l'assistant sp´┐Żcial de Trudeau au R&D ( Recherche et D´┐Żveloppement), une des divisions du Pentagone et une des plus sensibles parce qu'elle travaillait avec les plans les plus classifi´┐Żs et avec elle, le design des futures armes devenait r´┐Żalit´┐Ż.

Le R&D ´┐Żtait le relais entre la lueur dans l'oeil de quelqu'un et le prototype sortant d'une usine pour montrer son potentiel. Le travail de Corso ´┐Żtait de garder tout cela secret jusqu'´┐Ż ce qu'il soit d´┐Żvelopp´┐Ż.

"Mais il y a autre chose que vous allez faire pour moi, Phil" dit Trudeau, "Je vais faire d´┐Żplacer cette armoire dans votre bureau.". Corso avait son bureau au deuxi´┐Żme ´┐Żtage, juste sous celui de Trudeau. Il pouvait ainsi entrer par la porte de derri´┐Żre dans le bureau de Trudeau sans que quiconque puisse le voir.

"Ce sont des dossiers sp´┐Żciaux, du mat´┐Żriel de guerre que vous n'avez jamais vu avant. Je veux que vous les preniez sous votre responsabilit´┐Ż au R&D" dit Trudeau.

Le r´┐Żle de Corso au R&D ´┐Żtait de lire les rapports des services de renseignements, de visionner des tests d'armes, de discuter avec des scientifiques et avec des universitaires pour savoir ce qu'ils savaient du travail de leurs coll´┐Żgues au-del´┐Ż des mers. Puis il devait ´┐Żcrire des propositions d'armes nouvelles que l'arm´┐Że Am´┐Żricaine aurait s´┐Żrement besoin.

L'arm´┐Że cataloguait les recherches sur les armes en deux cat´┐Żgories : Les domestiques et les ´┐Żtrang´┐Żres. Corso devait savoir ce que les Fran´┐Żais faisaient avec leurs h´┐Żlicopt´┐Żres, si les Anglais ´┐Żtaient capables de fabriquer un avion ´┐Ż d´┐Żcollage verticale. Il y avait le V3 Allemand, le grand-p´┐Żre de la "Grosse Bertha" avec lequel les Allemands pilonn´┐Żrent Paris pendant la Premi´┐Żre Guerre Mondiale. Ils d´┐Żcouvrirent apr´┐Żs l'invasion de Normandie, le travail des Nazis sur les avions ´┐Ż r´┐Żactions et les nouveaux Panzers qui auraient chang´┐Żs le cours de la Guerre s'ils avaient eu un peu plus de temps.

Le r´┐Żle de Corso ´┐Żtait de r´┐Żcup´┐Żrer cette technologie, de reprendre les id´┐Żes qu'ils n'avaient pas eu eux-m´┐Żmes et il devait ´┐Żmettre des recommandations sur la fa´┐Żon d'incorporer tout cela dans les plannings d'armements en cours.

"Le mat´┐Żriel dans cette armoire est l´┐Żg´┐Żrement diff´┐Żrent de celui qui nous passe habituellement dans les mains" dit Trudeau, "Je ne sais pas ce que vous avez eu l'occasion d'apprendre sur cela quand vous ´┐Żtiez ´┐Ż la Maison Blanche, mais avant d'´┐Żcrire un quelconque rapport, vous devriez faire une petite recherche sur le dossier Roswell."

Corso ne fit pas tout de suite, la connexion entre le dossier de Roswell et ce qui se trouvait dans le bureau du G´┐Żn´┐Żral Trudeau. Trudeau appela quatre hommes qui transport´┐Żrent l'armoire jusqu'au bureau de Corso au 2´┐Żme ´┐Żtage.

Trudeau dit aux hommes, "Ne vous arr´┐Żtez sous aucun pr´┐Żtexte. Ne parlez ´┐Ż personne. Si quelqu'un vous arr´┐Żte, dites-lui de venir me voir. C'est un ordre."

Trudeau se tourna vers Corso et dit´┐Ż "Pourquoi ne passeriez vous pas un peu de temps avec tout cela, Phil ? mais pas trop de temps.".

Corso passa quelques temps ´┐Ż r´┐Żfl´┐Żchir dans son bureau sur pourquoi ces dossiers l'attendaient dans le bureau de Trudeau et pourquoi il avait voulu lui en parler directement seul ´┐Ż seul. Trudeau n'avait rempli aucun bordereau pour le transfert de l'armoire. Donc quoi que ce soit, c'´┐Żtait s´┐Żrieux et tr´┐Żs secret.

Corso se rappela ce 6 Juillet 1947, au Kansas, o´┐Ż il avait vu la chose dans la caisse, ´┐Ż Fort Riley, et esp´┐Żrait que ce qui se trouvait dans l'armoire n'ait pas de lien avec tout cela.

Corso ouvrit l'armoire et imm´┐Żdiatement eut la chair de poule. Il savait en regardant les bo´┐Żtes ´┐Ż chaussures pleines de ferrailles enchev´┐Żtr´┐Żes, ´┐Ż l'´┐Żtrange v´┐Żtement et ´┐Ż d'autres articles que sa vie allait subir un grand changement.

Donc, voil´┐Ż ce que c'´┐Żtait : Du mat´┐Żriel r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż ´┐Ż Roswell. Corso entendit des pas et Trudeau passa la t´┐Żte par la porte, "Vous avez regard´┐Ż a l'int´┐Żrieur ?" demanda-t-il.

"Que me faites vous, G´┐Żn´┐Żral ?" r´┐Żpondit Corso, "Je pensais que nous ´┐Żtions amis."

"C'est justement pour cela que je vous ai donn´┐Ż ceci." dit Trudeau. "vous savez combien tout cela est pr´┐Żcieux ? vous savez ce que feraient toutes les autres agences pour avoir ceci dans leurs mains ?"

"Ils me tueraient" dit Corso. "Ils voudraient vous tuer, de toute fa´┐Żon " r´┐Żpondit Trudeau, "L'Air Force voudrait ceci parce qu'elle pense que c'est ´┐Ż elle. La Navy voudrait ceci parce qu'elle veux tout ce qu'a l'Air Force. La CIA le voudrait aussi pour pouvoir le donner aux Russes."

"Que voulez vous que je fasse, G´┐Żn´┐Żral ?", demanda Corso.

"J'ai besoin d'un plan, Phil, pas seulement sur ce que sont ces ´┐Żl´┐Żments mais sur ce que nous pouvons faire avec."

Cela avait l'air, purement et simplement, d'un complot. "Regardez, quel est notre plus grand probl´┐Żme ?" demanda Corso.

"Les m´┐Żmes qui ont perdus la Guerre de Cor´┐Że pour nous et que vous avez combattu ´┐Ż la Maison Blanche." dit Trudeau, "vous savez exactement ce que je veux dire. Cela ne doit pas tomber dans de mauvaises mains sinon aussi s´┐Żr que nous sommes dans le Pentagone, cela ira directement au Kremlin."

"Nous devons d'abord savoir ce que nous avons. C'est donc votre travail. Avons nous quelque chose d'utilisable ?"

"Quelqu'un sait que j'ai cela ?" demanda Corso.

"Ils vous regardent comme ils me regardent" r´┐Żpondit Trudeau.

*********

D'abord, il y avait un filament clair et flexible compos´┐Ż de fils, ressemblants ´┐Ż du verre, tortill´┐Żs ensembles dans une esp´┐Żce de gaine grise comme s'ils ´┐Żtaient des c´┐Żbles pour une jonction.

C'´┐Żtait des filaments ´┐Żtroits, plus fin que des fils de cuivre. Quand Corso tenait la gaine dans la lumi´┐Żre du bureau, il pouvait voir une lueur venir ´┐Ż travers eux comme s'ils la transportaient et la cassaient en diff´┐Żrentes couleurs.

Quand le personnel trouva ceci ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de l'´┐Żpave de l'objet, il a d´┐Ż penser que cela ´┐Żtait un relais ´┐Żlectrique.

********

Ensuite, il y avait le mince morceau gris en forme d'hu´┐Żtre de 60 cm de c´┐Żt´┐Ż qui ressemblait ´┐Ż du plastique mais qui avait sur sa surface de minuscules "traces".

Ces traces avaient la taille d'une pi´┐Żce de 25 cents, mais la forme rappelait ´┐Ż Corso celle d'un insecte ´┐Ż cause des centaines de pattes qui sortaient ´┐Ż angle droit du corps. Quelqu'unes des formes ´┐Żtaient arrondies et d'autres elliptiques. C'´┐Żtait un circuit, comme il ´┐Żtait possible de le constater ´┐Ż travers une loupe, mais un circuit inconnu de Corso.

C'´┐Żtait un morceau de circuit qui provenait d'un large tableau de bord dans le vaisseau.

******

Corso ´┐Żtait aussi int´┐Żress´┐Ż par un dossier descriptif qui accompagnait deux pi´┐Żces d'une sorte de peau noire. Comme une lentille pour oeil de forme elliptique.

Les pathologistes de Walter Reed disaient que ces lentilles adh´┐Żraient aux yeux des cr´┐Żatures extraterrestres et semblaient r´┐Żfl´┐Żchir la lumi´┐Żre existante. M´┐Żme s'il faisait sombre, cela illuminait et intensifiait les images afin de permettre aux porteurs de voir les objets. Les rapports disaient que les pathologistes de l'H´┐Żpital de Walter Reed qui avaient fait l'autopsie d'une de ces cr´┐Żatures, avaient essay´┐Żs de regarder ´┐Ż travers elles dans la nuit pour voir les sentinelles militaires et les aides m´┐Żdicales marcher dans un corridor adjacent au laboratoire.

Les figures ´┐Żtaient illumin´┐Żes d'une lueur orange, d´┐Żpendant de la fa´┐Żon de tenir ces lentilles. Les pathologistes ne pouvaient voir que leurs silhouettes mais avec les lentilles, ils pouvaient voir les rang´┐Żs de fournitures sur les murs et les objets sur les bureaux.

Corso pensa que peut-´┐Żtre les soldats pourraient porter une lunette qui intensifierait les images afin de permettre la navigation dans l'obscurit´┐Ż. Ces choses ne transformaient pas la nuit en jour, elles illuminaient seulement les silhouettes des objets.

Il y avait une feuille argent´┐Że, terne, que vous pouviez tordre, plier, comprimer et qui reprenait ensuite sa forme originale, sans aucuns plis. C'´┐Żtait une fibre m´┐Żtallique qui avait les caract´┐Żristiques de ce qui s´┐Żappellerait plus tard, "Super T´┐Żnacit´┐Ż". Quand corso essayait de couper la feuille avec des ciseaux, les lames glissaient dessus. Les fibres semblaient aller dans une m´┐Żme direction.

Pour Corso, c'´┐Żtait un v´┐Żtement avec des fibres m´┐Żtalliques, qui avait la douceur et la mall´┐Żabilit´┐Ż d'un tissu et la force et la r´┐Żsistance d'un m´┐Żtal.

*******

Il y avait une description et un croquis sur un autre objet. Comme une sorte de lampe torche avec sa propre source d'´┐Żnergie et qui n'´┐Żtait pas une pile.

Les scientifiques ´┐Ż Wright Field qui avaient examin´┐Żs cela disaient qu'ils ne pouvaient pas voir le rayon de lumi´┐Żre sortir de l'objet mais que lorsqu'ils tenaient l'objet face ´┐Ż un mur, ils pouvaient voir un petit rond rouge de lumi´┐Żre sur celui-ci. Quand ils faisaient passer un objet entre le mur et la lampe, le rayon ´┐Żtait si intense que l'objet commen´┐Żait ´┐Ż fumer. Ils jou´┐Żrent longtemps avec avant de comprendre que c'´┐Żtait un couteau extraterrestre.

Lorsque de la fum´┐Że passait dans le rayon, celui-ci devenait tout ´┐Ż coup visible.

Pourquoi les occupants du vaisseau avaient un couteau de cette sorte ? C'est plus tard que Corso, en lisant des rapports militaires sur les mutilations de b´┐Żtail durant lesquelles des organes ´┐Żtaient retir´┐Żs sans traumatismes des tissus, r´┐Żalisa que le rayon de lumi´┐Żre ´┐Żtait un scalpel qui avait ´┐Żt´┐Ż utilis´┐Ż par les extraterrestres lors d'exp´┐Żriences m´┐Żdicales sur les troupeaux.

***********

Il y avait un objet ´┐Żtrange, une sorte de bandana qui avait des connexions ´┐Żlectriques sur une face. Peut-´┐Żtre r´┐Żcup´┐Żrait-il les ondes c´┐Żr´┐Żbrales comme un enc´┐Żphalogramme.

Mais aucune exp´┐Żrience ne prouva qu'il faisait quelque chose d'´┐Żquivalent.

Les scientifiques ne savaient pas comment l'utiliser et ne savaient pas qu'elle ´┐Żtait la source d'´┐Żnergie utilis´┐Że.

5 ´┐Ż ´┐Ż l'int´┐Żrieur du Pentagone, au bureau des R&D

Le Pentagone ne dort jamais, il y a toujours quelqu'un en train de travailler.

Corso passait plus de temps dans son bureau que chez lui. Soir´┐Że, week-end, t´┐Żt le matin avant l'aube, Corso r´┐Żfl´┐Żchissait sur la strat´┐Żgie ´┐Ż recommander ´┐Ż son patron.

Tout le monde pense que le Pentagone est une ´┐Żnorme entit´┐Ż avec un seul esprit et avec un seul but. Tout le monde pense aussi que l'arm´┐Że Am´┐Żricaine n'a qu'un seul but, que tout le monde marche ensemble.

C'est totalement faux.

L'arm´┐Że Am´┐Żricaine et le Pentagone sont comme n'importe quelle grosse entreprise avec des centaines de bureaux diff´┐Żrents. Beaucoup de buts diff´┐Żrents et des agendas diff´┐Żrents.

Comme la Navy, l'Air Force avait des partisans diff´┐Żrents avec des buts diff´┐Żrents. Chacun jouait avec l'autre dans un seul but : Avoir la plus grosse part du budget militaire. Et au centre de tout cela, l'endroit o´┐Ż serait d´┐Żpens´┐Ż tout cet argent par les gens qui d´┐Żvelopperaient des armes dans leur branche militaire respective.

Donc avec toutes ces tensions entre les bureaux du Pentagone, Corso ne mit pas longtemps ´┐Ż comprendre la politique ´┐Ż suivre pour son nouveau travail. Avec les rapports de terrain, les analyses scientifiques, les autopsies m´┐Żdicales et les d´┐Żbris technologiques du crash de Roswell, il devait tout laisser sous clefs.

Quand les gens pensent que vous n´┐Ż´┐Żtes pas l´┐Ż, ils parlent. Et c'est ´┐Ż ce moment-l´┐Ż que vous apprenez des choses. Durant les deux premi´┐Żres semaines de son travail, Corso entendit beaucoup de choses, notamment sur la politique utilis´┐Że pour la d´┐Żcouverte de Roswell durant les 40 ans s´┐Żparants le crash et les intenses discutions ´┐Ż la Maison Blanche apr´┐Żs qu´┐ŻEisenhower soit devenu Pr´┐Żsident.

Chaque branche de l'arm´┐Że avait prot´┐Żg´┐Ż ses propres dossiers sur Roswell et avait essay´┐Ż de r´┐Żcup´┐Żrer le plus possible de mat´┐Żriel de Roswell. Certainement, tous les services avaient leurs propres rapports des examinateurs ´┐Ż Walter Reed et ´┐Ż Bethesda en ce qui concernait la physiologie des extraterrestres.

Il ´┐Żtait clair, pour Corso, que vu la fa´┐Żon dont l'Air Force et la Navy formulaient leurs plans de d´┐Żveloppements d'armes avanc´┐Żes, quelques pi´┐Żces de m´┐Żme nature que celles de Corso se trouvaient dans ces autres services.

Personne ne disait rien, mais tout le monde voulait savoir ce que poss´┐Żdait l'autre. Malgr´┐Ż tout, il y avait de r´┐Żelles histoires qui circulaient. Par exemple, Corso entendit une rumeur comme quoi l'Air Force gardait l'ovni ´┐Ż la base de Edwards, en Californie et qu'elle ´┐Żtudiait la technologie du vaisseau et plus particuli´┐Żrement le syst´┐Żme de propulsion par ondes magn´┐Żtiques.

D'autres rumeurs circulaient autour de l'Air force ´┐Ż propos de l'implication de Roswell sur le design des bombardiers en formes d'ailes. L'arm´┐Że avait d´┐Żvelopp´┐Ż des avions en formes d'ailes apr´┐Żs la Premi´┐Żre Guerre Mondiale et un an apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell, la compagnie Jack Nothtrops commen´┐Żait les essais de leur aile volante, YB49. Un bombardier.

Le YB49 avec ses 4 queues verticales ´┐Żtait si ressemblant avec la forme de l'appareil de Roswell qu'il ´┐Żtait difficile de ne pas faire le lien.

Mais le d´┐Żveloppement des ailes volantes commen´┐Ża 10 ans avant l'arriv´┐Że de Corso aux R&D donc il n'a pas de preuves sur ce lien entre le bombardier et le vaisseau.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait raison lorsqu'il disait que tout le monde au Pentagone regardait le bureau des R&D parce qu'ils pensaient que les R&D avaient quelque chose. Les gens voulaient savoir sur quoi les R&D travaillaient, juste pour ´┐Żtre sur que ce n'´┐Żtait pas sur la m´┐Żme chose qu'eux et que les R&D ne gaspillaient pas le budget.

En plus des regards des autres services, Corso et Trudeau devaient faire face aux analystes de la CIA. La CIA amassait le maximum de pouvoir possible. L'information c'est le pouvoir, et plus la CIA essayait de se renseigner sur les programmes de d´┐Żveloppements en cours, plus les R&D ´┐Żtaient nerveux.

"Vous m'avez mis sur un si´┐Żge br´┐Żlant, G´┐Żn´┐Żral" dit Corso, "Comment la CIA sait-elle ce que nous avons ?"

"Ils font seulement des suppositions, je pense" r´┐Żpondit-il, "Ils utilisent le processus d'illumination. Regardez, tout le monde suspecte ce que poss´┐Żde l'Air Force".

Trudeau avait raison. Tout le monde au Pentagone pensait que l'Air Force poss´┐Żdait le "Saint‑Graal", un vaisseau spatial et m´┐Żme un extraterrestre vivant.

Personne n'´┐Żtait certain mais tout le monde savait qu´┐Żapr´┐Żs la s´┐Żparation de l'Air Force avec le reste de l'arm´┐Że, en 1948, celle-ci avait envoy´┐Ż du mat´┐Żriel de Roswell ´┐Ż Wright Field, Ohio, base de l'Air Force.

La Navy avec sa technologie sous-marine et ses sous-marins lanceurs de missiles nucl´┐Żaires luttait avec son propre probl´┐Żme : Les UUO ou USO - Unidentified Submerged Objets ( objets sous-marins non identifi´┐Żs ) -.

La Navy cherchait o´┐Ż ils avaient construits leurs bases sous-marines bien plus en profondeur que les capacit´┐Żs de leurs meilleurs sous-marins. La Navy ´┐Żtait occup´┐Że ´┐Ż faire sa propre guerre contre les vaisseaux extraterrestres dans l'air et sous la mer.

Les R&D devaient d´┐Żvelopper un camouflage sur la technologie de Roswell. Ils op´┐Żraient avec le budget normal pour l'analyse des nouvelles armes.

Ils avaient des contrats avec les plus grandes entreprises Nationales. Les buts des recherches ´┐Żtaient d'am´┐Żliorer les armes actuelles avec les renseignements collect´┐Żs dans les autres pays. Les Fran´┐Żais, les Italiens, les Allemands avaient leurs propres syst´┐Żmes d'armements et leurs propres d´┐Żveloppements en cours qui semblaient exotiques pour les standards Am´┐Żricains mais qui pouvaient avoir certains avantages.

Ce que l'arm´┐Że avait r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż ´┐Ż Roswell ´┐Żtait probablement le secret le mieux gard´┐Ż. Jusqu'en 1961, l'arm´┐Że n'avait pas eu de plan particulier pour utiliser cette technologie sans r´┐Żv´┐Żler sa nature.

En 1961, Trudeau lan´┐Ża le d´┐Żveloppement. D´┐Żabord, il fallait savoir comment les informations - rapports sur le terrain, autopsies, descriptions d'objets et les objets eux-m´┐Żmes ´┐Żtaient arriv´┐Żs au bureau des R&D. La recherche de Corso ne concernait pas le crash en lui-m´┐Żme.

Le jour suivant l'´┐Żcrasement, Bill Blanchard du 509e Groupe, envoya les d´┐Żbris extraterrestres ´┐Ż Fort Bliss, o´┐Ż l'´┐Żquipe du G´┐Żn´┐Żral Roger Ramey d´┐Żtermina sa position finale et que l'histoire officielle du Gouvernement, la cover-up, commen´┐Ża ´┐Ż ´┐Żtre d´┐Żploy´┐Że.

Dans les heures qui ont suivi l'arriv´┐Ż de Corso au Texas, il y a eut tellement de confusion sur ce qui avait ´┐Żt´┐Ż trouv´┐Ż que les officiers militaires, qui avaient la responsabilit´┐Ż de la d´┐Żcouverte, cr´┐Ż´┐Żrent rapidement une histoire de remplacement et un plan de mise en silence des t´┐Żmoins militaires et civiles fut lanc´┐Ż.

´┐Ż

L'histoire de remplacement ´┐Żtait facile, le G´┐Żn´┐Żral Ramey ordonna au Major Jesse Marcel de se r´┐Żtracter sur son histoire de soucoupe volante et de poser pour de nouvelles photos avec des d´┐Żbris de ballon m´┐Żt´┐Żo, qu'il d´┐Żcrivit comme les restes d´┐Żcouverts ´┐Ż l'ext´┐Żrieur de Roswell.

Marcel suivi les ordres et la soucoupe volante devint officiellement un ballon m´┐Żt´┐Żo.

Le silence des t´┐Żmoins militaires fut facile gr´┐Żce ´┐Ż l'ordre de G´┐Żn´┐Żral Ramey, au personnel du 509e et de Fort Bliss, de d´┐Żnier qu'ils faisaient partis d'une op´┐Żration de r´┐Żcup´┐Żration diff´┐Żrente´┐Ż de celle d'un ballon m´┐Żt´┐Żo. Une fois que le mat´┐Żriel arriva ´┐Ż Wright Field, sous la responsabilit´┐Ż du Lieutenant G´┐Żn´┐Żral Nathan. P. Twining, Ramey d´┐Żnia tout de l'histoire et que ce n'´┐Żtait plus de sa responsabilit´┐Ż.

Le G´┐Żn´┐Żral Ramey traita l'accident comme touchant la "S´┐Żcurit´┐Ż Nationale". Il d´┐Żploya le personnel des Renseignements du 509e Groupe et lui ordonna d'aller dans la ville pour supprimer l'histoire du crash et de sa r´┐Żcup´┐Żration.

Aucunes infos ne devaient sortir, aucunes sp´┐Żculations tol´┐Żr´┐Żes. L'histoire circulant sur une soucoupe volante devait ´┐Żtre ´┐Żcras´┐Że.

Le 8 Juillet, la suppression de l'histoire du crash ´┐Żtait en cours. L'arm´┐Że avait fourni une nouvelle histoire pour la presse. Les officiers du CIC soudoyaient ou mena´┐Żaient les t´┐Żmoins, les for´┐Żant ´┐Ż se r´┐Żtracter sur leurs t´┐Żmoignages.

Mac Brazel, le fermier qui fut le premier sur le site pendant la r´┐Żcup´┐Żration,´┐Ż disparu pendant deux jours puis r´┐Żapparu en ville avec un camion pick-up neuf. Il d´┐Żnia qu'il avait vu quelque chose.

Les officiers du CIC rencontr´┐Żrent les habitants de la ville et parl´┐Żrent avec les parents ´┐Ż propos de ce que leurs enfants entendaient. Quoi que les gens pensaient sur ce qui c'´┐Żtait pass´┐Ż, l'arm´┐Że disait que c'´┐Żtait faux et que cela devait rester comme cela.

Le travail de mise en silence marcha si bien que pendant les 30 ann´┐Żes suivantes, l'histoire resta ´┐Żtouff´┐Że. Nathan Twining est devenu important aux yeux des ufologues ´┐Ż cause de son implication dans des r´┐Żunions top-secr´┐Żtes ´┐Ż la Maison Blanche. Elles avaient pour but de d´┐Żcouvrir l'implication des ovnis dans la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale.

Il int´┐Żressait aussi les ufologues ´┐Ż cause de ses relations avec Robert Cutler, l'assistant sp´┐Żcial de la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale qui ´┐Żtait le lien entre la NSC et le Pr´┐Żsident Eisenhower.

Corso ´┐Żtait dans la NSC, dans les ann´┐Żes 50.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining ´┐Żtait celui qui avait fait la premi´┐Żre ´┐Żtude et qui avait diss´┐Żmin´┐Ż le mat´┐Żriel de Roswell. En partie ´┐Ż cause des ses capacit´┐Żs ´┐Ż g´┐Żrer l'AMC, il devint membre d'un groupe de militaires et de civils rassembl´┐Żs par le Pr´┐Żsident Truman afin de l'aviser sur la d´┐Żcouverte de Roswell et des ses implications dans la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining voyagea jusqu'´┐Ż la base d'Alamogordo, Nouveau Mexique,´┐Ż et y resta jusqu'au 10 Juillet.

La base d'Alamogordo n'´┐Żtait pas seulement importante ´┐Ż cause de son site d'essais nucl´┐Żaires, entre 1940 et 1950, mais aussi parce que l´┐Ż-bas se trouvait le bureau de l'AMC. L´┐Ż-bas, se trouvaient des sp´┐Żcialistes des fus´┐Żes, comme Werhner von Braun et d'autres. Il y avait des installations sensibles, sp´┐Żcialement durant l'activit´┐Ż ufologique ce week-end et il est parfaitement sens´┐Ż que imm´┐Żdiatement apr´┐Żs la d´┐Żcouverte de l'ovni, le G´┐Żn´┐Żral, qui ´┐Żtait responsable, veuille g´┐Żrer cette d´┐Żcouverte directement sur les lieux avec ses meilleurs sp´┐Żcialistes.

Corso n'a jamais vu le m´┐Żmo de Truman au G´┐Żn´┐Żral Twining ´┐Ż propos de son voyage au Nouveau Mexique. Il a entendu des histoires comme quoi Truman aurait directement contact´┐Ż Twining au Nouveau Mexique et lui aurait donn´┐Ż l'ordre d´┐Żenqu´┐Żter sur le crash et de lui rapporter directement, ´┐Ż la Maison blanche, ce qu'il avait trouv´┐Ż.

Corso pense que le rapport du G´┐Żn´┐Żral Twining au Pr´┐Żsident confirmait que l'arm´┐Że avait r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż quelque chose dans le d´┐Żsert et que cela sugg´┐Żrait la cr´┐Żation d'un groupe pour d´┐Żfinir la politique ´┐Ż adopter sur cette d´┐Żcouverte. Dans les 48 heures apr´┐Żs l'´┐Żcrasement, personne ne savait ce qu'´┐Żtait l'objet.

Pendant que les d´┐Żbris ´┐Żtaient transport´┐Żs de Fort Bliss ´┐Ż Wright Field, le G´┐Żn´┐Żral Twining volait vers Wright Field pour voir les analyses et l'´┐Żvaluation du tr´┐Żsor de Roswell.

Twining revint rapidement ´┐Ż son bureau. Les corps des extraterrestres furent autopsi´┐Żs dans le secret et le vaisseau et son contenu, analys´┐Żs, catalogu´┐Żs, et pr´┐Żpar´┐Żs pour ´┐Żtre diss´┐Żmin´┐Żs dans diff´┐Żrentes installations militaires. Tout ce qui avait un rapport avec le crash ´┐Żtait classifi´┐Ż au plus haut niveau.

Le camouflage officiel ´┐Żtait tr´┐Żs important en 1947 et toujours aussi important en 1961. Il ´┐Żtait important parce que l'arm´┐Że ´┐Żtait impliqu´┐Że, en 1947, dans une guerre, une Guerre Froide mais une guerre quand m´┐Żme. Donc, l'arm´┐Że traita le mat´┐Żriel de Roswell comme si c'´┐Żtait une op´┐Żration dans des conditions de combats pour que les Sovi´┐Żtiques ne mettent pas la main dessus.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining vit lui-m´┐Żme le mat´┐Żriel et avant son d´┐Żpart de Wright Field, il discuta avec les sp´┐Żcialistes des fus´┐Żes qui faisaient parti de son ´┐Żquipe ´┐Ż Alamogordo. Ensuite, il compila un rapport qu'il donna au Pr´┐Żsident Truman. Il recommandait la cr´┐Żation d'un groupe de militaires et de civils qui deviendrait, plus tard, le groupe responsable de ce qui pourrait devenir un futur contact avec des extraterrestres.

Comme des histoires de crashs d'ovnis et d'observations d'ovnis apparaissaient, le G´┐Żn´┐Żral Twining eut besoin d'´┐Żtablir un cha´┐Żnon de s´┐Żcurit´┐Ż inf´┐Żrieur afin qu´┐Żil puisse ´┐Żchanger des informations avec d'autres commandants qui n'avaient pas acc´┐Żs aux niveaux sup´┐Żrieures. Le G´┐Żn´┐Żral Twining avait besoin de maintenir une cover-up ´┐Ż l'int´┐Żrieur m´┐Żme de l'arm´┐Że.

Le premier des rapports de Twining au commandant de l'Air Force ´┐Ż Washington datait du 23 Septembre 1947. Il ´┐Żtait ´┐Żcrit ´┐Ż l'intention du G´┐Żn´┐Żral George Shulgen. Ce rapport parlait, en termes basiques´┐Ż de la prise en consid´┐Żration, par le Service des Renseignements de l'Air Force, des ovnis. Twining ´┐Żcrivit un certains nombres de conclusions bas´┐Żes sur ses propres informations de premi´┐Żres mains, comme par exemple le mat´┐Żriel en possession de l'arm´┐Że.

"Les soucoupes volantes ne sont pas des illusions", disait Twining, "elles sont quelque chose de r´┐Żel et pas une vision."

"Bien que certaines observations soient dues ´┐Ż des m´┐Żt´┐Żorites, ou ´┐Ż d'autres raisons naturelles" ´┐Żcrit-il´┐Ż "Ces rapports sont bas´┐Żs sur des observations de vrais objets".

"Approximativement de la forme d'un disque avec une taille appr´┐Żciable pouvant ´┐Żtre de fabrication humaine."

Comme le rapport n'´┐Żtait pas ´┐Ż diffusion public, Twining s'´┐Żmerveilla sur les caract´┐Żristiques de ces appareils. Il ´┐Żcrivit que leurs extr´┐Żmes manoeuvrabilit´┐Ż et leurs actions ´┐Żvasives pour ´┐Żviter tout contact ´┐Żtaient une intension hostile.

Les officiers estimaient que ces objets ainsi que leurs occupants ´┐Żtaient une menace militaire.

Il d´┐Żcrivit le vaisseau de la m´┐Żme fa´┐Żon que les t´┐Żmoignages, "R´┐Żflexion lumineuse ou surface m´┐Żtallique. Absence de queue except´┐Ż dans les conditions de tr´┐Żs hautes performances. Forme circulaire ou elliptique. Plat sur le dessous et bomb´┐Ż sur le dessus. Vols en formation de 3 ´┐Ż 9 objets. Pas de sons except´┐Żs dans quelques cas ou un grondement est entendu. Ces objets se d´┐Żplacent trop vite pour ´┐Żtre des avions de cette ´┐Żpoque".

Pour que les USA puissent d´┐Żvelopper un tel appareil, le co´┐Żt et la charge de travail n´┐Żcessiteraient que le projet soit ind´┐Żpendant et ext´┐Żrieur aux d´┐Żveloppements normaux.

En fait, Twining, sugg´┐Żrait au commandant de l'Air Force, qui deviendrait une branche ´┐Ż part dans l'arm´┐Że l'ann´┐Że suivante, d'exploiter la technologie r´┐Żcup´┐Żr´┐Że s´┐Żpar´┐Żment et ind´┐Żpendamment des programmes de d´┐Żveloppements normaux.

La description des projets Top-secrets de la base de Nellis ou de l'Area 51, au Nevada, semblait avoir le profil des recommandations de Twining.

Il ne fut pas r´┐Żv´┐Żl´┐Ż au commandant de l'Air Force que Twining lui-m´┐Żme avait visit´┐Ż des bases au Nouveau Mexique dans leurs heures qui avaient suivies l'´┐Żcrasement. Le G´┐Żn´┐Żral disait ´┐Ż ses patrons que les militaires devaient traiter les soucoupes volantes comme ´┐Żtant d'origine domestique, "Les produits d'un projet de haute-s´┐Żcurit´┐Ż", d´┐Żvelopp´┐Ż par les USA en dehors des circuits normaux, ou d´┐Żvelopp´┐Że par une puissance ´┐Żtrang´┐Żre.

Quand Twining sugg´┐Żrait aux officiers de l'AAF que toutes les branches de l'arm´┐Że devaient participer ´┐Ż cette information, la dispersion du mat´┐Żriel de Roswell ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż en route. Et c'est pourquoi cette technologie est arriv´┐Że en possession des R&D.

Trois jours apr´┐Żs ce m´┐Żmo, le 26 Septembre 1947, Twining donna son rapport sur l'´┐Żcrasement de Roswell et son implication pour les USA au Pr´┐Żsident TRUMAN et il fournit aussi une petite liste d'officiels qu'il rassemblerait pour commencer ´┐Ż g´┐Żrer le sujet. Ce groupe ´┐Żtait compos´┐Ż de :

´┐Ż         Roscoe H.Hillenkoetter

´┐Ż         Dr Vannevar Bush

´┐Ż         Secr´┐Żtaire James Forretal

´┐Ż         G´┐Żn´┐Żral Hoyt Vandenberg

´┐Ż         Dr Detlev Bronk

´┐Ż         Dr Jerome Hunsaker

´┐Ż         Sidney W.Souers

´┐Ż         gordon Gray

´┐Ż         Dr Donald Menzel

´┐Ż         G´┐Żn´┐Żral Robert M.Montagne

´┐Ż         Dr lloyd V.Berkner

´┐Ż         G´┐Żn´┐Żral Nathan Twining

Ce groupe, ´┐Ż la Maison blanche, ´┐Żtait appel´┐Ż, "Le groupe". Il ´┐Żtait aussi connu sous le nom "MAJESTIC 12".

Mais le plan ne s´┐Żarr´┐Żtait pas´┐Ż la cr´┐Żation de ce groupe de travail. En fait, l'op´┐Żration se d´┐Żveloppa rapidement en quelque chose de plus sophistiqu´┐Że parce que les soucoupes volantes de Twining n'´┐Żtaient pas parties.

De plus en plus d'informations arrivaient : Des officiers de la police tapaient des rapports sur des civils effray´┐Żs, des pilotes de lignes ´┐Żtaient suivis par d'´┐Żtranges objets...

Le groupe r´┐Żalisa qu'il devait d´┐Żfinir une politique pour maintenir quelque chose qui devenait un ph´┐Żnom´┐Żne de masse. Ils avaient besoin d'une m´┐Żcanique pour g´┐Żrer les centaines de rapports d'ovnis. Le groupe devait aussi estimer la menace de l'Union Sovi´┐Żtique et d'autres pays, en pr´┐Żsumant, bien s´┐Żr, que les soucoupes volantes ne se contentaient pas de survoler les USA.

Ce groupe devait aussi chercher comment utiliser la technologie de Roswell. Il cr´┐Ża donc des petits comit´┐Żs et des sous-groupes, quelquefois des organisations compl´┐Żtes, comme le projet BLUE BOOK, sans qu'il y ait aucune fuite. Tout ´┐Żtait dirig´┐Ż par ce groupe.

Les plans ´┐Ż long terme sur la technologie de Roswell pouvaient commencer. Mais comment faire cela ? O´┐Ż mettre le mat´┐Żriel ? Et comment camoufler ce que les militaires faisaient ? Twining avait un plan.

Dans le rapport 100-203-79 de 1948, intitul´┐Ż, "Analyses des accidents de soucoupes volantes dans les USA", les ovnis ne sont pas montr´┐Żs comme extraterrestres mais comme ´┐Żl´┐Żments de "Technologie ´┐Żtrang´┐Żre".

Ce rapport inoffensif pour la plupart des gens parce qu'il ne dit pas que les soucoupes volantes viennent de l'espace et un des premiers qui montre comment le plan de camouflage ´┐Żtait suppos´┐Ż fonctionner dans les ann´┐Żes suivantes.

Les auteurs de ce rapport ont localis´┐Żs, dans l'administration militaire, le seul endroit o´┐Ż toutes les recherches pourraient se faire : Le bureau des Recherches et D´┐Żveloppements des technologies ´┐Żtrang´┐Żres. Ici, le mat´┐Żriel pourrait ´┐Żtre en s´┐Żcurit´┐Ż jusqu'´┐Ż ce que l'arm´┐Że d´┐Żcide de quoi faire de lui.

Il ne fallait pas appeler cela extraterrestre mais "Technologie ´┐Żtrang´┐Żre".

Et c'est pourquoi, 12 ans plus tard, la technologie de Roswell qui se trouvait dans une vieille armoire se retrouva dans le bureau de Corso.

6 ´┐Ż Le cover-up

Corso entendit cette histoire racont´┐Że par l'´┐Żquipe de la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale d'Eisenhower, six ans plus t´┐Żt.

Pendant que le G´┐Żn´┐Żral Twining volait de l'Ohio vers le Nouveau Mexique, ´┐Ż Moscou, Joseph Staline ´┐Żtait furieux. Il tenait une copie du "Roswell Daily Record" dat´┐Ż du 8 Juillet 1947.

Il n'avait pas besoin d'un journal Am´┐Żricain pour lui dire ce que ses gens du NKVD lui avaient rapport´┐Żs une semaine avant : Qu'une ´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration militaire avait eu un vaisseau extraterrestre ´┐Żcras´┐Ż dans le d´┐Żsert du Nouveau-Mexique et qu'elle ´┐Żtait en train d'´┐Żvaluer la technologie d´┐Żcouverte.

Au d´┐Żbut, les Renseignements Sovi´┐Żtiques prirent cela avec scepticisme. Ils pensaient que c'´┐Żtait une histoire fausse pour tromper les espions Sovi´┐Żtiques suspect´┐Żs d'avoir infiltr´┐Żs les bases secr´┐Żtes Am´┐Żricaines. Ainsi, si les Sovi´┐Żtiques r´┐Żagissaient ´┐Ż l'histoire, les Am´┐Żricains pourraient localiser ces espions. Mais quand les journaux parl´┐Żrent du crash puis du ballon m´┐Żt´┐Żo, les Sovi´┐Żtiques comprirent que c'´┐Żtait r´┐Żel.

Lors d'une r´┐Żunion avec des scientifiques Sovi´┐Żtiques, Staline leur demanda ce que les USA pouvaient faire avec ceci. Dans ce groupe se trouvait le chef du programme, embryonnaire,´┐Ż sur les missiles ´┐Ż carburant liquide.

Lui et d'autres avaient les dossiers des armes secr´┐Żtes Allemandes, ´┐Ż la fin de la guerre, et savaient exactement o´┐Ż en ´┐Żtaient les Am´┐Żricains avec leur programme de missiles guid´┐Żs. Toutes les informations n´┐Żcessaires ´┐Żtaient donn´┐Żes par les agents sur le terrain. Mais ils n'avaient jamais entendu parler de l'´┐Żcrasement.

Les programmes de missiles Am´┐Żricains ´┐Żtaient enti´┐Żrement bas´┐Żs sur les recherches Allemandes r´┐Żcup´┐Żr´┐Żes avant la fin de la guerre. Ce fut le projet "PAPERCLIP" qui d´┐Żbuta en 1944. Les designers du V2 comme Wernher von Braun, Willy Ley et d'autres´┐Ż furent envoy´┐Żs aux USA. L'arm´┐Że Am´┐Żricaine s'´┐Żtait appropri´┐Że, avec succ´┐Żs, leur technologie et commen´┐Żait ses essais au Nouveau Mexique.

Les Sovi´┐Żtiques avaient eux aussi leur propre technologie Allemande r´┐Żcup´┐Żr´┐Że par les Services de Renseignements et par les partis Communistes locaux dans les pays occup´┐Żs. Les Allemands avaient d´┐Żvelopp´┐Żs un Jet en forme d'aile volante, un Messerschmitt, et des sous-marins U-Boat lanceurs de V1 et de V2.

Tout ce qu'ils avaient besoin, c'´┐Żtait d'un peu de temps pour d´┐Żployer une petite flottille de U‑Boat pr´┐Żs des c´┐Żtes Am´┐Żricaines afin de bombarder le pays. C'´┐Żtait leur strat´┐Żgie ´┐Ż la fin de l'ann´┐Że 1944.

Avec leurs armes nouvelles, ils pouvaient battre les Alli´┐Żs. Les Am´┐Żricains et les Sovi´┐Żtiques voulaient poss´┐Żder les armes Allemandes et en particulier les V2.

Apr´┐Żs la Guerre, les deux camps ´┐Żtaient ´┐Ż ´┐Żgalit´┐Ż dans la r´┐Żcup´┐Żration des armes Allemandes, mais le crash du vaisseau, c'´┐Żtait une autre affaire. Les Am´┐Żricains pouvaient prendre un ´┐Żnorme avantage sur les Sovi´┐Żtiques. C'est pourquoi ceux-ci cherch´┐Żrent ce que les Am´┐Żricains avaient bien pu r´┐Żcup´┐Żrer du crash.

Les agents Sovi´┐Żtiques rapport´┐Żrent que la petite ville de Roswell parlait de petites cr´┐Żatures sur le site de l'´┐Żcrasement et d'un vaisseau que l'arm´┐Że avait emmen´┐Ż dans un camion. Mais ces histoires avaient ´┐Żt´┐Ż rapidement mises sous silence gr´┐Żce au Service des Renseignements militaires Am´┐Żricains.

Les Am´┐Żricains n'´┐Żtaient pas les plus efficaces pour capturer des espions, mais les Renseignements ´┐Żtaient en alerte bien avant que les Russes ne sachent qu'une soucoupe volante avait ´┐Żt´┐Ż r´┐Żcup´┐Żr´┐Że.

Pendant l'´┐Żt´┐Ż 1947, et ´┐Ż partir de la base du Nouveau Mexique, les agents du CIC questionn´┐Żrent quiconque semblait int´┐Żress´┐Ż par ce qui c'´┐Żtait pass´┐Ż ´┐Ż Roswell. Vous posiez des questions et un couple d'agents frappait ´┐Ż votre porte et fouillait vos affaires sans mandat de perquisition.

D´┐Żbut Ao´┐Żt, cette m´┐Żthode commen´┐Ża ´┐Ż porter ses fruits. Pendant que le G´┐Żn´┐Żral Twining ´┐Żcrivait son rapport au Commandant de l'Air Force ´┐Ż Washington, les Commandants de la Navy et des Renseignements de la Navy savaient que les Sovi´┐Żtiques avaient une op´┐Żration de haute priorit´┐Ż sur place, dans les bases militaires, autour de la r´┐Żgion. Les agents Sovi´┐Żtiques ´┐Żtaient partout.

Roscoe Hillenkoetter, membre du groupe sur les ovnis du Pr´┐Żsident Truman et directeur du Service Centrale des Renseignements, informait le Pr´┐Żsident.

Une op´┐Żration de renseignement fut imm´┐Żdiatement mise en place.

Il y avait beaucoup de questions : Est-ce que cette soucoupe volante ´┐Żtait un pr´┐Żlude ´┐Ż quelque chose de plus grand ? Est-ce qu'ils communiquaient avec les Sovi´┐Żtiques ? ´┐Żtaient-ils alli´┐Żs avec les Sovi´┐Żtiques ? Est-ce qu'ils sondaient les d´┐Żfenses militaires pour une invasion plan´┐Żtaire ?

Les militaires avaient toujours estim´┐Żs que les intentions de ces vaisseaux ´┐Żtaient hostiles, mais que voulaient-ils ?

Un secret si grand, ´┐Ż propos des soucoupes volantes, r´┐Żv´┐Żl´┐Ż au public, causerait une panique dans la population civile. C'est pourquoi un plan de camouflage ´┐Żlabor´┐Ż fut ´┐Żtablit. De plus, les Am´┐Żricains devaient tenir ´┐Ż l'´┐Żcart les Sovi´┐Żtiques jusqu'´┐Ż ce qu'ils sachent ce qu'ils poss´┐Żdaient.

Certains disent que ce fut l'id´┐Że du Secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense James Forrestal, d'autres que l'id´┐Że vint de Hillenkoetter. Corso ne le sait pas, car pendant la mise en route du plan, il se trouvait ´┐Ż Fort Riley, essayant d'oublier l'image de la cr´┐Żature flottant dans la caisse.

Peut-´┐Żtre ´┐Żtait-ce Forrestal, apr´┐Żs tout. Il ´┐Żtait la seule personne du cabinet qui pouvait parler au Pr´┐Żsident Truman. Truman savait comment une histoire pouvait se transformer. C'´┐Żtait pareil pour le G´┐Żn´┐Żral Twining qui s'´┐Żtait trouv´┐Ż, lui-m´┐Żme, sur le site de l'´┐Żcrasement. Si Truman voulait des r´┐Żponses, il devait passer par quelqu'un qui c'´┐Żtait trouv´┐Ż directement sur les lieux.

"Savons-nous apr´┐Żs quoi sont ces fils de putes ?" demanda Truman ´┐Ż propos des extraterrestres trouv´┐Żs dans la soucoupe volante.

"C'est une question que nous devons r´┐Żsoudre" r´┐Żpondirent Forrestal et Hillenkoetter.

"Comment allez vous proc´┐Żder pour cela ?" demanda Truman.

Forrester et Hillenkoetter expliqu´┐Żrent qu'ils voulaient que le Pr´┐Żsident ´┐Żcoute ce que le G´┐Żn´┐Żral Twining avait ´┐Ż dire et ensuite qu'il devait convoquer un groupe de militaires, de civiles et de personnels des Renseignements. Dans cette logique, quoi qu'ils d´┐Żcident de faire, cela ne devait pas ´┐Żtre rendu public, pour ´┐Żviter le risque de fuite aupr´┐Żs des Sovi´┐Żtiques.

"Nous ne voulons pas que les journaux et les radios aient quoi que ce soit dans leurs mains." dirent-ils au Pr´┐Żsident.

"Winchell voudra me crucifier s'il d´┐Żcouvre ce que nous allons faire." dit, apparemment, Truman ´┐Ż cette r´┐Żunion. Personne dans le secret n'aimait beaucoup le Pr´┐Żsident Truman et il appr´┐Żciait cela.

"C'est comme le projet Manhattan, Mr le Pr´┐Żsident" lui rappela Hillenkoetter, "c'´┐Żtait la guerre, nous ne devions rien dire ´┐Ż personne. C'est ´┐Ż nouveau la guerre. La m´┐Żme chose."

Ensuite, ils expliqu´┐Żrent qu´┐Żapr´┐Żs avoir convenu d'un groupe de travail, ils voulaient cr´┐Żer un d´┐Żtachement sp´┐Żcial pour la recherche ext´┐Żrieure sur la technologie alors que la machine ´┐Ż espionner Sovi´┐Żtique ´┐Żtait en route.

"Nous le cacherons au Gouvernement lui-m´┐Żme" expliqua le Secr´┐Żtaire.

"Cr´┐Żez un nouveau niveau de s´┐Żcurit´┐Ż juste pour cela" dit le Directeur du Centre des Renseignements. "Toutes les informations que nous d´┐Żciderons de diffuser, m´┐Żme en interne, devront descendre ´┐Ż un niveau inf´┐Żrieur emp´┐Żchant, ainsi, ce qui auront cette information de remonter plus haut. La seule fa´┐Żon de cacher cela aux Sovi´┐Żtiques, c'est de le cacher ´┐Ż nous-m´┐Żmes."

Le Pr´┐Żsident r´┐Żfl´┐Żchissait sur la difficult´┐Ż ´┐Ż cacher un sujet qui ´┐Żtait devenu un des sujets les plus chauds. Qu'´┐Żtait-il suppos´┐Ż dire quand les gens questionneraient le Gouvernement sur les soucoupes volantes ?

Comment faire des recherches sur ces ´┐Żtranges cr´┐Żatures sans que les journaux mettent la main dessus ?

Comment ´┐Żtudier les propri´┐Żt´┐Żs physiques du mat´┐Żriel d´┐Żcrit par Hillenkoetter sans impliquer des gens externes au Gouvernement ?

Truman ne voyait pas comment un Gouvernement dans un Gouvernement pourrait travailler sans perdre le contr´┐Żle. Malgr´┐Ż les assurances de Forrestal, le Pr´┐Żsident restait sceptique.

"Et il y a un point final" dit Truman, "Devons-nous dire au peuple Am´┐Żricain ce qui c'est r´┐Żellement pass´┐Ż ?".

Il y eut un silence.

"H´┐Ż bien" dit Truman, "Le faisons nous ?".

C'´┐Żtait une question simple avec une r´┐Żponse simple, "Oui ou non". Forrestal et Hillenkoetter r´┐Żpondirent par r´┐Żflexe, "NON". Forrestal vit cependant que ce ne serait pas aussi facile. Comme administrateurs en temps de guerre, leur premi´┐Żre r´┐Żponse ´┐Żtait naturellement de garder tout secret. Ce que le peuple ne sait pas, il n'a pas besoin de le savoir. Mais le Pr´┐Żsident Truman, qui n'avait pas de pass´┐Ż militaire, avait vu quelque chose que ni Forrestal ni Hillenkoetter n'avaient vue. Si ces vaisseaux pouvaient ´┐Żchapper aux radars et pouvaient atterrir n'importe o´┐Ż, qu'est ce qui pouvait les emp´┐Żcher d´┐Żatterrir devant la Maison Blanche o´┐Ż devant le Kremlin ? Certainement pas l'arm´┐Że Am´┐Żricaine.

"Alors que dirons-nous lorsqu'ils atterriront ?" continua Truman, "et pour ne pas cr´┐Żer une panique dans les rues identique a celle qui appara´┐Żtrait si nous disions ce que nous savons ?"

"Mais nous ne savons r´┐Żellement rien" r´┐Żpondit le Directeur des Renseignements. "Rien jusqu'´┐Ż ce que nous analysions ce que nous avons r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż".

Le Secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense et le Directeur des Renseignements ´┐Żtaient d'accord avec le Pr´┐Żsident Truman sur le fait qu'il soit sceptique, et plus sp´┐Żcialement sur ce point final de la r´┐Żv´┐Żlation publique.

"Donc nous ne pouvons tirer aucunes conclusions tant que vous n'aurez pas rencontr´┐Ż le G´┐Żn´┐Żral Twining" dit Hillenkoetter. "Je pense qu'il fournira quelques r´┐Żponses ´┐Ż nos questions."

Pendant que Hillenkoetter et Forrestal ´┐Żtaient en discutions avec le Pr´┐Żsident Truman ´┐Ż propos du groupe de travail, le G´┐Żn´┐Żral Twining terminait ses premi´┐Żres analyses des rapports et du mat´┐Żriel envoy´┐Żs ´┐Ż Whrigt Field. Il envoya imm´┐Żdiatement les restes des extraterrestres ´┐Ż l'H´┐Żpital Naval de Bethesda et ´┐Ż l'H´┐Żpital militaire de Walter Reed pour diff´┐Żrentes analyses. Le vaisseau lui-m´┐Żme fut envoy´┐Ż ´┐Ż Whight Field, mais comme Twining l'avait promis dans son m´┐Żmo, il se pr´┐Żparait´┐Ż distribuer le mat´┐Żriel de l'´┐Żpave ´┐Ż travers les diff´┐Żrents bureaux militaires et civiles pour des ´┐Żvaluations compl´┐Żmentaires.

Il avait eu l' assurance de l'Amiral Hillenkoetter qu'une nouvelle classification de s´┐Żcurit´┐Ż ´┐Żtait mise en place ´┐Ż propos de Roswell. Personne dans l'arm´┐Że, autres que les noms qu'il avait re´┐Żu du Pr´┐Żsident lui-m´┐Żme, ne poss´┐Żdait le niveau de s´┐Żcurit´┐Ż suffisant pour ´┐Żcouter l'histoire ´┐Ż propos de Roswell que Twining devait fournir au Pr´┐Żsident et au groupe de travail.

Trois mois apr´┐Żs sa visite au Nouveau Mexique afin d'´┐Żcouter ce qui c'´┐Żtait pass´┐Ż ´┐Ż Roswell, le G´┐Żn´┐Żral Twining rencontrait le Pr´┐Żsident Truman comme Hillenkoetter et Forrestal l'avaient sugg´┐Żr´┐Ż. Il expliqua tr´┐Żs clairement ce qu'il pensait de l'objet r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż dans le d´┐Żsert par l'arm´┐Że. C'´┐Żtait en dehors de toute compr´┐Żhension, d´┐Żcrivit-il au Pr´┐Żsident, rien qui ne pouvait venir de cette Terre. Si les Sovi´┐Żtiques travaillaient sur quelques chose comme cela, c'´┐Żtait si secret qu'aucuns Commandants n'en avaient entendu parler.

Pour Twining, ce qu'ils avaient trouv´┐Żs n'´┐Żtait pas "de cette Terre". Apr´┐Żs que le Pr´┐Żsident Truman ait entendu cela, il appela Forrestal, pendant que Twining retournait dans l'Ohio.

Il ´┐Żtait convaincu. C'´┐Żtait plus gros que le projet Manhattan et n´┐Żcessitait d'´┐Żtre g´┐Żr´┐Ż ´┐Ż une plus grande ´┐Żchelle et manifestement pour une longue p´┐Żriode. Le groupe propos´┐Ż par Forrestal et Hillenkoetter devait consid´┐Żrer ce qu'ils devaient r´┐Żellement g´┐Żrer et pour combien de temps.

Ils devaient essayer de garder le secret du vaisseau extraterrestre ´┐Żcras´┐Ż ´┐Ż Roswell. Ils devaient le cacher dans ce qui deviendrait plus tard, le plus grand programme de recherche parall´┐Żle de l'histoire, la gestion de ce qui pouvait devenir une relation entre l'Am´┐Żrique et les extraterrestres.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining montrait clairement dans ses analyses pr´┐Żliminaires qu'ils enqu´┐Żteraient sur le ph´┐Żnom´┐Żne des disques volants, Roswell inclus. Ces entit´┐Żs ´┐Żtaient hostiles, disait le G´┐Żn´┐Żral. Si elles ´┐Żtaient en mission pacifique, elles n'utiliseraient pas des manoeuvres d'esquives pour ´┐Żviter tout contact, m´┐Żme lorsqu'elles p´┐Żn´┐Żtraient dans l'espace a´┐Żrien Am´┐Żricain au-dessus des installations les plus secr´┐Żtes.

Elles avaient une technologie bien sup´┐Żrieure ´┐Ż la leur. Ils devaient l'´┐Żtudier et l'exploiter au cas o´┐Ż ces entit´┐Żs deviendraient plus agressives. S'ils ´┐Żtaient oblig´┐Żs de se battre dans une guerre spatiale, ils devaient comprendre mieux la nature de leurs ennemis, et plus sp´┐Żcialement s'ils devaient pr´┐Żparer le peuple Am´┐Żricain ´┐Ż faire face ´┐Ż un ennemi.

Ceci, Truman pouvait le comprendre. Il comprenait que Twining lui d´┐Żcrivait les ´┐Żtranget´┐Żs d'un vaisseau spatial qui semblait n'avoir ni moteur, ni carburant, ni aucun syst´┐Żme de propulsion apparent, bien qu'il d´┐Żpasse en vitesse leurs plus rapides chasseurs. Il d´┐Żcrivait les curieuses cr´┐Żatures ´┐Ż l'air d'enfant, qui ´┐Żtaient ´┐Ż l'int´┐Żrieur de l'appareil et dont une avait ´┐Żt´┐Ż tu´┐Że avec un fusil.

Il d´┐Żcrivait le fait que vous pouviez voir l'aube de l'int´┐Żrieur du vaisseau, m´┐Żme si le soleil n'´┐Żtait pas encore lev´┐Ż. Il d´┐Żcrivait ´┐Żgalement, les d´┐Żbris m´┐Żtalliques qu'ils ne pouvaient pas br´┐Żler ou fondre, un rayon de lumi´┐Żre que vous ne pouviez pas voir jusqu'´┐Ż ce qu'il touche un objet et le br´┐Żle, etc...

Plus de questions que de r´┐Żponses, disait Twining. C'´┐Żtait en-dehors des capacit´┐Żs des militaires de faire quoi que ce soit de tout cela. Cela prendrait beaucoup d'´┐Żnergie humaine, disait le G´┐Żn´┐Żral, et tout le travail ´┐Ż venir devrait rester secret.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining montra des photographies de ces cr´┐Żatures humano´┐Żdes et des rapports d'autopsies qui sugg´┐Żraient qu'elles ´┐Żtaient trop humaines. Elles devaient avoir eu des rapports avec notre esp´┐Żce ´┐Ż un moment donn´┐Ż. Elles ´┐Żtaient intelligentes et capables de communiquer. Des t´┐Żmoins, sur les lieux de l'accident, avaient constat´┐Ż une sorte de t´┐Żl´┐Żpathie. Ils ne savaient pas si elles venaient d'une autre plan´┐Żte comme Mars, dans notre syst´┐Żme solaire, o´┐Ż d'une autre galaxie.

Mais elles poss´┐Żdaient une technologie militaire qui, apparemment, ´┐Żtait compr´┐Żhensible et exploitable m´┐Żme si c'´┐Żtait seulement pour se d´┐Żfendre contre les Sovi´┐Żtiques. Mais en ´┐Żtudiant ce que poss´┐Żdaient ces extraterrestres, les Am´┐Żricains seraient capables de fabriquer un syst´┐Żme de d´┐Żfense valable aussi contre eux.

A la fin, Twining disait que comme le vaisseau extraterrestre ´┐Żtait tr´┐Żs ressemblant avec les ailes volantes Allemandes Horten, appareils vus par les aviateurs Am´┐Żricains ´┐Ż la fin de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale. Il suspectait les Allemands d'avoir rencontr´┐Ż quelque chose qu'ils ne connaissaient pas.

La conversation de Twining avec Werher von Braun et Willy Ley, ´┐Ż Alamogordo, dans les jours suivants l'´┐Żcrasement lui avait confirm´┐Ż ceci. Ils pensaient qu'il y avait une histoire souterraine´┐Ża propos de ce que construisaient les Allemands. Les similitudes entre les ailes Horten et le vaisseau r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż n'´┐Żtaient pas un accident. Les Am´┐Żricains avaient toujours ´┐Żt´┐Ż ´┐Żmerveill´┐Żs par la technologie avanc´┐Że utilis´┐Że dans les d´┐Żveloppements d'armes Allemands dans un temps si court et pendant la grande d´┐Żpression. Avaient-ils eu de l'aide ? Peut-´┐Żtre les Am´┐Żricains ´┐Żtaient ausi chanceux que les Allemands et allaient r´┐Żcup´┐Żrer une partie de cette technologie pour eux-m´┐Żmes.

Avec des capacit´┐Żs de manoeuvres et d'acc´┐Żl´┐Żrations pareilles, ce vaisseau occuperait les ing´┐Żnieurs Am´┐Żricains pendant des ann´┐Żes rien que pour pouvoir incorporer le design.

Cette chose ´┐Żtait trop importante ´┐Ż cacher tout ce temps alors que les journalistes tournaient comme des chiens autour d'un os. Donc, mettre ceci sur le plus haut degr´┐Ż de classification n'´┐Żtait pas suffisant. Vous ne pouviez pr´┐Żvenir les fuites, elle pouvaient venir de partout. Le G´┐Żn´┐Żral pensait ´┐Ż ceci avant que le groupe de prenne sa d´┐Żcision finale. Le Pr´┐Żsident avisera.

Mi-septembre, tout ceci ´┐Żtait ´┐Żvident pour chaque membre du groupe de travail du Pr´┐Żsident Truman. Groupe constituait de :

´┐Ż         Roscoe Hillenkoetter : Directeur du Bureau Centrale des Renseignements.

´┐Ż         James Forrestal : Secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense.

´┐Ż         Le G´┐Żn´┐Żral Nathan Twining :Commandant de l'AAF puis de l'USAF.

´┐Ż         Donald Menzel : Astronome et expert sur les renseignements cryptographiques de la Navy.

´┐Ż         Vannevar Bush : Pr´┐Żsident du "Joint Research and Developpement Board".

´┐Ż         Detlev Bronk : Pr´┐Żsident du "National Research Council" et biologiste qui sera nomm´┐Ż au "National Committee on Aeronautics".

´┐Ż         Le G´┐Żn´┐Żral Robert Montague : Camarade de classe du G´┐Żn´┐Żral Twining ´┐Ż West Point. Commandant ´┐Ż Fort Bliss et avec un niveau de commandement sup´┐Żrieur au Commandement de White Sands.

´┐Ż         Gordon Gray : Secr´┐Żtaire du Pr´┐Żsident Truman et Pr´┐Żsident du "CIA's Psychological Strategy Board".

´┐Ż         Sidney Souers : Directeur du "National Security Council (NSC)".

´┐Ż         Le G´┐Żn´┐Żral Hoyt Vandenberg : Directeur du "Centre Intelligence Groupe" puis chef de l'´┐Żquipe de l'USAF en 1948.

´┐Ż         Jerome Hunsaker : Ing´┐Żnieur en a´┐Żronautique et Directeur du "National Advisory Committee on Aeronautics".

´┐Ż         Llyod Berkner : Membre du "Joint Resaerch and Developpment Board".

´┐Ż moins que ce groupe ´┐Żtablisse un plan ´┐Ż long terme pour prot´┐Żger et d´┐Żvelopper le projet Roswell, le secret serait bient´┐Żt divulgu´┐Ż.

Corso pense que c'est le G´┐Żn´┐Żral Twining qui fit la remarque comme quoi l'histoire s'´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż ´┐Żchapp´┐Że. Elle ´┐Żtait sortie, dit-il, quelques heures apr´┐Żs l'´┐Żcrasement puis s'´┐Żtait effac´┐Że. En fait, la population du Nouveau Mexique parlait, mais apr´┐Żs l'histoire du ballon m´┐Żt´┐Żo de l'arm´┐Że, les journaux Nationaux traitaient les rapports sur les soucoupes volantes comme une vision de gens qui avaient trop regard´┐Ż de films de Buck Rogers. La presse Nationale avait d´┐Żj´┐Ż fait le travail du groupe. Ce qui ´┐Żtait r´┐Żellement n´┐Żcessaire, sugg´┐Żra Twining, c'´┐Żtait une m´┐Żthode pour rassembler l'information ´┐Ż propos des activit´┐Żs continuelles des ovnis, sp´┐Żcialement les ´┐Żcrasements, les observations tr´┐Żs probantes des pilotes ou des militaires, ou les rencontres physiques individuelles, et furtivement, faire filtrer cette information par le groupe pour que l'explication non identifi´┐Że devienne un ph´┐Żnom´┐Żne compl´┐Żtement identifiable et explicable.

Sous la couverture des explications des soucoupes volantes, les agences appropri´┐Żes, repr´┐Żsent´┐Żes par des membres du groupe, pouvaient enqu´┐Żter librement sur le vrai ph´┐Żnom´┐Żne des ovnis. Mais par-dessus tout, dit Twining, il fallait d´┐Żnier compl´┐Żtement et durablement le ph´┐Żnom´┐Żne des ovnis jusqu'´┐Ż ce que le public soit pr´┐Żpar´┐Ż ´┐Ż une r´┐Żv´┐Żlation graduelle pour r´┐Żduire le potentiel de peur d'une confrontation avec une entit´┐Ż biologique plus puissante venant d'un monde diff´┐Żrent. Cela devait ´┐Żtre, sugg´┐Żra Twining, le plus grand Cover-up et le plus grand programme de relations publiques jamais fait.

Le groupe fut d'accord. Il ne formait, en fait, rien de plus qu'un gouvernement dans le gouvernement.

"Cela sera" dit le G´┐Żn´┐Żral Twining, "Un cas o´┐Ż le cover-up est une r´┐Żv´┐Żlation et la r´┐Żv´┐Żlation un cover-up. D´┐Żnier tout, mais laisser le sentiment du public faire son chemin. Rester sceptique jusqu'´┐Ż ce que la v´┐Żrit´┐Ż devienne plus acceptable".

Le groupe fut d'accord pour ´┐Żtablir un projet d'information et de collecte. Il fut nomm´┐Ż BLUE BOOK, et il fut g´┐Żr´┐Ż par l'Air Force. Pendant que les officiels du projet BLUE BOOK donnaient des explications sur les observations, le projet entier, en fait, ´┐Żtait une machine pour r´┐Żcup´┐Żrer des enregistrements photographiques sur l'activit´┐Ż des soucoupes volantes pour l'´┐Żvaluation et la recherche.

Les observations les plus intrigantes et ayant les plus grandes chances d´┐Ż´┐Żtre de vrais ovnis ´┐Żtaient envoy´┐Żes au groupe de travail pour ensuite ´┐Żtre envoy´┐Żes aux diff´┐Żrentes agences de recherches.

Quand Corso entra au Pentagone, la cat´┐Żgorie traitant de la recherche et de l'´┐Żvaluation des soucoupes volantes s'appelait simplement "Technologie ´┐Żtrang´┐Żre".

7 ´┐Ż La strat´┐Żgie

Il y a une vieille histoire qu'entendit une fois Corso ´┐Ż propos des secrets.

Un groupe d'hommes essayaient de prot´┐Żger les plus importants secrets au reste du monde. Ils prirent leurs secrets et les rang´┐Żrent dans une cabane dont la localisation ´┐Żtait secr´┐Żte. Mais la localisation secr´┐Żte fut bient´┐Żt trouv´┐Że et dedans fut d´┐Żcouvert les secrets que le groupe cachait. Mais avant que les secrets soient r´┐Żv´┐Żles, les hommes construisirent, rapidement, une autre cabane o´┐Ż ils rang´┐Żrent les secrets qu'ils essayaient de garder pour eux-m´┐Żmes. Bient´┐Żt, la deuxi´┐Żme cabane fut d´┐Żcouverte et le groupe r´┐Żalisa qu'il devrait donner quelques secrets pour prot´┐Żger le reste. Donc, ils construisirent une troisi´┐Żme cabane pour prot´┐Żger tout les secrets possibles. Le processus ce r´┐Żp´┐Żta de lui-m´┐Żme encore et encore jusqu'´┐Ż ce que quiconque voulant trouver les secrets de la premi´┐Żre cabane poursuive sa route de cabane en cabane jusqu'´┐Ż ce qu'il arrive ´┐Ż un cul-de-sac parce qu'il ne connaissait pas la localisation de la cabane suivante.

Pendant 50 ans, ce fut comme cela que les secrets de Roswell furent gard´┐Żs secrets, et cela continu aujourd´┐Żhui. Ceux qui cherchent des documents Gouvernementaux d´┐Żclassifi´┐Żs afin de trouver les secrets de Roswell et des contacts que maintiennent les USA avec ceux qui les visitent, trouveront des projets, nom de code apr´┐Żs nom de code, chacun avec ses propres dossiers, son propre syst´┐Żme de classification, sa propre administration militaire ou gouvernementale, son propre budget et m´┐Żme ses propres rapports sur des documents hautement classifi´┐Żs. Tous ces projets avaient la m´┐Żme fonction. G´┐Żrer la relation en cours avec les visiteurs extraterrestres d´┐Żcouverts ´┐Ż Roswell. Ainsi, ´┐Ż chaque niveau, une fois la s´┐Żcurit´┐Ż viol´┐Że, pour n'importe qu'elle raison, une partie du secret ´┐Żtait r´┐Żv´┐Żl´┐Ż ´┐Ż travers la d´┐Żclassification, pendant que le reste ´┐Żtait emmen´┐Ż dans un nouveau projet classifi´┐Ż ou d´┐Żplac´┐Ż dans un projet d´┐Żj´┐Ż existant.

Pour ceux qui travaillent dans la machine militaire et gouvernementale, le gouvernement est dynamique, tr´┐Żs r´┐Żactif. Pendant toutes les ann´┐Żes apr´┐Żs Roswell, ils n'ont pas ´┐Żt´┐Ż juste une poign´┐Że ´┐Ż vouloir savoir ce qui c'´┐Żtait r´┐Żellement pass´┐Ż, ils ´┐Żtaient des centaines, ou m´┐Żme plus. En fait, ils n'ont jamais cach´┐Ż la v´┐Żrit´┐Ż, elle a toujours ´┐Żt´┐Ż l´┐Ż, les gens ne savaient pas ce qu'ils regardaient et ne reconnaissaient donc pas ce que c'´┐Żtait lorsqu'ils le voyaient. Et pourtant ils l'ont trouv´┐Ż encore et encore.

Le projet BLUE BOOK fut cr´┐Że pour rendre le public heureux d'avoir un organisme qui permettait de rapporter les observations. Les projets "GRUDGE" et "SIGN" ´┐Żtaient au plus haut niveau de s´┐Żcurit´┐Ż afin de permettre aux militaires d´┐Żenqu´┐Żter sur les observations qui n'´┐Żtaient pas explicables par des ballons, des oies, ou la plan´┐Żte V´┐Żnus. BLUE FLY et TWINKLE avaient d'autres buts, comme par exemple camoufler d'autres projets comme HORIZON, HARP, RAINBOW et m´┐Żme la SDI (Space Defense Initiative). Tous avaient quelque chose ´┐Ż voir avec la technologie extraterrestre. Mais personne ne l'a jamais su.

Et quand des journalistes, aujourd'hui, d´┐Żcrivent des rencontres extraterrestres, ils se tordent de rire ou vendent l'histoire aux tablo´┐Żdes, lesquels impriment un dessin d'extraterrestre avec un grosse t´┐Żte, des yeux amandes, et six doigts. ´┐Ż nouveau tout le monde rigole, mais c'est ce ´┐Ż quoi ces choses ressemblent r´┐Żellement parce que Corso en a vu une qui partait pour Wright Field.

Les soucoupes volantes ont vraiment vol´┐Żs au-dessus de Washington en 1952 et il y a plein de photographies et de rapports de radars pour le confirmer. Mais ils d´┐Żni´┐Żrent tout et ils encourag´┐Żrent les ´┐Żcrivains de Science-fiction ´┐Ż faire des films comme "THE MAN FROM PLANET X" pour d´┐Żgonfler la pression en ce qui concernait la v´┐Żrit´┐Ż sur les soucoupes volantes. Ceci ´┐Żtait appel´┐Ż camouflage avec r´┐Żv´┐Żlation limit´┐Że et cela marchait. Si le public s'amusait et s'effrayait avec ces divertissements, il serait moins content de voir ce qui se passait r´┐Żellement. Mais que ce passait-il r´┐Żellement ?

Comme l'avait sugg´┐Żr´┐Ż le G´┐Żn´┐Żral Twining, dans son rapport, la "Technologie ´┐Żtrang´┐Żre" ´┐Żtait la cat´┐Żgorie pour faire des recherches sur les objets extraterrestres de Roswell. "Technologie ´┐Żtrang´┐Żre" ´┐Żtait un terme qui englobait beaucoup : De l´┐Żh´┐Żlicopt´┐Żre Fran´┐Żais, au Mig Russe captur´┐Ż.

Et si quelques d´┐Żbris technologiques d'un ´┐Żtrange vaisseau en forme d'aile arrivaient dans les bureaux des R&D ?

´┐ŻToute cette recherche ´┐Żtait classifi´┐Że parce qu'il s'agissait de mises au points d'armes contre les Russes et les journalistes le savaient. Donc les R&D n'avaient rien ´┐Ż dire. Les R&D ´┐Żtaient la couverture parfaite. Tout ce qu'avait ´┐Ż faire Corso, c'´┐Żtait de chercher quoi faire avec les objets qu'il poss´┐Żdait.

"Allez, Phil, allons-y" dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż Corso par l'intercom de son bureau.

Corso rejoignit Trudeau dans son bureau. C'´┐Żtait une routine r´┐Żp´┐Żt´┐Że 3 ou 4 fois par jour. Trudeau voulait ´┐Żtre mis au courant en personne parce que les murs avaient des oreilles au Pentagone. Leurs discutions ´┐Żtaient toujours priv´┐Żes.

"Donc maintenant, vous savez comment le paquet est arriv´┐Ż ?" demanda Trudeau. Sur une feuille, Corso avait trac´┐Ż le chemin de l'information de Roswell du 509e Groupe jusqu'´┐Ż Fort Bliss, puis de l´┐Ż, ´┐Ż Wright Field, le point de diss´┐Żmination.

"Je me doutais que cela n'´┐Żtait pas arriv´┐Ż par la Poste" dit-il, "Je ne pensais pas qu'elle avait un camion assez gros."

"Est-ce que cela peut nous aider ´┐Ż trouver ce que nous devons faire ?" demanda-t'il.

M´┐Żme s'il avait ´┐Żt´┐Ż n´┐Żglig´┐Ż pendant des ann´┐Żes, il ´┐Żtait clair que le bureau des R&D ´┐Żtait la destination voulue pour ce paquet. Le G´┐Żn´┐Żral Twining, plus que quiconque, savait combien le budget des R&D ´┐Żtait prot´┐Żg´┐Ż pendant les ann´┐Żes de la guerre froide.

Maintenant, Corso comprenait comment le camouflage avait prit place et il voyait maintenant combien le plan du G´┐Żn´┐Żral ´┐Żtait brillant. ´┐Ż moins qu'ils ne fassent partis du groupe de travail d'Eisenhower, m´┐Żme les membres de la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale de la Maison Blanche ne savaient pas que les R&D servaient de d´┐Żp´┐Żt pour les objets de Roswell. Corso en faisait parti. En fait, c'est jusqu'´┐Ż ce qu'il voit les dossiers par lui-m´┐Żme que Corso r´┐Żalisa ce que Twining et son groupe de travail avaient accomplis. Au moment o´┐Ż Corso ´┐Żtait ´┐Ż la Maison Blanche, tout ´┐Żtait, apparemment, de l'histoire ancienne. Les gens ´┐Żtaient plus inquiets ´┐Ż propos des informations sur les observations qui inondaient chaque jour le projet BLUE BOOK que par l'histoire oubli´┐Że de Roswell.

Trudeau voulait savoir ce que les recherches de Corso avaient donn´┐Żes et ce qu'il avait entendu ´┐Ż propos de Roswell pendant ses ann´┐Żes ´┐Ż la Maison Blanche, ce qu'il avait vu.

"Phil, nous savons tout les deux que le paquet que vous poss´┐Żdez n'est pas une surprise." dit Trudeau.

Corso ne r´┐Żpondit pas car en r´┐Żpondant ´┐Ż cela, il brisait la confidentialit´┐Ż auquel il ´┐Żtait assign´┐Ż par l'´┐Żquipe de NSC ´┐Ż la Maison Blanche.

"Vous n'avez rien ´┐Ż dire officiellement" continua-t'il, "et je ne vous en veux pas. Mais vous pouvez me donner vos impressions sur la fa´┐Żon de parler des gens qui travaillaient pour le groupe."

"Je n'ai pas travaill´┐Ż pour le groupe, G´┐Żn´┐Żral" dit Corso, "Et quoi que j'ai vu ou entendu, c'est parce que c'est pass´┐Ż ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de moi. Pas parce que j'´┐Żtais suppos´┐Ż travailler avec."

Mais Trudeau poussa Corso ´┐Ż se rappeler comment la NSC avait trait´┐Ż avec le groupe et combien l'´┐Żquipe de Centre des Renseignements, ´┐Ż la Maison Blanche, pressait pour avoir tout l'information possible sur ce que faisait le groupe.

Bien s´┐Żr, Corso se rappelait ces questions ´┐Ż propos de ce qui avait pu se passer ´┐Ż Roswell, ´┐Ż propos de ce qui se cach´┐Ż derri´┐Żre le projet BLUE BOOK et aussi ´┐Ż propos de ces lumi´┐Żres survolant Washington en 1952. En 1961, avec les informations que Corso venait de recueillir, il pouvait voir clairement les choses qu'il n'avait pas compris en 1955. Il ne comprenait pas pourquoi la CIA ´┐Żtait si agressive ´┐Ż propos des observations r´┐Żp´┐Żt´┐Żes d'ovnis et pourquoi elle cherchait toute les informations possibles sur la technologie de Roswell.

Trudeau voulait savoir comment travaillait la bureaucratie, combien d'activit´┐Żs g´┐Żrait lui-m´┐Żme le groupe. Le G´┐Żn´┐Żral W. B. Smith avait remplac´┐Ż Forrestal apr´┐Żs son suicide durant la deuxi´┐Żme ann´┐Że de l'administration Truman. ´┐Ż travers les questions du G´┐Żn´┐Żral Trudeau, Corso se rendit compte que non seulement il connaissait d´┐Żj´┐Ż parfaitement l'histoire mais qu'en plus il savait quels types de probl´┐Żmes rencontreraient les R&D et comment les r´┐Żsoudre.

Ce groupe ´┐Żtait au-dessus du Top-secret et officiellement, n'avait pas le droit d'exister.

Des sous-groupes furent form´┐Żs pour enqu´┐Żter sur des zones sp´┐Żcifiques de la recherche. Ces groupes avaient des niveaux de classifications inf´┐Żrieures. Le groupe devait d´┐Żterminer ce qui pouvait ´┐Żtre diffus´┐Ż au public et ce qui devait rester secret co´┐Żte que co´┐Żte.

Comme dans l'histoire des cabanes, les membres du groupe ont cr´┐Żes de nouvelles structures de protection pour l'information qu'ils devaient pr´┐Żserver.

Le camouflage officiel pliait sous le poids de l'information que le groupe devait ´┐Żtudier. La structure du groupe a chang´┐Ż depuis sa formation ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 40. Ce qui avait commenc´┐Ż comme un groupe de vieux amis ´┐Żtait devenu un d´┐Żsordre incontr´┐Żlable dans les cinq ann´┐Żes qui ont suivies.

Beaucoup de morceaux du g´┐Żteau s'´┐Żchappaient tout autour et chaque branche militaire volait une part du "budget noir". Il ´┐Żtait donc n´┐Żcessaire d'avoir une administration enti´┐Żre juste pour g´┐Żrer les gestionnaires du "cover-up". Ainsi, ´┐Ż un certain moment, au milieu de l'administration d'Eisenhower, le grand camouflage semblait craquer. Personne ne savait ce que faisaient les autres.

Dans les ann´┐Żes 50, une cascade d'effets se d´┐Żveloppa. Ce qui avait commenc´┐Ż par une simple op´┐Żration de camouflage s'´┐Żtait bris´┐Że en plusieurs petites unit´┐Żs. Les fonctions de contr´┐Żles et de commandements commen´┐Żaient ´┐Ż faiblir et comme un sous-marin faisant surface, des morceaux d'information ´┐Żmergeaient. L'arm´┐Że du CIC, une des forces les plus puissantes pour garder le secret de Roswell, avait faibli ´┐Ż cause de la CIA et du FBI qui poussaient derri´┐Żre.

´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, le sch´┐Żma original pour perp´┐Żtrer le camouflage ´┐Żtait d´┐Żfectueux. Les fonctions ´┐Żtaient maintenant g´┐Żr´┐Żes par une s´┐Żrie de groupes individuelles dans les agences militaires et civiles, chacun avait acc´┐Żs ´┐Ż une information limit´┐Że, et chacun poursuivait ses propres recherches et enqu´┐Żtes et chacun se comportait comme si le super groupe des renseignements ´┐Żtait aux commandes.

Mais comme le Magicien d'Oz, il n'y avait pas de super groupe des renseignements. Ses fonctions avaient ´┐Żt´┐Ż absorb´┐Żes par les diff´┐Żrents groupes, mais personne n'en parlait parce que ce groupe n'´┐Żtait pas suppos´┐Ż exister officiellement. Et, pendant les quarante ann´┐Żes suivantes, chaque agence crut ´┐Żtre g´┐Żr´┐Że par des hauts plac´┐Żs.

Rappelez-vous les files d'attente de voitures pendant la crise p´┐Żtroli´┐Żre de 1973. Quand un conducteur, pensant qu'une station d'essence ´┐Żtait ouverte, attendait ´┐Ż la pompe, 50 minutes apr´┐Żs, d'autres voitures attendaient derri´┐Żre lui. De grandes files de voitures attendaient derri´┐Żre des pompes qui n'ouvriraient jamais parce qu'elles n'avaient pas d'essence.

C'´┐Żtait ce ´┐Ż quoi ressemblait le grand camouflage pendant le gouvernement Kennedy.

"Il n'y a personne ´┐Ż la maison, Phil" dit Trudeau en lisant les notes de Corso, "personne except´┐Ż nous. Nous devons faire notre propre politique."

Trudeau ´┐Żtait G´┐Żn´┐Żral, le produit d'un proc´┐Żd´┐Ż politique et de l'approbation du Congr´┐Żs. Les G´┐Żn´┐Żraux sont fait par le Gouvernement, pas par l'arm´┐Że. Ils se trouvent entre le Gouvernement et la vaste machine militaire. Les G´┐Żn´┐Żraux sont l´┐Ż pour cr´┐Żer la conduite ´┐Ż suivre afin que la politique militaire fonctionne telle qu'elle est sens´┐Że le faire.

Trudeau allait faire une politique l´┐Ż o´┐Ż 10 ans de groupes de travails secrets avaient ´┐Żchou´┐Żs : Exploiter la technologie de Roswell.

"J'ai besoin de vous pour me dire ce que vous avez trouv´┐Ż et aussi pour trouver le chemin ´┐Ż suivre en-dehors de ce bureau" dit Trudeau. "Il y a s´┐Żrement quelques pi´┐Żces technologiques dans vos dossiers qui pourraient faire des armes, que nous pourrions utiliser pour un de nos h´┐Żlicopt´┐Żres. Qu'avons nous ici, Phil ?" dit-il "Nous devons faire quelque chose parce que personne ne le fera."

Cinq ou six personnes, ´┐Ż la Navy, ´┐Ż l'Air Force et ´┐Ż l'arm´┐Że savaient ce que poss´┐Żdaient les R&D et ils ne diraient rien ´┐Ż quiconque dans leurs branches respectives et rien ´┐Ż la CIA. Donc, dans le cas o´┐Ż cela devrait se passer dans la bureaucratie militaire, le cover-up deviendrait le cover-up du cover-up, laissant chacun d'entre-eux libre de faire ce qu'il veut.

Les renseignements militaires disaient que les Sovi´┐Żtiques ´┐Żtaient si infiltr´┐Żs dans les secrets Am´┐Żricains qu'au Kremlin ils savaient des choses avant que les militaires Am´┐Żricains soient mise au courant par le Congr´┐Żs.

L'arm´┐Że savait que le KGB avait p´┐Żn´┐Żtr´┐Ż la CIA et le responsable de la CIA avait fait parti int´┐Żgrante du groupe de travail sur les soucoupes volantes depuis les ann´┐Żes 50. Donc, quels que soient les secrets que le groupe poss´┐Żdait, ce n'´┐Żtait certainement pas des secrets pour le KGB. Mais le KGB et la CIA n'´┐Żtaient pas r´┐Żellement les adversaires que tout le monde pensait.

Ils s'espionnaient tous les uns et les autres, si bien qu'ils travaillaient comme une seule organisation. C'´┐Żtaient tous des espions professionnels. L'information est un pouvoir ´┐Ż utiliser. Vous ne la donnez pas simplement ´┐Ż vos responsables politiques, R´┐Żpublicains, Communistes, ou autres, juste parce qu'ils vous le demandent. Vous ne pouvez pas croire les politiciens, mais vous pouvez croire les autres espions. Les espions ´┐Żtaient donc, finalement, fid´┐Żles ´┐Ż leurs groupes et tout les groupes jouaient le m´┐Żme jeu. La CIA, le KGB, les Services Secrets Britanniques et d'autres agences de Renseignements ´┐Żtaient loyaux ´┐Ż eux-m´┐Żmes et ´┐Ż leur profession d'abord et seulement ensuite ´┐Ż leur gouvernement respectif.

Les militaires savaient que le KGB, pas le Parti Communiste officiel, r´┐Żcup´┐Żrait le maximum d'information sur le gouvernement Sovi´┐Żtique et la CIA sur le gouvernement Am´┐Żricain. Des organisations professionnelles d'espionnage comme la CIA et le KGB avaient tendance ´┐Ż vouloir se pr´┐Żserver eux-m´┐Żmes et c'est pourquoi pas plus les militaires Russes que les militaires Am´┐Żricains ne les croyaient.

Si l'on regarde la grande guerre d'espionnage pendant la Guerre Froide, on peut voir que la CIA et le KGB se comportaient comme une seule organisation. Corso pensait qu'ils avaient une raison pour faire cela. Il savait qu'ils pensaient que les autres ´┐Żtaient trop stupides pour garder le monde en s´┐Żcurit´┐Ż. Corso pense cela parce qu'il a connu des agents du KGB pendant son activit´┐Ż et qu'il a eu suffisamment de morceaux d'informations pour lui donner une image de l'Union Sovi´┐Żtique durant les ann´┐Żes 50 et 60 et que c'´┐Żtait tr´┐Żs diff´┐Żrent de ce que l'on pouvait lire en premi´┐Żre page du "New York Times".

Ils savaient que dans les ann´┐Żes 50 et 60, la CIA ´┐Żtait infiltr´┐Że par le KGB et que la plupart des gens du Pentagone jouaient ´┐Ż espion contre espion avec eux. Ils changeaient d'itin´┐Żraires pour aller travailler, utilisaient toujours des histoires fausses pour tester les lignes t´┐Żl´┐Żphoniques non s´┐Żres, exploraient leurs bureaux ´┐Ż la recherche de micros espions, utilisaient toujours un code lorsqu'ils parlaient avec d'autres sur un sujet sensible.

Ils avaient un agent des renseignements qui avait des amis dans l'arm´┐Że Russe qui ne croyaient pas plus au KGB qu'´┐Ż la CIA. Si le nom de Corso ´┐Żtait associ´┐Ż ´┐Ż une histoire, cet agent le pr´┐Żvenait, mais il ne pr´┐Żvenait jamais la CIA. Dans la capitale de son propre pays, ce genre d'information permit ´┐Ż Corso de rester en vie.

La CIA a suivi Corso de tr´┐Żs pr´┐Żs pendant ses 4 ann´┐Żes ´┐Ż la Maison Blanche. Cela le rendit malade. Puis lorsqu'il revint ´┐Ż Washington, en 1961, pour travailler avec le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, la CIA recommen´┐Ża sa surveillance rapproch´┐Że. Le jour suivant, apr´┐Żs avoir dit ´┐Ż son patron ce qu'il allait faire, Corso alla directement ´┐Ż Langley, Virginie, et entra dans le bureau de son vieille adversaire, le directeur des op´┐Żrations de camouflages, Frank Wiesner, un des meilleurs amis du KGB.

Corso dit ´┐Ż Wiesner qu'hier ´┐Żtait la derni´┐Żre journ´┐Że durant laquelle il se prom´┐Żnerait sans arme. Il posa son 45 sur le bureau de Wiesner et lui dit que s'il voyait encore la surveillance rapproch´┐Że demain, ils retrouveraient Wiesner dans le Potomac avec deux trous sanglants ´┐Ż la place des yeux.

Wiesner dit, "Vous ne ferez pas cela, Colonel". Mais Corso lui rappela qu'il savait tr´┐Żs pr´┐Żcis´┐Żment o´┐Ż tous les cadavres ´┐Żtaient incin´┐Żr´┐Żs. Tout ces gens qu'il avait fait assassiner pendant sa coop´┐Żration avec les Russes. Il raconterait tout ce qu'il savait au Congr´┐Żs.

Wiesner se r´┐Żtractera.

Lors d'un voyage ´┐Ż Londres, Wiesner se suicida et fut trouv´┐Ż pendu dans sa chambre d'h´┐Żtel.

Corso n'a jamais racont´┐Ż son histoire. Deux ans plus tard, en 1963, un des amis de Wiesner ´┐Ż l'agence lui dit que tout ´┐Żtait "Pour rire, Phil". C'´┐Żtait une partie d'un processus pour recruter Corso ´┐Ż la CIA apr´┐Żs son d´┐Żpart ´┐Ż la retraite de l'arm´┐Że. Mais Corso voulait travailler pour le S´┐Żnateur Strom Thurmond, au comit´┐Ż des relations ´┐Żtrang´┐Żres et pour le S´┐Żnateur Richard Russel ´┐Ż la commission Warren.

Leurs connaissances communes sur la CIA et le KGB faisaient que lorsque Trudeau voulait que la CIA sorte pendant les d´┐Żlib´┐Żrations sur les budgets, c´┐Ż´┐Żtait parce que il savait que toute la discussion serait donn´┐Że au KGB dans les 24 heures.

La CIA ´┐Żtait l'ennemi. Vous ne deviez croire personne. Donc il fut ´┐Żvident qu'avant 1961, plus personne ne se rappelait ce que l'arm´┐Że avait re´┐Żu de Roswell. Tout ce qu'avaient ´┐Ż faire Trudeau et Corso, c'´┐Żtait d'´┐Żlaborer leur propre strat´┐Żgie sans faire participer la CIA et les espions dans le gouvernement.

Donc quand le G´┐Żn´┐Żral Trudeau dit qu'ils devaient faire silence radio sur le paquet de Roswell, Corso savait exactement de quoi il parlait. Si personne ne sait ce que vous poss´┐Żdez, ne le dites pas. Mais si vous pensez que vous pouvez en tirer quelque chose ´┐Ż l'ext´┐Żrieur, dites-le. Utilisez toutes les ressources ´┐Ż votre disposition mais ne dites pas tout ´┐Ż tout le monde sur ce que vous faites. Les seules personnes dans la pi´┐Żce ´┐Żtaient Trudeau et Corso.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau promit, "Je ne dirais rien si vous ne dites rien, Phil."

"Il n'y a personne a part nous, G´┐Żn´┐Żral" r´┐Żpondit corso.

Alors ils commenc´┐Żrent ´┐Ż ´┐Żlaborer une strat´┐Żgie. "Hypoth´┐Żtiquement, Phil" dit Trudeau, "quelle est la meilleure conduite ´┐Ż tenir pour exploiter ce que nous avons sans que quiconque devine que nous faisons quelque chose de sp´┐Żcial ?"

"Simple G´┐Żn´┐Żral" dit Corso, "Nous ne faisons rien de sp´┐Żcial"

"Vous avez un plan ?" questionna Trudeau.

"Plus une id´┐Że qu'un plan" commen´┐Ża Corso, "Mais elle commence comme cela : C'est ce que vous avez demand´┐Ż. Si nous ne voulons pas que quelqu'un pense que nous faisons quelque chose sortant de l'ordinaire, et bien, nous ne ferons rien qui sorte de l'ordinaire. Quand le G´┐Żn´┐Żral Twining a fait ses recommandations au Pr´┐Żsident Truman et ´┐Ż l'arm´┐Że, il n'a pas sugg´┐Żr´┐Ż qu'ils feraient quelque chose de diff´┐Żrent avec ce dossier qu'avec les dossiers habituels. Travail habituel. C'est comme cela que le groupe op´┐Żrait. Ce qu'ils ont fait, c'est d'organiser un plan de travail m´┐Żme si c'´┐Żtait quelque chose qui n'avait jamais ´┐Żt´┐Ż fait auparavant. C'´┐Żtait le camouflage : Ne changez pas les choses mais utilisez vos proc´┐Żdures habituelles pour manier cette technologie extraterrestre."

"Donc, quelles sont vos recommandations ? " demanda Trudeau.

"Nous allons suivre le m´┐Żme chemin que ce bureau a toujours utilis´┐Ż : Les rapports." dit Corso, "Je vais ´┐Żcrire des rapports sur la technologie extraterrestre comme tout autre rapport sur une technologie ´┐Żtrang´┐Żre. Ce que je vois, ce que je pense des potentiels, o´┐Ż nous pouvons les d´┐Żvelopper, avec quelles compagnies et avec quels styles de contrats."

"Quand commencez-vous ? " demanda le G´┐Żn´┐Żral.

"Je vais lister le dossier, j e vais aller voir les scientifiques autoris´┐Żs avec lesquels nous pouvons avoir confiance, comme Oberth et von Braun, pour conseils."

"Je vois ce que vous voulez dire" dit Trudeau, "bien s´┐Żr, nous allons lister tout nos entrepreneurs dans la d´┐Żfense, aussi. Pour voir lesquels ont des contrats de d´┐Żveloppements en cours qui nous permettraient d'ins´┐Żrer nos projets directement ´┐Ż l'int´┐Żrieur."

"Exactement, les contrats existants seront la couverture sur ce que nous d´┐Żvelopperons." dit Corso, "Rien ne sortira de l'ordinaire parce que nous ne commencerons jamais rien qui ne soit d´┐Żj´┐Ż commenc´┐Ż dans un contrat pr´┐Żc´┐Żdent."

"C'est juste un grand m´┐Żlange" dit Trudeau.

"Ce que nous allons seulement faire" dit Corso, "C'est de m´┐Żlanger la technologie actuelle en cours de d´┐Żveloppement avec la technologie extraterrestre, et nous allons laisser les compagnies d´┐Żposer leurs propres brevets d'inventions."

"Bien s´┐Żr" r´┐Żalisa Trudeau, "S'ils poss´┐Żdent leurs propres brevets, nous aurons compl´┐Żtement invers´┐Ż l'´┐Żtude de la technologie."

"Exactement, Monsieur, c'est vrai. Personne ne le saura jamais. Nous ne dirons jamais aux compagnies d'o´┐Ż vient cette technologie, ainsi le monde conna´┐Żtra l'histoire de ces brevets comme faisant parti de l'histoire des inventions."

"C'est une couverture parfaite, Phil" dit le G´┐Żn´┐Żral, "O´┐Ż allez-vous commencer ?"

"Je vais ´┐Żcrire mes premi´┐Żres analyses et recommandations cette nuit." promit Corso, "Il n'y a pas un moment ´┐Ż perdre."

Corso commen´┐Ża son rapport par les rapports d'autopsies dans lequel il indiqua :

"Montrent un ´┐Żtre de 10 cm (110 cm ?). Le corps semble d´┐Żcompos´┐Ż et les photos elles-m´┐Żmes ne sont pas tr´┐Żs utilisables sauf pour la curiosit´┐Ż. Ce sont les rapports m´┐Żdicaux qui sont int´┐Żressants. Les organes, les os, et la peau sont diff´┐Żrents des n´┐Żtres. Le coeur de l'´┐Żtre et ses poumons sont plus gros que ceux des humains. Les os sont plus fins mais semblent plus solides comme si les atomes ´┐Żtaient align´┐Żs pour une plus grande r´┐Żsistance ´┐Ż la tension. La peau montre aussi un alignement atomique diff´┐Żrent avec ce qu'il semble pour but de prot´┐Żger les organes vitaux des rayons cosmiques ou des ondes gravitationnelles que nous ne comprenons pas.

Les rapports m´┐Żdicaux sugg´┐Żrant que les m´┐Żdecins ont ´┐Żt´┐Ż plus surpris par les similitudes entre l´┐Ż´┐Żtre trouv´┐Ż dans le vaisseau et l´┐Ż´┐Żtre humain que leurs diff´┐Żrences (note : les rapports de la NSC font r´┐Żf´┐Żrence ´┐Ż cette cr´┐Żature comme une entit´┐Ż biologique extraterrestre ou´┐Ż EBE). Plus sp´┐Żcialement le cerveau qui est plus gros dans la´┐Ż EBE mais diff´┐Żrent du n´┐Żtre."

Corso ´┐Żcrivit cela durant une des nombreuses nuits qu'il allait passer cette ann´┐Że-l´┐Ż, ´┐Żbauchant des notes qu'il taperait plus tard dans des rapports officiels qui ne seraient vus que par le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, apportant des conclusions qui ressembleraient plus ´┐Ż de la Science-fiction qu'´┐Ż la r´┐Żalit´┐Ż.

Corso pensait que ses rapports ne verraient jamais la lumi´┐Żre du jour. Dans la r´┐Żalit´┐Ż quotidienne du monde, ils semblaient, m´┐Żme maintenant, fantastiques. Est-ce que c'´┐Żtait r´┐Żellement ce qu'il avait ´┐Żcrit ? o´┐Ż quelqu'un d'autre ? d'o´┐Ż venaient les id´┐Żes ?

"Si l'on consid´┐Żre les facteurs biologiques similaires qui affectent l´┐Ż´┐Żtre humain, comme les coureurs de fonds dans lesquels le coeur et les poumons sont plus gros que la moyenne, les montagnards dont la capacit´┐Ż pulmonaire est plus grande que ceux qui vivent au niveau de la mer et m´┐Żme aux athl´┐Żtes dont l'alignement musculaire est diff´┐Żrent de ceux non-athl´┐Żtes, on peut supposer que les EBE repr´┐Żsentent la fin d'un processus g´┐Żn´┐Żtique pour les adapter aux voyages spatiaux de longues distances, dans un environnement ´┐Żlectromagn´┐Żtique et ´┐Ż des vitesses telles que d´┐Żcrites dans la th´┐Żorie de la relativit´┐Ż d'Einstein ?

(note : le Dr Herman Oberth sugg´┐Żra qu'il faudrait consid´┐Żrer l'appareil de Roswell, non pas comme un vaisseau spatial, mais comme une machine temporelle. Son rapport technique sur la propulsion est joint.) ".

8 ´┐Ż L'EBE

Les EBE sont d´┐Żcris dans les rapports d'autopsies plut´┐Żt comme des robots humano´┐Żdes que comme une forme de vie. Vie fabriqu´┐Że sp´┐Żcialement pour les voyages longues distances ´┐Ż travers l'espace et le temps.

En ´┐Żt´┐Ż, Corso fit son premier rapport pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau. Et quel rapport ! Il donnait le ton pour tous les autres rapports et recommandations que ferait Corso pour le G´┐Żn´┐Żral pendant les deux ann´┐Żes suivantes. Ce rapport commen´┐Ża avec la plus grosse chose trouv´┐Że : Les extraterrestres eux-m´┐Żmes.

Les rapports m´┐Żdicaux et les photos, qui se trouvaient devant Corso, lui sugg´┐Żraient que la cr´┐Żature ´┐Żtait remarquablement adapt´┐Że pour un long voyage spatial.

Par exemple, le temps biologique.

Les m´┐Żdecins de Walter Reed faisaient l´┐Żhypoth´┐Żse que le temps devait passer tr´┐Żs lentement pour cette entit´┐Ż parce qu'elle poss´┐Żdait un m´┐Żtabolisme tr´┐Żs lent, mise en ´┐Żvidence, disaient-ils, par les ´┐Żnormes capacit´┐Żs du coeur et des poumons. La physiologie de cette chose indiquait que ce n'´┐Żtait pas une cr´┐Żature qui avait un corps devant travailler dur pour se substanter. Un gros coeur voulait dire qu'il battait moins vite qu'un coeur humain pour conduire le fluide, comme du fluide lymphatique, ´┐Ż travers un syst´┐Żme circulatoire limit´┐Ż, primitif et de capacit´┐Ż r´┐Żduite.

Le r´┐Żsultat devait ´┐Żtre que l'horloge biologique battait moins vite que celle d'un humain et probablement permettait ´┐Ż la cr´┐Żature de voyager ´┐Ż grandes distances dans un temps biologique plus court que celui d'un humain.

Le coeur ´┐Żtait en ´┐Żtat de d´┐Żcomposition avanc´┐Ż au moment o´┐Ż les chercheurs de Walter Reed avaient mis la main dessus. Ils pensaient que l´┐Żatmosph´┐Żre Terrestre ´┐Żtait l´┐Żg´┐Żrement toxique pour les organes de la cr´┐Żature. Le personnel m´┐Żdical du 509e Groupe avait rapidement mit dans un gel de pr´┐Żservation une de ces cr´┐Żatures. Chose que Corso avait vue des ann´┐Żes auparavant.

Les pathologistes de Walter Reed furent incapables de d´┐Żterminer avec certitude la structure du coeur de la cr´┐Żature except´┐Ż qu'il fonctionnait comme une r´┐Żserve passive de sang ainsi que comme une pompe qui ne travaillait pas de la m´┐Żme fa´┐Żon qu'un coeur humain. Ils disaient que le coeur de l'extraterrestre semblait avoir un diaphragme musculaire interne qui devait travailler plus dur qu'un coeur humain parce que les cr´┐Żatures devaient survivre dans une zone de gravit´┐Ż r´┐Żduite, en tout cas, telle que la gravit´┐Ż est comprise actuellement.

Comme les chameaux stockent l'eau, la cr´┐Żature stockait une atmosph´┐Żre respirable dans ses poumons de grandes capacit´┐Żs. Ces poumons travaillaient comme un r´┐Żservoir d'essence, envoyant l´┐Żatmosph´┐Żre, tr´┐Żs lentement, dans le syst´┐Żme de la cr´┐Żature.

´┐Ż cause de son gros coeur et de la capacit´┐Ż de ses poumons, les chercheurs croyaient que cela permettait de r´┐Żduire le transport d'un volume important d´┐Żatmosph´┐Żre pendant le voyage. Les cr´┐Żatures ne faisaient que 120 cm de haut et les poumons occupaient une grande partie de la cage thoracique. Cela indiquait aussi que peut-´┐Żtre la cr´┐Żature ´┐Żtait sp´┐Żcialement con´┐Żue pour les voyages de longues distances.

Ils pensaient que le coeur et les poumons ´┐Żtaient "Bio-fabriqu´┐Żs" et donc le squelette aussi.

Bien qu'elle soit en ´┐Żtat de d´┐Żcomposition avanc´┐Że, les os de la cr´┐Żature ressemblaient ´┐Ż de la fibre. Ils ´┐Żtaient comparables aux os humains tels que : c´┐Żtes, sternum, clavicules et pelvis. Les pathologistes sp´┐Żcul´┐Żrent sur les os qui ´┐Żtaient plus flexibles que ceux d'un humain et plus r´┐Żsistants. Ceci pouvait avoir pour but d'absorber les chocs. Les cr´┐Żatures semblaient adapt´┐Żes, avec ce squelette, aux chocs et aux forces extr´┐Żmes.

L'´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration, ´┐Ż Roswell, avait signal´┐Ż que deux cr´┐Żatures vivantes apr´┐Żs l'´┐Żcrasement avaient des difficult´┐Żs pour respirer notre atmosph´┐Żre. Peut-´┐Żtre ´┐Żtait-ce d´┐Ż au fait qu'elles avaient ´┐Żt´┐Ż ´┐Żject´┐Żes de leur vaisseau, non prot´┐Żg´┐Żes ´┐Ż notre gravit´┐Ż ou ´┐Ż notre atmosph´┐Żre. Personne ne le savait. Personne ne savait aussi si la cr´┐Żature morte peu apr´┐Żs l'´┐Żcrasement ´┐Żtait morte´┐Ż causes des blessures faites par les armes des sentinelles ou pour d'autres raisons. Les t´┐Żmoins militaires racont´┐Żrent des histoires diff´┐Żrentes ´┐Ż propos de la cr´┐Żature qui a surv´┐Żcu et qui a essay´┐Ż de s´┐Ż´┐Żchapper.

Certains disaient qu'elle luttait pour respirer, d'autres disaient qu'elle agonisait uniquement apr´┐Żs avoir ´┐Żt´┐Ż "flingu´┐Że" par les sentinelles. Corso pensa que c'´┐Żtait peut-´┐Żtre la forte gravit´┐Ż de la Terre qui avait d'abord fait paniquer la cr´┐Żature. Cela peut expliquer sa respiration laborieuse. Puis apr´┐Żs avoir ´┐Żt´┐Ż "flingu´┐Że", elle avait de la peine ´┐Ż respirer ´┐Ż cause de ses blessures. Le rapport m´┐Żdicale ne mentionnait rien ´┐Ż propos de gaz toxiques ou d'une sorte d´┐Żatmosph´┐Żre quelconque que la cr´┐Żature aurait pu respirer.

Si le vaisseau de Roswell est un appareil de surveillance, comme le pensaient des chercheurs ´┐Ż Wright Field, alors il est probable que les cr´┐Żatures n'avaient pas l'intention de quitter ce vaisseau. C'´┐Żtait un vaisseau ´┐Żquip´┐Ż avec un appareil capable de percer la nuit en utilisant la diff´┐Żrence de temp´┐Żrature des objets pour cr´┐Żer une image visuelle permettant aux occupants du vaisseau d'observer dans l'obscurit´┐Ż. Et parce qu'il pouvait appara´┐Żtre et dispara´┐Żtre des ´┐Żcrans radars, les chercheurs pensaient que les cr´┐Żatures restaient simplement ´┐Ż l'int´┐Żrieur du vaisseau et observaient.

Peut ´┐Żtre que d'autres types de vaisseaux de la m´┐Żme culture ´┐Żtaient ´┐Żquip´┐Żs pour atterrir ou effectuer des missions ´┐Ż l'ext´┐Żrieur et qui permettaient ´┐Ż l'´┐Żquipage de sortir sans subir aucunes cons´┐Żquences. Les m´┐Żdecins ne sp´┐Żcul´┐Żrent pas l´┐Ż-dessus.

Ce qui intrigua ceux qui inspectaient le vaisseau, une fois envoy´┐Ż ´┐Ż Wright Field, c'´┐Żtait la totale absence de nourriture et de moyens pour la pr´┐Żparer. Il n'y avait aucun garde-manger ´┐Ż bord. ´┐Ż l'´┐Żpoque ou le voyage dans l'espace ´┐Żtait de la science-fiction, les analystes militaires ´┐Żtaient toujours au travail pour formuler des id´┐Żes sur comment une technologie de cette sorte devait ´┐Żtre incorpor´┐Że. Ce n'´┐Żtait pas pour voyager vers les autres plan´┐Żtes mais pour naviguer autour de la Terre. Si vous voulez mettre des hommes en orbite terrestre, comment allez-vous g´┐Żrer leurs d´┐Żchets, fournir l´┐Żoxyg´┐Żne ad´┐Żquate et les nourrir pendant des p´┐Żriodes prolong´┐Żes ?

Apr´┐Żs avoir d´┐Żvelopp´┐Ż un v´┐Żhicule assez puissant pour mettre un vaisseau en orbite autour de la Terre, le garder assez longtemps pour qu'il puisse effectuer sa mission ´┐Żtait le probl´┐Żme suivant.

Le vaisseau de Roswell semblait avoir r´┐Żsolu ce probl´┐Żme, mais il n'y avait aucunes indications sur comment la nourriture se pr´┐Żparait et comment les d´┐Żchets ´┐Żtaient g´┐Żr´┐Żs.

Il y avait beaucoup de sp´┐Żculations des chercheurs ´┐Ż propos de la composition de ces cr´┐Żatures et de ce qui pouvait les nourrir. D'abord, les docteurs ´┐Żtaient plus int´┐Żress´┐Żs par les similitudes entre les cr´┐Żatures et les humains que par les diff´┐Żrences. Plut´┐Żt qu'un apparence hideux d'insecte ou de reptile mangeurs d'hommes comme dans "La Guerre des mondes", ces cr´┐Żatures ressemblaient ´┐Ż de petites versions d'hommes, seulement diff´┐Żrentes. C'´┐Żtait sinistre.

Bien que les docteurs n'aient pas pu d´┐Żfinir le travail chimique des corps des cr´┐Żatures, ils avaient d´┐Żtermin´┐Ż qu'elles ne contenaient pas de nouveaux organes. Le rapport que Corso poss´┐Żdait sugg´┐Żrait une nouvelle organisation des organes qui n´┐Żcessitait plus d'´┐Żvaluation avant de ce faire une opinion. Un int´┐Żr´┐Żt sp´┐Żcifique ´┐Żtait le fluide qui servait de sang ´┐Ż la cr´┐Żature mais qui servait aussi ´┐Ż r´┐Żguler les s´┐Żcr´┐Żtions glandulaires de fa´┐Żon plus importante que dans un corps humain. Dans ces entit´┐Żs biologiques, les syst´┐Żmes sanguins et lymphatiques semblaient combin´┐Żs. Si un ´┐Żchange nutritionnelle se passait entre ces deux syst´┐Żmes, cet ´┐Żchange pouvait seulement prendre place ´┐Ż travers la peau de la cr´┐Żature parce qu'elle ne poss´┐Żdait ni organes digestifs ou intestinaux.

Le rapport m´┐Żdical r´┐Żv´┐Żlait que les cr´┐Żatures ´┐Żtaient recouvertes d'une pellicule protectrice, en un seul morceau, une autre peau dans laquelle les atomes ´┐Żtaient align´┐Żs afin de fournir une grande r´┐Żsistance tissulaire et une grande flexibilit´┐Ż. Un examinateur d´┐Żcrivit que ceci lui rappelait une toile d'araign´┐Że. Cela semblait tr´┐Żs fragile mais c'´┐Żtait tr´┐Żs solide. La qualit´┐Ż unique de la toile d'araign´┐Że provient de l'alignement de ses fibres qui permet de r´┐Żsister ´┐Ż une grande pression.

Le v´┐Żtement, ou seconde peau, de la cr´┐Żature avait ´┐Żt´┐Ż litt´┐Żralement tiss´┐Ż autour de la cr´┐Żature, lui fournissant une parfaite peau protectrice. Les docteurs n'avaient jamais rien vu de tel.

L'alignement des fibres du v´┐Żtement sugg´┐Żrait aux docteurs qu'il pouvait aussi prot´┐Żger le porteur des rayons cosmiques qui bombardent tout vaisseau se trouvant dans l'espace. Les organes internes de la cr´┐Żature semblaient si fragiles et si grands que les docteurs de Walter Reed pensaient que sans ce v´┐Żtement, la cr´┐Żature aurait ´┐Żt´┐Ż tr´┐Żs vuln´┐Żrable au constant bombardement de particules d'´┐Żnergie. Tout voyageur de l'espace subirait, sans protection, le m´┐Żme sort : Il cuirait comme dans un four ´┐Ż micro-ondes. Le bombardement de particules ´┐Ż l'int´┐Żrieur du vaisseau serait si intense qu'il acc´┐Żl´┐Żrerait la structure atomique de la cr´┐Żature et la chaleur r´┐Żsultante aurait litt´┐Żralement cuite la cr´┐Żature.

Les docteurs ´┐Żtaient fascin´┐Żs aussi par la peau interne de la cr´┐Żature. Elle ressemblait ´┐Ż une couche de peau de tissus gras comme ils n'en avaient jamais vu avant. Elle ´┐Żtait, de plus, compl´┐Żtement perm´┐Żable comme si elle faisait constamment des ´┐Żchanges chimiques avec les syst´┐Żmes sanguin et lymphatique. ´┐Żtait-ce la fa´┐Żon dont la cr´┐Żature se nourrissait et la fa´┐Żon dont les d´┐Żchets ´┐Żtaient g´┐Żr´┐Żs ?

La tr´┐Żs petite bouche et l'absence de syst´┐Żme digestif troubla les chercheurs, au d´┐Żbut, parce qu'ils ne savaient pas comment ces cr´┐Żatures se nourrissaient. Mais leurs hypoth´┐Żses comme quoi les processus chimiques de la peau et peut-´┐Żtre m´┐Żme le gaspillage chimique lors de la circulation pouvaient expliquer l'absence de moyens pour la gestion de la nourriture et les d´┐Żchets dans le vaisseau.

Corso pensait que ces cr´┐Żatures n'avaient pas besoin de nourriture ou de toilettes parce qu'elles n'´┐Żtaient pas des formes de vies, juste une sorte de robot ou d'andro´┐Żde. Une autre explication sugg´┐Żrait par les ing´┐Żnieurs de Wright Field ´┐Żtait que ce vaisseau ´┐Żtait juste un petit vaisseau qui ne s'´┐Żloignait pas trop loin d'un plus gros vaisseau. Le m´┐Żtabolisme des cr´┐Żatures montrait qu'elles pouvaient survivre pendant des p´┐Żriodes prolong´┐Żs en se nourrissant d'une petite ration alimentaire jusqu'´┐Ż leur retour ´┐Ż la base. Ni les ing´┐Żnieurs, pas plus que les docteurs avaient une explication sur l'absence de toilettes ´┐Ż bord du vaisseau.

Personne ne pouvait expliquer le processus pour les excr´┐Żments de la cr´┐Żature. Corso pensait que la peau de la cr´┐Żature ´┐Żtait plus ressemblante ´┐Ż une ´┐Żcorce de plante qu'´┐Ż de la peau humaine. Cela pouvait expliquer l'absence de nourriture et de toilettes. Une attention toute particuli´┐Żre fut apport´┐Że, lors de l'autopsie, au cerveau des cr´┐Żatures. Sur sa taille, sa nature et son anatomie.

Des t´┐Żmoins lors de la r´┐Żcup´┐Żration du vaisseau, avaient signal´┐Żs l'impression de recevoir des sensations de la cr´┐Żature mourante. Sensations de douleurs et de souffrances. Personne n'entendit la cr´┐Żature produire un son, les sensations pouvaient ´┐Żtre de la t´┐Żl´┐Żpathie. Les t´┐Żmoins avaient d´┐Żclar´┐Żs qu'ils n'avaient pas entendu de mots distincts dans leurs cerveaux, juste des sensations, plus simples que des phrases mais aussi plus complexes parce que les t´┐Żmoins ´┐Żtaient capables de prendre part, non seulement ´┐Ż la souffrance de la cr´┐Żature, mais aussi ´┐Ż son d´┐Żsarroi, comme si elle pleurait les autres qui avaient p´┐Żris dans le vaisseau.

Les m´┐Żdecins pensaient que le cerveau extraterrestre, disproportionn´┐Ż en comparaison du cerveau humain et ´┐Ż la taille de la cr´┐Żature, ´┐Żtait constitu´┐Ż de quatre parties. Les cr´┐Żatures ´┐Żtaient mortes et leurs cerveaux avaient commenc´┐Żs ´┐Ż se d´┐Żcomposer. M´┐Żme si les cr´┐Żatures avaient ´┐Żt´┐Ż encore vivantes, la technologie m´┐Żdicale en 1947 n'avait pas encore les scanners ´┐Ż ultra-sons des laboratoires d'aujourd'hui. Les docteurs n'avaient pas de moyens pour ´┐Żvaluer la nature des lobes, ou des "sph´┐Żres" comme elles ´┐Żtaient appel´┐Żes dans le rapport. Except´┐Ż la sp´┐Żculation sur la nature du cerveau et de son pouvoir psychokin´┐Żtique, les rapports ´┐Żtaient tr´┐Żs l´┐Żger en vraies donn´┐Żes.

Une des preuves possible de la fa´┐Żon de travailler des cerveaux extraterrestres ´┐Żtait ce que Corso appelait dans ses rapports : "Le bandana".

Cet objet ressemblait ´┐Ż un bandeau de t´┐Żte sans aucun ornement ou d´┐Żcoration dessus. Fabriqu´┐Ż dans une sorte de plastique flexible avec des senseurs et des contacts ´┐Żlectriques similaires ´┐Ż ceux d'un ´┐Żlectroenc´┐Żphalogramme.

Cette chose ´┐Żtait plac´┐Że autour du cr´┐Żne de l'extraterrestre, juste au-dessus des oreilles, ´┐Ż l'endroit o´┐Ż le cr´┐Żne commen´┐Żait ´┐Ż s'expanser pour contenir le gros cerveau. En ce temps-l´┐Ż, les rapports de Wright Field indiquaient que les ing´┐Żnieurs pensaient que cela pouvait ´┐Żtre une sorte d'appareil de communication, comme le micro des pilotes pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale.

Il est inutile de dire que pendant les quelques heures durant lesquelles cet objet s'´┐Żtait trouv´┐Ż ´┐Ż Walter Reed, plus d'un officier du 509e Groupe avait essay´┐Ż cette chose autour de sa t´┐Żte pour voir ce que cela faisait. Au d´┐Żbut, cela ne fit rien. Il n'y avait pas de boutons, pas d'interrupteurs, pas de fils ´┐Żlectriques, rien qui ne puisse sugg´┐Żrer que cela ´┐Żtait un panneau de contr´┐Żle.

Personne ne savait comment l'allumer ou l'´┐Żteindre. Cette bande n'´┐Żtait pas vraiment ajustable bien qu'elle soit assez ´┐Żlastique pour s'adapter ´┐Ż toutes les t´┐Żtes des cr´┐Żatures. Toutefois, les rapports indiquaient que quelques officiers qui avaient un tour de t´┐Żte assez large pour avoir le contact avec toute la surface avaient eu le choc de leur vie.

Les officiers signal´┐Żrent comme une sensation de picotement ´┐Ż l'int´┐Żrieur de leurs t´┐Żtes et un impressionnant ballet de couleurs changeantes et explosantes ´┐Ż l'int´┐Żrieur de leurs paupi´┐Żres alors qu'ils tournaient l'objet autour de leurs t´┐Żtes et posaient les capteurs ´┐Ż diff´┐Żrents endroits de leurs cr´┐Żnes.

Ces rapports de t´┐Żmoins sugg´┐Żraient ´┐Ż Corso que ces senseurs stimulaient diff´┐Żrentes parties du cerveau et en m´┐Żme temps ´┐Żchangeaient des informations avec le cerveau. Cet objet ´┐Żtait un m´┐Żcanisme sophistiqu´┐Ż pour traduire les impulsions ´┐Żlectriques de l'int´┐Żrieur du cerveau des extraterrestres en ordres sp´┐Żcifiques. Peut-´┐Żtre cela permettait-il de g´┐Żrer les syst´┐Żmes de propulsion et de navigation du vaisseau.

C'est seulement lorsqu'ils d´┐Żvelopp´┐Żrent le projet de recherche sur les ondes c´┐Żr´┐Żbrales que Corso comprit ce qu'ils poss´┐Żdaient et comment il devait ´┐Żtre d´┐Żvelopp´┐Ż. Cela prit tr´┐Żs longtemps pour r´┐Żcolter les fruits de cette technologie mais 50 ans apr´┐Żs Roswell, des versions de cet objet sont devenues, ´┐Żventuellement, un composant du syst´┐Żme de navigation de quelques uns des plus sophistiqu´┐Żs h´┐Żlicopt´┐Żres et plus tard une interface ´┐Żlectronique pour les jeux sur ordinateurs individuels.

Les ing´┐Żnieurs du 509e Groupe ´┐Żtaient aussi surpris par l'absence de contr´┐Żles traditionnelles et de syst´┐Żme de propulsion dans le v´┐Żhicule crash´┐Ż. D'apr´┐Żs ces rapports et les objets, Corso imagina que les clefs pour comprendre ce qui faisait bouger et ce qui dirigeait le vol du vaisseau n'´┐Żtait pas dans le vaisseau lui-m´┐Żme mais dans la relation entre les pilotes et le vaisseau. Avec l´┐Żhypoth´┐Żse d'un syst´┐Żme de guidage par ondes c´┐Żr´┐Żbrales, cela montrait un concept de guidage de vol r´┐Żvolutionnaire dans lequel le pilote ´┐Żtait le syst´┐Żme. Corso pensait que le vaisseau ´┐Żtait navigu´┐Ż de cette fa´┐Żon, avec une relation directe entre les ondes c´┐Żr´┐Żbrales des cerveaux des pilotes et les syst´┐Żmes de contr´┐Żles.

Les ondes c´┐Żr´┐Żbrales ´┐Żtaient interpr´┐Żt´┐Żes par le ´┐Żbandana´┐Ż qui servait d'interface. Corso ne re´┐Żut jamais de copie de l'autopsie de l'extraterrestre que la Navy avait re´┐Żu du G´┐Żn´┐Żral Twining. Il avait seulement lu les rapports militaires. Initialement, les cadavres furent stock´┐Żs ´┐Ż Wright Field, puis ils furent envoy´┐Żs dans d'autres services. Quand l'Air Force devint une branche ´┐Ż part de l'arm´┐Że, les corps stock´┐Żs ´┐Ż Wright Field, ainsi que le vaisseau, furent envoy´┐Żs ´┐Ż la base de Norton, Californie, o´┐Ż l'Air Force commen´┐Ża ses exp´┐Żriences pour dupliquer la technologie du v´┐Żhicule.

L'air Force ´┐Żtudia les capacit´┐Żs de vol du vaisseau et sur comment construire des d´┐Żfenses contre lui.

Ces exp´┐Żriences se pass´┐Żrent a Norton, puis finalement, ´┐Ż Nellis, Nevada, au fameux site de Groom Lake o´┐Ż la technologie Stealth fut d´┐Żvelopp´┐Że. L'arm´┐Że n'´┐Żtait int´┐Żress´┐Ż que par les syst´┐Żmes d'armements ´┐Ż bord du vaisseau et comment elle pouvait les r´┐Żutiliser dans ses propres installations.

Le vaisseau original de Roswell resta ´┐Ż Norton o´┐Ż l'Air Force et la CIA ont maintenu une sorte de mus´┐Że extraterrestre. Mais les exp´┐Żriences sur la r´┐Żplique du vaisseau extraterrestre continu´┐Żrent ´┐Ż travers les ann´┐Żes durant lesquelles les ing´┐Żnieurs cherch´┐Żrent ´┐Ż adapter les syst´┐Żmes de navigation´┐Ż et de propulsion ´┐Ż la technologie actuelle.

Cela continu encore..

Corso n'a jamais vu le vaisseau ´┐Ż Norton mais il vit assez de rapports passer dans son bureau pour savoir quel secret c'´┐Żtait et comment il ´┐Żtait maintenu. Il n'y avait pas de syst´┐Żme de propulsion conventionnel pour expliquer le vaisseau de Roswell. Il n'y avait pas de moteur nucl´┐Żaire, pas de fus´┐Żes, pas de r´┐Żacteurs. Certains du R&D cherch´┐Żrent ´┐Ż adapter le syst´┐Żme de guidage du vaisseau ´┐Ż la technologie actuelle. Mais des ann´┐Żes 1960 aux ann´┐Żes 1970, ils ´┐Żchou´┐Żrent pour le rendre op´┐Żrationnel. Le vaisseau de Roswell ´┐Żtait capable de d´┐Żplacer la gravit´┐Ż ´┐Ż travers la propagation d'ondes magn´┐Żtiques. Une fois ceci d´┐Żcouvert, les ing´┐Żnieurs cherch´┐Żrent comment le vaisseau pouvait contenir sa capacit´┐Ż ´┐Żlectrique et comment les pilotes pouvaient vivre ´┐Ż l'int´┐Żrieur d'un champ magn´┐Żtique.

Le r´┐Żsultat ne serait pas seulement une grande d´┐Żcouverte, mais aussi un b´┐Żn´┐Żfice de billions de dollars ´┐Ż travers les contrats de d´┐Żveloppements pour une nouvelle g´┐Żn´┐Żration d'appareils militaires a´┐Żriens et de sous-marins.

Les premi´┐Żres r´┐Żv´┐Żlations sur la nature du vaisseau et son interface avec le pilote arriv´┐Żrent tr´┐Żs rapidement pendant les premi´┐Żres ann´┐Żes de tests ´┐Ż Norton. L'Air Force d´┐Żcouvrit que le v´┐Żhicule entier fonctionnait comme un conducteur g´┐Żant. Le vaisseau stockait (emmagasinait) lui-m´┐Żme l'´┐Żnergie n´┐Żcessaire pour propager la vague magn´┐Żtique afin de le soulever et afin qu'il puisse atteindre des vitesses sup´┐Żrieures ´┐Ż 7000 km/h.

Les pilotes n'´┐Żtaient pas affect´┐Żs par la force G durant l'acc´┐Żl´┐Żration parce qu'´┐Ż l'int´┐Żrieur du vaisseau, c'est comme si la gravit´┐Ż ´┐Żtait pli´┐Że autour de l'onde de d´┐Żvelopp´┐Że par le vaisseau. C'´┐Żtait peut-´┐Żtre comme voyager ´┐Ż l'int´┐Żrieur d'un ouragan. Mais comment l'interface travaillait-elle entre les pilotes et l'onde g´┐Żn´┐Żr´┐Że ?

Corso ´┐Żcrivit dans son rapport ´┐Ż Trudeau que le secret de ce syst´┐Żme pouvait se trouver dans le v´┐Żtement que portait les cr´┐Żatures. Ces cr´┐Żatures n'´┐Żtaient pas juste des pilotes d'un v´┐Żhicule, elles devenaient une partie du circuit ´┐Żlectrique de ce v´┐Żhicule, le d´┐Żpla´┐Żant de la m´┐Żme fa´┐Żon que l'on bouge un muscle. Le vaisseau ´┐Żtait simplement une extension de leurs propres corps parce qu'il ´┐Żtait li´┐Ż ´┐Ż leurs syst´┐Żmes neurologiques. Donc ces cr´┐Żatures ´┐Żtaient capables de survivre de mani´┐Żre prolong´┐Że ´┐Ż l'int´┐Żrieur d'un haut champ d´┐Ż´┐Żnergie en devenant le circuit primaire de contr´┐Żle de l'onde.

Elles ´┐Żtaient prot´┐Żg´┐Żes par leurs v´┐Żtements qui les recouvraient de la t´┐Żte aux pieds. Leurs v´┐Żtements les rendaient capables de faire un avec le vaisseau, de faire partie de l'onde. En 1947, c'´┐Żtait une technologie si nouvelle qu'elle ´┐Żtait effrayante et frustrante. Si les Am´┐Żricains pouvaient reproduire seulement la source d'´┐Żnergie de l'appareil, ils obtiendraient une technologie qui d´┐Żpasserait toutes les formes de propulsions ´┐Ż r´┐Żactions classiques.

C'est ce qu'ils essayent encore de faire aujourd'hui, 50 ans apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell.

Corso voulait commencer son rapport avec les rapports d'autopsies des extraterrestres et ensuite sur ce qu'ils pouvaient comprendre de la technologie du vaisseau spatial.

Corso entra dans le bureau du G´┐Żn´┐Żral Trudeau et dit : "Voici le rapport que vous attendez,G´┐Żn´┐Żral".

Ce rapport contenait bien plus qu'il ne pensait parce que le sujet ´┐Żtait nouveau et compliqu´┐Ż. Corso savait qu'il ´┐Żtait dans quelque chose qui pouvait changer le monde. Il ´┐Żtait dans les R&D et avait la responsabilit´┐Ż de ce mat´┐Żriel comme le G´┐Żn´┐Żral Twining avait dit qu'il serait, 50 ans plus t´┐Żt.

Corso avait trouv´┐Ż des pi´┐Żces d'un puzzle pour une nouvelle ´┐Żre de technologie. Pendant des ann´┐Żes, les scientifiques avaient pens´┐Ż sur ce que pourrait ´┐Żtre un voyage dans l'espace, sp´┐Żcialement depuis que les Russes avaient envoy´┐Ż Spoutnik. Les plans pour une base militaire lunaire ´┐Żtaient d´┐Żvelopp´┐Żs par l'arm´┐Że dans les ann´┐Żes 50 sous la responsabilit´┐Ż du G´┐Żn´┐Żral Arthur Trudeau mais cela avait ´┐Żt´┐Ż stopp´┐Ż ´┐Ż cause de la cr´┐Żation de la NASA. Ces plans avaient pour but de se confronter avec les probl´┐Żmes de voyage dans l'espace. Mais le vaisseau montrait qu'une race extraterrestre s'´┐Żtait adapt´┐Że elle-m´┐Żme au voyage dans l'espace, aux diff´┐Żrentes gravit´┐Żs, aux rayons cosmiques et aux ondes magn´┐Żtiques.

Tout ce qu'avaient ´┐Ż faire les R&D, c'´┐Żtait d'utiliser les vastes ressources militaires et industrielles ´┐Ż leurs dispositions pour r´┐Żcolter les fruits de cette technologie.

9 ´┐Ż Les projets d´┐Żmarrent

´┐Ż C´┐Żest un rapport diabolique, Phil ´┐Ż, dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, en regardant la liasse de papiers que Corso lui avait emmen´┐Ż ce matin-l´┐Ż. Corso avait attendu depuis 6h00 du matin apr´┐Żs son retour au pentagone.´┐Ż ´┐ŻQue faites-vous? Vous avez passer la nuit ´┐Ż ´┐Żcrire?´┐Ż

´┐Ż J´┐Żai fait quelques heures suppl´┐Żmentaires ´┐Ż´┐Ż dit Corso, ´┐Ż je ne veux pas passer trop de temps avec ce dossier dingue quand les gens sont suppos´┐Żs travailler. ´┐Ż

Le G´┐Żn´┐Żral rigola mais il ´┐Żtait impressionn´┐Ż.

La recherche militaire et les agences de d´┐Żveloppements ´┐Żtaient mises sous pressions par le Congr´┐Żs afin d´┐Żobtenir des succ´┐Żs. Le projet Horizon dormait dans sa propre armoire et prenait la poussi´┐Żre.

Il y avait un int´┐Żr´┐Żt croissant dans l´┐Żarm´┐Że sur le fait qu´┐Żelle soit impliqu´┐Że avec les Fran´┐Żais en Indochine pour prendre le Vietcong.

C´┐Ż´┐Żtait une guerre que les Am´┐Żricains ne pouvaient pas gagner mais qui pomperait toutes les ressources de la vrai guerre avec l´┐ŻEurope de l´┐ŻEst.

Donc, plut´┐Żt que de marquer quelques buts, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait besoin de projets pour garder les agences civiles et emp´┐Żcher la fuite de leurs ressources.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau poussa pour un plan tactique.

´┐Ż Nous savons ce que nous voulons faire, G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż dit Corso,´┐Ż ´┐Ż et voila comment j´┐Żaimerai commencer. ´┐Ż

Corso expliqua qu´┐Żil voulait compiler une liste de toutes leurs ressources humaines, comme les scientifiques Allemands sur les fus´┐Żes qui travaillaient ´┐Ż Alamogordo et White Sand. Corso avait rencontr´┐Ż beaucoup de sp´┐Żcialistes sur les syst´┐Żmes de guidages de missiles pour le programme de missiles guid´┐Żs ´┐Ż Red Canyon.

c´┐Ż´┐Żtaient ces gens que Corso voulait rassembler dans un ´┐ŻBrain Trust´┐Ż. Des gens avec lesquels il pourrait parler des ´┐Żtranges objets qui n´┐Żavaient pas pour origine la Terre.

C´┐Ż´┐Żtaient ces scientifiques qui pourraient lui dire quoi faire de tout cela.

´┐Ż Et apr´┐Żs cette ´┐Żbrain trust´┐Ż ´┐Ż, demanda Trudeau,´┐Ż ´┐Ż Alors quoi? ´┐Ż

´┐Ż Opposez-les ´┐Ż ces technologies ´┐Ż dit corso. Il savait qu´┐Żils marchaient en aveugle avec ce mat´┐Żriel. Ils ne pouvaient pas parler de cela avec la communaut´┐Ż scientifique et acad´┐Żmique par ce qu´┐Żils auraient perdus rapidement le contr´┐Żle de leurs secrets.

D´┐Żun autre c´┐Żt´┐Ż, beaucoup de ces secrets avaient avoir avec l´┐Żarmement et il y avait des r´┐Żgles tr´┐Żs strictes sur ce qu´┐Żils pouvaient d´┐Żvoiler ou non sans les autorisations appropri´┐Żes.

Mais leur ´┐Żbrain trust´┐Ż ´┐Żtait inestimable. Et avec les bonnes orientations et´┐Ż contr´┐Żles de s´┐Żcurit´┐Ż, ils pourraient donner leurs secrets.

´┐Ż Quels scientifiques avez-vous en t´┐Żte? ´┐Ż demanda Trudeau .

´┐Ż Je pense ´┐Ż Robert Sarbacher ´┐Ż´┐Ż´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Wernher von Braun, bien sur, Hans Kohler, Hermann Oberth, John von Neulann. ´┐Ż

´┐Ż Que savent-ils sur Roswell? ´┐Ż voulut savoir Trudeau. S´┐Żils avaient ´┐Żt´┐Ż consult´┐Żs en 1947 sur le mat´┐Żriel de Roswell, comme Wernher von Braun l´┐Żavait ´┐Żt´┐Ż par le G´┐Żn´┐Żral Twining, alors ils ne r´┐Żv´┐Żleraient aucuns secrets. S´┐Żils ne savaient rien sur le crash, alors ils prendraient des risques en divulguant des informations class´┐Żes au-dessus du Top-secret.

Trudeau voulait savoir ´┐Ż quel point c´┐Ż´┐Żtait dangereux d´┐Żimpliquer ces scientifiques. Mais corso le rassura sur le fait que tous savaient d´┐Żj´┐Ż quelque chose sur Roswell ´┐Ż cause de leurs relations avec les R&D.

Durant l´┐Żadministration d´┐ŻEisenhower, l´┐Żinformations ´┐Ż propos des recherches classifi´┐Żes sur les extraterrestres ´┐Żtait filtr´┐Że par le bureau des R&D parce que la t´┐Żte des R&D ´┐Żtait une des personnes originales du groupe.

´┐Ż´┐Ż J´┐Ż´┐Żtais ´┐Ż la Maison Blanche quand Sarbacher ´┐Żtait dans le comit´┐Ż, G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Je suis presque s´┐Żr qu´┐Żil ´┐Żtait dans le secret et Hermann Oberth. Il m´┐Ża toujours dit que les objets que l´┐Żon voyait sur les radars ´┐Ż Red Canyon, et qui disparaissaient, ´┐Żtaient probablement du m´┐Żme genre que le vaisseau extraterrestre r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż ´┐Ż Roswell. Donc il savait, mais je ne sais pas comment. ´┐Ż

´┐Ż H´┐Ż bien! Ce sont en fait de bonnes nouvelles ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż Je ne voudrais pas ´┐Żtre celui qui autorisera la diffusion d´┐Żinformation classifi´┐Że ´┐Ż quelqu´┐Żun qui ne connaissait rien au pr´┐Żalable et je ne veux pas vous mettre dans la position, Phil, d´┐Żavoir ´┐Ż expliquer, aux plus hauts, la raison de la diffusion d´┐Żinformations top-secr´┐Żtes ´┐Ż des gens sans autorisations, m´┐Żme pour la s´┐Żcurit´┐Ż du pays. ´┐Ż

Corso appr´┐Żcia cela, mais pour que leur plan r´┐Żussisse, ils avaient besoin de l´┐Żaide d´┐Żexperts comme von Braun, Oberth et Sarbacher.

´┐Ż Comment allez vous les approcher? ´┐Ż demanda Trudeau.

´┐Ż Nous devons d´┐Żabord faire un inventaire de tout les contrats industrielles avec la d´┐Żfense que nous pourrons g´┐Żrer, G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż dit corso, ´┐Ż M´┐Żler les contrats et les syst´┐Żmes que nous d´┐Żveloppons avec le mat´┐Żriel que nous poss´┐Żdons pour voir comment ils l´┐Żadapteront. Ensuite nous introduirons les scientifiques pour consultation afin d´┐Ż´┐Żtre s´┐Żr de ce que nous avons. ´┐Ż

´┐Ż Allons ´┐Ż travers une premi´┐Żre liste de production potentielle ´┐Ż sugg´┐Żra le G´┐Żn´┐Żral, ´┐Żpour voir o´┐Ż nos contrats nous emm´┐Żnent et ou les scientifiques peuvent aider. Et vous savez ce qui se passera alors? ´┐Ż questionna trudeau.

´┐Ż´┐Ż Nous allons vous coller dans des v´┐Żtements civiles et vous envoyer sur la route pour rendre visite ´┐Ż nos amis qui ont des contrats avec la d´┐Żfense. ´┐Ż

´┐Ż Je veux que personne ne sache ´┐Ż, expliqua le G´┐Żn´┐Żral, ´┐Żqu´┐Żun Lieutenant Colonel sur la liste de recherche de la CIA voyage ´┐Ż travers les diff´┐Żrents contrats avec la d´┐Żfense avec une myst´┐Żrieuse mallette pleine de quelque chose que personne ne conna´┐Żt. ´┐Ż Il rigola, ´┐Ż´┐Ż Nous devons travailler sur cette liste ´┐Ż.

Cet apr´┐Żs-midi l´┐Ż, Corso retourna ´┐Ż son rapport sur le EBE et son vaisseau et commen´┐Ża ´┐Ż faire la liste les ´┐Żnigmes qu´┐Żil contenait et les opportunit´┐Żs pour de nouvelles productions qu´┐Żil repr´┐Żsentait.

Quel ´┐Żtait le moteur ou l´┐Ż´┐Żnergie utilis´┐Że par ce vaisseau? il n´┐Żavait pas de propulseurs, pas de r´┐Żacteurs. Il n´┐Żavait pas de syst´┐Żme de propulsion comme les V2, il ne contenait aucun carburant. ´┐Ż la base de Norton, o´┐Ż le vaisseau fut ´┐Żventuellement rang´┐Ż, les ing´┐Żnieurs ´┐Żtaient ´┐Żmerveill´┐Żs par le fin amalgame de cuivre et d´┐Żargent qui recouvrait l´┐Żext´┐Żrieur du vaisseau.

Ce m´┐Żtal ´┐Żtait remarquable par sa conductivit´┐Ż, comme si le vaisseau en entier ´┐Żtait un circuit ´┐Żlectrique n´┐Żoffrant aucune r´┐Żsistance au courant.

C´┐Ż´┐Żtait quelque chose que les techniciens ne pouvaient dupliquer. Dans les ann´┐Żes 50, ´┐Ż la base de Norton, deux prototypes du vaisseau extraterrestre furent fabriqu´┐Żs, mais il n´┐Żeurent jamais la puissance du vaisseau qui c´┐Ż´┐Żtait ´┐Żcras´┐Ż.

´┐Ż la place, il fut mit des g´┐Żn´┐Żrateurs de fusions nucl´┐Żaires mais ils ´┐Żtaient inefficaces et dangereux. M´┐Żme le g´┐Żn´┐Żrateur nucl´┐Żaire qui fournissait l´┐Ż´┐Żnergie pour les satellites Sovi´┐Żtiques et Am´┐Żricains dans les ann´┐Żes 60 ´┐Żtait inefficace pour les besoins de la r´┐Żplique du vaisseau spatial.

Donc la question restait: Qu´┐Żelle ´┐Żtait l´┐Ż´┐Żnergie du vaisseau spatial?

Corso fit la liste de toutes ses d´┐Żcouvertes:

-        Le vaisseau en forme croissant n´┐Ża pas de syst´┐Żmes de contr´┐Żles directionnelles que nous connaissions. Il n´┐Ży a pas de manettes, de roues, de p´┐Żdales, de c´┐Żbles, de vannes, d´┐Żabattants ou de gouvernes. Comment ces cr´┐Żatures contr´┐Żlaient ce vaisseau et comment contr´┐Żlaient-elles la vitesse, acc´┐Żl´┐Żrant d´┐Żun point stationnaire, comme un h´┐Żlicopt´┐Żre, ´┐Ż des vitesses sup´┐Żrieures ´┐Ż 7000 miles/h en quelques secondes?

-        Comment ´┐Żtaient prot´┐Żg´┐Żes ces cr´┐Żatures des forces G? les pilotes pendant la Deuxi´┐Żme Guerre mondiale devaient porter une combinaison sp´┐Żciale pour diffuser l´┐Żoxyg´┐Żne et ´┐Żviter le ´┐Żblackout´┐Ż. Mais rien ne fut trouv´┐Ż dans les v´┐Żtements des cr´┐Żatures qui indique qu´┐Żelles devaient faire face au m´┐Żme probl´┐Żme.

Leur vaisseau pouvait manoeuvrer dans des forces G 10 fois sup´┐Żrieures ´┐Ż celles de nos pilotes. Comment g´┐Żraient-elles cela ?

Pas de contr´┐Żle, pas de protection, pas de source d´┐Ż´┐Żnergie, pas de carburant. Ce sont les choses que Corso lista. ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de ceci, Corso nota que:

-        Le vaisseau lui-m´┐Żme ´┐Żtait un circuit ´┐Żlectrique

-        Que les v´┐Żtements de vols ´┐Ż ´┐Żpeaux de vols ´┐Ż est une meilleure description- que les cr´┐Żatures portaient ´┐Żtaient fait d´┐Żune substance dans laquelle la structure atomique ´┐Żtait allong´┐Że, renforc´┐Że dans sa longueur, pour fournir un sens directionnel ´┐Ż tout courant appliqu´┐Ż dessus.

Les ing´┐Żnieurs d´┐Żcouvrirent que cette peau ´┐Żtait un pur conducteur, fonctionnant comme la peau du vaisseau lui-m´┐Żme, et qu´┐Żelle avait la pure habilit´┐Ż ´┐Ż prot´┐Żger les porteurs, tout en conduisant un champ ´┐Żlectronique de quelconque nature. O´┐Ż ´┐Żtait la jonction physique entre le pilote et le vaisseau? Est ce que c´┐Ż´┐Żtait le pilote lui-m´┐Żme qui servait de commutateur?

Corso nota le ´┐Ż bandeau de t´┐Żte ´┐Ż avec senseurs qui avait tant intrigu´┐Ż les officiers ´┐Ż Roswell et qui le fascinait aussi. Si, comme il le supposait, cet objet r´┐Żcup´┐Żrait les signatures ´┐Żlectroniques du cerveau des cr´┐Żatures, quand faisait-il?

Corso pensait que cet objet transmettait ces signaux ´┐Żlectroniques du cerveau au syst´┐Żme de commande du vaisseau pour contr´┐Żler la vitesse, la direction et la hauteur. Peut ´┐Żtre que ce ´┐Żbandeau de t´┐Żte´┐Ż devait ´┐Żtre ajust´┐Ż individuellement ´┐Ż chaque pilote, ou peut ´┐Żtre que le pilote ´┐Żtait-il calibr´┐Ż au ´┐Żbandeau de t´┐Żte´┐Ż. De toute fa´┐Żon, ces ´┐Żbandanas´┐Ż ´┐Żtaient les interfaces entre le pilote et le vaisseau. Mais cela ne r´┐Żsolvait pas la question de l´┐Żabsence de c´┐Żbles, de manettes ou de volants.

Peut ´┐Żtre la r´┐Żponse ´┐Żtait non pas dans la forme des contr´┐Żles mais dans la fa´┐Żon dont le v´┐Żtement, le ´┐Żbandana´┐Ż, le cerveau de la cr´┐Żature et le vaisseau en entier travaillaient ensembles. En autres termes, quand Corso regardait la fonction enti´┐Żre du syst´┐Żme, la synchronisation entre le ´┐Żbandana´┐Ż, la conductivit´┐Ż du vaisseau, et la structure des peaux, qui travaillaient aussi comme un circuit, il pouvait voir comment les informations de pilotages pouvaient ´┐Żtre envoy´┐Żes du ´┐Żbandana´┐Ż par une sorte de courant traversant les peaux et entrant dans une sorte de panneau ou se trouvait des empreintes pour les mains de cr´┐Żatures.

Ces empreintes sur les panneaux, comme les d´┐Żcrivent les rapports, ressemblaient aux empreintes de mains laiss´┐Żes au ´┐Ż Grauman´┐Żs Chinese theater ´┐Ż ´┐Ż Hollywood.

Les instructions ´┐Żlectroniques ´┐Żtaient transmises directement du cerveau de la cr´┐Żature, puis le long de son corps et ensuite ´┐Ż travers les panneaux dans le vaisseau lui-m´┐Żme. Comme si ce vaisseau ´┐Żtait seulement une partie du corps de la cr´┐Żature?

Mais quelque chose manquait. Les moteurs.

A nouveau, Corso retombait dans l´┐Żid´┐Że de fonctions aux del´┐Ż des structures. Les d´┐Żbris et le vaisseau indiquaient qu´┐Żun moteur ne s´┐Ż´┐Żtait pas d´┐Żtach´┐Ż au moment du crash. Un moteur conventionnel n´┐Żest jamais au premier endroit. Ce qu´┐Żils ont trouv´┐Żs c´┐Żest que le vaisseau semblait avoir la capacit´┐Ż d´┐Żaccumuler, comme un conducteur, une grande quantit´┐Ż de courant.

Et si le vaisseau ´┐Żtait lui-m´┐Żme le moteur, avec un courant continu provenant d´┐Żune autre source et qu´┐Żil stockait (emmagasinait) comme un grand condensateur? Cela serait comme charger des batteries pour une voiture ´┐Żlectrique et de la conduire jusqu´┐Ż´┐Ż ce que ses batteries soient vides. Ce n´┐Żest pas diff´┐Żrent d´┐Żune voiture que l´┐Żon remplit d´┐Żessence ou qu´┐Żun avion plein de carburant volant et atterrissant avant la panne s´┐Żche.

Corso suspectait le vaisseau de Roswell de n´┐Ż´┐Żtre qu´┐Żun condensateur qui stockait le courant, qui ´┐Żtait dirig´┐Ż et contr´┐Żl´┐Ż par le pilote et ´┐Żtait capable de se recharger d´┐Żune quelconque fa´┐Żon.

Mais quels ´┐Żtaient les moyens de propulsion et de direction? s´┐Żil y avait une force qui fonctionnait de la fa´┐Żon dont ils pensaient, cela n´┐Żexpliquait pas comment elle ´┐Żtait cr´┐Że et dirig´┐Że. D´┐Żbut Septembre 1947, les scientifiques qui ´┐Żtaient all´┐Żs ´┐Ż Wright Field pour voir les d´┐Żbris, sp´┐Żcul´┐Żrent que le potentiel ´┐Żlectronique de l´┐Żappareil de Roswell rappelait les exp´┐Żriences d´┐Żantigravit´┐Żs des Allemands et des Anglais de 1920 ´┐Ż 1930.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining fut rapport´┐Ż avoir dit plus d´┐Żune fois que le nom de l´┐Żing´┐Żnieur en ´┐Żlectricit´┐Ż Serbe et inventeur du courant alternatif, Nikola Tesla, revenait souvent dans la conversation parce que les scientifiques qui avaient examin´┐Żs le vaisseau endommag´┐Ż avaient d´┐Żcrit la fa´┐Żon dont il devait convertir une champ ´┐Żlectromagn´┐Żtique en un champ d´┐Żantigravit´┐Ż.

Et bien sur, le vaisseau rappelait l´┐Żavion de combat Allemand qui avait fait son apparition vers la fin de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale mais qui ´┐Żtait en d´┐Żveloppement depuis les ann´┐Żes 30.

Tesla et un certain nombres d´┐Żautres scientifiques Europ´┐Żens avaient ´┐Żt´┐Ż les pionniers dans la conversion restreinte de petites zones d´┐Żantigravit´┐Żs ´┐Ż partir de champs magn´┐Żtiques.

Toutefois, l´┐Żeffort pour d´┐Żvelopper des avions par antigravit´┐Ż ne porta jamais ses fruits parce que l´┐Żessence et les r´┐Żacteurs fournirent une parfaite technologie d´┐Żarmement.

Mais la th´┐Żorie de l´┐Żantigravitation n´┐Ż´┐Żtait pas inconnue m´┐Żme si elle n´┐Ż´┐Żtait pas tr´┐Żs bien comprise, et sans une source d´┐Ż´┐Żnergie comme une petite pile nucl´┐Żaire, rien n´┐Ż´┐Żtait r´┐Żalisable.

Et si le vaisseau ´┐Żtait capable de porter assez d´┐Ż´┐Żnergie et avait une capacit´┐Ż de stockage pour garder son ´┐Żnergie, comme une batterie volante tr´┐Żs avanc´┐Że? Alors il devait avoir toute l´┐Ż´┐Żnergie n´┐Żcessaire pour propager et g´┐Żn´┐Żrer une vague directionnelle par d´┐Żplacement de ses p´┐Żles magn´┐Żtiques.

Si la th´┐Żorie de l´┐Żonde magn´┐Żtique portait par des ing´┐Żnieurs comme Paul Biefeld et Townsend Brown dans les ann´┐Żes 20, ´┐Ż l´┐ŻInstitue de Californie pour les ´┐Żtudes Avanc´┐Żes, ´┐Żtait fid´┐Żlement rapport´┐Że alors la th´┐Żorie sur le vol par antigravit´┐Ż existait avant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale.

En fait, des prototypes en forme de disques ´┐Żtaient sur les planches ´┐Ż dessins de l´┐ŻInstitue de Californie avant la guerre. C´┐Żest juste que personne ne pr´┐Żtait attention ´┐Ż eux aux USA. Les allemands avaient d´┐Żveloppes et fait voler des soucoupes volantes, m´┐Żme si cela na pas eu d´┐Żimpact dans la guerre ´┐Ż venir ´┐Ż part stimuler une course entre les USA et la Russie pour r´┐Żcup´┐Żrer le plus possible de technologie Allemande. Ainsi, m´┐Żme si les ing´┐Żnieurs avaient tent´┐Ż de fabriquer des avions en formes d´┐Żailes et avec succ´┐Żs, le vaisseau spatial de Roswell avec sa vraie fonctionnabilit´┐Ż qui d´┐Żpassait tout ce qu´┐Żils avaient, comme voyager dans l´┐Żespace,´┐Ż repr´┐Żsentait un challenge technique pratique pour les scientifiques.

Ils savaient ce que faisaient les EBEs mais ils ne pouvaient pas le dupliquer. Les rapports, de Corso pour les R&D, analysaient les types de technologies qu´┐Żils devraient d´┐Żvelopper pour construire une d´┐Żfense cr´┐Żdible contre ce vaisseau ou pour en construire un eux-m´┐Żmes.

Dans ces notes pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, Corso passa en revue toutes les implications technologiques qu´┐Żils pourraient r´┐Żcolter du vaisseau de Roswell.

Il ´┐Żcrivit aussi ce qu´┐Żil comprenait de la technologie par champ magn´┐Żtique et comment des ing´┐Żnieurs non conventionnels avaient brouillonn´┐Żs des prototypes´┐Ż ´┐Żantigravitiques´┐Ż dans le si´┐Żcle.

Corso sugg´┐Żra que tout ceci pointait dans la m´┐Żme direction: Ils poss´┐Żdaient un vaisseau et pouvaient exploiter industriellement ses composants en incluant cette ´┐Żnergie par antigravit´┐Ż et le contr´┐Żle de navigation par ondes c´┐Żr´┐Żbrales.

Pour cela, ils devaient avoir le conseil de scientifiques qui pourraient ´┐Żventuellement faire parti de leurs ´┐Żbrain trust´┐Ż, des individus en qui ils´┐Ż pourraient faire confiance et parler des d´┐Żbris de Roswell.

C´┐Ż´┐Żtaient ces scientifiques qui travaillaient habituellement avec les premiers fournisseurs des R&D et pourraient leur dire comment les approcher dans leur divisions au R&D pour des consultation priv´┐Żes et s´┐Żcuris´┐Żes.

Corso esp´┐Żrait que l´┐Ż´┐Żvaluation des choses qu´┐Żils poss´┐Żdaient de l´┐ŻEBE et de son vaisseau pourrait leur apporter quelques solutions sur les probl´┐Żmes physiologiques connus des astronautes durant les vols spatiaux.

Au d´┐Żbut des ann´┐Żes 60, les astronautes Am´┐Żricains et Russes avaient fait leurs premiers vols orbitaux et avaient subis les effets n´┐Żgatifs de l´┐Żapesanteur pendant leurs missions.

Malgr´┐Ż les d´┐Żclarations officielles comme quoi l´┐Żhomme pouvait voyager dans l´┐Żespace, les docteurs disaient que m´┐Żme de courtes p´┐Żriodes en apesanteur d´┐Żsorientaient extr´┐Żmement les astronautes et que plus le vol ´┐Żtait long, plus les sympt´┐Żmes devenaient inconfortables.

Ils ´┐Żtaient tracass´┐Żs par la perte de la force physique, la r´┐Żduction de la capacit´┐Ż musculaire du coeur et du diaphragme, la r´┐Żduction de la capacit´┐Ż des poumons et la perte de la r´┐Żsistance ´┐Ż la flexibilit´┐Ż des os.

Les cr´┐Żatures ´┐Żparpill´┐Żes sur le sol d´┐Żsertique de Roswell semblaient compl´┐Żtement adapt´┐Żes au voyage spatial. Juste examiner ces cr´┐Żatures ´┐Żtait une ´┐Żnorme opportunit´┐Ż.

L´┐Żoxyg´┐Żne renouvelable et les provisions de nourriture ´┐Żtaient les directions ´┐Ż prendre et dans les ann´┐Żes 60, les ing´┐Żnieurs de la NASA ´┐Żtaient pr´┐Żt ´┐Ż dessiner des fa´┐Żons de recharger l´┐Żatmosph´┐Żre ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur d´┐Żune capsule et de fournir de la nourriture.

Les R&D donn´┐Żrent un coup de main. Ils d´┐Żvelopp´┐Żrent un processus d´┐Żirradiation de la nourriture qui fournit encore aujourd´┐Żhui les bases de la nourriture non r´┐Żfrig´┐Żr´┐Że dans les vaisseaux spatiaux.

Mais la r´┐Żadaptation du corps d´┐Żun homme ´┐Ż la gravit´┐Ż terrestre apr´┐Żs un voyage en apesanteur ´┐Żtait un autre probl´┐Żme ´┐Ż r´┐Żsoudre.

La physiologie des EBEs fournissait un important indice. Ils devaient examiner la fa´┐Żon d´┐Żentra´┐Żner les astronautes physiquement ainsi ils seraient plus adapt´┐Żs aux p´┐Żriodes en apesanteur et ´┐Ż la d´┐Żsorientation spatiale. Dans le m´┐Żme temps, ils devaient d´┐Żvelopper des rations nutritionnelles qui ne seraient pas exag´┐Żr´┐Żes dans un syst´┐Żme digestif qui aurait besoin de compenser la perte de la gravit´┐Ż.

Il n´┐Ży avait pas de moyens de pr´┐Żparer de la nourriture ´┐Ż bord du vaisseau et ils ne savaient pas comment ils stockaient la nourriture ou m´┐Żme ce qu´┐Żils mangeaient.

S´┐Żils devaient voyager dans l´┐Żespace, il ´┐Żtait clair qu´┐Żavec ce que l´┐Żarm´┐Że avait trouv´┐Ż ´┐Ż Roswell, qu'en fait une culture avait d´┐Żvelopp´┐Ż la technologie pour le faire, alors les R&D devaient trouver un moyen pour nourrir les pilotes dans l´┐Żespace.

Mais avant, ils devaient d´┐Żvelopper un moyen pour pr´┐Żserver la nourriture qui ne n´┐Żcessiterait pas une r´┐Żfrig´┐Żration ou une consommation excessive d´┐Ż´┐Żnergie.

Le probl´┐Żme des voyages spatiaux longues distances n´┐Ż´┐Żtait pas encore r´┐Żsolu en partie parce qu´┐Żils comptaient sur les moyens de propulsions conventionnels qui mettraient les astronautes dans de grandes p´┐Żriodes de tensions physiques.

Ils n´┐Żavaient pas non plus de moyens pour r´┐Żajuster les astronautes ´┐Ż la gravit´┐Ż Terrestre apr´┐Żs un long voyage dans l´┐Żespace comme la station Russe MIR.

Corso sugg´┐Żra ´┐Ż Trudeau, dans son rapport, que ce n´┐Ż´┐Żtait pas explicitement la mission des R&D. La NASA devrait commencer ´┐Ż pr´┐Żparer les candidats astronautes d´┐Żs leurs pr´┐Żsences ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcole.

´┐Ż Si nous entra´┐Żnons nos astronautes depuis leur enfance comme nous le faisons pour les athl´┐Żtes, nous cr´┐Żerons un groupe d´┐Żofficiers capables, physiquement, d´┐Żentrer dans la nouvelle g´┐Żn´┐Żration de voyage dans l´┐Żespace. ´┐Ż ´┐Żcrit Corso. Il sut que Trudeau avait pass´┐Ż cette recommandation a la NASA parce qu´┐Żelle cr´┐Ża un camp d´┐Żentra´┐Żnement pour les futurs astronautes quelques ann´┐Żes ´┐Ż peine apr´┐Żs le d´┐Żpart de Corso de ce service.

Derri´┐Żre l´┐Żentra´┐Żnement des astronautes pour les voyages spatiaux avec des moyens conventionnelles, l´┐Żexamen de l´┐ŻEBE et du syst´┐Żme de propulsion possible du vaisseau posait d´┐Żautres questions.

Et si, en plus d´┐Ż´┐Żtre bio-fabriqu´┐Żs pour les voyages spatiaux, les EBEs n´┐Ż´┐Żtaient pas soumis aux m´┐Żmes forces que celles auxquelles les pilotes humains devaient faire face?

Si les EBEs utilisaient une technologie par propagation d´┐Żondes comme propulsion par antigravit´┐Ż, alors ils voyageaient ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur d´┐Żune sorte d´┐Żonde ´┐Żlectromagn´┐Żtique ajustable. Corso sugg´┐Żra ´┐Ż Trudeau d´┐Ż´┐Żtudier les effets physiologiques sur les humains apr´┐Żs une longue exposition ´┐Ż cette sorte d´┐Ż´┐Żnergie g´┐Żn´┐Żr´┐Że par la propagation d´┐Żune onde ´┐Żlectromagn´┐Żtique. Les biologistes avaient besoin de d´┐Żterminer comment cette radiation pourrait d´┐Żsorganiser l´┐Żactivit´┐Ż des cellules dans le corps humain. Peut-´┐Żtre que la peau externe, en un seul morceau, port´┐Że par les EBEs, leur offrait une protection contre les effets d´┐Żune onde ´┐Żlectromagn´┐Żtique.

Bien que l´┐Żarm´┐Że des R&D ne fit jamais ces ´┐Żtudes parce que les probl´┐Żmes m´┐Żdicaux sur les voyages spatiaux ´┐Żtaient g´┐Żr´┐Żs par la NASA ´┐Ż travers des contrats avec les militaires, des recherches m´┐Żdicales indirectes furent conduites des ann´┐Żes plus tard. Les ´┐Żtudes entourant les effets physiologiques sur des personnes vivants ´┐Ż c´┐Żte des lignes ´┐Ż hautes tensions et sur celles utilisant des t´┐Żl´┐Żphones portables furent peu concluantes.

Bien que certaines personnes argumentaient qu´┐Żil y avait de hautes incidences sur ces groupes de personnes, d´┐Żautres argumentaient du contraire.

Derri´┐Żre cela, pour que l´┐Żhomme puisse atteindre des destinations au-del´┐Ż du syst´┐Żme solaire, une technologie de propulsion radicalement diff´┐Żrente ´┐Żtait n´┐Żcessaire pour atteindre une v´┐Żlocit´┐Ż ´┐Ż, ou, au-del´┐Ż de la vitesse de la lumi´┐Żre.

Dans l´┐Żesprit de Corso, ce n´┐Ż´┐Żtait rien de plus qu´┐Żune confirmation comme quoi les recherches sur l´┐Ż´┐Żlectromagn´┐Żtisme dans les ann´┐Żes 20, les exp´┐Żriences sur les soucoupes pour les d´┐Żveloppements d´┐Żun vaisseau par les Alli´┐Żs, montraient la voie pour une nouvelle g´┐Żn´┐Żration d´┐Żappareils.

Corso savait que ses rapports ´┐Żtaient lus dans les hautes sph´┐Żres de l´┐Żarm´┐Że parce que la recherche top-secr´┐Żte a continu´┐Ż jusqu´┐Ż´┐Ż aujourd´┐Żhui ´┐Ż travers les designs et les syst´┐Żmes de propulsions du Stealh fighter et des prototypes de bombardiers sub-orbitaux, d´┐Żvelopp´┐Żs ´┐Ż Nellis et Edwards, maintenant sur les planches ´┐Ż dessins et qui peuvent voler ´┐Ż des vitesses sup´┐Żrieures ´┐Ż 7000 miles/heure.

Apr´┐Żs avoir fini son rapport sur les opportunit´┐Żs qu´┐Żils pouvaient tirer des EBEs et du vaisseau, Corso tourna son attention ´┐Ż compiler une petite liste des opportunit´┐Żs imm´┐Żdiates qu´┐Żils pouvaient atteindre aux R&D avec les articles r´┐Żcup´┐Żr´┐Żs dans l'´┐Żcrasement.

C´┐Ż´┐Żtaient des choses sp´┐Żcifiques, pas comme les questions th´┐Żoriques sur la physiologie des EBEs ou de leur vaisseau. Bien que pour certains ces objets soient banales, chacun de ces objets, avec une intervention directe des R&D, engendrerait une industrie technologique enti´┐Żre de laquelle sortirait de nouvelles armes militaires.

Parmi les objets de Roswell, les questions et les probl´┐Żmes venant de l'´┐Żcrasement de Roswell, sur la liste pr´┐Żliminaire de Corso, qui n´┐Żcessitaient un plan de d´┐Żveloppement ou simplement une investigation de la part des scientifiques militaires, se trouvait:

-        Intensifieurs d´┐Żimages, qui deviendraient plus tard ´┐Ż vision de nuit ´┐Ż

-        Fibre optique

-        Fibres ´┐Ż ´┐Ż super t´┐Żnacit´┐Ż ´┐Ż

-        Lasers

-        Alliage m´┐Żtallique avec alignement mol´┐Żculaire.

-        Circuits int´┐Żgr´┐Żs et miniaturisation des circuits logiques.

-        HARP (High Altitude Research Project)

-        Projet horizon (base lunaire)

-        Pile atomique portable ( ´┐Żnergie propulsion ionique)

-        Nourriture irradi´┐Że

-        ´┐Ż Troisi´┐Żme cerveau ´┐Ż syst´┐Żme de guidage (bandeau de t´┐Żte EBE)

-        Faisceau ´┐Ż particules (´┐Ż Star wars ´┐Ż armes anti-missiles)

-        Syst´┐Żmes de propulsions ´┐Żlectromagn´┐Żtiques.

-        Projectiles d´┐Żuranium appauvrit.

Pour chacun de ces articles dans la liste de Corso, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau chercha dans les fichiers des ressources humaines et trouva les noms de scientifiques qui travaillaient sur des projets de la d´┐Żfense ou sur des projets Alli´┐Żs dans les Universit´┐Żs o´┐Ż Corso pourrait aller pour des conseils et des consultations. Corso ne fut pas surpris de voir von Braun appara´┐Żtre ´┐Ż chaque probl´┐Żme de propulsion de fus´┐Że.

Von Braun avait ´┐Żt´┐Ż enregistr´┐Ż en 1959 lorsqu´┐Żil avait annonc´┐Ż que les militaires Am´┐Żricains avaient acquis une nouvelle technologie suite ´┐Ż des recherches top-secr´┐Żtes sur les ovnis.

Corso ne fut pas surprit non plus de voir le nom de John von Neumann ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de la mention de l´┐Ż´┐Żtrange tranche en silicone avec des empreintes argents. ´┐Ż Si ceci est ce ´┐Ż quoi je pense, alors cela doit ´┐Żtre´┐Ż ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż des circuits imprim´┐Żs. Il y a une seule personne ´┐Ż qui nous pouvons en parler ´┐Ż

Le Dr Robert Sarbacher ´┐Żtait une personne importante ´┐Ż contacter dans notre liste parce qu´┐Żil avait travaill´┐Ż au ´┐Ż Research and Development Board ´┐Ż pendant l´┐Żadministration de Eisenhower.

Non seulement Sarbacher avait ´┐Żt´┐Ż consult´┐Ż par les membres de l´┐ŻAmiral Hillenkoeter et par le groupe de travail sur les ovnis de G´┐Żn´┐Żral Vandenberg dans les ann´┐Żes 50, mais il avait fait parti, aussi, de la d´┐Żcision originale du G´┐Żn´┐Żral Twining pour envoyer tout les d´┐Żbris de Roswell ´┐Ż Wright Field pour examens pr´┐Żliminaires avant de les envoyer ´┐Ż la recherche militaire.

En 1950, Sarbacher, commentant la nature des d´┐Żbris, dit qu´┐Żil ´┐Żtait sur que la l´┐Żg´┐Żret´┐Ż et la solidit´┐Ż de ces mat´┐Żriaux devraient ´┐Żtre tr´┐Żs soigneusement ´┐Żtudi´┐Żes par les laboratoires gouvernementaux qui avaient pris possession des d´┐Żbris apr´┐Żs l'´┐Żcrasement. Parce qu´┐Żil ´┐Żtait toujours bien inform´┐Ż sur les d´┐Żbris de Roswell, le Dr Sarbacher ´┐Żtait un autre candidat pour les R&D.

Ils list´┐Żrent aussi le Dr Wilbert Smith qui dans un m´┐Żmo au contr´┐Żleur des t´┐Żl´┐Żcommunications, en novembre 1950, avait demand´┐Ż au gouvernement Canadien d´┐Żenqu´┐Żter, avec urgence, sur la nature de la technologie extraterrestre que les USA avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż de v´┐Żhicules extraterrestres crash´┐Żs. Il implora le gouvernement de faire un effort substantiel pour utiliser la technologie extraterrestre.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau plaisanta sur le fait que m´┐Żme si le Dr Smith savait qu´┐Żils avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż de la technologie ´┐Ż Roswell, il ne savait pas r´┐Żellement ce que c´┐Ż´┐Żtait. ´┐Ż Je ne peux pas attendre pour voir sa t´┐Żte lorsque vous ouvrirez votre serviette devant lui, Phil ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau.

Chacun de ces scientifiques maintenaient des relations avec beaucoup de fournisseurs de la d´┐Żfense durant les ann´┐Żes 50.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait aussi des relations avec des fournisseurs de l´┐Żarm´┐Że qui travaillaient sur des nouveaux syst´┐Żmes d´┐Żarmements pour les militaires.

C´┐Ż´┐Żtaient avec des compagnies comme, Bell Labs, IBM, Monsanto, Dow, General Electric, et Hughes que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau voulait discuter ´┐Ż propos des produits technologiques qu´┐Żils avaient compil´┐Żs avec le dossier de Roswell aux R&D.

´┐Ż Vous allez commencer ´┐Ż appeler nos amis scientifiques ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż et prendre tout les rendez-vous que vous voulez. ´┐Ż.

´┐Ż O´┐Ż serez-vous G´┐Żn´┐Żral?´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż Je vais faire aussi quelques voyages ´┐Ż dit il, ´┐Żd´┐Żabord au chef d´┐Ż´┐Żquipe pour ´┐Żtre sur que nous aurons le budget, discret, dont nous aurons besoin, ensuite ´┐Ż quelques personnes auxquelles je veux parler une fois que vous aurez le retour de la communaut´┐Ż scientifique sur les projets de votre liste. ´┐Ż

´┐Ż Ou d´┐Żabord? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż Qu´┐Żaimeriez vous? ´┐Ż r´┐Żpondit le G´┐Żn´┐Żral

´┐Ż Nous allons travailler sur les intensifieurs d´┐Żimages pour quelques temps ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Nous avons m´┐Żme entre nos mains les articles sur lesquels travaillaient les Allemands ´┐Ż la fin de la guerre. ´┐Ż

´┐Ż H´┐Ż bien, pourquoi ne faites-vous pas un voyage pr´┐Żliminaire ´┐Ż Fort Belvoir ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż ils ont un projet de vision de nuit en route depuis les 10 derni´┐Żres ann´┐Żes, mais il ne donne rien de comparable ´┐Ż ce que vous avez en votre possession. ´┐Ż

´┐Ż Je m´┐Żoccupe d´┐Żabord de cette chose´┐Ż ´┐Ż dit Corso.

´┐Ż Oui, Phil, mais vous allez quitter cet uniforme et mettre un vrai costume d´┐Żavocat ´┐Ż ordonna le G´┐Żn´┐Żral, ´┐Ż et ne prenez pas votre voiture ringarde ´┐Ż Trudeau vit Corso faire les gros yeux.

´┐Ż Tout ce que vous allez faire, c´┐Żest d´┐Żalimenter un projet ´┐Ż, continua Trudeau, ´┐Ż Ils ont aussi des voitures ringardes, mais vous allez leur donner un grand choc. Apr´┐Żs les avoir vus, vous dispara´┐Żtrez et j´┐Żassignerai un projet de vision de nuit ici pour voir le d´┐Żveloppement. ´┐Ż

´┐Ż Personne ne saura ´┐Ż dit-il, ´┐Żcomme vous le pensez, la visionneuse de nuit de Roswell va mettre une graine dans l´┐Żesprit de quelqu´┐Żun ´┐Ż Fort Belvoir puis elle fera parti d´┐Żun long projet historique. Elle dispara´┐Żtra, comme vous, dans l´┐Żhistoire du d´┐Żveloppement. ´┐Ż

´┐Ż Oui, Monsieur ´┐Ż dit Corso. Corso r´┐Żalisa combien ce travail serait solitaire.

´┐Ż Bonne chance, Phil ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż soyez sur que personne ne sache ce que vous faites et je ferais en sorte que vous ayez tout le budget dont vous aurez besoin ´┐Ż.

C´┐Ż´┐Żtait le d´┐Żbut.

Corso salua le G´┐Żn´┐Żral mais celui-ci tendit sa main et Corso la serra.

Un Lieutenant G´┐Żn´┐Żral affectant l´┐Żargent pour son budget de d´┐Żveloppement et un Lieutenant Colonel cherchant quelqu´┐Żun pour d´┐Żvelopper une protection visuelle inoffensive qu´┐Żun GI inconnu avait ramass´┐Ż dans le sable ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż d´┐Żun ovni crash´┐Ż dans une roche ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de Roswell au cours d´┐Żun orage 40 ans plus t´┐Żt.

Quelle paire ils faisaient.

10 ´┐Ż Intentions hostiles et l'autre Guerre Froide

Le projet avait officiellement commenc´┐Ż.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau alla voir son patron au Pentagone pour commencer le processus de financement des nouveaux articles qu´┐Żils avaient identifi´┐Żs dans leur budget des R&D. Corso rentra chez lui et essaya son costume trois pi´┐Żces.

Le Pr´┐Żsident Eisenhower avait dit une fois ´┐Ż Corso qu´┐Żil croyait toujours un homme qui portait une veste, et corso n´┐Żavait jamais oubli´┐Ż ceci.

Bien que certaines fois le Pr´┐Żsident lui demanda de porter son uniforme pour des r´┐Żunions sp´┐Żciales o´┐Ż il devait avoir le look militaire, Corso portait, habituellement, un costume pendant son travail. Mais apr´┐Żs ses ann´┐Żes pass´┐Żes ´┐Ż la base de missiles de Red Canyon et dans la tenue de combat en Allemagne, Corso avait perdu l´┐Żhabitude de porter des v´┐Żtements civiles.

N´┐Żanmoins, apr´┐Żs toutes ces ann´┐Żes, il devait ´┐Ż nouveau porter des v´┐Żtements civiles comme 95% des types ´┐Ż Fort Belvoir, peut-´┐Żtre la base militaire la plus importante dans tout le district militaire de Washington.

Fort Belvoir ´┐Żtait une de ces bases o´┐Ż les activit´┐Żs d´┐Żentra´┐Żnements et les test d´┐Żarmes ´┐Żtaient une forme efficace de couverture pour ce qui serait connu comme le secret vital de Fort Belvoir. Le Fort se trouvait ´┐Ż 30 minutes du Pentagone et c´┐Żest l´┐Ż-bas que prit place une des recherche les plus secr´┐Żtes sur la technologie des ovnis.

Belvoir h´┐Żbergeait l´┐Ż´┐Żcole militaire des services techniques et maintenait une base de donn´┐Żs vitale sur les tests de balistiques et sur les d´┐Żveloppements de nouvelles armes.

Mais sur sa face cach´┐Że, Fort Belvoir ´┐Żtait le berceau o´┐Ż les officiers du NSC (National Security Coucil), qui avaient le niveau de s´┐Żcurit´┐Ż valable, pouvaient s´┐Żentra´┐Żner.

M´┐Żme des ann´┐Żes apr´┐Żs le d´┐Żpart ´┐Ż la retraite de Corso, des histoires tra´┐Żnaient ´┐Ż propos d´┐Żarchives sur les ovnis qui ´┐Żtaient stock´┐Żes ´┐Ż Fort Belvoir, celles-ci incluant des photos et m´┐Żme des films sur la r´┐Żcup´┐Żration de vaisseaux extraterrestres par les militaires.

Ce que quelques personnes savaient, c´┐Żest qu´┐Żil y avait une unit´┐Ż d´┐Ż´┐Żlite de l´┐ŻAir Force qui op´┐Żrait ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur de Fort Belvoir et qui ´┐Żtait responsable de la r´┐Żcup´┐Żration des ovnis tomb´┐Żs. C´┐Żest pourquoi Fort Belvoir devint le d´┐Żp´┐Żt des films classifi´┐Żs sur les ovnis.

Ces secrets sont rest´┐Żs ´┐Ż Fort Belvoir, gard´┐Żs de tr´┐Żs pr´┐Żs, pendant des ann´┐Żes, et ´┐Ż la longue, ce stockage s´┐Żest envelopp´┐Ż de myst´┐Żre.

Pour ceux qui suspectent le genre d´┐Żinformation gard´┐Że ´┐Ż Fort Belvoir, Fort Belvoir garde une partie des l´┐Żgendes entourant le cover-up militaire sur les ovnis.

Corso ´┐Żtait en route pour cette base afin de parler du projet de vision nocturne et pour voir les dossiers Allemands de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale qu´┐Żils poss´┐Żdaient sur les viseurs infrarouges que les Nazis essayaient de d´┐Żployer pour leurs troupes de combats nocturnes.

Ces viseurs ´┐Żtaient encombrants, peu maniables, pesaient tr´┐Żs lourds et laissaient l´┐Żinfanterie tr´┐Żs encombr´┐Że. Ces viseurs ne furent jamais efficaces pour la guerre mais ils montraient l´┐Ż´┐Żnorme promesse que pouvait avoir une arm´┐Że qui pourrait manoeuvrer autour d´┐Żun ennemi aveugle et impuissant.

C´┐Ż´┐Żtait la promesse qui tourmentait aussi bien les forces Sovi´┐Żtiques qu´┐ŻAm´┐Żricaines dans les derniers mois de la guerre, au moment o´┐Ż ils approchaient des installations des armes secr´┐Żtes Allemandes.

Les forces Am´┐Żricaines mirent en s´┐Żcurit´┐Ż toutes les archives Allemandes sur les viseurs nocturnes mais ce n´┐Żest que lorsqu´┐Żils regard´┐Żrent ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du v´┐Żhicule tomb´┐Ż ´┐Ż Roswell, et qu´┐Żils purent voir une aube brumeuse, qu´┐Żils r´┐Żalis´┐Żrent le potentiel de la vision nocturne.

Ils comprirent cela peu apr´┐Żs que le v´┐Żhicule soit emmen´┐Ż ´┐Ż Wright Field et que le G´┐Żn´┐Żral Twining fit son rapport initiale sur le fait qu´┐Żils ´┐Żtaient l´┐Żennemi aveugle et impuissant face aux yeux des EBEs.

Ces cr´┐Żatures contr´┐Żlaient nos cieux noirs. Ils observaient les humains avec une facilit´┐Ż qui n´┐Żamusa pas les Am´┐Żricains jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils aient ´┐Ż leur tour leurs propres lunettes de visions nocturnes, des ann´┐Żes plus tard, et permettent ainsi, d´┐Ż´┐Żlever le niveau de jeu contre eux.

L´┐ŻOldsmobile bleue de Corso n´┐Ż´┐Żtait s´┐Żrement pas une arme secr´┐Żte dans l´┐Żarsenal Am´┐Żricain mais elle transportait la description d´┐Żun minuscule composant qui deviendrait une des armes les plus efficaces pendant la Guerre Froide.

Les Gu´┐Żrilleros utilisent la nuit elle-m´┐Żme comme une arme pour passer les lignes ennemis sans ´┐Żtre rep´┐Żr´┐Żs. Mais ´┐Żquipez une ´┐Żquipe avec des lunettes de vision nocturne mont´┐Żes sur des chars ou des v´┐Żhicules d´┐Żobservations, ou sur un h´┐Żlicopt´┐Żre planant au-dessus de la zone de combat, et soudainement la nuit devient le jour et les ennemis invisibles deviennent, dans votre viseur, comme une proie pour un chasseur.

Pour les EBE, les humains ´┐Żtaient les proies et ils savaient que ces EBEs surveillaient leurs d´┐Żfenses, ´┐Żtudiants les avions qu´┐Żils envoyaient pour les chasser, et planants autour des satellites exp´┐Żrimentaux qu´┐Żils lan´┐Żaient. Ils pouvaient les voir sur les radars.

Les EBEs avaient un avantage sur eux tant qu´┐Żils n´┐Żauraient pas acquis une habilit´┐Ż technologique suffisante pour avoir une d´┐Żfense pouvant leur faire des pertes trop importantes et ainsi ´┐Żviter une guerre de grande ampleur.

Ce n´┐Ż´┐Żtait pas seulement un avantage pour eux de r´┐Żcup´┐Żrer le maximum de technologie extraterrestre lors des rencontres avec eux, mais c´┐Ż´┐Żtait aussi un des facteurs qui les obligeait ´┐Ż garder le silence sur la pr´┐Żsence extraterrestre.

S´┐Żil n´┐Ży avait pas d´┐Żennemi public, il n´┐Ży aurait pas de pression de la part du public pour qu´┐Żils fassent quelque chose. Ils d´┐Żni´┐Żrent donc tout sur l´┐Żactivit´┐Ż extraterrestre mais pendant ce temps, ils planifi´┐Żrent, mesur´┐Żrent leurs intentions hostiles et pouss´┐Żrent le d´┐Żveloppement d´┐Żarmes qui r´┐Żduiraient l´┐Żavantage des EBEs.

Tout cela n´┐Żaurait pas ´┐Żt´┐Ż possible si les am´┐Żricains n´┐Żavaient pas re´┐Żu d´┐Żaide de la part de leurs vieux adversaires, les Russes et les Chinois.

Les Sovi´┐Żtiques ne laissaient aucuns doutes sur leurs intentions de dominer le monde ´┐Ż travers leur r´┐Żvolution Communiste et d´┐Żfiaient les USA m´┐Żme avant la fin de la Deuxi´┐Żme guerre Mondiale.

En 1948, le rideau de fer ´┐Żtait tomb´┐Ż au-dessus de l´┐ŻEurope de l´┐ŻEst et les Sovi´┐Żtiques essayaient de mettre les USA dans une position d´┐Żassouvissement.

C´┐Ż´┐Żtait des temps difficiles, pas seulement difficiles pour le monde libre mais pour le monde entier qui ´┐Żtait sous une menace militaire et sous un pouvoir bien plus grand que les forces combin´┐Żes de l´┐ŻAm´┐Żrique, de la Russie et de la Chine.

Ils ne savaient pas, au d´┐Żbut, ce que les EBEs voulaient, mais ils savaient qu´┐Żentre les mutilations de b´┐Żtail, la surveillance de leurs installations d´┐Żarmements secr´┐Żtes, les ´┐Żtranges rapports sur les enl´┐Żvements d´┐Ż´┐Żtres humains, leurs bourdonnements incessants autour des lancements dans l´┐Żespace, habit´┐Żs ou non habit´┐Żs, les EBEs n´┐Ż´┐Żtaient pas seulement juste des visiteurs amicaux et courtois disants, ´┐Ż Hello ! nous ne vous voulons pas de mal ´┐Ż. Ils nous veulent du mal, et les Am´┐Żricains le savaient. Le probl´┐Żme ´┐Żtait qu´┐Żils ne pouvaient rien faire, et tout ce qu´┐Żils essayeraient de faire devrait rester secret ou cela cr´┐Żerait une panique mondiale, pensaient-ils.

La Guerre froide ´┐Żtait une ´┐Żnorme opportunit´┐Ż pour eux, parce qu´┐Żelle leur permettait d´┐Żam´┐Żliorer leurs pr´┐Żparations militaires pour combattre, publiquement, les Communistes pendant que secr´┐Żtement ils cr´┐Żaient un arsenal et une strat´┐Żgie pour se d´┐Żfendre contre les extraterrestres.

En fait, la Guerre Froide, aussi r´┐Żelle et dangereuse qu´┐Żelle ´┐Żtait, ´┐Żtait aussi une couverture pour eux afin de d´┐Żvelopper une d´┐Żtection plan´┐Żtaire et un syst´┐Żme de d´┐Żfense qui regarderait aussi bien dans l´┐Żespace qu´┐Żen Russie. Et les Sovi´┐Żtiques faisaient exactement la m´┐Żme chose, regardants au m´┐Żme moment en haut et en bas.

Dans une tentative de coop´┐Żration tacite, les Sovi´┐Żtiques et les Am´┐Żricains, pendant que chacun tentait de prendre l´┐Żavantage sur l´┐Żautre durant la Guerre Froide, cherchaient ´┐Ż d´┐Żvelopper une d´┐Żfense contre les extraterrestres.

Quand le Pr´┐Żsident Reagan fit la d´┐Żmonstration ´┐Ż Mikha´┐Żl Gorbatchev que les USA ´┐Żtaient capables de d´┐Żployer une d´┐Żfense de missiles anti-missiles et de la tourner contre les extraterrestres, tout les pr´┐Żtextes de la Guerre Froide prirent fins et le grand monolithe Sovi´┐Żtique en Europe de l´┐ŻEst commen´┐Ża ´┐Ż s´┐Żeffriter.

La Guerre Froide permit ´┐Ż ces superpuissances de pr´┐Żparer des d´┐Żfenses contre les extraterrestres sans jamais rien r´┐Żv´┐Żler au public.

Quand vous examinez ceci, les archives elles-m´┐Żmes montrent qu´┐Żun autre agenda ´┐Żtait pr´┐Żsent pendant la Guerre Froide. Apr´┐Żs tout, pourquoi chaque c´┐Żt´┐Ż avait-il dix fois plus d´┐Żogives que n´┐Żcessaires afin de d´┐Żtruire l´┐Żarsenal nucl´┐Żaire de l´┐Żautre c´┐Żt´┐Ż ainsi que ses zones habit´┐Żes ?

La vraie histoire derri´┐Żre l´┐Żimmense arsenal d´┐Żogives, l´┐Ż´┐Żnorme flotte de bombes´┐Ż et les plateformes sous-marines ICBM que chaque c´┐Żt´┐Ż avait d´┐Żploy´┐Ż, ´┐Żtait celle de la menace que les extraterrestres feraient s´┐Żils occupaient une partie de notre plan´┐Żte. Ils avaient ainsi le pouvoir de les faire dispara´┐Żtre.

Si les extraterrestres avaient voulu attaquer les USA ou la Russie pour rendre un arsenal inop´┐Żrant, ils avaient assez de missiles restants pour leurs faire payer le prix de vouloir commencer une guerre.

C´┐Ż´┐Żtait une partie de leur agenda secret derri´┐Żre l´┐Żimmense d´┐Żveloppement militaire dans les ann´┐Żes 50 et 60 : Sacrifier une partie de la plan´┐Żte pour permettre au reste de vivre. Elle permit aux USA et ´┐Ż l´┐ŻURSS d´┐Żintimider l´┐Żautre mais elle permit aussi d´┐Żintimider toutes les cultures extraterrestres.

Personne n´┐Ż´┐Żcrivit de m´┐Żmo sur cela parce que les d´┐Żploiements d´┐Żarmes pendant la guerre froide ´┐Żtaient la couverture pour l´┐Żagenda secret contre les extraterrestres.

Chaque c´┐Żt´┐Ż essayait de faire d´┐Żpenser ´┐Ż l´┐Żautre plus d´┐Żargent qu´┐Żil n´┐Żen poss´┐Żdait afin de l´┐Żaffaiblir ´┐Żconomiquement. La CIA donna constamment des estimations fausses parce qu´┐Żelle s´┐Żalimentait avec des informations du KGB, les Am´┐Żricains essayaient de faire la m´┐Żme chose envers les Sovi´┐Żtiques. Et si les Sovi´┐Żtiques avaient pu gagner la Guerre Froide en r´┐Żpandant le moins possible de sang, ils l´┐Żauraient fait.

Mais ´┐Ż la fin, la futilit´┐Ż de la destruction mutuelle rendit la Troisi´┐Żme Guerre Mondiale infaisable et leur attention mutuelle se focalisa sur leur ennemi commun : les extraterrestres qui refusaient de partir.

Il y a eut de subtiles et de moins subtiles allusions durant toute la Guerre Froide comme quoi un agenda cach´┐Ż ´┐Żtait en route. La plupart des gens ne savaient pas o´┐Ż regarder. Pour ceux qui l´┐Żon fait, et il y en a eu beaucoup, les r´┐Żponses ´┐Żtaient clairement visibles.

Bien qu´┐Żil y eut de la censure et des menaces de carri´┐Żres bris´┐Żes, beaucoup de militaires et de civiles rapport´┐Żrent des observations de soucoupes volantes. Les histoires d´┐Żabductions continuaient ´┐Ż foisonner.

Certaines ´┐Żtaient vraies et cela cr´┐Ża une grande consternation ´┐Ż travers les membres du groupe de travail sur les ovnis. Si le gouvernement ne pouvait pas prot´┐Żger les citoyens contre les abductions par des extraterrestres, est-ce que cela ne signifiait pas un ´┐Żchec de l´┐Żautorit´┐Ż gouvernementale ?

De m´┐Żme, si trop de soucoupes volantes ´┐Żtaient vues par trop de gens au m´┐Żme moment, et ce que cela ne deviendrait pas ´┐Żvident que les superpuissances militaires ne pouvaient pas prot´┐Żger leurs populations ? Pendant un temps cela fut vrai mais le public ne s´┐Żen rendit jamais compte.

Bient´┐Żt, ils seraient capables d´┐Żam´┐Żliorer la d´┐Żfense de leur espace a´┐Żrien et d´┐Żenvoyer un grand nombres d´┐Żintercepteurs contre les EBEs et donc de leur poser un vrai soucis. Ainsi, la course entre les superpuissances pour d´┐Żpenser des billions de dollars afin de construire l´┐Żintercepteur le plus rapide et le meilleur avait deux vrais buts. Ils avaient besoin de tout ces avions parce qu´┐Żils donnaient aux superpuissances la r´┐Żponse alternative pour simplement se d´┐Żtruire eux-m´┐Żmes avec des missiles guid´┐Żs, mais au m´┐Żme moment, ces m´┐Żmes superpuissances d´┐Żveloppaient une technologie de d´┐Żfense a´┐Żrienne pour d´┐Żfendre la plan´┐Żte contre les extraterrestres.

Le second agenda s´┐Ż´┐Żtait toujours trouv´┐Ż l´┐Ż et la Guerre Froide fournit l´┐Ż´┐Żlan budg´┐Żtaire que les militaires avaient besoin : Ils construisaient des appareils pour se prot´┐Żger contre les soucoupes volantes. Et dans une certaine mesure, ils r´┐Żussirent.

Les USA et l´┐ŻURSS ´┐Żtaient sensibles ´┐Ż un autre territoire o´┐Ż les extraterrestres agressaient le personnel militaire : Les programmes d´┐Żexplorations spatiales. D´┐Żs le d´┐Żbut de leurs efforts pour envoyer des satellites en orbite, les extraterrestre avaient surveill´┐Ż et interf´┐Żr´┐Ż activement dans les lancements de v´┐Żhicules, habit´┐Żs ou non, en causant des interf´┐Żrences dans les transmissions radios, en causant des probl´┐Żmes ´┐Żlectriques ou en causant des mal-fonctions m´┐Żcaniques.

Les cosmonautes Am´┐Żricains et Sovi´┐Żtiques avaient, s´┐Żpar´┐Żment, fait des rapports sur des observations d´┐Żovnis tellement de fois que cela ´┐Żtait devenu banal.

Les liaisons audio et vid´┐Żo entre les capsules spatiales et la NASA, toutefois, ´┐Żtaient des liaisons s´┐Żcuris´┐Żes, donc les commentaires sur ces ovnis n´┐Ż´┐Żtaient pas ´┐Żcoutables par des auditeurs priv´┐Żs. Malgr´┐Ż cela, les astronautes avaient des instructions sp´┐Żcifiques pour´┐Ż ne pas rapporter d´┐Żobservation d´┐Żovni jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils soient au sol.

L´┐Żastronaute Gordon Cooper, par exemple, rapporta que lorsqu´┐Żil ´┐Żtait pilote de chasse au-dessus de l´┐ŻAllemagne dans les ann´┐Żes 50, il se rua avec d´┐Żautres jets Sabre pour intercepter une formation d´┐Żovnis volant au-dessus de sa base, mais quand sa formation s´┐Żapprocha trop pr´┐Żs, la formation d´┐Żovnis partit au loin.

Cooper d´┐Żcrivit aussi le film qu´┐Żil vit ´┐Ż la base d´┐ŻEdward en Californie en 1957 sur un atterrissage d´┐Żovni. Il dit qu´┐Żil envoya le film ´┐Ż Washington et qu´┐Żil l´┐Żenvoya aussi aux officiers du projet BLUE BOOK, mais ils ne lui r´┐Żpondirent jamais.

´┐ŻDe m´┐Żme, le pilote de X-15, Joe Walker, r´┐Żv´┐Żla que sa mission de 1961 pour battre le record de vitesse mondiale ´┐Żtait aussi une chasse aux ovnis durant les vols en haute-altitude. Il dit aussi qu´┐Żil filma des ovnis durant un vol en X-15 en 1962. Des rapports persist´┐Żrent ´┐Ż propos des astronautes de Mercury 7 suivis par des ovnis et ´┐Ż propos de Neil Armstrong qui a vu une base extraterrestre sur la lune durant l´┐Żatterrissage d´┐ŻApollo 11. La NASA n´┐Ża, bien sur, rien admit de tout cela et cela a ´┐Żt´┐Ż trait´┐Ż comme affaire de haute s´┐Żcurit´┐Ż nationale.

Une pr´┐Żsence extraterrestre sur la lune, vraie ou fausse dans les ann´┐Żes 50, ´┐Żtait un probl´┐Żme si important pour les militaires qu´┐Żelle devint un sujet de d´┐Żbat au ´┐Ż National Security Council ´┐Ż avant que l´┐ŻAmiral Hillenkoeter et les G´┐Żn´┐Żraux Twining et Vandenberg le r´┐Żcup´┐Żrent dans leur groupe de travail.

Le probl´┐Żme n´┐Żatteint jamais formellement le ´┐Ż National Security council ´┐Ż, quoique les R&D, sous le nouveau commandement du G´┐Żn´┐Żral Trudeau, d´┐Żvelopp´┐Żrent rapidement les plans pr´┐Żliminaires pour Horizon, un projet de construction de base lunaire pour fournir aux USA une pr´┐Żsence militaire sur la surface lunaire.

Commenc´┐Ż ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50 et pr´┐Żvu en ach´┐Żvement entre 1965 et 1967, Horizon ´┐Żtait suppos´┐Ż ´┐Żtablir des fortifications d´┐Żfensives sur la lune contre une tentative d´┐Ż´┐Żvasion sovi´┐Żtique, de l´┐Żutiliser comme une base militaire et comme syst´┐Żme de surveillance et d´┐Żalerte contre les attaques de missiles Sovi´┐Żtiques, et, plus important, pour faire une surveillance et une d´┐Żfense contre les ovnis.

C´┐Ż´┐Żtait, pour ´┐Żtre brutal, un plan pour ´┐Żtablir une ligne d´┐Żescarmouche dans l´┐Żespace afin de prot´┐Żger la terre contre une attaque surprise. Mais le projet fut mis sur une voie de garage quand le ´┐Ż National Space and Aeronautics Act ´┐Ż donna le contr´┐Żle de l´┐Żexploration spatiale ´┐Ż la NASA civile, qui ´┐Żlimina les branches militaires et poursuivit ses propres projets jusqu´┐Ż´┐Ż la fin des ann´┐Żes 70.

La peur d´┐Żune attaque contre notre plan´┐Żte ´┐Żtait une id´┐Że qui r´┐Żgnait au National Security et ´┐Ż travers les chefs d´┐Ż´┐Żtats-majors durant les ann´┐Żes 50.

M´┐Żme apr´┐Żs qu´┐Żil se soit retir´┐Ż de l´┐Żarm´┐Że, le G´┐Żn´┐Żral Douglas MacArthur ´┐Żtait encore dans la m´┐Żl´┐Że, en recommandant aux militaires de se pr´┐Żparer eux-m´┐Żmes pour ce qu´┐Żil sentait ´┐Żtre la prochaine guerre.

Il dit au New York Times, en 1955, que ´┐Ż Les nations de la Terre devraient faire un jour front commun contre l´┐Żattaque de gens d´┐Żautres plan´┐Żtes ´┐Ż.

Le public pr´┐Żta peu attention ´┐Ż cette d´┐Żclaration, mais c´┐Ż´┐Żtait en fait une r´┐Żv´┐Żlation sur la pens´┐Ż strat´┐Żgique militaire en la fin des ann´┐Żes 1950 expliquant une partie de la parano´┐Ża qu´┐Żavait le gouvernement ´┐Ż propos des soucoupes volantes et des vaisseaux non identifi´┐Żs.

Une partie de la recherche militaire sur ce qu´┐Żils percevaient ´┐Żtre une menace militaire, fut d´┐Żabord une analyse des fa´┐Żons dont les vaisseaux extraterrestres interrompaient, passivement, les communications mondiales ´┐Ż travers des ondes d´┐Żinterf´┐Żrences magn´┐Żtiques et ´┐Żlectriques et ensuite le d´┐Żveloppement de circuits prot´┐Żg´┐Żs contre ceci. Ensuite, Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et ses homologues dans les autres branches de l´┐Żarm´┐Że au Pentagone, furent charg´┐Żs d´┐Ż´┐Żtablir un plan de strat´┐Żgie envers le comportement agressif des EBEs.

Les EBEs ne suivirent ou ne surveill´┐Żrent pas seulement les vaisseaux en orbite, ils essay´┐Żrent de faire des d´┐Żg´┐Żts dans les communications de la NASA assez souvent pour l´┐Żobliger ´┐Ż repenser la s´┐Żcurit´┐Ż des astronautes dans les programmes Mercury et Gemini.

Des ann´┐Żes plus tard, il y eut m´┐Żme des sp´┐Żculations parmi les analystes des renseignements militaires qui s´┐Ż´┐Żtaient trouv´┐Żs en dehors de la strat´┐Żgie de la NASA, comme quoi le programme d´┐Żalunissage d´┐ŻApollo avait ´┐Żt´┐Ż finalement abandonn´┐Ż parce qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de solution pour prot´┐Żger les astronautes contre une menace extraterrestre possible.

Les vaisseaux extraterrestres bourdonnaient, aussi, au-dessus des lignes de d´┐Żfenses Am´┐Żricaines en Europe de l´┐ŻEst. Corso qui se trouvait l´┐Ż-bas, les vit lui-m´┐Żme, de ses propres yeux, sonder leurs radars pour voir avec quelle vitesse ils r´┐Żpondaient.

Ils pouvaient voir des blips sur leurs ´┐Żcrans qu´┐Żils ne pouvaient pas identifier puis qui disparaissaient soudainement. Alors, ils r´┐Żapparaissaient, seulement cette fois plus pr´┐Żs de leurs a´┐Żrodromes ou des lanceurs de missiles. Une fois qu´┐Żils d´┐Żtermin´┐Żrent qu´┐Żils n´┐Ż´┐Żtaient pas sond´┐Żs par des avions de Russie ou d´┐ŻAllemagne de l´┐ŻEst, ils d´┐Żcid´┐Żrent, la plupart du temps, de ne pas r´┐Żpondre ´┐Ż ces menaces.

Tr´┐Żs souvent, ils partaient tout simplement, mais quelquefois ils voulaient jouer au chat et ´┐Ż la souris, s´┐Żapprochant de plus en plus pr´┐Żs jusqu´┐Ż´┐Ż ce que les militaires soient oblig´┐Żs de r´┐Żpondre.

C´┐Żest ce que les EBEs voulaient voir, combien de temps les Am´┐Żricains mettaient ´┐Ż envoyer des intercepteurs apr´┐Żs la d´┐Żtection sur les radars.

Les EBEs volaient ´┐Ż plus de 7000 miles / heure.

Le seul succ´┐Żs de d´┐Żfense contre eux eu lieu ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, d´┐Żbut des ann´┐Żes 60, quand ils furent capables de fixer une cible avec un radar. Alors, quand ils fixaient leurs cibles radars sur eux, les signaux que les missiles ´┐Żtaient suppos´┐Żs suivre pour suivre la cible, interf´┐Żraient quelquefois dans les capacit´┐Żs de manoeuvres des EBEs et le vol de leurs v´┐Żhicules devenaient erratiques .

Si les Am´┐Żricains ´┐Żtaient chanceux et capable d´┐Żaugmenter le signal avant la perte de liaison, ils pourraient effectivement les mettre au tapis. Quelquefois, ils eurent effectivement la chance de tirer un missile avant que l´┐Żovni puisse faire une action ´┐Żvasive.

Un bataillon de l´┐Żarm´┐Że de l´┐Żair put le faire avec un missile anti-avion ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de la base de Ramstein, en Allemagne, en Mai 1974.

Le vaisseau spatial s´┐Ż´┐Żcrasa dans une vall´┐Że. Le vaisseau fut r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż et envoy´┐Ż ´┐Ż la base de Nellis, Nevada. Le crash de Roswell ´┐Żtait diff´┐Żrent. Il y avait plus de sp´┐Żculations sur lui comme quoi c´┐Ż´┐Żtait la combinaison des ´┐Żclairs de foudres et de leurs traques radars persistantes qui avait aid´┐Ż le vaisseau extraterrestre ´┐Ż s´┐Żabattre dans le d´┐Żsert du nouveau Mexique en 1947.

Ensuite, il y avait les mutilations de b´┐Żtail suspectes et les rapports d´┐Żabductions, peut-´┐Żtre les formes d´┐Żinterventions les plus directes contre notre culture et une attaque directe au-dessus des installations militaires.

Pendant que les d´┐Żbunkers disaient que c´┐Ż´┐Żtaient une combinaison de canulars, d´┐Żattaques journali´┐Żres de pr´┐Żdateurs contre le b´┐Żtail, de flashback psychologiques d´┐Żenfance dans le cas des abductions, et une fabrication des m´┐Żdias, les enqu´┐Żteurs sur le terrain, trouv´┐Żrent qu´┐Żils ne pouvaient expliquer certaines mutilations animales, sp´┐Żcialement quand de la chirurgie laser semblait avoir ´┐Żt´┐Ż utilis´┐Że et les psychologues trouv´┐Żrent des similitudes alarmantes dans les descriptions des abduct´┐Żs qui ne connaissaient rien aux´┐Ż histoires des autres.

La communaut´┐Ż des renseignements militaires regarda ces histoires de mutilations et d´┐Żabductions tr´┐Żs s´┐Żrieusement.

Ils travaill´┐Żrent sur ces descriptions pour trouver pas moins de trois sc´┐Żnarios diff´┐Żrents dans lesquels :

1)     Les EBEs faisaient simplement des exp´┐Żriences scientifiques sur les formes de vies terrestres et collectaient tout les sp´┐Żcimens qu´┐Żils pouvaient sans causer de rupture ou alerter les humains.

2)     Les EBEs collectaient activement des sp´┐Żcimens et effectuaient des exp´┐Żriences afin de d´┐Żterminer si cela ´┐Żtait un environnement hospitalier pour eux afin d´┐Ży habiter, et toute les perturbations qu´┐Żils faisaient ne les concernaient pas.

3)     Toutes les exp´┐Żrimentations et les collectes de sp´┐Żcimens ´┐Żtaient un pr´┐Żlude ´┐Ż une sorte d´┐Żinvasion de notre plan´┐Żte. Personne ne savait leurs motivations mais on pouvait imaginer le pire et, de fait, on avait besoin de se d´┐Żfendre nous-m´┐Żmes aussi bien que possible.

Bien que cela ne fut jamais r´┐Żv´┐Żl´┐Ż au public, les analystes des renseignements militaires soutenaient la vision que la Terre ´┐Żtait toujours sous une sorte de pr´┐Żlude d´┐Żattaque par une ou plusieurs cultures extraterrestres qui testaient les d´┐Żfenses humaines.

Sans qu´┐Żil n´┐Ży ait de contact directe entres les extraterrestres et les gouvernements terriens, -- parce que les notes du groupe de travail de Hillenkoeter ne furent jamais diffus´┐Żs aux chefs d´┐Ż´┐Żquipes ou ´┐Ż leurs officiers des renseignements --, les t´┐Żtes des services militaires d´┐Żcid´┐Żrent, collectivement, qu´┐Żil ´┐Żtait pr´┐Żf´┐Żrable de faire un plan de guerre plut´┐Żt qu´┐Ż´┐Żtre prit par surprise.

Au m´┐Żme moment, les responsables civiles du programme spatiale de la NASA d´┐Żcid´┐Żrent que les renseignements militaires ´┐Żtaient excessifs ´┐Ż propos des filatures des vaisseaux Am´┐Żricains par les ovnis.

La NASA, bien qu´┐Żinform´┐Że par les rapports relatant l´┐Żactivit´┐Ż extraterrestre entourant les v´┐Żhicules spatiaux Am´┐Żricains, d´┐Żcida d´┐Żapporter une attitude interne officielle, ´┐ŻAttendre et voir ´┐Ż, parce qu´┐Żelle pensait qu´┐Żil ´┐Żtait impossible de lancer un programme de d´┐Żfense spatiale explicite tout en achevant les vis´┐Żes des scientifiques civiles dans le m´┐Żme temps.

Donc la NASA fut d´┐Żaccord pour tout cacher. Comme couverture, la NASA en 1961, fut d´┐Żaccord pour coop´┐Żrer avec les militaires afin de travailler sur un second programme spatial cach´┐Ż par les missions scientifiques civiles. Ils furent d´┐Żaccord pour ouvrir un ´┐Ż canal arri´┐Żre ´┐Ż de communication confidentiel afin de cr´┐Żer un lien avec les renseignements militaires ´┐Ż propos des activit´┐Żs hostiles conduites par les EBEs contre leurs vaisseaux spatiaux m´┐Żme si cela n´┐Ż´┐Żtait que des filatures et de la surveillance.

´┐ŻCorso prit connaissance de tout ceci gr´┐Żce ´┐Ż ses contacts dans les renseignements militaires. Ce que la NASA ne dit pas aux renseignements militaires, bien s´┐Żr, c´┐Żest qu´┐Żelle avait un autre ´┐Ż canal arri´┐Żre ´┐Ż, classifi´┐Ż, avec le groupe de travail de Hillenkoetter et qu´┐Żelle tenait inform´┐Ż ce groupe sur chaque rapport d´┐Żastronautes parlant d´┐Żovni, sp´┐Żcialement pendant les premiers vols Apollo, quand le vaisseau extraterrestre commen´┐Ża ´┐Ż virevolter autour des modules lunaires apr´┐Żs leurs sorties de l´┐Żorbite terrestre.

M´┐Żme si les renseignements n´┐Ż´┐Żtaient pas au courant du lien entre la NASA et le groupe de travail, Corso et quelques autres avaient des liens avec la communaut´┐Ż des renseignements civiles qui les tenait inform´┐Żs.

L´┐Żarm´┐Że et l´┐ŻAir Force s´┐Żarrang´┐Żrent pour trouver 122 photos prisent par les astronautes sur la lune qui montraient quelques preuves d´┐Żune pr´┐Żsence extraterrestre. C´┐Żest une des raisons pour laquelle le gouvernement Reagan poussa si fort pour le SDI en 1981. (Space Defense initiative).

En 1960, une fois l´┐Żapprobation du groupe de travail, et la requ´┐Żte de la NSA qui ´┐Żtait concern´┐Że ´┐Ż propos de la vuln´┐Żrabilit´┐Ż de ses vols de U2, la NASA fut d´┐Żaccord pour que certaines de ses missions deviennent des couvertures pour des satellites de surveillances militaires.

Ces satellites, bien qu´┐Żapprouv´┐Żs pour la surveillance de l´┐Żactivit´┐Ż ICBM Sovi´┐Żtique, ´┐Żtaient aussi suppos´┐Żs d´┐Żtecter l´┐Żactivit´┐Ż extraterrestre dans les r´┐Żgions ´┐Żloign´┐Żes de la Terre.

Peut-´┐Żtre qu´┐Żen 1960, les Am´┐Żricains n´┐Żavaient pas la technologie d´┐Żaujourd´┐Żhui pour intercepter les vaisseaux extraterrestres, mais en utilisant la nouvelle technologie de surveillance par satellite, ils ´┐Żtaient capables de d´┐Żtecter une pr´┐Żsence extraterrestre sur la surface de la plan´┐Żte. Les planificateurs des renseignements sp´┐Żcul´┐Żrent que s´┐Żils rendaient la visite des bases terrestres plus difficile aux extraterrestres, peut-´┐Żtre partiraient-ils tout simplement.

C´┐Ż´┐Żtait un autre exemple sur comment la Guerre Froide ´┐Żtait utilis´┐Że avec la double intention de surveiller l´┐Żactivit´┐Ż extraterrestre tout en surveillant l´┐Żactivit´┐Ż Sovi´┐Żtique.

Toutefois, pendant les ann´┐Żes 60, les projets critiques d´┐Żmarr´┐Żrent au bureau des R&D pour prot´┐Żger les syst´┐Żmes vitaux de contr´┐Żles et de commandements, ceux-ci incluant le renforcement des communications et des circuits informatiques en enfouissant les composants sensibles aux ondes ´┐Żlectromagn´┐Żtiques, le m´┐Żme type d´┐Ż´┐Żnergie d´┐Żgag´┐Że apr´┐Żs une explosion nucl´┐Żaire, d´┐Żgag´┐Żes par les vaisseaux extraterrestres.

En fait, les recherches sur les effets des ondes ´┐Żlectromagn´┐Żtiques, ou EMP, ´┐Żtaient si importantes, que jusqu´┐Ż´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, le d´┐Żpartement de la D´┐Żfense avait simul´┐Ż des EMP afin de d´┐Żterminer comment prot´┐Żger les circuits des avions, des chars, des missiles et des appareils.

Des g´┐Żn´┐Żrateurs EMP furent install´┐Żs dans les installations autour du pays, celles-ci incluant les laboratoires de Harry Diamond, Adelphia, Maryland, et les simulateurs d´┐ŻEMP I et II pour l´┐Żarm´┐Że au milieu de ´┐Ż Chesapeake bay ´┐Ż et un autre ´┐Ż ´┐Ż China Lake ´┐Ż en Californie.

L´┐Żair Force mit de simulateurs de EMP ´┐Ż la base de Kirkland, Nouveau Mexique, aux installations additionnelles de l´┐Żarm´┐Że ´┐Ż White Sands, et ´┐Ż l´┐Żarsenal de Redstone en Alabama.

Ils initialis´┐Żrent le d´┐Żveloppement de l´┐Ż´┐Żquipement de vision nocturne pour rendre leurs troupes capables de voir la nuit de la m´┐Żme fa´┐Żon que les EBEs.

C´┐Żest seulement ´┐Ż ce moment-l´┐Ż qu´┐Żils commenc´┐Żrent seulement ´┐Ż r´┐Żaliser qu´┐Żelles ´┐Żtaient les intentions des EBEs et l´┐Żeffrayant secret ´┐Ż propos de leur existence sur cette plan´┐Żte.

C´┐Ż´┐Żtait ´┐Ż la vision nocturne que pensait Corso alors qu´┐Żil passait le poste de sentinelles ´┐Ż la porte principale et qu´┐Żil fila rapidement aux laboratoires de d´┐Żveloppements ´┐Ż Fort Belvoir, accueilli par un sp´┐Żcialiste militaire qui sembla surprit de ne pas voir Corso en uniforme.

´┐Ż Colonel Corso, ´┐Ż dit le Dr Paul Fredericks, consultant ´┐Ż la section de d´┐Żveloppement technologique sur la vision nocturne ´┐Ż Fort Belvoir, en tendant sa main et en le conduisant jusqu´┐Ż´┐Ż son fauteuil en cuir couleur tabac. Le fauteuil ´┐Żtait disproportionn´┐Ż par rapport ´┐Ż la taille de son petit bureau et il ´┐Żtait, manifestement, son si´┐Żge favori.

Corso appr´┐Żcia l´┐Żhonneur et la courtoisie qu´┐Żil lui fut accord´┐Ż,´┐Ż ´┐Ż Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ma dit que vous nous apportiez quelques informations remarquables ´┐Ż propos d´┐Żun des projets que nous avons en d´┐Żveloppement ici. ´┐Ż

´┐Ż J´┐Żesp´┐Żre que cela vous aidera, Dr Fredericks ´┐Ż commen´┐Ża Corso, ´┐Ż je ne suis pas physicien, mais je pense que nous avons quelque chose qui acc´┐Żl´┐Żrera le temps de recherche et nous montrera quelques nouvelles possibilit´┐Żs. ´┐Ż

´┐Ż N´┐Żimporte quoi qui puisse aider, Colonel ´┐Ż dit le Dr Fredericks alors que Corso ouvrait sa mallette et qu´┐Żil commen´┐Żait ´┐Ż ´┐Żtaler ce qu´┐Żil avait, ´┐Ż N´┐Żimporte quoi. ´┐Ż

11 ´┐Ż Le programme U2 et le projet Corona

´┐Ż Bien s´┐Żr, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau a eu des contacts avec Don et avec l´┐Ż´┐Żquipe de d´┐Żveloppement ici ´┐Ż continua le Dr Fredericks alors qu´┐Żil regardait Corso ouvrir le dossier sur la vision nocturne qu´┐Żil avait sorti de la mallette.

´┐Ż Et je suis au courant de la nature du mat´┐Żriel que vous avez. Ce n´┐Żest pas quelque chose dont nous voulions parler au t´┐Żl´┐Żphone. ´┐Ż

´┐Ż J´┐Żappr´┐Żcie votre discr´┐Żtion sur ceci, Dr Fredericks ´┐Ż, dit Corso, ´┐Ż Si vous pensez que ce que je vais vous montrer peut vous aider dans le processus de d´┐Żveloppement, c´┐Żest ´┐Ż vous de l´┐Żutiliser.´┐Ż Mais l´┐Żarrangement sera que tout ´┐Żtait d´┐Żorigine ici ´┐Ż Fort Belvoir. Les R&D fourniront le budget n´┐Żcessaire pour financer ce d´┐Żveloppement. Vous utiliserez vos propres ressources pour fabriquer cette production et pour r´┐Żcup´┐Żrer tout les m´┐Żrites du processus. ´┐Ż

´┐Ż Et cette conversation ? ´┐Ż demanda le Dr Fredericks.

´┐Ż´┐Ż Une fois que vous m´┐Żaurez dit que vous pouvez utiliser ce que j´┐Żemm´┐Żne et que nous vous aurons donn´┐Ż le budget que vous demanderez, ´┐Ż Commen´┐Ża Corso, ´┐Ż Cette conversation n´┐Żaura jamais eu lieu et vous retirerez mon nom de votre carnet de rendez-vous ´┐Ż.

´┐Ż Maintenant vous avez r´┐Żellement toute mon attention ´┐Ż dit le Dr Fredericks avec une l´┐Żg´┐Żre pointe de sarcasme dans la voix. ´┐Ż Ce que vous transportez dans cette mallette est si secret ? ´┐Ż

Corso tendit le croquis au Dr Fredericks qui le prit dans ses mains et le fit tourner avec ses doigts comme s´┐Żil tenait les manuscrits de la mer morte.

´┐Ż Vous n´┐Żavez pas a ´┐Żtre aussi prudent avec ceci, Dr Fredericks ´┐Ż dit Corso ´┐Ż J´┐Żai fait plusieurs photocopies ´┐Ż.

´┐Ż Avez-vous l´┐Żobjet actuellement ? ´┐Ż demanda t-il.

´┐Ż De retour au Pentagone ´┐Ż r´┐Żpondit Corso.

´┐Ż Qui portait ceci ? ´┐Ż continua le Dr Fredericks.

´┐Ż ´┐Ż ce moment-l´┐Ż, personne ´┐Ż lui dit corso, ´┐Ż d´┐Żapr´┐Żs les rapports de terrain, ils trouv´┐Żrent ceci dans le sable ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż d´┐Żun des cadavres ´┐Ż

´┐Ż Cadavres ? ´┐Ż l'´┐Żcrasement de Roswell ? ´┐Ż,´┐Ż maintenant, il ´┐Żtait compl´┐Żtement incr´┐Żdule, ´┐Ż Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau n´┐Ża rien dit ´┐Ż propos de cadavres ´┐Ż

´┐Ż Non, c´┐Żest vrai ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Ce n´┐Żest pas une information que nous donnons. Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau m´┐Ża autoris´┐Ż ´┐Ż r´┐Żpondre ´┐Ż toutes vos questions jusqu´┐Ż´┐Ż un certain niveau de s´┐Żcurit´┐Ż. ´┐Ż

´┐Ż Nous n´┐Żen sommes pas encore l´┐Ż ´┐Ż demanda et affirma en m´┐Żme temps le Dr Fredericks.

´┐Ż Mais nous en sommes pr´┐Żs ´┐Ż, sugg´┐Żra Corso, ´┐Ż je peux parler de l´┐Żobjet, parler de l´┐Żendroit o´┐Ż il a ´┐Żt´┐Ż trouv´┐Ż, mais c´┐Żest tout ce que je peux faire. Si le G´┐Żn´┐Żral Trudeau me l´┐Żautorise, alors j´┐Żirais plus loin. ´┐Ż

´┐Ż Amusant, mais j´┐Żai toujours pens´┐Ż que Roswell ´┐Żtait une l´┐Żgende. Vous savez, ils ont trouv´┐Żs quelque chose mais peut-´┐Żtre ´┐Żtait-ce Russe. ´┐Ż dit le Dr Fredericks. Ensuite il demanda ´┐Ż nouveau si quelqu´┐Żun de l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration avait vu une des cr´┐Żatures porter ce syst´┐Żme de vision nocturne.

´┐Ż Non, ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Il y avait beaucoup de d´┐Żbris qui ´┐Żtaient r´┐Żpandus par le vaisseau. Les soldats de l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration avaient regard´┐Żs ´┐Ż travers une des fissures qui courait le long du vaisseau et ils avaient vus des ´┐Ż view port ´┐Ż dans la coque. H´┐Ż bien, ce qui les a ´┐Żtonn´┐Ż, c´┐Ż´┐Żtait que lorsqu´┐Żil regardaient ´┐Ż travers ces ´┐Ż view port ´┐Ż, ils pouvaient voir l´┐Żaube, ou une lumi´┐Żre diffuse grise qui ressemblait au cr´┐Żpuscule, mais ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur il faisait compl´┐Żtement noir. ´┐Ż

Paul Fredericks ´┐Żtait sur le bord de son si´┐Żge maintenant.

´┐Ż Personne sur le site du crash connaissait quelque chose sur les visionneurs nocturnes que les Allemands avaient d´┐Żvelopp´┐Ż durant la guerre ´┐Ż expliqua Corso, ´┐Ż donc m´┐Żme si les officiers de l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration ´┐Żtaient stup´┐Żfaits sur ce qu´┐Żils avaient vu, quand ils autopsi´┐Żrent l´┐Żextraterrestre au 509e groupe et retir´┐Żrent ces ´┐Ż lentilles ´┐Ż, c´┐Żest le seul mot que je peux utiliser, ils r´┐Żalis´┐Żrent que ces ´┐Ż lentilles ´┐Ż ´┐Żtaient une paire de r´┐Żflecteurs compliqu´┐Żs qui assemblaient toute la lumi´┐Żre valable dans des intensifieurs d´┐Żimage nocturne. ´┐Ż´┐Ż continua Corso, en montrant du doigt le croquis que tenait Paul Fredericks. ´┐Ż Quelques officiers m´┐Żdicaux essay´┐Żrent de regarder a travers elles dans un hall sombre et des images apparurent, mais rien de fut jamais fait avec ceci et cela fut rang´┐Ż avec le reste de l´┐Żextraterrestre. ´┐Ż

´┐Ż Est-ce qu´┐Żils ont effectu´┐Żs quelques analyses sur ceci avant qu´┐Żil ne soit envoy´┐Ż ? ´┐Ż demanda Fredericks

´┐Ż Quelques unes ´┐Ż, lui dit Corso, ´┐Ż´┐Ż Mais ils n´┐Żavaient pas les moyens au 509e et durent attendre qu´┐Żil soit envoy´┐Ż ´┐Ż Wright. C´┐Żest seulement quand les gar´┐Żons des renseignements de ´┐Ż l´┐ŻAir Materiel Command ´┐Ż le r´┐Żcurent (r´┐Żcup´┐Żr´┐Żrent) qu´┐Żils r´┐Żalis´┐Żrent que c´┐Ż´┐Żtait quelque chose que les Allemands essayaient de d´┐Żvelopper.

´┐Ż Mais c´┐Żest bien plus sophistiqu´┐Ż ´┐Ż, dit le Dr Fredericks,´┐Ż ´┐Ż Les allemands n´┐Ż´┐Żtaient pas aussi proche de quelque chose comme ceci.´┐Ż

´┐Ż Oui, monsieur ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż pas aussi pr´┐Żs. Et c´┐Żest pourquoi les gens des renseignements ´┐Ż Wright ´┐Żtaient si concern´┐Żs. Comment les allemands avaient fait pour ´┐Żtre aussi pr´┐Żs une fois la guerre termin´┐Że ? qu´┐Żavaient-ils tenu d´┐Żautres dans leurs mains ? avaient-ils eu de l´┐Żaide ? ´┐Ż

´┐Ż Ou ´┐Ż dit tr´┐Żs lentement le Dr, ´┐Ż ils ont trouv´┐Żs un crash, comme vous en avez trouv´┐Ż un ? ´┐Ż

´┐Ż C´┐Żest exactement cela, Dr Fredericks ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż qu´┐Żavaient-ils trouv´┐Ż ?´┐Ż

´┐Ż Si les Allemands pouvaient mettre leurs mains sur ce mat´┐Żriel, et les Russes alors ? ´┐Ż demanda Fredericks. Mais il se parlait tout seul, maintenant.

´┐Ż Pourquoi pas les Chinois ou un de nos pays alli´┐Żs Europ´┐Żens ? combien de ce mat´┐Żriel est dehors ?´┐Ż´┐Ż demanda-t-il finalement.

´┐Ż Nous n´┐Żavons aucunes r´┐Żponses ´┐Ż ces questions ´┐Ż lui dit Corso, ´┐Ż En tous cas personne d´┐Żentre nous ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że. Pour des raisons ´┐Żvidentes, personne ne tournait autour pour r´┐Żcup´┐Żrer des informations parmi les diff´┐Żrentes agences. Nous avions ce que nous avions. ´┐Ż

´┐Ż Et vous ne voudriez pas que je parle de ceci ou que j´┐Żessaye de renifler autour pour toute autre information ´┐Ż dit Fredericks.

´┐Ż Si nous avions pens´┐Ż que vous le feriez, je ne serais m´┐Żme pas ici. ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż j´┐Żai ces rapports ici et des descriptions de l´┐Żappareil. Je vais prendre cong´┐Ż avec vous. Si vous pensez que vous pouvez travailler sur ceci dans vos programmes de d´┐Żveloppements, j´┐Żai le mat´┐Żriel, lui-m´┐Żme, et je vous l´┐Żenverrai et il sera compl´┐Żtement en vos mains. Exploitez le partout ou vous voudrez le d´┐Żvelopper. Offrez le droit ´┐Ż vos fournisseurs de le breveter. Ne leur dites jamais o´┐Ż vous l´┐Żavez eu et d´┐Żo´┐Ż il peut provenir. Tout ce que nous voulons c´┐Żest faire d´┐Żvelopper cette chose. C´┐Żest tout. ´┐Ż

´┐Ż Puis-je ? ´┐Ż demanda le Dr Fredericks, en tendant la main vers les rapports que Corso avait ´┐Żtal´┐Ż sur le si´┐Żge en cuir.

Corso lui tendit la liasse.

´┐Ż C´┐Żest plus ´┐Ż propos de comment ils ont manipuler l´┐Żextraterrestre ´┐Ż Wright field que sur les lentilles elles-m´┐Żmes ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Parce que dans la r´┐Żalit´┐Ż, ils ne savaient pas vraiment ce qui faisait marcher la chose et ils ne voulaient r´┐Żellement pas les s´┐Żparer. ´┐Ż

´┐Ż Alors ils l´┐Żon juste mis dans le paquetage ? ´┐Ż demanda Fredericks

´┐Ż Fondamentalement, c´┐Żest ce qui c´┐Żest pass´┐Ż, ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż au d´┐Żbut, ils ne savaient pas comment cela fonctionnait. Ou peut-´┐Żtre pensaient-ils que cela rendrait un ´┐Żtre humain aveugle ou quelque chose comme cela. Cela les effrayaient. Apr´┐Żs un certain temps, ils l´┐Żon rang´┐Ż dans un entrep´┐Żt en esp´┐Żrant que quelqu´┐Żun d´┐Żautre les en d´┐Żbarrasse. ´┐Ż

´┐Ż Et ´┐Ża a ´┐Żt´┐Ż vous ´┐Ż dit le Dr Fredericks.

´┐Ż En r´┐Żalit´┐Ż, ´┐Żr´┐Żpondit Corso, ´┐Ż cela peut-´┐Żtre vous, si vous le voulez ´┐Ż .

´┐Ż J´┐Żai besoin de lire ce mat´┐Żriel plus compl´┐Żtement et voir o´┐Ż nous pouvons glisser votre vision nocturne dans le projet sans causer une ride en surface. ´┐Ż expliqua le dr. Fredericks.

´┐Ż Est-ce que cela sera facile ? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż ´┐Ż Fort Belvoir, ´┐Ż r´┐Żpondit Fredericks, ´┐Ż les ´┐Żquipes, ici, doivent garder leurs id´┐Żes pour elles-m´┐Żmes. Si vous leurs dites que ceci est une pi´┐Żce de technologie ´┐Żtrang´┐Żre que nos gar´┐Żons des renseignements ont pris dans un autre pays et que nous sommes suppos´┐Żs le faire dispara´┐Żtre dans ce que nous sommes en train de faire, c´┐Żest l´┐Żhistoire. ´┐Ż

´┐Ż Personne ne pose de questions ? ´┐Ż demanda corso.

´┐Ż Personne ne pose de questions en toutes circonstances. ´┐Ż dit-il, ´┐Ż Cela devra avancer rapidement et cr´┐Żer son propre petit d´┐Żveloppement bureaucratique si nous avons le budget pour le mettre dans un projet de d´┐Żveloppement d´┐Żurgence avec une r´┐Żelle phase de d´┐Żveloppement avec limite de date ´┐Ż.

´┐Ż Et alors que ce passera-t-il ? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż C´┐Żest juste comme le magasin du p´┐Żre No´┐Żl le premier jour de l´┐Żhiver. Aucun des elfes ne l´┐Żve les yeux de son ´┐Żtabli jusqu´┐Ż´┐Ż ce que le travail soit fini. Ensuite le projet suivant arrive et tout le monde oubli. ´┐Ż partir du moment o´┐Ż les troupes porteront ces choses sur le terrain, la vision nocturne sera juste un grand souvenir heureux, avec les d´┐Żtails r´┐Ż´┐Żcris pour arranger la vision de l´┐Żhistoire. Personne n´┐Żessaiera de deviner, Colonel Corso, ´┐Ż dit-il, ´┐Ż entre le moment o´┐Ż nos gar´┐Żons aurons le mat´┐Żriel en mains, il ira dans la soupe de d´┐Żveloppement a Fort Belvoir et deviendra de l´┐Żautre c´┐Żt´┐Ż une arme de terrain. ´┐Ż

Corso se leva et referma sa mallette en marchant autour du bureau.

´┐Ż´┐ŻAlors qu´┐Żallez vous recommander au G´┐Żn´┐Żral Trudeau ? ´┐Ż demanda Fredericks.

´┐Ż Je vais sugg´┐Żrer au G´┐Żn´┐Żral d´┐Żenvoyer l´┐Żappareil, vous viendrez avec le budget dont vous aurez besoin, et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau trouvera les financements ´┐Ż dit Corso.

´┐Ż Et vous ? ´┐Ż demanda-t´┐Żil.

´┐Ż C´┐Ż´┐Żtait un plaisir de vous rencontrer, Dr Fredericks, ´┐Ż lui dit Corso, ´┐Ż bien s´┐Żr, il y aura un lien avec les R&D qui aura officiellement la charge du d´┐Żveloppement de la vision nocturne. Il fera des rapports au G´┐Żn´┐Żral Trudeau et tout ce que j´┐Żaurai besoin, je le trouverai aupr´┐Żs du G´┐Żn´┐Żral. Je me r´┐Żjouis de voir vos rapports de d´┐Żveloppements arriver. F´┐Żlicitation pour votre nouvelle pi´┐Żce de technologie. Et f´┐Żlicitation ´┐Ż la compagnie qui aura le contrat avec la d´┐Żfense. ´┐Ż

´┐Ż F´┐Żlicitations, vraiment ´┐Ż dit le Dr Fredericks.

Ils se serr´┐Żrent la main et Corso sortit du bureau. Pendant un temps, cela fut comme de sortir de l´┐Żirr´┐Żel et d´┐Żentrer dans le r´┐Żel. Ils venaient juste de lier une de leurs pi´┐Żces avec la r´┐Żalit´┐Ż, cr´┐Żant une pi´┐Żce d´┐Żhistoire.

Les gar´┐Żons des R&D de Fort Belvoir allaient recevoir un appareil d´┐Żun de leurs consultants qui leurs chuchoterait que cela provenait d´┐Żun de nos ennemis. Ne posez aucunes questions. Mais c´┐Ż´┐Żtait juste une chose que les gens de Fort Belvoir allaient regarder pour voir ´┐Ż quoi ressemblait un appareil fini. Cela prendrait 5 ans ou plus.

Le programme actuel de d´┐Żveloppement d´┐Żarmes ´┐Ż Fort Belvoir servant de couverture pour la diss´┐Żmination de la technologie de Roswell ´┐Żtait si parfait que quiconque voulant regarder en arri´┐Żre dans l´┐Żhistoire ne verrait qu´┐Żune soudaine acc´┐Żl´┐Żration dans le programme de d´┐Żveloppement peu apr´┐Żs 1961.

La vision nocturne eut une acc´┐Żl´┐Żration dans son financement, un nouvel officier fut assign´┐Ż au projet par le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, et le nom du G´┐Żn´┐Żral Trudeau commen´┐Ża ´┐Ż tourner de fa´┐Żon r´┐Żguli´┐Żre comme un des bienfaiteurs du programme.

En 1963, quand Corso et lui ´┐Żtaient au Pentagone, le projet ´┐Żtait ´┐Ż Martin Marietta Electronics - maintenant une partie de Lockheed Martin - et d´┐Żj´┐Ż en route ´┐Ż travers son d´┐Żploiement initiale qui prendrait place en Europe et au Vietnam.

Mais Corso ne savait pas cela en quittant la base de Fort Belvoir pour rejoindre son bureau au Pentagone. Il ´┐Żtait seulement satisfait d´┐Żavoir ins´┐Żr´┐Ż un de leur projet de technologie ´┐Żtrang´┐Żre dans un d´┐Żveloppement d´┐Żj´┐Ż en cours et qui allait camoufler leur appropriation d´┐Żune pi´┐Żce de technologie extraterrestre.

Corso rejoint son bureau qui fut, rapidement, plein d´┐Żautres dossiers qui n´┐Żcessitaient des dispositions. Un d´┐Żeux, qui ´┐Żtait parall´┐Żle ´┐Ż celui de la vision nocturne, ´┐Żtait le projet embryonnaire ´┐Ż CORONA ´┐Ż, une id´┐Że apparue soudainement avec la ´┐Ż descente ´┐Ż d´┐Żun avion U2 de surveillance et de la capture de son pilote, Francis Gary Powers.

L´┐Żair Force et la CIA avaient lanc´┐Ż le programme U2 pendant un certain temps pendant l´┐Żadministration Eisenhower, et les photos et rapports passaient r´┐Żguli´┐Żrement sur le bureau de Corso au National Security Council. Comme beaucoup d´┐Żautres ´┐Żv´┐Żnements durant la Guerre Froide, le U2 n´┐Żavait pas seulement un seul objectif : La surveillance de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique sur son programme de d´┐Żveloppement de missiles guid´┐Żs. Il avait une triple intention. Bien sur, ils voulaient savoir exactement ce que les Sovi´┐Żtiques faisaient, mais ils voulaient aussi conna´┐Żtre leurs capacit´┐Żs de d´┐Żfenses a´┐Żriennes. Ils voulaient savoir avec pr´┐Żcision comment leurs radars pouvaient suivre le U2 et si un de leurs missiles pouvait le descendre.

Donc ils les provoqu´┐Żrent volontairement en faisant conna´┐Żtre leur pr´┐Żsence quand ils voulaient se faire tirer dessus. Pouvaient-il les descendre ? Les cam´┐Żras ´┐Ż bord du U2 filmaient les sites de lancements de missiles pendant que le pilote survolait les installations sensibles o´┐Ż les Russes essayaient de rivaliser ou de c´┐Żder aux Am´┐Żricains le contr´┐Żle de zones classifi´┐Żes dans leur territoire spatiale.

Donc, ils jou´┐Żrent avec eux afin de tester leurs d´┐Żfenses, en sacrifiant d´┐Żlib´┐Żr´┐Żment des pilotes, en les croyants morts apr´┐Żs que leurs avions aient ´┐Żt´┐Ż descendus, et ils d´┐Żni´┐Żrent toujours ce qu´┐Żils faisaient m´┐Żme quand Khrouchtchev hurla ´┐Ż Eiseinhower que le programme U2 mettait Khrouchtchev lui-m´┐Żme en risque ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du Kremlin.

´┐Ż Nous devrions faire un march´┐Ż ´┐Ż dit le Pr´┐Żsident du Parti Communiste. ´┐Ż Mais pas si vous m´┐Żobligez ´┐Ż sortir du bureau ´┐Ż. Mais bien qu´┐ŻHeisenhower d´┐Żtestait le programme U2 et le danger dans lequel ´┐Żtaient mis leurs pilotes, le Pr´┐Żsident devait s´┐Żaccommoder d´┐Żun des autres agendas de surveillance : La recherche en cours de toutes preuves d´┐Żatterrissages de vaisseaux extraterrestres ou d'´┐Żcrasements´┐Ż dans l´┐Żimmensit´┐Ż de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique.

Ils devaient aussi savoir si les Russes avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż de la technologie extraterrestre. C´┐Żest ce ´┐Ż quoi servait aussi le programme U2 jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils aient une autre alternative. Et l´┐Żalternative, bien qu´┐Żelle soit dans l´┐ŻAir Force et pas dans l´┐Żarm´┐Że, faisait partie d´┐Żun partage entre les services de renseignements des R&D et le duo : National Security council / CIA. Et c´┐Ż´┐Żtait toujours en d´┐Żveloppement ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de Lockheed dans une division appel´┐Że, ´┐ŻTravails de salauds ´┐Ż.

Parce qu´┐Żils avaient lanc´┐Ż des U2 pour provoquer les Sovi´┐Żtiques et parce qu´┐Żils savaient qu´┐Żils commenceraient ´┐Ż perdre des pilotes et des avions, l´┐Ż´┐Żquipe du National Security avait commenc´┐Ż ´┐Ż regarder, avec agressivit´┐Ż, pour un programme mieux surveill´┐Ż d´┐Żs 1957, la derni´┐Żre ann´┐Że de Corso ´┐Ż la Maison Blanche.

Les renseignements avaient d´┐Żcid´┐Żs de prendre, par satellite, des photographies des installations Sovi´┐Żtiques mais uniquement s´┐Żils pouvaient avoir un oiseau assez fiable. Aussi, ils ne voulaient pas que les Sovi´┐Żtiques sachent qu´┐Żils tournaient en orbite terrestre pour surveiller, afin de ne pas les encourager ´┐Ż aller apr´┐Żs leurs satellites. Donc la ruse fut d´┐Żenvoyer un satellite dans le plus complet secret.

Mais comment faire cela quand le monde entier vous regarde ?

L´┐Żarm´┐Że et l´┐Żair force avaient une id´┐Że. Lockheed avait montr´┐Ż qu´┐Żil pouvait toujours d´┐Żvelopper un avion de surveillance, le U2 et ´┐Żventuellement le SR71, en dehors des yeux du public et effectuer ses vols sans trop d´┐Żinterf´┐Żrences avec les chiens de garde du S´┐Żnat et sans la pr´┐Żsence des journalistes. Pourraient-ils faire la m´┐Żme chose avec un satellite ? S´┐Żils pouvaient, est-ce que les photos du satellite seraient aussi fiables que celles du U2 ?

L´┐Żarm´┐Że et l´┐ŻAir Force pouss´┐Żrent ceci dans un programme commun avec la NASA sur l´┐Żenvoi de satellite dans l´┐Żespace pour montrer leur drapeau au monde. Les Sovi´┐Żtiques les avaient battu dans la course avec Spoutnik, et les ´┐Żchecs de lancements de satellites de l´┐Żarm´┐Że et de la Navy rendaient les Am´┐Żricains encore plus mauvais.

Apr´┐Żs un certain nombres de ces essais, le National Security Council avisa le Pr´┐Żsident Eisenhower de jeter l´┐Ż´┐Żponge, de mettre en commun toutes les ressources scientifiques Nationales qu´┐Żil pourrait et de tourner la course pour l´┐Żespace vers une agence civile. Les militaires apprirent leurs le´┐Żons sur une comp´┐Żtition dans une m´┐Żme technologie en regardant faire la NASA.

La NASA eut quelques succ´┐Żs imm´┐Żdiat, et avant la fin de l´┐Żadministration Eisenhower, en 1960, ils avaient g´┐Żrer la mise en place de satellites en orbite et fait des exp´┐Żriences sur les effets d´┐Żun vol orbitale sur des animaux bien plus sophistiqu´┐Żes que les exp´┐Żriences de l´┐Żarm´┐Że, pour les V2, et avec des petits primates ´┐Ż Alamogordo ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 40 et d´┐Żbut des ann´┐Żes 50. Quand les renseignements de l´┐Żarm´┐Że et de l´┐ŻAir Force virent les succ´┐Żs des satellites de la NASA et la vuln´┐Żrabilit´┐Ż grandissante des U2, ils virent une r´┐Żponse possible ´┐Ż leur besoin en programme de surveillance.

Quand la NASA commen´┐Ża son programme orbitale Discoverer, en lan´┐Żant une charge utile en orbite basse et en la r´┐Żcup´┐Żrant, les services militaires pens´┐Żrent voir une solution. S´┐Żils pouvaient d´┐Żune fa´┐Żon ou d´┐Żune autre fabriquer un satellite photographique assez petit pour rentrer ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur, tr´┐Żs petit, de la capsule de Discoverer, et r´┐Żcup´┐Żrer l´┐Żappareil de surveillance quand l´┐ŻOrbiter reviendrait sur Terre et installer enti´┐Żrement le programme d´┐Żespionnage militaire dans le programme d´┐Żexploration scientifique civil sans alerter le public, cela pourrait ´┐Żtre leur couverture.

Ils savaient que les Sovi´┐Żtiques seraient tr´┐Żs rapidement au courant de leur programme et ce n´┐Ż´┐Żtait pas, en fait, une si mauvaise chose. Ils partaient du principe que comme la CIA ´┐Żtait infiltr´┐Że par le KGB, il n´┐Ży avait pas moyen de garder le projet cach´┐Ż. Et Khrouchtchev n´┐Żaurait plus ´┐Ż s´┐Żinqui´┐Żter sur la violation d´┐Żlib´┐Żr´┐Że de son espace a´┐Żrien, et donc il serait tir´┐Ż d´┐Żaffaire au Kremlin et serait reconnaissant envers eux pour cela.

Tout ce qu´┐Żils avaient ´┐Ż faire, c´┐Ż´┐Żtait d´┐Ż´┐Żloigner les civils et ils seraient libres. Le programme ´┐Ż Corona ´┐Ż ´┐Żtait en mesure de passer sans un chuchotement dans l´┐Żair.

Les Sovi´┐Żtiques suivraient sans une protestation, et ils pourraient prendre leurs photos de surveillance.

Ils ajout´┐Żrent une prime additionnelle, pour les Sovi´┐Żtiques, afin de les encourager ´┐Ż dire ´┐Ż leurs amis dans la CIA d´┐Ż´┐Żbruiter l´┐Żhistoire aux journalistes amis et de souffler la couverture sur l´┐Żensemble de l´┐Żop´┐Żration.

Ils les encourag´┐Żrent ´┐Ż participer avec eux ´┐Ż l´┐Żagenda cach´┐Ż de Corona : Surveillance d'´┐Żcrasements extraterrestres potentiels. Les renseignements de l´┐Żarm´┐Że, avec l´┐Żapprobation de NSC et d´┐ŻEisenhower, firent savoir ´┐Ż leurs homologues, dans l´┐Żarm´┐Że Sovi´┐Żtique, que tout renseignement a´┐Żrien r´┐Żv´┐Żlant la pr´┐Żsence d´┐Żextraterrestre sur le territoire Sovi´┐Żtique serait partag´┐Ż avec les militaires. Ce qu´┐Żils faisaient avec l´┐Żinformation, les Am´┐Żricains ne sans souciaient gu´┐Żre. Mais l´┐Żarm´┐Że ´┐Żtait plus que reconnaissante. Les militaires professionnelles ne croyaient pas les commissaires du Parti Communiste.

Ainsi, bien que les Am´┐Żricains renseignaient les Sovi´┐Żtiques sur une pr´┐Żsence extraterrestre sur leur territoire, les Am´┐Żricains ne disaient en fait rien au Gouvernement Sovi´┐Żtique ´┐Ż cause de la tr´┐Żs grande division entre le Parti Communiste et l´┐Żarm´┐Że.

La stimulation faite par les Am´┐Żricains marcha et le KGB encouragea la CIA ´┐Ż ne pas r´┐Żv´┐Żler l´┐Żhistoire.

Maintenant c´┐Ż´┐Żtait ´┐Ż l´┐ŻAir Force et ´┐Ż Lockheed de fabriquer le satellite de surveillance Corona en dehors de la sc´┐Żne publique et de charger l´┐Żappareil dans la fus´┐Że de Discoverer juste sous le nez des journalistes Am´┐Żricains.

C´┐Ż´┐Żtait une des plus grosse supercherie de la Guerre Froide parce que les Russes savaient ce que les Am´┐Żricains faisaient.

La NASA permit au projet de s´┐Żeffectuer enti´┐Żrement, mais la presse affam´┐Że de la moindre information sur les vols spatiaux resta compl´┐Żtement dans le noir. Si cela ´┐Żtait n´┐Żcessaire, les militaires pouvaient leur mentir et leur fournir des histoires de remplacements. Ils savaient qu´┐Żils n´┐Żavaient pas beaucoup de temps car ils savaient que les Sovi´┐Żtiques essayaient d´┐Żembarrasser Ike ´┐Ż la fin de son mandat en emmenant au sol un de leur avion U2 avec un pilote vivant´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur.

Ils ´┐Żtaient maintenant en course avec les Sovi´┐Żtiques pour remplacer les U2 par le Corona, m´┐Żme si les Sovi´┐Żtiques comprenaient et acceptaient ce que faisaient les Am´┐Żricains.

C´┐Ż´┐Żtait une des ironies de la Guerre Froide.

Les ing´┐Żnieurs de Lockheed con´┐Żurent le satellite pour qu´┐Żil puisse entrer dans le c´┐Żne de charge utile de la capsule Discoverer. Ils travaill´┐Żrent sous des contraintes de temps brutales parce que le Pr´┐Żsident Eisenhower faisait pression au National Security Council afin d´┐Żarr´┐Żter compl´┐Żtement les vols d´┐ŻU2.

Le vieux G´┐Żn´┐Żral savait que ce n´┐Ż´┐Żtait qu´┐Żune histoire de temps avant que les

Sovi´┐Żtiques ne capturent un pilote Am´┐Żricain vivant, r´┐Żcup´┐Żrent sa confession, et le montrent ´┐Ż la t´┐Żl´┐Żvision pour humilier les USA. Eisenhower ´┐Żtait un homme dont les mots d´┐Żplaisaient aux politiciens parce qu´┐Żils cherchaient toujours la solution la plus opportune, pas forc´┐Żment la plus honorable.

Alors que Khrouchtchev se plaignait des vols de U2, Ike avait toujours d´┐Żni´┐Ż qu´┐Żils les envoy´┐Żs. C´┐Ż´┐Żtait un mensonge si ´┐Żvident que Khrouchtchev essayait de piquer Eisenhower sur ce comportement. ´┐Ż Nous allons en descendre un, vous allez voir et alors que direz vous ? ´┐Ż.

Mais Eisenhower d´┐Żnia l´┐Żexistence des U2, puis se retourna vers son ´┐Żquipe, furieux de la situation dans lequel ils se trouvait. ´┐Ż Arr´┐Żtez les vols ´┐Ż ordonna-t´┐Żil. Mais la CIA poussait pour un dernier vol. Il allait servir un but, argument´┐Żrent-ils. Ils avaient entendu parler du syst´┐Żme de d´┐Żfense a´┐Żrien Russe pendant qu´┐Żils surveillaient les zones possibles d´┐Żactivit´┐Żs extraterrestres. Corso ne sait pas s´┐Żils trouv´┐Żrent une preuve d´┐Żun atterrissage extraterrestre en Russie pendant la surveillance en U2, mais les extraterrestres pouvaient, s´┐Żrement, voir qu´┐Żils ´┐Żtaient capables de surveiller le territoire Russe et leur connaissance sur la capacit´┐Ż Am´┐Żricaine servait la dissuasion sur le fait de voler au dessus de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique en toute impunit´┐Ż.

La CIA pr´┐Żtendait que les U2 ´┐Żtaient si importants pour la s´┐Żcurit´┐Ż Nationale de l´┐ŻAm´┐Żrique qu´┐Żils ´┐Żtaient pr´┐Żt ´┐Ż sacrifier leurs pilotes. Cependant, Corso pense que les taupes du KGB, qui avaient p´┐Żn´┐Żtr´┐Ż la CIA, voulaient qu´┐ŻEisenhower soit embarrass´┐Ż devant le monde entier. Et quand Francis Gary Power s´┐Żabattit en Mai 1960, ils pens´┐Żrent avoir leur chance.

Il y avait encore un grand doute ´┐Ż propos du U2 abattu. Sa mission ´┐Żtait de voler au-dessus des installations de missiles Russes les plus sensibles et de faire de lui une cible. Ils pensaient que les SAM Russes ne pouvaient pas atteindre son altitude. Mais que Powers se soit endormit sur son manche ´┐Ż balai ´┐Ż cause du manque d´┐Żoxyg´┐Żne ou qu´┐Żil soit descendu ´┐Ż basse altitude sur ordre de la CIA pour prendre de meilleures photos ou pour en faite une cible plus provocante, ils ne le sauront jamais.

Corso pense que Powers commen´┐Żait probablement ´┐Ż perdre connaissance ´┐Ż cause du manque d´┐Żoxyg´┐Żne et qu´┐Żun missile SAM explosa assez pr´┐Żs pour lui faire perdre le contr´┐Żle de son avion. Son avion ne fut pas abattu par un missile. Le U2 ´┐Żtait un avion tr´┐Żs difficile ´┐Ż faire voler. Alors que son avion tournoyait vers le sol, Powers, trop d´┐Żsorient´┐Ż pour reprendre le contr´┐Żle, poussa sur le levier ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de son si´┐Żge et s´┐Ż´┐Żjecta.

Powers fut captur´┐Ż vivant, paradant devant les cameras et forc´┐Ż ´┐Ż confesser qu´┐Żil espionn´┐Ż l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique. Khrouchtchev avait une excuse pour annuler la r´┐Żunion au sommet avec Eisenhower. Eisenhower, comme il le craignait, fut publiquement humili´┐Ż et forc´┐Ż d´┐Żadmettre ´┐Ż Khrouchtchev qu´┐Żil avait envoy´┐Ż le U2 au-dessus de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique. Il promit ´┐Ż Khrouchtchev que les vols de U2 ´┐Żtaient finis, ´┐Żliminant un outil de surveillance valable et les rendants potentiellement aveugles, non seulement sur ce que faisaient les Sovi´┐Żtiques, mais aussi sur ce que faisaient les extraterrestres en Asie. Ce fut une terrible exp´┐Żrience pour le vieille homme qui croyait avoir ´┐Żt´┐Ż compromis par sa propre administration.

Durant les derniers mois de pr´┐Żparations du vol en U2 de Gary Powers, la NASA compl´┐Żtait les d´┐Żtails techniques pour ins´┐Żrer la charge utile de Corona dans la charge utile de Discoverer.

Si tout allait bien, le premier lancement de Corona donnerait au National Security council les r´┐Żsultats qu´┐Żils voulaient et le programme U2 deviendrait obsol´┐Żte gr´┐Żce ´┐Ż Corona.

Alors Gary Powers fut descendu et le programme U2 prit fin parce que Eisenhower l´┐Żavait arr´┐Żt´┐Ż.

Ils ´┐Żtaient aveugles. Alors Discoverer fut lanc´┐Ż de Cap Canaveral et tout ceux qui connaissaient les enjeux retinrent leurs souffles.

Mais cela marcha, ils avaient des yeux. Si cela avait ´┐Żchou´┐Ż, leur meilleure opportunit´┐Ż de surveillance aurait ´┐Żchou´┐Ż.

Vous pouvez imaginer la jubilation du Pentagone quand la charge utile de Corona fut r´┐Żcup´┐Żr´┐Że et que les premi´┐Żres photos furent d´┐Żvelopp´┐Żes. Elles ´┐Żtaient meilleures que celles obtenues avec le U2 et Corona ´┐Żtait compl´┐Żtement invisible aux Sovi´┐Żtiques.

Khrouchtchev cacha l´┐Żinformation ´┐Ż son propre gouvernement Sovi´┐Żtique, et Eisenhower ne fit jamais de d´┐Żclaration publique au peuple Am´┐Żricain. En plus de suivre les d´┐Żveloppements de missiles Sovi´┐Żtiques, ils pouvaient aussi suivre toutes les tentatives extraterrestres pour surveiller une base dans les r´┐Żgions ´┐Żloign´┐Żes comme l´┐ŻAsie, l´┐ŻAfrique et l´┐ŻAm´┐Żrique du sud. Ils augmentaient l´┐Ż´┐Żgalit´┐Ż entre eux et les EBEs, une petite victoire, mais n´┐Żanmoins une victoire.

Ce qui satisfaisait le plus Corso, ´┐Ż propos du projet Corona, c´┐Żest qu´┐Żil ´┐Żtait aussi ´┐Żl´┐Żgant que couronn´┐Ż de succ´┐Żs.

Exactement pareil que l´┐Żaisance avec laquelle ils avaient int´┐Żgr´┐Ż le viseur nocturne de Roswell dans le torrent de d´┐Żveloppement de Fort Belvoir et qu´┐Żils avaient int´┐Żgr´┐Żs la surveillance photographique Corona dans le programme en cours Discoverer.

Personne ne r´┐Żalisait ce qu´┐Żils avaient accomplis ou comment les militaires utilisaient les programmes traditionnelles pour couvrir leurs propres d´┐Żveloppements de syst´┐Żmes d´┐Żarmements secrets.

Au m´┐Żme moment, ils savaient qu´┐Żils gagnaient du terrain sur les extraterrestres. Avec chaque nouveau projet r´┐Żussi, quelques-uns bas´┐Żs sur la technologie de Roswell, d´┐Żautres initialis´┐Żs sp´┐Żcialement pour contrer les capacit´┐Żs extraterrestres d´┐Żcouvertes ´┐Ż Roswell, ils croyaient avancer leur pion sur la case suivante.

Ils pensaient que, peu importe les intentions hostiles des extraterrestres, ils n´┐Żavaient plus les pleins pouvoirs pour lancer une guerre globale contre les Am´┐Żricains.

Les EBEs ´┐Żtudiaient les hommes, ils les infiltraient, les usants jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils ne soient plus capable de leur r´┐Żsister mais ils n´┐Żont jamais eu l´┐Żintention, pas plus que la capacit´┐Ż, pensaient-ils, de d´┐Żtruire la plan´┐Żte et de la prendre pour eux.

Mais ce dont ils avaient besoin, c´┐Ż´┐Żtait d´┐Żun avant-poste ´┐Ż un endroit qui pourrait leur donner un avantage strat´┐Żgique, une base pour les frapper assez fort afin de les faire partir sans cr´┐Żer de panique sur la terre.

Ils avaient besoin d´┐Żune base sur la lune.

C´┐Ż´┐Żtait une chose ´┐Ż laquelle r´┐Żvait l´┐Żarm´┐Że depuis sa rencontre avec les extraterrestres ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur de Roswell. C´┐Ż´┐Żtait un projet ambitieux qui avait rebondi de septique en septique dans l´┐Żarm´┐Że, pendant un an, jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żil arrive sur le bureau de Corso.

12 ´┐Ż Le projet Moon Base (Base Lunaire)

´┐Ż J´┐Żenvisage un d´┐Żveloppement exp´┐Żditif de la proposition pour ´┐Żtablir un avant-poste lunaire d´┐Żune importance d´┐Żcisive pour l´┐Żarm´┐Że US dans le futur. Cette ´┐Żvaluation est, apparemment, partag´┐Że par le chef d´┐Ż´┐Żtat-Major en regard ´┐Ż son approbation acc´┐Żl´┐Żr´┐Że et ´┐Ż son enthousiasme pour l´┐Żinitialisation de l´┐Ż´┐Żtude ´┐Ż ´┐Żcrivit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau au Chef du service du Mat´┐Żriel en Mars 1959, en support au projet de l´┐Żarm´┐Że HORIZON, un plan strat´┐Żgique pour d´┐Żployer un avant-poste militaire sur la surface de la lune. C´┐Ż´┐Żtait la r´┐Żponse la plus ambitieuse de l´┐Żarm´┐Że ´┐Ż la menace extraterrestre. C´┐Żest un des projets que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau donna ´┐Ż Corso.

´┐Ż Les gars de la NASA vont r´┐Żcup´┐Żrer enti´┐Żrement l´┐Żaffaire des lancements de fus´┐Żes, Phil ´┐Ż dit Trudeau,´┐Ż ´┐Ż et l´┐Żarm´┐Że n´┐Żaura m´┐Żme pas les miettes sur la table. ´┐Ż

Corso venait juste de quitter la Maison Blanche lorsque la NASA ´┐Żtait arriv´┐Że en 1958, et il savait ce que cela pr´┐Żsageait. Cela transf´┐Żrerai la responsabilit´┐Ż de l´┐Żespace des services militaires ´┐Ż l´┐Żagence civile qui ´┐Żtait suppos´┐Że r´┐Żpondre ´┐Ż toutes les promesses Am´┐Żricaines envers les autres pays sur la d´┐Żmilitarisation de l´┐Żespace. C´┐Ż´┐Żtait une louable intention, tout le monde voulait la soutenir : D´┐Żmilitariser l´┐Żespace, ainsi les pays pourront explorer et exp´┐Żrimenter sans le risque de perdre leurs v´┐Żhicules ou satellites pendant des activit´┐Żs hostiles.

Pour les USA et la Russie, cet accord disait que leurs astronautes et cosmonautes ne pourraient pas se faire la guerre. Bonne id´┐Że. Mais quelqu´┐Żun oublia de le dire aux extraterrestres qui violaient syst´┐Żmatiquement l´┐Żespace a´┐Żrien de la plan´┐Żte depuis des d´┐Żcennies, sinon des si´┐Żcles, et avaient d´┐Żj´┐Ż une base op´┐Żrationnelle sur la lune.

Pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et beaucoup de commandants militaires US, l´┐Żhabilit´┐Ż des Sovi´┐Żtiques ´┐Ż envoyer des cosmonautes et des v´┐Żhicules avec une grande charge utile et avec relativement de facilit´┐Ż ´┐Żtait une perspective effrayante.

´┐Ż moins que l´┐ŻAm´┐Żrique concurrence la technologie Sovi´┐Żtique avec son propre programme de lancement et d´┐Żexpansion de satellites de surveillance, l´┐Żarm´┐Że pensait qu´┐Żelle c´┐Żderait une partie strat´┐Żgique importante ´┐Ż l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique.

En 1960, les USA avaient atteint une situation critique. ´┐Ż cause de la fen´┐Żtre de d´┐Żveloppement et le temps que cela prendrait pour faire passer les projets ´┐Ż travers ces d´┐Żveloppements, les programmes commenceraient trop tard dans les ann´┐Żes 60 et seraient irr´┐Żm´┐Żdiablement obsol´┐Żtes dans les ann´┐Żes 70, quand les Sovi´┐Żtiques, comme ils s´┐Ży attendaient, auraient ´┐Żtabli une pr´┐Żsence dans l'espace.

Comme dans les programmes U2, les Am´┐Żricains avaient un autre agenda cach´┐Ż qui les concernait bien plus que la capacit´┐Ż Sovi´┐Żtique ´┐Ż les menacer de l´┐Żespace avec des missiles nucl´┐Żaires. Ils ´┐Żtaient aussi tr´┐Żs conscients de la capacit´┐Ż d´┐Żune puissance militaire, dominante sur la Terre, afin d´┐Ż´┐Żtablir sa propre id´┐Że des conventions avec les extraterrestres.

Ils avaient d´┐Żj´┐Ż vu comment Staline avait n´┐Żgoci´┐Ż un pacte de non agression avec Hitler, permettant aux Allemands de stabiliser leur front ´┐Ż l´┐ŻEst et d´┐Żenvahir l´┐ŻEurope de l´┐ŻOuest. Ils ne voulaient pas voir Khrouchtchev gagner un pouvoir incontest´┐Ż dans l´┐Żespace que les extraterrestres lui auraient facilement accord´┐Ż pour garantir ´┐Ż chacun d´┐Żeux un certain degr´┐Ż de libert´┐Ż pour dominer les affaires politiques de la plan´┐Żte.

Cela semble parano´┐Żaque aujourd´┐Żhui, mais ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 1950, c´┐Ż´┐Żtait exactement la pens´┐Że de la communaut´┐Ż des renseignements militaires.

´┐ŻLes int´┐Żr´┐Żts du G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtaient les m´┐Żmes que quiconque connaissant la v´┐Żrit´┐Ż sur la pr´┐Żsence extraterrestre autour de la plan´┐Żte. Ils ne savaient pas si une de ces observations pouvait tourner, pour de bon, ´┐Ż un atterrissage en force ou si une invasion avait d´┐Żj´┐Ż commenc´┐Ż.

En l´┐Żabsence de toute information r´┐Żfutant leurs craintes, c´┐Ż ´┐Żtait une obligation militaire de projeter le pire sc´┐Żnario possible. C´┐Żest pourquoi l´┐Żarm´┐Że poussa pour le projet Horizon. Ils devaient avoir un plan.

Les documents Horizon ´┐Żtaient, de fa´┐Żon franche, l´┐Żexpression de leurs inqui´┐Żtudes : Ils devaient mettre un avant-poste militaire arm´┐Ż sur la lune d´┐Żabord parce que si les Sovi´┐Żtiques achevaient cette effort avant eux, les Am´┐Żricains seraient en position d´┐Żavoir ´┐Ż donner l´┐Żassaut ´┐Ż une montagne ou ´┐Ż assurer une position militaire. Ils devaient ´┐Żtre plut´┐Żt les d´┐Żfenseurs d´┐Żune solide enclave fortifi´┐Że plut´┐Żt que les attaquants. Leur avant-poste devait ´┐Żtre assez solide pour r´┐Żsister ´┐Ż un assaut et avoir assez de personnel pour conduire des exp´┐Żriences scientifiques et une surveillance continuelle de la Terre et de son espace.

Au d´┐Żbut, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau argumenta que l´┐Żavant-poste devait avoir d´┐Żune taille suffisante et une activit´┐Ż constructive suffisante pour permettre une survie et une activit´┐Ż mod´┐Żr´┐Że pour 10 ´┐Ż 20 personnes. Il devait permettre une extension des installations permanentes, et une rotation du personnel afin de garantir le maximum de temps pour une occupation soutenue.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ne voulait pas seulement une t´┐Żte-de-pont sur la lune, il voulait que cela soit permanent et capable de se subvenir ´┐Ż soi-m´┐Żme pour de longues p´┐Żriodes sans aides de la Terre.

Par cons´┐Żquent, l´┐Żemplacement et l´┐Ż ´┐Żtude ´┐Żtaient critiques et n´┐Żcessitaient, du point de vue de l´┐Żarm´┐Że, une station avec un syst´┐Żme de surveillance spatiale triangulaire qui faciliterait :

1)     une communication avec la Terre et une observation optimum de celle-ci.

2)     Des voyages de routines entre la Terre et la Lune.

3)     La meilleure capacit´┐Ż d´┐Żexploration possible pas seulement dans la zone environnante de la surface lunaire mais dans de plus longues exp´┐Żditions d´┐Żexplorations et, plus important, pour les militaires.

4)     La d´┐Żfense militaire sur la lune. L´┐Żobjectif initiale de l´┐Żarm´┐Że ´┐Żtait d´┐Ż´┐Żtablir la premi´┐Żre installation permanente sur la lune et rien de moins. Le potentiel militaire sur la lune ´┐Żtait d´┐Żune importance primordiale, mais la mission permettrait, aussi, des potentiels de recherches scientifiques et commerciaux.

L´┐Żarm´┐Że voulait rendre Horizon conforme ´┐Ż la politique Nationale existante pour l´┐Żexploration spatiale, m´┐Żme dans la mesure o´┐Ż la d´┐Żmilitarisation de l´┐Żespace ´┐Żtait concern´┐Że.

Mais c´┐Ż´┐Żtait coriace parce que tous ceux dans l´┐Żarm´┐Że qui avaient ´┐Żt´┐Ż en contact avec le dossier de Roswell croyaient qu´┐Żils ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż sous une sorte d´┐Żattaque.

D´┐Żmilitariser l´┐Żespace ´┐Żtait seulement un moyen d´┐Ż´┐Żtre un jouet dans les mains d´┐Żune culture qui avait ´┐Żtal´┐Że une intention hostile envers eux. Mais ils r´┐Żalis´┐Żrent que vouloir l´┐Ż´┐Żtablissement d´┐Żune pr´┐Żsence militaire dans l´┐Żespace encouragerait les Sovi´┐Żtiques ´┐Ż les battre, ´┐Żtape par ´┐Żtape, avec pour r´┐Żsultat une course ´┐Ż l´┐Żarmement dans l´┐Żespace qui pourrait exacerber les tensions de la Guerre Froide.

L´┐Żarmement dans l´┐Żespace serait bien plus difficile ´┐Ż contr´┐Żler, et un ´┐Żchange militaire accidentel pourrait facilement pr´┐Żcipiter une crise sur la Terre. Ainsi, le probl´┐Żme entier sur l´┐Ż´┐Żtablissement d´┐Żune pr´┐Żsence militaire dans l´┐Żespace ´┐Żtait une devinette. Horizon ´┐Żtait la tentative militaire pour accomplir les objectifs militaires dans le contexte d´┐Żune politique Gouvernementale de d´┐Żsarmement.

L´┐Żarm´┐Że devait aussi faire face ´┐Ż l´┐Żobstacle, pour ses plans, des membres du groupe de travail sur Roswell qui avaient ´┐Żtabli une politique de niveau de s´┐Żcurit´┐Ż au-dessus du top-secret. Le groupe de travail pouvait parfaitement voir que toute exp´┐Żdition militaire ind´┐Żpendante dans l´┐Żespace, et sp´┐Żcialement avec l´┐Żobjectif d´┐Ż´┐Żtablir un avant-poste sur la lune, avait une grande probabilit´┐Ż de rencontre extraterrestre.

Dans cette rencontre, il n´┐Ży avait pas de garantie qu´┐Żun ´┐Żchange militaire ne s´┐Żensuive pas, ou dans une moindre mesure, un rapport militaire serait archiv´┐Ż.

M´┐Żme si ces rapports ´┐Żtaient gard´┐Żs secrets, il ´┐Żtait hautement improbable que la presse n´┐Żentende pas parler de la rencontre des militaires avec des extraterrestres.

Ainsi, le principe fondamentale du groupe de travail et de sa mission, le camouflage de leurs d´┐Żcouvertes sur des formes de vies visitant et, probablement, mena´┐Żants la Terre, serait incertain et des ann´┐Żes d´┐Żop´┐Żrations successives pourraient facilement avoir une fin peu satisfaisante.

Non, le groupe de travail devait plut´┐Żt mettre l´┐Żexploration spatiale dans les mains d´┐Żune agence civile dans laquelle la bureaucratie serait plus facile ´┐Ż contr´┐Żler et dont le personnel serait tri´┐Ż sur le volet,´┐Ż et pour commencer, par les membres du groupe de travail.

Ainsi, la sc´┐Żne ´┐Żtait plant´┐Że pour une lutte bureaucratique acharn´┐Że parmi les membres du groupe de travail, tous de la m´┐Żme organisation mais avec des niveaux de s´┐Żcurit´┐Żs et des objectifs politiques diff´┐Żrents, et m´┐Żme la connaissance de ce qui avait pris place aux cours des ann´┐Żes avait foutu le camp. Et, sous-jacent, l´┐Żhypoth´┐Żse que la population civile mondiale n´┐Ż´┐Żtait pas pr´┐Żte ´┐Ż conna´┐Żtre la v´┐Żrit´┐Ż sur l´┐Żexistence de cultures extraterrestres et la menace probable que posaient ces cultures ´┐Ż la Terre.

´┐ŻLe Colonel Trudeau ´┐Żtait intr´┐Żpide comme Corso ne l´┐Żavait jamais vu. En Cor´┐Że, il avait charg´┐Ż la montagne de Pork Chop, face ´┐Ż l´┐Żattaque ennemi, si furieusement que les militaires qui ´┐Żtaient avec lui avaient pens´┐Ż qu´┐Żils respiraient pour la derni´┐Żre fois. Mais ils ne pouvaient pas le laisser aller seul, ce qu´┐Żil comptait exactement faire quand il jeta son casque au loin et enla´┐Ża un Sergent bless´┐Ż. Il arma son automatique et dit,´┐Ż ´┐Ż J´┐Ży vais. Qui est avec moi ? ´┐Ż. Corso imaginait qu´┐Żil devait avoir le m´┐Żme visage qu´┐Żaujourd´┐Żhui, alors qu´┐Żil lui tendait le rapport du projet Horizon. ´┐Ż Nous y allons, Phil ´┐Ż dit-il, et c´┐Żest tout ce que Corso avait besoin d´┐Żentendre.

Quand les supporters de l´┐Żagence spatiale civile dirent ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że que toutes les questions lev´┐Żes par l´┐Żarm´┐Że sur le besoin d´┐Ż´┐Żtablir d´┐Żabord une pr´┐Żsence seraient accomplies par les missions civiles, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau argumenta que les plans civils ne parlaient pas explicitement d´┐Żune base sur la lune mais seulement sur la possibilit´┐Ż d´┐Żun avant-poste en orbite terrestre qui serait, ou pas, capable de servir comme halte pour les vols vers la lune ou vers d´┐Żautres plan´┐Żtes.

Et le temps qu´┐Żil faudrait pour construire une station spatiale orbitale la rendrait obsol´┐Żte avant m´┐Żme qu´┐Żelle ne soit sortie des planches ´┐Ż dessins.

´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de cela, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau dit aux scientifiques du ´┐Ż Eisenhower´┐Żs A´┐Żronautics and Space Advisory Commitee ´┐Ż, vous ne pouvez pas faire confiance ´┐Ż une agence civile pour remplir une mission militaire. Ce n´┐Żest jamais arriv´┐Ż dans le pass´┐Ż et ´┐Ża n´┐Żarrivera jamais dans le futur. Si vous voulez remplir une mission militaire, seuls les militaires peuvent le faire. Le Pr´┐Żsident Eisenhower comprenait cette sorte de logique.

A la fin des ann´┐Żes 50, la Maison Blanche avait mis en avant ses interrogations au G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż propos de la recherche militaire et de la politique de d´┐Żveloppement en rapport avec le´┐Ż projet Horizon et pourquoi, plus sp´┐Żcialement,´┐Ż les militaires avaient-ils besoin d´┐Ż´┐Żtre sur la lune et pourquoi une mission civile ne pourrait pas accomplir la plupart des objectifs scientifiques.

C´┐Ż´┐Żtait au moment o´┐Ż la Maison Blanche soutenait la ´┐Ż National Aeronautics and Space act ´┐Ż et supportait la cr´┐Żation de la NASA.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau r´┐Żpondit qu´┐Żil ne pouvait pas ´┐Żcarter imm´┐Żdiatement le potentiel´┐Ż militaire complet, ´┐Ż Mais ´┐Ż, ´┐Żcrit-il dans le rapport, ´┐Ż il est probable que l´┐Żobservation de la terre et des vaisseaux spatiaux de la lune ´┐Żd´┐Żmontrera son avantage important. ´┐Ż

Plus tard, il ´┐Żcrivit qu´┐Żune ligne Lune/Terre, qu´┐Żune surveillance spatiale par triangulation, en d´┐Żautres termes, l´┐Żutilisation d´┐Żun point de r´┐Żf´┐Żrence sur la Terre et un point de r´┐Żf´┐Żrence sur la lune afin de pointer les positions de missiles ennemis, de satellites, ou de vaisseaux spatiaux, promettait une plus grande autonomie et une plus´┐Ż grande pr´┐Żcision d´┐Żobservation.

Au lieu d´┐Żavoir un seul point d´┐Żobservation, ils auraient un angle suppl´┐Żmentaire parce qu´┐Żils auraient une base sur la lune comme autre point d´┐Żobservation. Cela serait surtout le cas pour les missions lunaires et martiennes que la NASA allait planifier dans les ann´┐Żes 60. Il dit que les stations radars terriennes ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż inad´┐Żquates pour les op´┐Żrations en espace profond pr´┐Żvus par l´┐Żagence civile. Donc, cela n´┐Żavait aucun sens de d´┐Żpenser de l´┐Żargent pour d´┐Żvelopper des r´┐Żseaux de contr´┐Żles et de communications qui seraient obsol´┐Żtes pour leurs utilisations pr´┐Żvues.

´┐Ż L´┐Żutilisation d´┐Żun syst´┐Żme d´┐Żarmement sur une base lunaire contre la Terre ou des cibles spatiales devait ´┐Żtre prouv´┐Ż faisable et souhaitable. ´┐Ż ´┐Żcrivit-il au chef du Mat´┐Żriel, r´┐Żv´┐Żlant pour la premi´┐Żre fois qu´┐Żil croyait, comme Douglas MacArthur, que l´┐Żarm´┐Że pourrait ´┐Żtre amen´┐Że ´┐Ż faire une guerre dans l´┐Żespace aussi bien que sur Terre.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau entrevoyait qu´┐Żun r´┐Żseau de communication sur la lune aurait un avantage pour suivre les missiles guid´┐Żs lanc´┐Żs de la Terre, mais il r´┐Żalisa, aussi, que les armes pourraient tirer de l´┐Żespace, et pas seulement par les Gouvernements Terriens mais par des vaisseaux extraterrestres. C´┐Ż´┐Żtait le projet de base lunaire, croyait-il, qui serait capable de prot´┐Żger les populations civiles et les forces militaires sur la Terre contre des attaques lanc´┐Żes de l´┐Żorbite terrestre comme de l´┐Żespace. Mais l´┐Żinitiative pour une base lunaire de d´┐Żfense avait une autre caract´┐Żristique additionnelle.

´┐Ż La puissance militaire d´┐Żune base lunaire serait plus fortement dissuasive pour ´┐Żviter de combattre ´┐Ż cause de l´┐Żextr´┐Żme difficult´┐Ż, du point de vue de l´┐Żennemi, d´┐Ż´┐Żliminer les capacit´┐Żs Am´┐Żricaines de ripostes. ´┐Ż, supposait-il, ´┐Ż Toute op´┐Żration militaire pour l´┐Żennemi, sur la lune, serait difficile ´┐Ż cause de sa difficult´┐Ż ´┐Ż atteindre la lune, si les forces Am´┐Żricaines ´┐Żtaient toujours pr´┐Żsentes et avaient les moyens de contrer un atterrissage ou d´┐Ż´┐Żliminer toutes forces hostiles qui auraient atterri. ´┐Ż

´┐Ż Si des forces hostiles ont l´┐Żautorisation d´┐Żarriver les premi´┐Żres, elles pourraient contrer les atterrissages Am´┐Żricains et tenteraient d´┐Żaccuser, politiquement, les Am´┐Żricains d´┐Żutiliser leur propri´┐Żt´┐Ż. ´┐Ż

L´┐Żarm´┐Że con´┐Żut le d´┐Żveloppement d´┐Żune base lunaire comme une tentative similaire ´┐Ż la construction de la bombe atomique : Une vaste somme de ressources appliqu´┐Żes ´┐Ż une mission particuli´┐Żre, compl´┐Żtement secr´┐Żte sur la nature, et un programme d´┐Żurgence pour compl´┐Żter la mission avant la fin de la prochaine d´┐Żcennie. Il dit que l´┐Ż´┐Żtablissement d´┐Żun avant-poste devrait ´┐Żtre un projet sp´┐Żcial ayant l´┐Żautorit´┐Ż et la priorit´┐Ż similaire au projet Manhattan pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale. Une fois ´┐Żtabli, la base lunaire devrait ´┐Żtre op´┐Żrationnelle sous le contr´┐Żle d´┐Żun commandement spatiale unifi´┐Ż, lequel serait une extension de la politique de commandement et de contr´┐Żle militaire actuelle.

Le contr´┐Żle de toutes les force militaires Am´┐Żricaines par un commandement unifi´┐Ż ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż utilis´┐Ż ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, donc le plan du G´┐Żn´┐Żral Trudeau pour un commandement spatial unifi´┐Ż n´┐Ż´┐Żtait pas une exception ´┐Ż la pratique en cours..

La seule diff´┐Żrence ´┐Żtait que le G´┐Żn´┐Żral ne voulait pas que le commandement unifi´┐Ż exerce son autorit´┐Ż uniquement sur la base lunaire, il voulait de ce commandement pour contr´┐Żler et utiliser les satellites militaires, les v´┐Żhicules spatiaux militaires, les syst´┐Żmes de surveillances spatiaux, et la gestion enti´┐Żre du r´┐Żseau install´┐Ż pour appuyer les avantages militaires.

Pour le G´┐Żn´┐Żral, ´┐Żtre le second derri´┐Żre l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique, pour le d´┐Żploiement et le soutien d´┐Żune base militaire lunaire permanente, serait ´┐Ż d´┐Żsastreux ´┐Ż, pas seulement pour le prestige de la Nation, mais pour tout le syst´┐Żme d´┐Żmocratique lui-m´┐Żme. Dans l´┐Żestimation du G´┐Żn´┐Żral Trudeau, l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique avait en ce moment planifi´┐Ż de construire une base lunaire dans le milieu des ann´┐Żes 60 et de la d´┐Żclarer territoire Sovi´┐Żtique. Il pensait que si les USA essayaient d´┐Żatterrir sur la lune, et plus particuli´┐Żrement s´┐Żils essayaient d´┐Ż´┐Żtablir une base l´┐Ż-bas, les Sovi´┐Żtiques voudraient propager cet ´┐Żv´┐Żnement comme un acte de guerre, une invasion de leur territoire, et essaieraient de montrer les USA comme l´┐Żagresseur et leurs pr´┐Żsences comme un acte hostile. S´┐Żils d´┐Żfendaient la lune comme une de leurs colonies, ou s´┐Żils ´┐Żtaient la force d´┐Żl´┐Żgu´┐Że au nom des extraterrestres, les USA seraient dans une situation de faiblesse.

Ainsi, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau conclut et donc avisa le chef de l´┐Ż ´┐Ż Ordnance Missile Command ´┐Ż qu´┐Żil ´┐Żtait de la plus extr´┐Żme urgence que les USA imaginent un plan r´┐Żalisable pour avoir un atterrissage habit´┐Ż sur la surface lunaire au printemps 1965, avec un avant-poste lunaire d´┐Żploy´┐Ż et totalement op´┐Żrationnel sur la lune fin 1966 pour un co´┐Żt, r´┐Żparti sur huit ans et demi, de 6 billions de dollars.

´┐ŻLes 2 premiers astronautes, le fer de lance de l´┐Ż´┐Żquipage d´┐Żavant-garde, seraient pr´┐Żs ´┐Ż atterrir sur la surface lunaire en avril 1965, dans une zone ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de l´┐Ż´┐Żquateur lunaire o´┐Ż, d´┐Żapr´┐Żs des ´┐Żtudes, l´┐Żarm´┐Że croyait que le terrain supporterait de multiples atterrissages militaires, des installations de d´┐Żcollages et la construction d´┐Żune structure cylindrique, avec des murs tubulaires, construite sous la surface, dans une crevasse qui pourrait accueillir un personnel initiale de douze 12 militaires.

Le poids du mat´┐Żriel de construction pour cet avant-poste lunaire, 300000 livres (453.6g), serait d´┐Żj´┐Ż sur le site, ayant ´┐Żt´┐Ż transport´┐Ż dans les trois mois pr´┐Żc´┐Żdents. D´┐Żapr´┐Żs les plans de l´┐Żarm´┐Że, une cargaison additionnelle de 190 000 livres devrait ´┐Żtre envoy´┐Że sur la lune d´┐ŻAvril 1965 jusqu´┐Ż´┐Ż Novembre 1966. Et de D´┐Żcembre 1966 ´┐Ż D´┐Żcembre 1967, une autre cargaison de 266 000 livres et des fournitures devraient ´┐Żtre envoy´┐Żs r´┐Żguli´┐Żrement ´┐Ż la base lunaire maintenant op´┐Żrationnelle.

C´┐Ż´┐Żtait en Avril 1965, et le v´┐Żhicule lunaire avec un ´┐Żquipage de deux astronautes avait juste touch´┐Ż la surface de la lune. Bien que ce soit un appareil ´┐Ż capacit´┐Ż de d´┐Żcollage imm´┐Żdiat pour renvoyer les astronautes sur la terre, leur reconnaissance orbitale avait d´┐Żtermin´┐Ż que la zone ´┐Żtait s´┐Żre et qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de menaces aussi bien Sovi´┐Żtiques qu´┐Żextraterrestres. La radio gr´┐Żsilla avec les premi´┐Żres instructions pour l´┐Ż´┐Żquipage.

´┐Ż Ici contr´┐Żle Horizon, base lunaire. Vous ´┐Żtes parti pour les premi´┐Żres 24´┐Ż heures. ´┐Ż, les informa le contr´┐Żle Horizon ´┐Ż Cocoa Beach, Floride, Cape Carnaveral Space Command Center.

Ils s´┐Żcuris´┐Żrent leurs atterrissage, lequel, s´┐Żils recevaient l´┐Żaccord pour rester dans des p´┐Żriodes suppl´┐Żmentaires, deviendrait imm´┐Żdiatement leur logis pour les deux mois suivants alors que les ´┐Żquipes de constructions arriveraient de Terre pour commencer ´┐Ż assembler l´┐Żavant-poste.

Toutefois, avant m´┐Żme que la premi´┐Żre cargaison habit´┐Że arrive, l´┐Ż´┐Żquipe d´┐Żavant-garde de deux astronautes aurait confirmer la situation de la cargaison qui avait d´┐Żj´┐Ż ´┐Żt´┐Ż livr´┐Że sur le site, affinant les ´┐Żtudes environnementales qui avaient ´┐Żt´┐Ż conduites par des sondes de surveillance non habit´┐Żes, et v´┐Żrifierait que les mesures initiales et les suppositions sur le site pour la base lunaire ´┐Żtaient correctes.

En Juillet 1965, la premi´┐Żre ´┐Żquipe de neuf personnes arriverait pour commencer ´┐Ż installer les tubes cylindriques dans la crevasse sous la surface et ´┐Ż installer les deux r´┐Żacteurs nucl´┐Żaires portables qui fourniraient l´┐Ż´┐Żnergie ´┐Ż l´┐Żavant-poste. Un certain nombre de facteurs avaient influenc´┐Ż la d´┐Żcision de l´┐Żarm´┐Że d´┐Żenfoncer les conduites sous la surface de la lune. Les plus importants d´┐Żentre-eux ´┐Żtaient les temp´┐Żratures uniformes, l´┐Żisolation de la mati´┐Żre lunaire elle-m´┐Żme, la protection contre une pluie potentielle et hasardeuse de petites m´┐Żt´┐Żorites et m´┐Żt´┐Żores, le camouflage et la s´┐Żcurit´┐Ż, et la protection contre les radiations de particules qui normalement ´┐Żtaient hors d´┐Żatteinte gr´┐Żce ´┐Ż l´┐Żatmosph´┐Żre terrestre.

Les ing´┐Żnieurs avaient con´┐Żu l´┐Żunit´┐Ż d´┐Żhabitation pour ressembler et r´┐Żagir comme une bouteille thermos vide avec un double mur et un isolant particulier entre. La forme en thermos pr´┐Żviendrait la perte de chaleur et donc isolerait l´┐Żunit´┐Ż d´┐Żhabitation afin que la chaleur irradi´┐Że par le syst´┐Żme d´┐Ż´┐Żclairage artificiel interne suffise ´┐Ż maintenir une temp´┐Żrature confortable ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur. L´┐Żatmosph´┐Żre pour l´┐Ż´┐Żquipage devrait ´┐Żtre maintenue par des r´┐Żservoirs isol´┐Żs contenants de l´┐Żoxyg´┐Żne liquide et du nitrog´┐Żne et avec l´┐Ż´┐Żlimination de l´┐Żhumidit´┐Ż et du dioxyde de carbone par des ´┐Żl´┐Żments chimiques et recycl´┐Żs ´┐Ż travers des humidificateurs. ´┐Żventuellement, si la base devenait plus permanente et si de nouvelles ´┐Żquipes tournaient, un syst´┐Żme de recyclage plus efficace serait install´┐Ż .

L´┐Ż´┐Żquipe de construction initiale serait assign´┐Że ´┐Ż vivre dans une configuration temporaire de blocs cylindriques et leurs nombres augmenteraient avec l´┐Żajout de six hommes et plus de fournitures. Comme l´┐Żinstallation permanente, la cabine de construction temporaire serait br´┐Żl´┐Że (enfouie ?) dans une crevasse sous la surface de la lune, mais elle devrait ´┐Żtre plus petite que la cabine permanente et n´┐Żavoir aucuns ´┐Żquipements laborantins qui seraient construits dans la structure permanente. (´┐Ż partir) Des composants d´┐Żj´┐Ż envoy´┐Żs sur le site d´┐Żatterrissage, l´┐Ż´┐Żquipe de construction aurait ´┐Ż assembler un ´┐Żrover´┐Ż pour la surface lunaire, un v´┐Żhicule pour creuser et faire des tranch´┐Żes, et un v´┐Żhicule de type chariot qui servirait aussi de grue. Avec juste ces trois appareils, l´┐Żarm´┐Że croyait qu´┐Żune ´┐Żquipe de cinquante travailleurs pourrait assembler un avant-poste avec des ´┐Żl´┐Żments pr´┐Żfabriqu´┐Żs. Le plan Horizon pour la construction d´┐Żinstallations dans un ´┐Żtat d´┐Żapesanteur, dans un environnement priv´┐Ż d´┐Żair deviendrait, finalement, le mod´┐Żle pour la construction des stations spatiales Sovi´┐Żtiques MIR et Am´┐Żricaines FREEDOM.

Pendant que la construction de la structure souterraine permanente serait en route, d´┐Żautres membres de l´┐Ż´┐Żquipage devraient disposer ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur, le syst´┐Żme de communication par antennes multiples qui serait reli´┐Ż avec les satellites terrestres g´┐Żostationnaires afin de relier les transmissions de et vers la Terre. L´┐Ż´┐Żquipement radar sur la lune maintiendrait, ´┐Żgalement, une constante surveillance de la Terre et serait capable de suivre n´┐Żimporte quel v´┐Żhicule orbitale ´┐Ż la surface de la Terre aussi bien que les vaisseaux spatiaux entrants dans l´┐Żatmosph´┐Żre terrestre.

Les membres de l´┐Ż´┐Żquipage pourraient communiquer avec les autres et avec l´┐Żavant-poste lui-m´┐Żme par une radio mont´┐Że dans le casque de leurs combinaisons spatiales.

Au moment o´┐Ż l´┐Żarm´┐Że proposait le projet Horizon, les ing´┐Żnieurs militaires avaient d´┐Żj´┐Ż s´┐Żlectionn´┐Ż un certain nombres de sites de lancements. Au lieu de Cap Canaveral, l´┐Żarm´┐Że choisit une localisation ´┐Żquatoriale parce que la Terre tournait plus rapidement ´┐Ż l´┐Ż´┐Żquateur et cela fournirait une pouss´┐Że suppl´┐Żmentaire pour toute fus´┐Że et plus sp´┐Żcialement celle ayant une forte charge utile. L´┐Żarm´┐Że choisit une localisation secr´┐Żte au Br´┐Żsil o´┐Ż elle voulait commencer ´┐Ż construire des installations de lancements qui couvriraient le projet en entier. Les vaisseaux seraient suivis et contr´┐Żl´┐Żs par les installations ´┐Ż Cocoa Beach, o´┐Ż l´┐Żarm´┐Że et la Navy lan´┐Żaient d´┐Żj´┐Ż leurs satellites.

Ils cass´┐Żrent (scind´┐Żrent) le programme en six phases commen´┐Żant par la faisabilit´┐Ż initiale de Juin 1959, laquelle ´┐Żtait ´┐Żcrite en r´┐Żponse ´┐Ż la premi´┐Żre proposition du G´┐Żn´┐Żral Trudeau et devint la Phase I. La Phase II, ´┐Żtait pr´┐Żvue pour ´┐Żtre finie au d´┐Żbut de 1960, quand Corso avait ´┐Żt´┐Ż emmen´┐Ż sur le projet, appel´┐Ż pour un d´┐Żveloppement d´┐Żtaill´┐Ż et une recherche de plans en conjonction avec les exp´┐Żrimentations pr´┐Żliminaires sur quelques-uns des composants essentiels.

Durant cette phase, Corso avait planifi´┐Ż pour utiliser leurs proc´┐Żdures r´┐Żguli´┐Żres aux R&D afin de g´┐Żrer et suivre les tests et ´┐Żtre s´┐Żr qu´┐Żils pourraient faire ce qu´┐Żils disaient pouvoir faire dans l´┐Ż´┐Żtude initiale de faisabilit´┐Ż.

En Phase III, ils ´┐Żtudi´┐Żrent le d´┐Żveloppement complet du syst´┐Żme d´┐Żint´┐Żgration et du mat´┐Żriel pour le projet complet. Ceci incluait les fus´┐Żes, les capsules spatiales, tous les v´┐Żhicules de transports et de constructions lunaires, les installations de lancements sur le site propos´┐Ż au Br´┐Żsil, et les composants de l´┐Żavant-poste lunaire,´┐Ż aussi bien la base temporaire que la base permanente. ´┐Żtait aussi inclus dans cette phase, le d´┐Żveloppement de tous les syst´┐Żmes de communications, celui-ci incluant les stations relais, les syst´┐Żmes de surveillance et les appareils de protection et de communication personnels que les astronautes auraient ´┐Ż utiliser. Et finalement, Phase III fut appel´┐Że pour la r´┐Żalisation technique de toutes les proc´┐Żdures actuelles, n´┐Żcessaires afin qu´┐ŻHorizon soit un succ´┐Żs dans des choses comme les ´┐Ż rendez-vous ´┐Ż orbitaux, les ravitaillements orbitaux des v´┐Żhicules lunaires de transports, le transfert de cargaison en orbite et le lancement et le test des fus´┐Żes cargos.

Sous la Phase VI, pr´┐Żvue pour 1965, le premier atterrissage lunaire aurait lieu. L´┐Ż´┐Żtablissement des deux premiers avant-postes d´┐Żobservation pour deux hommes et la construction du premier bloc pr´┐Żliminaire de travail et d´┐Żespace vital serait effectu´┐Ż par le premier d´┐Żtachement de l´┐Ż´┐Żquipage. Les plans pr´┐Żvoyaient qu´┐Żapr´┐Żs la fin de cette phase,´┐Ż ´┐Ż Un avant poste lunaire habit´┐Ż serait ´┐Żtabli ´┐Ż.

Phase V et VI ´┐Żtaient les phases op´┐Żrationnelles du projet et ´┐Żtaient pr´┐Żvues pour ´┐Żtre finies dans une p´┐Żriode de deux ans en commen´┐Żant d´┐Żbut D´┐Żcembre 1966 et prenant fin en Janvier 1968. Sous ces phases, l´┐Żavant-poste progresserait de la forme pr´┐Żliminaire ´┐Ż une construction avec des installations permanentes. Ces installations commenceraient ´┐Ż surveiller la Terre, ´┐Żtablissant la pr´┐Żsence militaire Am´┐Żricaine par des positions fortifi´┐Żes sur la lune, et en commen´┐Żant les premiers exp´┐Żriences scientifiques et d´┐Żexplorations.

Dans la Phase VI, bas´┐Że sur le succ´┐Żs de l´┐Żavant-poste permanent et l´┐Żexploration du terrain lunaire, l´┐Żarm´┐Że pr´┐Żvoyait d´┐Ż´┐Żtendre l´┐Żavant-poste avec plus d´┐Żatterrissages et d´┐Ż´┐Żquipements additionnels et de rapporter les r´┐Żsultats des tests biologiques et chimiques et les premi´┐Żres tentatives d´┐Żexploitations de la lune comme une entit´┐Ż commerciale. L´┐Żarm´┐Że croyait aussi qu'en exploitant commercialement la lune, ils pourraient faire revenir dans les coffres F´┐Żd´┐Żraux les billions de dollars d´┐Żpens´┐Żs .

Le projet Horizon avait aussi esquiss´┐Ż le d´┐Żveloppement d´┐Żune station orbitale autour de la Terre comme un projet annexe afin de supporter les missions d´┐Żatterrissages lunaires. Sous les sp´┐Żcifications de la station orbitale, les d´┐Żveloppeurs du projet sugg´┐Żr´┐Żrent le lancement et l´┐Żassemblage d´┐Żune ´┐Ż Aust´┐Żre et basique ´┐Ż´┐Ż plateforme orbitale qui pourrait fournir les ´┐Żquipages d´┐Żastronautes en route pour la lune. Pour ´┐Żchanger et accro´┐Żtre leurs charges utiles, leurs ravitaillements en combustible et leurs relancements. La station orbitale pourrait ´┐Żtre importante, ainsi, dans les ´┐Żtapes d´┐Żexp´┐Żditions du projet Horizon, les ´┐Żquipages militaires pourraient transporter les cargaisons en apesanteur plus facilement que sur terre. Les cargaisons pourraient ´┐Żtre envoy´┐Żes s´┐Żpar´┐Żment, voyageant en orbite terrestre avec la station puis r´┐Żassembl´┐Żes par les ´┐Żquipages qui pourraient vivre dans les cabines de leurs vaisseaux au lieu de retourner sur la terre une fois que le plein de carburant et le r´┐Żassemblage des charges utiles seraient compl´┐Żt´┐Żs.

Si la station spatiale pr´┐Żliminaire ´┐Żtait un succ´┐Żs, l´┐Żarm´┐Że en envisageait une plus ´┐Żlabor´┐Że, avec des ´┐Żquipements plus sophistiqu´┐Żs et qui pourrait avoir ses propres missions militaires et scientifiques et servir comme station relais pour les ´┐Żquipages en route pour l´┐Żavant-poste lunaire. Cette station serait une augmentation de la capacit´┐Ż militaire et rendrait les USA capables de dominer l´┐Żespace au-dessus de ses ennemis, aveuglant les satellites ennemis et d´┐Żtruisant leurs missiles. L´┐Żarm´┐Że voyait aussi la station spatiale orbitale comme un autre composant dans une d´┐Żfense ´┐Żlabor´┐Że contre les extraterrestres, et plus sp´┐Żcialement si les militaires ´┐Żtaient capables de d´┐Żvelopper les lasers et les canons ´┐Ż particules qu´┐Żils avaient vus ´┐Ż bord du vaisseau de Roswell.

La station spatiale fournirait ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że la plateforme pour tester des armes Terre-vers-espace, et celles-ci, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et Corso ´┐Żtaient d´┐Żaccord, seraient dirig´┐Żes contre les extraterrestres hostiles qui ´┐Żtaient la vraie menace de la plan´┐Żte.

Dans ses plans pour une gestion et un management s´┐Żpar´┐Żs ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de la structure de l´┐Żarm´┐Że, le projet Horizon ´┐Żtait d´┐Żsign´┐Ż pour ´┐Żtre la plus grande op´┐Żration de recherche, de d´┐Żveloppement, et de d´┐Żploiement dans l´┐Żhistoire de l´┐Żarm´┐Że. Plus grand que le projet Manhattan, Horizon aurait pu devenir une unit´┐Ż compl´┐Żtement s´┐Żpar´┐Że dans l´┐Żarm´┐Że elle-m´┐Żme.

Ainsi, le projet Horizon fut per´┐Żu comme une menace imm´┐Żdiate pour les autres branches de l´┐Żarm´┐Że, aussi bien que par les agences spatiales civiles. La Navy avait ses propres plans pour ´┐Żtablir des bases sous-marines et voulait r´┐Żcolter les opportunit´┐Żs commerciales et scientifiques sous les oc´┐Żans au m´┐Żme moment, et plus important, ´┐Żtablir une d´┐Żfense anti-sous-marine qui pourrait compter face ´┐Ż la menace sous-marine Sovi´┐Żtique.

L´┐Żarm´┐Że suspectait que les plans de la Navy, comme leurs plans pour la base lunaire, donneraient aussi ´┐Ż la Navy la capacit´┐Ż de surveiller les objets sous-marins non identifi´┐Żs, si, en fait, c´┐Ż´┐Żtait ce que les EBEs envoyaient sur la Terre.

Malgr´┐Ż l´┐Żapposition civile contre le plan militaire, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żcrivit que l´┐Żarm´┐Że n´┐Żavait pas d´┐Żautre choix que de d´┐Żfendre ses plans pour une base lunaire.

´┐Ż Les renseignements Am´┐Żricains sont d´┐Żaccord pour dire que les sovi´┐Żtiques auront, au plus tard en 1965, un atterrissage lunaire habit´┐Ż ´┐Ż Ceci, dit-il, ´┐Żtablirait une jurisprudence Sovi´┐Żtique pour d´┐Żclarer la surface lunaire comme territoire Sovi´┐Żtique, ce qui pourrait pr´┐Żcipiter la prochaine guerre si les USA essayaient d´┐Ż´┐Żtablir une pr´┐Żsence l´┐Ż-bas. ´┐Żtre second n´┐Ż´┐Żtait pas une option.

´┐Ż´┐Ż Comme le Congr´┐Żs l'a not´┐Ż, ´┐Ż continua le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż nous sommes pris dans une temp´┐Żte dans laquelle nous n´┐Żavons pas d´┐Żautre choix que de continuer. ´┐Ż

Cependant, alors qu´┐Żils essayaient, durement, de trouver le financement et le d´┐Żveloppement du projet Horizon, ils furent stopp´┐Żs. Le programme spatiale National ´┐Żtait devenu la propri´┐Żt´┐Ż de l´┐Żagence spatiale civile et la NASA avait son propre agenda et son propre plan pour l´┐Żexploration spatiale. L´┐Żarm´┐Że avait r´┐Żussi dans des projets discrets comme Corona, mais cela n´┐Ż´┐Żtait pas suffisant pour fournir ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że le contr´┐Żle n´┐Żcessaire pour ´┐Żtablir une base lunaire sous les conditions du projet Horizon.

Corso devint le porte-parole du G´┐Żn´┐Żral Trudeau pour le projet ´┐Ż la Maison Blanche. Il ´┐Żtait capable de faire pression pour cela, et Horizon devint finalement une couverture effective pour tout le d´┐Żveloppement technologique qu´┐Żil avait mis en chantier avec le dossier Roswell. Personne ne savait combien de technologie de Roswell serait ins´┐Żr´┐Ż dans le d´┐Żveloppement.

Apr´┐Żs sa premi´┐Żre ann´┐Że au bureau, le Pr´┐Żsident Kennedy avait aussi vu la valeur du projet Horizon m´┐Żme s´┐Żil n´┐Ż´┐Żtait pas en position de d´┐Żmanteler la NASA et d´┐Żordonner ´┐Ż la NASA de c´┐Żder le contr´┐Żle ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że pour le d´┐Żveloppement d´┐Żune base sur la lune. Peu de temps apr´┐Żs que Corso est t´┐Żmoign´┐Ż devant le S´┐Żnat dans une s´┐Żance top-secr´┐Żte sur comment le KGB avait infiltr´┐Ż la CIA et dictait certaines estimations des renseignements depuis la Guerre de Cor´┐Że, le Procureur G´┐Żn´┐Żral Robert Kennedy, qui avait lu ce t´┐Żmoignage secret, demanda ´┐Ż Corso de venir au D´┐Żpartement de la Justice pour une visite.

Ils all´┐Żrent ´┐Ż une r´┐Żunion ce jour l´┐Ż. Corso savait qu´┐Żil l´┐Żavait convaincu comme quoi le renseignement officiel que recevait le Pr´┐Żsident, ´┐Ż travers ses agences, n´┐Ż´┐Żtait pas seulement faux, mais qu´┐Żil ´┐Żtait d´┐Żlib´┐Żr´┐Żment d´┐Żfectueux. Robert Kennedy commen´┐Ża ´┐Ż voir que les militaires au Pentagone n´┐Ż´┐Żtaient pas seulement un groupe de vieux soldats esp´┐Żrant une guerre. Il vit qu´┐Żils voyaient r´┐Żellement une menace et que les USA ´┐Żtaient vraiment compromises par la p´┐Żn´┐Żtration Sovi´┐Żtique de la plupart des agences secr´┐Żtes.

Ils ne parl´┐Żrent pas d´┐Żextraterrestres ou de Roswell. Corso ne lui parla jamais des extraterrestres, mais il fut capable de le convaincre que si les Sovi´┐Żtiques allaient sur la lune avant eux, la victoire de la Guerre Froide leur appartiendrait ´┐Ż la fin de cette d´┐Żcennie.

Bobby Kennedy suspectait le fait qu´┐Żil y avait un autre ordre du jour dans le d´┐Żsir de l´┐Żarm´┐Że pour d´┐Żployer un avant-poste lunaire pour l´┐Żarm´┐Że, la science et les intentions commerciales, et, sans jamais conna´┐Żtre cet ordre du jour inconnu, il promit qu´┐Żil parlerait de cela au Pr´┐Żsident.

Corso peut seulement nous dire que pour lui se fut un signe d´┐Żaccomplissement quand le Pr´┐Żsident John Kennedy annon´┐Ża ´┐Ż la Nation, peu de temps apr´┐Żs la rencontre de Corso avec Bobby, qu´┐Żun de ses buts ´┐Żtait que les USA envoient une exp´┐Żdition lunaire habit´┐Że avant la fin des ann´┐Żes 60.

Il l´┐Ża fait !

Peut-´┐Żtre ne pouvait-il pas laisser l´┐Żarm´┐Że avoir un autre projet Manhattan. C´┐Ż´┐Żtait une autre ´┐Żpoque et une autre guerre. Mais Jack Kennedy avait compris, pense Corso, les vraies cons´┐Żquences de la Guerre Froide et ce qui se passerait si les Russes avaient envoy´┐Ż un vol habit´┐Ż sur la lune avant eux.

La marche de l´┐Żhistoire tourna. C´┐Ż´┐Żtait leurs exp´┐Żditions lunaires, les unes apr´┐Żs les autres, pendant toute les ann´┐Żes 60, qui non seulement attir´┐Żrent l´┐Żattention du monde mais montr´┐Żrent ´┐Ż tous leurs ennemis que les USA ´┐Żtaient d´┐Żtermin´┐Żes ´┐Ż faire le guet (la surveillance) de ses territoires et de d´┐Żfendre la lune. Personne ne regarderait pour une guerre, et plus sp´┐Żcialement les EBEs qui essayaient de les effrayer pour les ´┐Żloigner de la lune et de leurs propres bases.

Ils bourdonnaient autour des vaisseaux Am´┐Żricains, interf´┐Żraient avec leurs communications, et cherchaient ´┐Ż les intimider avec leur pr´┐Żsence physique. Mais les Am´┐Żricains continu´┐Żrent et pers´┐Żv´┐Żr´┐Żrent. Finalement, ils atteignirent la lune et envoy´┐Żrent assez d´┐Żexp´┐Żditions habit´┐Żes pour explorer la surface lunaire et effectivement d´┐Żfier les EBEs pour le contr´┐Żle du ciel Terrien et de l´┐Żespace.

Et bien que la proposition Horizon pr´┐Żvoyait un atterrissage lunaire en 1967, il pr´┐Żsupposait que l´┐Żarm´┐Że voulait commencer ´┐Ż cr´┐Żer la bureaucratie n´┐Żcessaire pour g´┐Żrer l´┐Żeffort et la construction du mat´┐Żriel d´┐Żs 1959.

Parce que la NASA g´┐Żrait l´┐Żexploration spatiale, les USA prirent plus de temps pour atteindre la lune que les militaires ne l´┐Żavaient pr´┐Żvu au d´┐Żbut, et bien s´┐Żr, ne construisirent jamais la base permanente qu´┐Żils avaient pr´┐Żvus dans le projet Horizon.

Corso savait, bien qu´┐Żil ne soit plus dans l´┐Żarm´┐Że depuis longtemps en 1969, que leurs succ´┐Żs pour l´┐Żexploration lunaire avaient d´┐Żmontr´┐Ż qu´┐Żils exer´┐Żaient le contr´┐Żle et que les EBEs n´┐Żauraient plus les r´┐Żnes des cieux.

Ils d´┐Żmontraient aussi que si une transaction devait ´┐Żtre faite, pour une relation de proximit´┐Ż ´┐Ż ´┐Żtablir, les Sovi´┐Żtiques n´┐Ż´┐Żtaient pas ceux ´┐Ż qui parler.

Mais pour Corso, de retour en 1961, en regardant le mammouth projet Horizon rapport´┐Ż sur son bureau et en r´┐Żalisant que l´┐Żestablishment scientifique civile s´┐Ż´┐Żtait mobilis´┐Ż contre cette tentative, Corso savait que des petites victoires pourraient suffire jusqu´┐Ż´┐Ż ce que la grande puisse gagner. Et Corso prit la plaquette avec les circuits imprim´┐Żs r´┐Żcup´┐Żr´┐Że de l´┐Ż´┐Żpave de Roswell et se dit que cela pourrait contenir le prochain projet.

Il savait ´┐Ż peine ce que c´┐Ż´┐Żtait, mais si les scientifiques de White Sands avaient raison sur ce qu´┐Żils pr´┐Żsageaient, c´┐Ż´┐Żtait une victoire qu´┐Żils savoureraient bien apr´┐Żs les batailles politiques apr´┐Żs la fin du projet Horizon.

13 ´┐Ż La puce ´┐Ż circuit int´┐Żgr´┐Ż

Avec le projet de vision nocturne en route ´┐Ż Fort Belvoir et l´┐Ż´┐Żquipe du projet Horizon essayant de nager en amont du courant de la gestion civile pour le programme spatiale, Corso tourna son attention sur le fragment suivant du crash de Roswell qui semblait particuli´┐Żrement intriguant : La plaque de semi-conducteurs carbonis´┐Że qui s´┐Ż´┐Żtait cass´┐Że en plusieurs morceaux. Corso n´┐Żen avait pas fait sa priorit´┐Ż, ne sachant pas r´┐Żellement ce que c´┐Ż´┐Żtait, jusqu´┐Ż´┐Ż ce que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau lui demande d´┐Ży jeter un oeil plus attentif.

´┐Ż Parlez ´┐Ż quelques-uns des scientifiques sur les fus´┐Żes ´┐Ż Alamogordo ´┐Ż propos de ces choses, Phil ´┐Ż dit-il, ´┐Ż Je pense qu´┐Żils sauront ce que nous pourrons faire avec ceci ´┐Ż

Corso savait que dans les jours suivants l'´┐Żcrasement, le G´┐Żn´┐Żral Twining avait rencontr´┐Ż le groupe d´┐ŻAlamogordo et leur avait d´┐Żcrit quelques-uns des d´┐Żbris. Mais Corso ne savait pas jusqu'o´┐Ż il avait pouss´┐Ż ses descriptions et si les scientifiques savaient quelque chose ´┐Ż propos de ces plaquette en leur possession.

´┐Ż Je veux parler aussi ´┐Ż quelques scientifiques, l´┐Ż-bas ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż et plus sp´┐Żcialement je veux voir quelques ing´┐Żnieurs des fournisseurs pour la D´┐Żfense. Peut-´┐Żtre qu´┐Żils pourront estimer le processus de fonctionnement de ces choses ´┐Ż.

´┐Ż Allez ´┐Ż Bell Labs, Phil ´┐Ż sugg´┐Żra le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż´┐Ż le transistor est sorti de leur atelier et ces choses ressemblent beaucoup ´┐Ż des circuits transistoris´┐Żs. ´┐Ż

Corso avait entendu parler comme quoi le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait travaill´┐Ż de tr´┐Żs pr´┐Żs avec Bell Labs et Motorola sur la recherche en communication pendant la guerre, ensuite au site de test de lancements de missiles V2 ´┐Ż Alamogordo apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell. Est-ce qu´┐Żil leur avait donn´┐Ż du mat´┐Żriel de l'´┐Żcrasement ou leur avait montr´┐Ż la minuscule puce de silicone ? c´┐Ż´┐Żtait de la pure sp´┐Żculation. Tout ce que corso savait, c´┐Żest que les travaux sur la miniaturisation des circuits fit un bond de g´┐Żant en 1947 avec l´┐Żinvention du transistor.

´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, les transistors avaient remplac´┐Ż les tubes ´┐Ż vides dans les radios et avaient chang´┐Ż la bo´┐Żte en bois de la taille d´┐Żun mur des ann´┐Żes 40 en radio portable en plastique que vous pouviez ´┐Żcouter sur la plage pendant un chaud dimanche de Juillet. L´┐Żindustrie de l´┐Ż´┐Żlectronique avait fait un bond technologique majeur en moins de 10 ans, et Corso s´┐Ż´┐Żtait demand´┐Ż, en priv´┐Ż, si du mat´┐Żriel de Roswell ´┐Żtait sorti avant son arriv´┐Ż aux R&D en 1961.

Corso ne r´┐Żalisa pas cela tout de suite quand il montra ces plaques de silicones au G´┐Żn´┐Żral Trudeau, mais il devint rapidement et intimement concern´┐Ż par le bourgeonnement de l´┐Żindustrie informatique et par un tr´┐Żs petit, et compl´┐Żtement invisible, pignon dans un processus d´┐Żassemblage qui donnerait 50 ans plus tard les premiers syst´┐Żmes de micro-ordinateurs et la r´┐Żvolution de l´┐Żordinateur personnel.

´┐Ż travers la course des ann´┐Żes depuis que corso avait rejoint l´┐Żarm´┐Że en 1942, sa carri´┐Żre l´┐Żavait emmen´┐Ż ´┐Ż travers les ´┐Żtapes du syst´┐Żme bas´┐Ż sur les tubes ´┐Ż vide, comme les radios et les radars de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale, au ch´┐Żssis de composants. C´┐Ż´┐Żtaient de grosses unit´┐Żs de circuits qui, si elles r´┐Żduisaient en taille, pourraient ´┐Żtre changer en ´┐Żl´┐Żment, tr´┐Żs petits ´┐Żl´┐Żments, et finalement en minuscules transistors et en composants ´┐Żlectroniques transistoris´┐Żs. Les premiers ordinateurs militaires que vit Corso ´┐Żtaient de la taille d´┐Żune demi-salle, des monstres de tubes ´┐Ż vide cliquetants qui, aux standards d´┐Żaujourd´┐Żhui, prenaient une ´┐Żternit´┐Ż pour calculer la plus simple r´┐Żponse. Mais ils ´┐Żmerveillaient ceux qui n´┐Żavaient jamais vu d´┐Żordinateur travailler auparavant.

´┐Ż Red Canyon et en Allemagne, les radars de poursuite qu´┐Żils utilisaient ´┐Żtaient contr´┐Żl´┐Żs par de nouveaux ordinateurs ´┐Ż ch´┐Żssis transistoris´┐Żs qui ´┐Żtaient assez petit pour ´┐Żtre transport´┐Żs en camion et suivre le bataillon. Donc quand Corso vit la plaque grise avec un quadrillage grav´┐Ż dessus, il put faire une estimation ´┐Żclair´┐Że sur sa fonction m´┐Żme s´┐Żil n´┐Żavait jamais rien vu de tel auparavant. Il savait, cependant, que les sp´┐Żcialistes des fus´┐Żes et les chercheurs Universitaires qui travaillaient avec les laboratoires de d´┐Żveloppements ´┐Ż Bell, Motorola et IBM feraient plus que comprendre la fonction primaire de ces puces et estimeraient ce qu´┐Żils auraient besoin de faire pour en faire leur propri´┐Żt´┐Ż.

Mais d´┐Żabord Corso appela le professeur Hermann Oberth pour savoir si un d´┐Żveloppement souterrain avait eu lieu apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell. Le Dr Oberth connaissait les scientifiques d´┐ŻAlamogordo et avait probablement re´┐Żut, de seconde main, le contenu de la conversation qu´┐Żavait eu le G´┐Żn´┐Żral Twining avec son groupe de travail dans les heures qui avaient suivi la r´┐Żcup´┐Żration de l´┐Żappareil. Et si le G´┐Żn´┐Żral Twining avait d´┐Żcrit certains d´┐Żbris, avait-il d´┐Żcrit ces petites puces de silicone ? et s´┐Żil l´┐Żavait fait, en ces mois ou l´┐ŻENIAC - le premier ordinateur - faisait ses premiers tours de manivelles ´┐Ż l´┐Ż ´┐Ż Aberdeen Ordonance Testing Ground ´┐Ż, Maryland, qu´┐Żest-ce que ces scientifiques avaient fait de ces puces ?

´┐Ż Ils ont vu ceci ´┐Ż ´┐ŻWalker field hangar´┐Ż ´┐Ż dit le Dr Oberth ´┐Ż Corso, ´┐Ż tous ceux d´┐ŻAlamogordo vol´┐Żrent de Roswell avec le G´┐Żn´┐Żral Twining pour surveiller le chargement ´┐Ż Wright Field ´┐Ż

Oberth d´┐Żcrivit ce qui c´┐Ż´┐Żtait pass´┐Ż le jour apr´┐Żs l'´┐Żcrasement quand une ´┐Żquipe de scientifiques de l´┐ŻAMC ´┐Żtudia soigneusement les morceaux et les pi´┐Żces de d´┐Żbris du site. Quelques-uns de ces d´┐Żbris furent emball´┐Żs pour ´┐Żtre emmener en B29. L´┐Żautre mat´┐Żriel, et plus sp´┐Żcialement les caisses en partance pour Fort Riley, fut charg´┐Ż dans un camion pour la route.

Le Dr Oberth dit que des ann´┐Żes plus tard, von Braun lui dit comment les scientifiques se tenaient en ligne avec leurs ´┐Żquations afin de les traiter avec l´┐Żordinateur exp´┐Żrimentale d´┐ŻAberdeen Maryland.

Von Braun avait demand´┐Ż au G´┐Żn´┐Żral Twining si quelqu´┐Żun ´┐Ż Bell Labs avait ´┐Żt´┐Ż contact´┐Ż ´┐Ż propos de cette d´┐Żcouverte. Twining avait sembl´┐Ż surprit au d´┐Żbut, mais quand von Braun lui avait parl´┐Ż des exp´┐Żriences sur les circuits int´┐Żgr´┐Żs, mat´┐Żriel dans lequel les ´┐Żlectrons n´┐Żavaient pas besoin d´┐Ż´┐Żtre excit´┐Żs par la chaleur pour conduire le courant, Twining avait ´┐Żt´┐Ż intrigu´┐Ż.

Et si ces puces ´┐Żtaient des composant d´┐Żun circuit tr´┐Żs avanc´┐Ż ? lui demanda von Braun. Et si une des raisons pour laquelle l´┐Żarm´┐Że ne trouvait pas d´┐Żinstallation ´┐Żlectronique dans le vaisseau ´┐Żtait que des couches de ces plaques courraient dans tout le vaisseau ? Ces puces pouvaient ´┐Żtre le syst´┐Żme nerveux du vaisseau, transportant les signaux et transmettant les commandes exactement comme le syst´┐Żme nerveux dans un corps humain.

La seule exp´┐Żrience du G´┐Żn´┐Żral Twining ´┐Żtait le lourd syst´┐Żme isol´┐Ż de tubes ´┐Ż vide de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale, o´┐Ż les fils multiples ´┐Żtaient prot´┐Żg´┐Żs par des nappes. Il n´┐Żavait jamais vu, auparavant, de circuits imprim´┐Żs m´┐Żtalliques comme ceux-ci. Comment fonctionnaient-ils ? demanda-t-il ´┐Ż von Braun.

Le scientifique Allemand n´┐Ż´┐Żtait pas s´┐Żr, bien qu´┐Żil estimait que c´┐Ż´┐Żtait le m´┐Żme principe que les transistors que les laboratoires essayaient de d´┐Żvelopper jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils puissent ´┐Żtre commercialisables. Cela transformerait compl´┐Żtement l´┐Żindustrie de l´┐Ż´┐Żlectronique, expliqua von Braun au G´┐Żn´┐Żral Twining. Les Allemands avaient essay´┐Ż, d´┐Żsesp´┐Żr´┐Żment, de d´┐Żvelopper un circuit de cette sorte pendant la guerre, mais Hitler, qui pensait que la guerre serait finie en 1941, avait dit aux chercheurs en informatique Allemands que la Wehrmacht n´┐Żavait pas besoin d´┐Żordinateurs qui auraient un temps de d´┐Żveloppement sup´┐Żrieur ´┐Ż 1 an. Ils auraient c´┐Żl´┐Żbr´┐Żs la victoire ´┐Ż Berlin avant la fin de cette l´┐Żann´┐Że.

Mais la recherche sur les composants de circuits int´┐Żgr´┐Żs, que les Allemands avaient fait et le d´┐Żbut du travail ´┐Ż Bell Labs n´┐Ż´┐Żtaient rien ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de la merveille que Twining avait montr´┐Ż ´┐Ż von Braun et aux autres scientifiques au Nouveau Mexique.

Sous une magnifique vitrine, le groupe pensa qu´┐Żil ne voyait pas seulement un simple composant de circuit int´┐Żgr´┐Ż mais tout un ensemble de composants, int´┐Żgr´┐Żs les uns aux autres, et qui contiendraient ce qui ressemblerait ´┐Ż un circuit complet ou un syst´┐Żme de circuits.

Ils n´┐Ż´┐Żtaient pas sur parce qu´┐Żils n´┐Żavaient jamais vu quelque chose comme cela auparavant. Mais cela leur montrait le futur de l´┐Ż´┐Żlectronique si une route pouvait ´┐Żtre trouv´┐Że afin de fabriquer cette sorte de circuit sur la Terre.

Soudain, l´┐Ż´┐Żnorme syst´┐Żme de guidage n´┐Żcessaire pour contr´┐Żler le vol d´┐Żune fus´┐Że, en 1947, et qui ´┐Żtait trop gros pour ´┐Żtre compress´┐Ż ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du fuselage de celle-ci, pourrait ´┐Żtre miniaturis´┐Ż de telle fa´┐Żon que cette fus´┐Że puisse avoir son propre syst´┐Żme de guidage.

S´┐Żils pouvaient dupliquer (copier) ce qu´┐Żavaient les EBEs, ils auraient, eux aussi, la possibilit´┐Ż d´┐Żexplorer l´┐Żespace. R´┐Żsultat, la production des composants de circuits int´┐Żgr´┐Żs, commen´┐Ża dans les semaines et les mois apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell, m´┐Żme si William Shockley ´┐Ż Bell Labs, travaillait d´┐Żj´┐Ż sur une version de son transistor d´┐Żs 1946.

En ´┐Żt´┐Ż 1947, les scientifiques ´┐Ż Alamogordo ´┐Żtaient seulement conscients de la recherche en cours sur les composants de circuits int´┐Żgr´┐Żs ´┐Ż Bell Labs et ´┐Ż Motorola. Donc ils se sont dirig´┐Żs vers Nathan Twining afin de rechercher des scientifiques, dans toutes les compagnies, d´┐Żaccords pour aider celui-ci ´┐Ż conduire une r´┐Żunion sur la nature de la d´┐Żcouverte de Roswell. L´┐Żarm´┐Że, tr´┐Żs secr´┐Żtement, avait envoy´┐Ż quelques composants aux ing´┐Żnieurs, pour ´┐Żtudes, et d´┐Żbut 1950, le transistor ´┐Ż ´┐Żt´┐Ż invent´┐Ż et les circuits transistoris´┐Żs sont devenus maintenant un bien de consommation courant comme dans les syst´┐Żmes ´┐Żlectroniques militaires. L´┐Ż´┐Żre des tubes ´┐Ż vide, la simple pi´┐Żce vieille de 80 ans ´┐Ż travers laquelle une g´┐Żn´┐Żration enti´┐Żre de communication, comme les t´┐Żl´┐Żvisions ou les ordinateurs, a ´┐Żt´┐Ż construite, ´┐Żtait maintenant proche de la fin avec la d´┐Żcouverte dans le d´┐Żsert d´┐Żune technologie enti´┐Żrement nouvelle.

Le poste ´┐Ż tubes ´┐Żtait un l´┐Żgue des exp´┐Żriences du 19´┐Żme si´┐Żcle. Comme beaucoup de d´┐Żcouvertes scientifiques historiques, la th´┐Żorie derri´┐Żre les tubes ´┐Ż vide a ´┐Żt´┐Ż d´┐Żcouverte par chance, et personne ne sut r´┐Żellement ce que c´┐Ż´┐Żtait ni qu´┐Żen faire que seulement des ann´┐Żes plus tard. Les tubes ´┐Ż vide trouv´┐Żrent leurs plus grande utilit´┐Ż des ann´┐Żes 1930 ´┐Ż 1950, jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils deviennent obsol´┐Żtes gr´┐Żce ´┐Ż la technologie d´┐Żcouverte ´┐Ż Roswell..

Bien qu´┐ŻIBM et Bell Labs investissaient des sommes ´┐Żnormes pour mettre au point un ordinateur qui aurait un rendement op´┐Żrationnel bas, il semblait, ´┐Żtant donn´┐Ż la technologie informatique digitale aux alentours de 1947, qu´┐Żil n´┐Ży avait pas d´┐Żendroits ou il puisse aller. Il ´┐Żtait simplement trop cher ´┐Ż construire, trop cher ´┐Ż d´┐Żmarrer, un tr´┐Żs lourd ´┐Żl´┐Żphant au bout du rouleau. Alors un vaisseau extraterrestre tomba des cieux au-dessus de Roswell, s´┐Ż´┐Żparpillant sur le sol d´┐Żsertique et, en un apr´┐Żs-midi, tout changea.

En 1948, le premier transistor de d´┐Żrivation - un microscopique sandwich de silicone - fut invent´┐Ż par le physicien William Sockley. L´┐Żinvention fut cr´┐Żdit´┐Że ´┐Ż Bell Labs et, comme par magie, le d´┐Żveloppement des ordinateurs dinosaures, comme l´┐ŻENIAC, fut stopp´┐Ż et une g´┐Żn´┐Żration enti´┐Żrement nouvelle de circuits miniaturis´┐Żs commen´┐Ża.

O´┐Ż le tube ´┐Ż vide n´┐Żcessitait une ´┐Żnorme quantit´┐Ż d´┐Ż´┐Żnergie pour chauffer, le transistor n´┐Żcessitait une tr´┐Żs basse quantit´┐Ż d´┐Ż´┐Żnergie. Comme il ne n´┐Żcessitait qu´┐Żune tr´┐Żs petite quantit´┐Ż d´┐Ż´┐Żnergie, il pouvait ´┐Żtre aliment´┐Ż par batteries. Parce qu´┐Żil ne d´┐Żpendait pas d´┐Żune source de chaleur pour fournir du courant et qu´┐Żil ´┐Żtait si petit, beaucoup de transistors pourraient ´┐Żtre serr´┐Żs dans un tr´┐Żs petit espace, permettant la miniaturisation des circuits.

Finalement, comme il ne br´┐Żlait pas comme les tubes, il ´┐Żtait plus fiable. Ainsi, dans les mois suivants l'´┐Żcrasement de Roswell et le premier ´┐Żtalage de la technologie des plaquette de silicone aux compagnies d´┐Żj´┐Ż impliqu´┐Żes dans le d´┐Żveloppement des ordinateurs, la limitation de taille et d´┐Ż´┐Żnergie pour les ordinateurs chuta soudainement et la nouvelle g´┐Żn´┐Żration d´┐Żordinateurs entra en d´┐Żveloppement.

Cela fournit aux R&D, et plus sp´┐Żcialement durant le temps de pr´┐Żsence de Corso, l´┐Żopportunit´┐Ż d´┐Żencourager le d´┐Żveloppement vers les fournisseurs de la D´┐Żfense appel´┐Żs pour la mise en oeuvre des appareils ´┐Ż circuits int´┐Żgr´┐Żs dans les g´┐Żn´┐Żrations pr´┐Żc´┐Żdentes de syst´┐Żmes d´┐Żarmements.

Plus d´┐Żun historien sur l´┐Ż´┐Żge des ordinateurs a ´┐Żcrit que personne avant 1947 ne pr´┐Żvoyait l´┐Żinvention des transistors ou avait m´┐Żme r´┐Żv´┐Ż d´┐Żune technologie enti´┐Żrement nouvelle. Plus grande que l´┐Żid´┐Że d´┐Żune calculatrice ou d´┐Żun engin analytique ou de toutes autres combinaisons qui feraient les premiers ordinateurs des ann´┐Żes 30 ´┐Ż 40, l´┐Żinvention du transistor et son ´┐Żvolution naturelle dans les circuits int´┐Żgr´┐Żs ´┐Żtait derri´┐Żre ce que tout le monde pourrait appeler un saut quantique de technologie.

Le d´┐Żveloppement complet des tubes ´┐Ż vide, depuis les exp´┐Żriences d´┐ŻEdison jusqu´┐Żaux m´┐Żcanismes de l´┐Żordinateur ENIAC, avait prit 50 ans. Le d´┐Żveloppement des transistors en silicone semblait n´┐Ż´┐Żtre qu´┐Żune question de mois. Et si Corso n´┐Żavait pas tenu dans ses mains les plaques de silicone venants de l'´┐Żcrasement de Roswell, parl´┐Ż avec Hermann Oberth, Wernher von Braun ou Hans Kohler, entendu les rapports des scientifiques, aujourd´┐Żhui morts, de la r´┐Żunion de Nathan Twining, Vannerar Bush et les chercheurs ´┐Ż Bell Labs, il aurait pens´┐Ż que l´┐Żinvention du transistor ´┐Żtait un miracle. Il savait maintenant d´┐Żo´┐Ż venait ce miracle.

Comme l´┐Żhistoire l'a r´┐Żv´┐Żl´┐Ż, l´┐Żinvention des transistors n´┐Ża ´┐Żt´┐Ż que le d´┐Żbut de la technologie des circuits int´┐Żgr´┐Żs d´┐Żvelopp´┐Że dans les ann´┐Żes 50 et qui continu aujourd´┐Żhui.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtait inquiet sur la fa´┐Żon de conduire les nouvelles productions ´┐Żlectroniques bas´┐Żes sur la miniaturisation des circuits qui allaient cr´┐Żer des nouveaux march´┐Żs et qui allaient fermer des compagnies Am´┐Żricaines. Il dit que cela deviendrait meilleur march´┐Ż pour leurs compagnies de faire fabriquer leurs productions en Asie, o´┐Ż les compagnies s´┐Ż´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż r´┐Ż‑outill´┐Żes apr´┐Żs la guerre pour produire des composants transistoris´┐Żs. Il savait que les nouveaux besoins pour l´┐Żexploration spatiale, pour d´┐Żfier les EBEs hostiles sur leur propre territoire, ´┐Żtaient li´┐Żs avec le d´┐Żveloppement de la technologie du circuit int´┐Żgr´┐Ż pour ajuster sa taille aux exigences des v´┐Żhicules ´┐Ż propulsion comme les fus´┐Żes. La course pour d´┐Żvelopper des missiles plus intelligents n´┐Żcessitait aussi le d´┐Żveloppement de nouveaux types de circuits qui pourraient ´┐Żtre rang´┐Żs dans des espaces de plus en plus petits.

´┐ŻMais les industries r´┐Ż-outill´┐Żes Japonaises et Allemandes ´┐Żtaient les seules capables de prendre un avantage imm´┐Żdiat avec ce que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau appelait la ´┐Ż Nouvelle ´┐Żlectronique ´┐Ż.

La recherche devait ´┐Żtre pay´┐Że par les militaires pour que l´┐Żindustrie militaire puisse entrer sur ce terrain de jeu. C´┐Ż´┐Żtait quelque chose que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtait dispos´┐Ż ´┐Ż d´┐Żfendre au Pentagone parce qu´┐Żil savait que c´┐Ż´┐Żtait le seul moyen pour qu´┐Żils aient leurs armes.

Seulement quelque uns d´┐Żentre eux savaient qu´┐Żils en avaient aussi besoin pour mener une guerre d´┐Żescarmouche contre les extraterrestres. Arthur Trudeau ´┐Żtait un G´┐Żn´┐Żral, sur un terrain de combat, engag´┐Ż dans une campagne militaire solitaire que m´┐Żme la politique nationale et les lois secr´┐Żtes lui interdisaient de parler. Et dans le gouffre de temps entre l'´┐Żcrasement de Roswell et les int´┐Żr´┐Żts de l´┐Żexpansion ´┐Żconomique d´┐Żapr´┐Żs-guerre, m´┐Żme ceux qui avaient combattu aupr´┐Żs de G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtaient, un par un, en train de mourir. L´┐Żindustrie pouvait faire la guerre pour eux, pensait le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, si c´┐Ż´┐Żtait correctement sem´┐Ż avec les id´┐Żes et l´┐Żargent pour les d´┐Żvelopper.

En 1961, ils avaient tourn´┐Ż leur attention sur le circuit int´┐Żgr´┐Ż. Les d´┐Żpenses Gouvernementales pour les armes militaires et la n´┐Żcessit´┐Ż de l´┐Żexploration spatiale avaient d´┐Żj´┐Ż fortement renforc´┐Ż le circuit ´┐Ż composants transistoris´┐Żs. Les radars et les missiles que commandait Trudeau ´┐Ż Red Canyon, Nouveau Mexique, en 1958,´┐Ż d´┐Żpendaient de la miniaturisation des composants pour leur fiabilit´┐Ż et leur mobilit´┐Ż. Les nouvelles g´┐Żn´┐Żrations de radars de poursuites sur les planches ´┐Ż dessin en 1960 ´┐Żtaient bien plus sophistiqu´┐Żs et ´┐Żlectroniquement intelligents que les armes que Corso avait point´┐Ż sur les cibles Sovi´┐Żtiques en Allemagne.

Aux USA, les radios Japonaises ou Taiwanaises, qui tenaient dans la main, ´┐Żtaient sur le march´┐Ż. Les ordinateurs comme l´┐ŻENIAC, n´┐Żoccupaient maintenant pas plus de place que des toilettes. Les mini-ordinateurs, aid´┐Żs par le financement Gouvernemental des R&D, qui seraient bient´┐Żt disponibles sur le march´┐Ż et ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż en phase d´┐Ż´┐Żtude.

C´┐Ż´┐Żtait le d´┐Żbut d´┐Żun nouvel ´┐Żge d´┐Ż´┐Żlectronique, aid´┐Ż en partie, par le financement Gouvernemental. Mais le vrai prix, le d´┐Żveloppement de ce qui avait ´┐Żt´┐Ż d´┐Żcouvert ´┐Ż Roswell, viendrait quelques ann´┐Żes plus tard. Quand il arriva, ´┐Ż nouveau stimul´┐Ż par les besoins de nouveaux d´┐Żveloppements d´┐Żarmes militaires et pour le voyage spatial, il causa une autre r´┐Żvolution.

L´┐Żhistoire du circuit int´┐Żgr´┐Ż et du microprocesseur est aussi l´┐Żhistoire d´┐Żune technologie qui a permis aux ing´┐Żnieurs d´┐Żint´┐Żgrer de plus en plus de circuits dans des espaces de plus en plus petits. C´┐Żest l´┐Żhistoire du circuit int´┐Żgr´┐Ż, qui se d´┐Żveloppa ´┐Ż travers les ann´┐Żes 60, qui se d´┐Żveloppa dans un haut niveau d´┐Żint´┐Żgration dans les ann´┐Żes 70, juste avant l´┐Ż´┐Żmergence des vrais ordinateurs individuels, et le tr´┐Żs haut niveau d´┐Żint´┐Żgration au d´┐Żbut des ann´┐Żes 80.

Aujourd´┐Żhui, les ordinateurs ´┐Ż 200 m´┐Żgahertz sont le r´┐Żsultat de la technologie des circuits int´┐Żgr´┐Żs commenc´┐Że dans les ann´┐Żes 60 et qui continue aujourd´┐Żhui.

Le bond entre le circuit int´┐Żgr´┐Ż basique ´┐Ż transistors et la haute int´┐Żgration fut possible gr´┐Żce au d´┐Żveloppement du microprocesseur en 1972.

Cette ann´┐Że marqua le d´┐Żbut de l´┐Żindustrie des micro-ordinateurs, bien que le premier ordinateur n´┐Żapparaisse sur le march´┐Ż qu´┐Żavec le 8080A d´┐ŻIntel. En 1979, Apple Computer avait commenc´┐Ż ´┐Ż vendre le premier ordinateur qui poussa la r´┐Żvolution du micro-ordinateur ´┐Ż une vitesse sup´┐Żrieure. Et au d´┐Żbut des ann´┐Żes 80, avec l´┐Żintroduction du Macintosh d ´┐ŻApple, pas seulement le lieu de travail mais le monde entier ressembla ´┐Ż un endroit tr´┐Żs diff´┐Żrent ´┐Ż celui qu´┐Żil ´┐Żtait au d´┐Żbut des ann´┐Żes 60.

C´┐Żest comme si, de 1947 ´┐Ż 1980, un changement fondamentale avait eu lieu dans la capacit´┐Ż de traitement de l´┐Żinformation dans le cerveau humain.

Les ordinateurs eux-m´┐Żmes ´┐Żtaient devenus une sorte de forme de vie bas´┐Że sur le silicone.

Si tout ceci est vrai, n´┐Żest-ce pas indiscutable que les plaques de silicone d´┐Żcouvertes ´┐Ż Roswell ´┐Żtaient les vraies ma´┐Żtresses et les voyageurs de l´┐Żespace ou les cr´┐Żatures extraterrestres leurs h´┐Żtes ou leurs serviteurs ?

Une fois implant´┐Ż avec succ´┐Żs sur la Terre, notre culture ´┐Ż atteint un point de vivacit´┐Ż d´┐Żesprit, ´┐Ż travers le d´┐Żveloppement des ordinateurs digitaux, qui n´┐Żest plus le courant normal de d´┐Żveloppement, en commen´┐Żant par le d´┐Żveloppement du transistor, qui nous a transport´┐Ż ´┐Ż un point o´┐Ż nous achevons la symbiose avec le mat´┐Żriel de silicone qui transporte nos donn´┐Żes et nous rend capables de devenir plus cr´┐Żatifs et victorieux .

Peut-´┐Żtre que l'´┐Żcrasement de Roswell, qui nous a permis de d´┐Żvelopper la base de la technologie des syst´┐Żmes d´┐Żarmes pour prot´┐Żger notre plan´┐Żte des EBEs, ´┐Żtait aussi le m´┐Żcanisme pour une implantation, r´┐Żussie, d´┐Żune forme de vie non-humaine qui survie d´┐Żh´┐Żte en h´┐Żte comme un virus, un Ebola digital, que les hommes emm´┐Żneront un jour sur une autre plan´┐Żte. Ou si un ennemi voulait implanter le parfait espion ou m´┐Żcanisme de sabotage dans une culture ? alors l´┐Żimplantation des microprocesseurs dans notre technologie par les EBEs serait la parfaite m´┐Żthode.

Peut-´┐Żtre que l'´┐Żcrasement de Roswell en 1947 ´┐Żtait un ´┐Żv´┐Żnement attendant d´┐Żarriver, comme un fruit empoisonn´┐Ż tombant d´┐Żun arbre sur le sol. Une fois mordu, le poison ferait effet.

´┐Ż Retenez vos chevaux, Phil ´┐Ż disait le G´┐Żn´┐Żral Trudeau quand Corso sp´┐Żculait trop. ´┐Ż Rappelez-vous, vous avez un groupe de scientifiques avec qui vous avez besoin de parler et des gens ´┐Ż Bell Labs qui attendent de voir vos rapports quand vous aurez fini de parler au groupe d´┐ŻAlamogordo. ´┐Ż

C´┐Ż´┐Żtait en 1951 et la miniaturisation des circuits ´┐Żlectroniques et des ordinateurs avait d´┐Żj´┐Ż commenc´┐Ż, mais les rapports de Corso pour le G´┐Żn´┐Żral et les rendez-vous qu´┐Żil avait arrang´┐Ż pour lui ´┐Ż Sperry-Rand, Hughes, et Bell Labs ´┐Żtaient des r´┐Żunions avec des scientifiques afin de d´┐Żterminer comment leurs compagnies respectives allaient proc´┐Żder pour l´┐Żapplication des circuits miniaturis´┐Żs ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur des ´┐Żtudes de syst´┐Żmes d´┐Żarmements.

L´┐Żinspiration pour les micro-circuits ´┐Żtait tomb´┐Że du ciel, ´┐Ż Roswell, et avait fix´┐Ż le d´┐Żveloppement des ordinateurs digitaux dans une direction enti´┐Żrement nouvelle. C´┐Ż´┐Żtait maintenant le travail de Corso d´┐Żutiliser les processus de d´┐Żveloppements d´┐Żarmes, et sp´┐Żcialement le d´┐Żveloppement des syst´┐Żmes de guidages pour les missiles balistiques, afin d´┐Żappliquer ces syst´┐Żmes de micro-circuits dans ces nouvelles g´┐Żn´┐Żrations d´┐Żarmes.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et Corso faisaient partis des premiers ´┐Żclaireurs dans ce qui serait la guerre de l´┐Ż´┐Żlectronique des ann´┐Żes 1980.

´┐Ż Ne vous inqui´┐Żtez pas, G´┐Żn´┐Żral, j´┐Żai ´┐Żtabli tous mes rendez-vous ´┐Ż dit Corso ´┐Ż Trudeau. ´┐Ż mais je pense que les gens ´┐Ż Bell Labs ont d´┐Żj´┐Ż vu ces choses, auparavant ´┐Ż.

Et ils les avaient effectivement vues...en 1947.

14 ´┐Ż Le laser

Alors que Corso poursuivait son chemin ´┐Ż travers les diff´┐Żrents articles de sa liste, ´┐Żcrivant des rapports consultatifs et des recommandations pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż propos du potentiel de chacun de ces articles, il perdit toute notion de temps.

Il pouvait voir, en suivant la rive du Potomac, pour d´┐Żaller voir, ´┐Ż Fort Belvoir, les progr´┐Żs de la vision nocturne, que l´┐Ż´┐Żt´┐Ż finissait. Il pouvait aussi voir qu´┐Żil faisait maintenant noir quand il quittait le Pentagone. Et il faisait aussi noir lorsqu´┐Żil entrait au Pentagone le matin. Il avait prit l´┐Żhabitude de prendre diff´┐Żrentes routes pour aller au Pentagone au cas o´┐Ż la CIA le suivrait.

Lui et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtaient enracin´┐Żs dans une longue journ´┐Że routini´┐Żre aux R&D. Ils avaient leurs r´┐Żunions matinales ´┐Ż propos du dossier Roswell - il appelait aussi cela ´┐Ż le tas de vieilleries ´┐Ż parce que c´┐Ż´┐Żtait plein de morceaux et de d´┐Żbris qui provenaient de plus grands composants cass´┐Żs (bris´┐Żs) - mais ils avaient enterr´┐Ż si profond´┐Żment les projets de d´┐Żveloppements du mat´┐Żriel de Roswell que m´┐Żme les autres, qui travaillaient avec eux tout les jours, ne savaient rien de ce qui ce passait.

Ils avaient class´┐Ż le travail qu´┐Żils faisaient avec temps de pr´┐Żcaution que lorsqu´┐Żil ´┐Żtait temps de discuter de tout ´┐Ż propos de Roswell, ils faisaient en sorte que personne d´┐Żautre ne soit dans le bureau, ou ils ´┐Żtaient ´┐Ż un endroit o´┐Ż ils pouvaient discuter sans s´┐Żarr´┐Żter parce que quelqu´┐Żun ´┐Żtait entr´┐Ż dans la pi´┐Żce.

La mission de Corso aux R&D ´┐Żtait d´┐Żalimenter les projets de d´┐Żveloppements en cours avec des informations et des renseignements venants de sources ext´┐Żrieures,´┐Ż hors des circuits militaires r´┐Żguliers. S´┐Żils ´┐Żtaient en train de d´┐Żvelopper des m´┐Żthodes pour prot´┐Żger la nourriture et que les Italiens ou les Allemands avaient un proc´┐Żd´┐Ż qui semblait marcher, c´┐Ż´┐Żtait le travail de Corso de tout apprendre sur celui-ci et de glisser l´┐Żinformation dans le processus de d´┐Żveloppement.

M´┐Żme s´┐Żil n´┐Ży avait pas de d´┐Żveloppement officiel pour un article pr´┐Żcis, si Corso entendait parler de quelque chose qui pouvait ´┐Żtre utile ´┐Ż un commandant de l´┐Żarm´┐Że, m´┐Żme si c´┐Ż´┐Żtait le Corps M´┐Żdical, le Corps des transmissions, le groupe Motoris´┐Ż, l´┐ŻOrdonnancement, ou m´┐Żme la Timonerie, c´┐Ż´┐Żtait le travail de Corso de trouver un moyen pour faire tomber goutte-´┐Ż-goutte cette information sans faire une ride en surface.

C´┐Ż´┐Żtait la couverture parfaite pour ce que faisait Corso avec le dossier Roswell.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et lui avaient des r´┐Żunions r´┐Żguli´┐Żres sur les projets en cours aux R&D, ceux dont ils avaient h´┐Żrit´┐Żs du commandement pr´┐Żc´┐Żdent et ceux qu´┐Żils voulaient initialiser.

Les officiers qui avaient ´┐Żt´┐Ż assign´┐Żs aux R&D avant eux, avaient leur propres projets en cours de d´┐Żveloppements, aussi, le G´┐Żn´┐Żral avait donn´┐Ż ´┐Ż Corso la t´┐Żche de trouver ces projets avec les informations et les renseignements n´┐Żcessaires, peu importe leurs provenances, sans perturber ce que les officiers faisaient et sans interf´┐Żrer avec leurs ´┐Żquipes.

C´┐Ż´┐Żtait difficile parce qu´┐Żil devait travailler dans le noir, clandestinement, m´┐Żme aupr´┐Żs de ses propres coll´┐Żgues pour lesquels leurs r´┐Żputations auraient ´┐Żt´┐Ż d´┐Żtruites si quelque chose s´┐Ż´┐Żchappait comme quoi ils travaillaient avec ´┐Ż du mat´┐Żriel de soucoupe volante ´┐Ż.

N´┐Żanmoins, au m´┐Żme moment, la plupart des officiers de hauts rangs au Pentagone et les membres clefs de leurs ´┐Żquipes savaient que la technologie de Roswell flottait ´┐Ż travers la plupart des nouveaux projets en cours de d´┐Żveloppements. Ils avaient aussi, vaguement, connaissance de ce qui c´┐Ż´┐Żtait pass´┐Ż ´┐Ż Roswell d´┐Żapr´┐Żs la derni´┐Żre version du groupe de travail de Hillenkoetter / Bush / Twining, qui avait du personnel se trouvant au Pentagone pour avoir ´┐Ż l´┐Żoeil ce que faisaient les militaires.

En plus du travail officiel de Corso qu´┐Żil appelait ´┐Ż travail journalier ´┐Ż sur des projets r´┐Żguliers et de son travail clandestin sur le dossier Roswell, son autre r´┐Żle officiel, mais bien souvent informel, ´┐Żtait celui de d´┐Żl´┐Żgu´┐Ż du G´┐Żn´┐Żral Trudeau. Quand le G´┐Żn´┐Żral avait besoin d´┐Żinformations pour l´┐Żaider ´┐Ż red´┐Żfinir ses priorit´┐Żs budg´┐Żtaires ou d´┐Żinformations pour l´┐Żaider ´┐Ż compiler des budgets suppl´┐Żmentaires de d´┐Żveloppements, il demandait souvent ´┐Ż Corso de l´┐Żaider ou de lui donner son avis.

Et Corso fonctionnait comme l´┐Żofficier des renseignements du G´┐Żn´┐Żral, l´┐Żaidant dans les r´┐Żunions avec des informations, l´┐Żaidant m´┐Żme quand il devait rencontrer les comit´┐Żs du Congr´┐Żs, et le d´┐Żfendre, lui et la division, contre les attaques hebdomadaires des officiers des autres branches militaires ou des agences de renseignements ou de d´┐Żveloppements civiles.

Tout le monde voulait savoir ce que les R&D savaient, o´┐Ż allaient leurs d´┐Żpenses et dans quoi Et ils n´┐Żavaient pas ´┐Ż se disputer avec celui qui voulait savoir quel sorte de produit aurait le peuple Am´┐Żricain avec son argent, except´┐Ż dans une cat´┐Żgorie : Roswell.

M´┐Żme les gens des R&D ´┐Żtaient frustr´┐Żs quand le G´┐Żn´┐Żral Trudeau se tournait vers Corso, lors d´┐Żune r´┐Żunion, et disait, ´┐Ż Vous connaissiez l´┐Żinformation sur la vision nocturne que vous avez envoy´┐Ż ´┐Ż Fort Belvoir il y a quelque temps ? o´┐Ż avez-vous trouv´┐Ż ce dossier, Phil ? ´┐Ż.Et comme Corso ne pouvait pas rester muet, il disait, ´┐Ż Je ne pense pas avoir eu l´┐Żoccasion de voir cela auparavant, quelqu´┐Żun d´┐Żautre devait l´┐Żavoir en charge ´┐Ż alors Corso haussait simplement les ´┐Żpaules et disait ´┐Ż Je ne sais pas, G´┐Żn´┐Żral, peut-´┐Żtre que c´┐Ż´┐Żtait dans les dossiers, quelque part. Je vais aller voir. ´┐Ż.

C´┐Ż´┐Żtait du cin´┐Żma, et beaucoup d´┐Żofficiers, qui les suspectaient d´┐Żavoir une planque d´┐Żinformation quelque part, savaient qu´┐Żils cachaient quelque chose. Mais s´┐Żils ´┐Żtaient dans la carri´┐Żre, ils savaient comment se jouait la version, au Pentagone, du voleur de jambon. Les R&D l´┐Żavaient et le cachaient. Personne ne trouverait rien tant qu´┐Żils ne le laisseraient pas faire.

La CIA ´┐Żtait si frustr´┐Że de n´┐Żavoir aucune information d´┐Żeux qu´┐Żelle commen´┐Ża ´┐Ż observer de plus pr´┐Żs les contr´┐Żleurs Sovi´┐Żtiques qui flottaient autour de Washington et qui travaillaient pour les contr´┐Żleurs du KGB dans les ambassades.

Parce que la CIA savait parfaitement comment les universit´┐Żs ´┐Żtaient infiltr´┐Żes, elle pensa qu´┐Żelle pourrait avoir des informations, par rebond, en photographiant ce qui se trouvait ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur des photocopieuses de l´┐Żambassade Russe, ´┐Ż Washington.

Et bien s´┐Żr, il y avait la rumeur circulant autour de l´┐Ż´┐Żchange de scientifiques entre l´┐Żindustrie et le milieu universitaire.

La CIA savait qu´┐Żil se passait quelque chose aux R&D et c´┐Żest pourquoi les R&D essayaient de garder le cercle autour d´┐Żeux aussi serr´┐Ż que possible. Donc Corso devait garder un oeil sur le G´┐Żn´┐Żral, ne pas le laisser aller ´┐Ż des r´┐Żunions sans protections et en ´┐Żtant tout le temps sur que la CIA savait qu´┐Żelle devrait passer au-dessus de Corso pour avoir le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et tout ce qu´┐Żil savait.

Et la CIA savait que Corso savait ce qu´┐Żelle faisait et il savait qu´┐Żun jour il y aurait une confrontation. Corso et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avaient rapidement ´┐Żtabli leurs routines d´┐Żs 1961 et la fa´┐Żon dont ils effectuaient leur travail semblait marcher. La vision nocturne ´┐Żtait en cours de d´┐Żveloppement ´┐Ż Fort Belvoir, et les chercheurs qui travaillaient pour eux avaient fait en sorte que les plaquettes de silicone arrivent ´┐Ż ceux qui travaillaient pour eux ´┐Ż Bell Labs et les assur´┐Żrent que cela avait d´┐Żj´┐Ż trouv´┐Ż une voix de d´┐Żveloppement dans une nouvelle g´┐Żn´┐Żration de circuit transistoris´┐Ż.

Les puces de silicone ´┐Żtaient un camouflage de r´┐Żintroduction pour les gens de Bell Labs parce que l´┐Żintroduction initiale des puces de l'´┐Żcrasement de Roswell ´┐Żtait parvenue aux fournisseurs de la D´┐Żfense d´┐Żs 1947, dans les semaines suivant l´┐Żenvoi du mat´┐Żriel de Wright Field.

Une histoire similaire d´┐Żintroduction et de r´┐Żintroduction s´┐Ż´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż pass´┐Że avec la stimulation d´┐Żun rayonnement d´┐Ż´┐Żnergie. Une arme, pens´┐Żrent les premiers analystes en regardant l´┐Ż´┐Żpave du vaisseau de Roswell.

Bien que la technologie du rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Ż ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż d´┐Żploy´┐Że pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale, ce qu´┐Żils voyaient ´┐Żtait une version tr´┐Żs avanc´┐Że de cette technologie, tellement avanc´┐Że qu´┐Żelle devait venir d´┐Żun autre monde.

Cela excitait tellement les analystes qu´┐Żils voulaient le donner aux scientifiques aussi vite que possible. Et au d´┐Żbut des ann´┐Żes 50, une version du rayonnement d´┐Ż´┐Żnergie stimul´┐Ż avait trouv´┐Ż sa route dans la communaut´┐Ż scientifique, ´┐Ż partir de laquelle fut d´┐Żvelopp´┐Żes des nouvelles productions autour du processus de g´┐Żn´┐Żration de micro-ondes.

La plupart des Am´┐Żricains vivants en 1950 se rappellent l´┐Żintroduction du four ´┐Ż micro-ondes qui les aid´┐Żrent ´┐Ż ´┐Ż vivre mieux ´┐Żlectriquement ´┐Ż dans leurs nouvelles cuisines modernes. Un des dispositifs miraculeux qui surgit sur sc´┐Żne, dans les ann´┐Żes 50, fut la promesse de cuire la nourriture en deux fois moins de temps que les fours traditionnels, m´┐Żme si la nourriture ´┐Żtait compl´┐Żtement gel´┐Że.

La th´┐Żorie derri´┐Żre le four ´┐Ż micro-ondes qui commen´┐Ża ´┐Ż appara´┐Żtre, pour un long et profitable chemin, fut formul´┐Że en 1945 avec la premi´┐Żre commercialisation d´┐Żun four ´┐Ż micro-ondes au Massachusetts en 1947, avant toute diss´┐Żmination de renseignements ou de mat´┐Żriel provenant de l'´┐Żcrasement du vaisseau de Roswell.

Mais dans l´┐Ż´┐Żpave de ce vaisseau, les scientifiques des essais de vols ´┐Ż longues port´┐Żes, ´┐Ż Alamogordo, rapport´┐Żrent que les occupants du vaisseau semblaient utiliser des instruments de stimulation d´┐Żondes tr´┐Żs avanc´┐Żs, qui d´┐Żapr´┐Żs leurs analyses, creuseraient la base pour la physique d´┐Żun g´┐Żn´┐Żrateur de micro-ondes basiques.

L´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration qui avait enlev´┐Ż l´┐Ż´┐Żpave du d´┐Żsert avait aussi trouv´┐Ż un petit appareil tronqu´┐Ż avec une source lumineuse interne et qui lan´┐Żait un intense rayon de lumi´┐Żre, sur une courte distance, et qui pouvait couper le m´┐Żtal.

Ceci, pensaient les ing´┐Żnieurs de Wright Field, ´┐Żtait aussi bas´┐Ż sur une stimulation d´┐Żondes. Les questions ´┐Żtaient : Comment les EBEs utilisaient la stimulation d´┐Żonde et comment les Am´┐Żricains pouvaient-ils l´┐Żadapter en utilisation militaire ou la glisser dans un d´┐Żveloppement d´┐Żj´┐Ż en cours ?

En 1954, alors que Corso ´┐Żtait ´┐Ż la Maison blanche, le NSC recevait d´┐Żj´┐Ż une th´┐Żorie, d´┐Żvelopp´┐Że par Charles H. Townes, qui d´┐Żcrivait comment les atomes d´┐Żun gaz pouvaient ´┐Żtre excit´┐Żs ´┐Ż un tr´┐Żs haut niveau d´┐Ż´┐Żnergie par l´┐Żapplication d´┐Ż´┐Żnergie explosive.

Ce gaz d´┐Żlivrerait son exc´┐Żs d´┐Ż´┐Żnergie en micro-ondes et ´┐Ż une fr´┐Żquence tr´┐Żs pr´┐Żcise pourrait ´┐Żtre contr´┐Żl´┐Że. En th´┐Żorie, pensaient-ils, le rayon d´┐Ż´┐Żnergie pourrait ´┐Żtre un signal afin de transmettre des communications ou un amplificateur pour ce signal. Quand le premier maser fut assemblait aux laboratoires Labs en 1956, il fut utilis´┐Ż comme chronom´┐Żtre ´┐Ż cause de la calibration exacte de sa fr´┐Żquence.

Le maser, toutefois, ´┐Żtait seulement un pr´┐Żcurseur de la production ´┐Ż venir, le laser, qui r´┐Żvolutionnerait tout les aspects de la technologie qu´┐Żil toucherait. Il pourrait ´┐Żtre aussi utilis´┐Ż comme une arme qui les aideraient ´┐Ż d´┐Żployer une menace r´┐Żaliste face aux EBEs qui semblaient vouloir d´┐Żclencher une guerre nucl´┐Żaire entre les super-puissances.

O´┐Ż le maser ´┐Żtait une amplification de micro-ondes, le laser ´┐Żtait une amplification de lumi´┐Żre, et les th´┐Żories sur comment il pouvait ´┐Żtre achev´┐Ż circulaient parmi la communaut´┐Ż des d´┐Żveloppeurs d´┐Żarmes bien avant que Bell Labs produise le premier maser.

Corso avait vu des descriptions du laser EBE dans les rapports de l'´┐Żcrasement de Roswell, un faisceau de lumi´┐Żre si fin qu´┐Żon ne pouvait le voir que lorsqu´┐Żil se trouvait sur une cible. Quel ´┐Żtait l´┐Żusage de ce g´┐Żn´┐Żrateur de faisceau ? avait demand´┐Ż le groupe ´┐Ż Alamogordo. Il ressemblait ´┐Ż un appareil de communication ou de ciblage, semblait avoir une port´┐Że limit´┐Że, et, si un bon moyen de puissance ´┐Żtait trouv´┐Ż pour amplifier le faisceau de lumi´┐Żre afin de traverser le m´┐Żtal, pourrait devenir un perforateur, un poste ´┐Ż souder, ou m´┐Żme une arme d´┐Żvastatrice.

Alors que Corso ´┐Żtait ´┐Ż la Maison blanche, les trois branches militaires travaillaient d´┐Żj´┐Ż avec des chercheurs de laboratoires universitaires sur le d´┐Żveloppement d´┐Żun laser fonctionnel. Finalement, en 1958, l´┐Żann´┐Że o´┐Ż Corso quitta la Maison Blanche, il y eut une pouss´┐Że dans l´┐Żactivit´┐Ż de recherche, et plus sp´┐Żcialement ´┐Ż l´┐Żuniversit´┐Ż de Colombia, o´┐Ż, deux ans plus tard, le physicien Th´┐Żodore Maiman construisit le premier laser op´┐Żrationnel.

La premi´┐Żre d´┐Żmonstration pratique du laser prit place en 1960 au moment ou Corso rejoignait le Pentagone. Au Pentagone, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait mit le laser dans leur liste de d´┐Żveloppements prioritaires ´┐Ż buts militaires. Et aussi comme l´┐Żappareil ´┐Ż stimulation d´┐Ż´┐Żnergie ´┐Żtait au milieu des d´┐Żbris technologiques d´┐Żcouverts ´┐Ż Roswell, le d´┐Żveloppement Am´┐Żricain du laser englobait les conditions sp´┐Żciales d´┐Żurgences de la mission de Corso sur Roswell. Il devait ´┐Żcrire un rapport au G´┐Żn´┐Żral Trudeau sugg´┐Żrant les possibilit´┐Żs d´┐Żutilisations de la technologie laser par les EBEs dans leurs missions sur la Terre et comment ils pouvaient d´┐Żvelopper la m´┐Żme chose sous le couvert d´┐Żun d´┐Żveloppement conventionnel.

En d´┐Żautres termes, une fois qu´┐Żils auraient devin´┐Ż comment les extraterrestres utilisaient ceci, cela devait devenir leur mod´┐Żle de d´┐Żveloppement pour des applications similaires.

Ils pensaient que les EBEs utilisaient les lasers pour la navigation, en lan´┐Żant des rayons sur les objets, au loin dans l´┐Żespace, et en les r´┐Żcup´┐Żrant afin de trianguler une trajectoire, pour la communication, en utilisant le laser comme transporteur de signal ou comme signal lui-m´┐Żme, pour la surveillance, en peignant des cibles potentielles avec un faisceau, ou pour un moyen de transport d´┐Ż´┐Żnergie, d´┐Żillumination, et m´┐Żme comme stockeur de donn´┐Żes. L´┐Żintensit´┐Ż et l´┐Żint´┐Żgrit´┐Ż du faisceau laser aurait pu servir aux EBEs comme moyen de communication primaire pour de grandes distances et m´┐Żme comme moyen de stocker des communications en paquets pour une livraison future.

Toutefois, c´┐Żest l´┐Żutilisation du laser par les EBEs comme outil m´┐Żdical ou, finalement, comme arme qui les fit frissonner parce que dans leurs esprits, il ´┐Żtait ´┐Żvident que les extraterrestres avaient des intentions hostiles.

Si les extraterrestres voyaient les humains comme des vrais ennemis ´┐Ż d´┐Żtruire ou voyaient la Terre comme un laboratoire de sp´┐Żcimens ´┐Ż exp´┐Żrimenter ( ? ? ?), les r´┐Żsultats des carcasses d´┐Żanimaux ramass´┐Żs sur le terrain par les ´┐Żquipes chimiques, biologiques et nucl´┐Żaires de r´┐Żcup´┐Żrations pourraient ´┐Żtre tr´┐Żs semblables.

De 1961 ´┐Ż 1963, au Pentagone, Corso vit des rapports de terrains des agences de police locale et d´┐Ż´┐Żtat, ´┐Ż propos de la d´┐Żcouverte de b´┐Żtail mort dans lequel les carcasses semblaient syst´┐Żmatiquement avoir ´┐Żt´┐Ż mutil´┐Żes, et des rapports sur des t´┐Żmoignages de personnes disants avoir ´┐Żt´┐Ż abduct´┐Żs par les extraterrestres et avoir subi des exp´┐Żriences.

Un des fil conducteur dans ces th´┐Żories ´┐Żtait les rapports des abduct´┐Żs qui disaient avoir ´┐Żt´┐Ż sujets ´┐Ż une sorte d´┐Żop´┐Żration chirurgicale avec un faisceau de lumi´┐Żre, fin et intense. La police locale rapporta que lorsque les v´┐Żt´┐Żrinaires ´┐Żtaient appel´┐Żs sur le terrain pour examiner le b´┐Żtail mort, ils trouvaient souvent des preuves que, non seulement le sang de l´┐Żanimal avait ´┐Żt´┐Ż pomp´┐Ż, mais que des organes entiers ´┐Żtaient d´┐Żplac´┐Żs avec une adresse chirurgicale qui ne pouvait pas ´┐Żtre le fait d´┐Żun pr´┐Żdateur ou d´┐Żun vandale prenant les organes pour quelques rituels d´┐Żprav´┐Żs. Ou il y avait des preuves de meurtres ou de mises en sc´┐Żnes, pour un bizarre canular, c´┐Ż´┐Żtait d´┐Żhabitude´┐Ż ´┐Żvident d´┐Żapr´┐Żs la maladresse de l´┐Żeffort et de la mise en sc´┐Żne intentionnelle des carcasses.

Et dans l´┐Ż´┐Żcrasante majorit´┐Ż des cas o´┐Ż l´┐Żanimal ´┐Żtait tu´┐Ż par un pr´┐Żdateur qui avait consomm´┐Ż son sang et transport´┐Ż au loin des organes internes, les marques de dents ou la br´┐Żve lutte du passage de la vie ´┐Ż la mort ´┐Żtaient des indicateurs ´┐Żvidents sur ce qui c´┐Ż´┐Żtait pass´┐Ż.

Mais dans les cas o´┐Ż les enqu´┐Żteurs disaient avoir ´┐Żt´┐Ż d´┐Żconcert´┐Żs par ce qu´┐Żils avaient trouv´┐Ż : L´┐Żablation d´┐Żorganes et le drainage du sang de l´┐Żanimal, o´┐Ż le sang avait ´┐Żt´┐Ż compl´┐Żtement drain´┐Ż, ´┐Żtaient fait de mani´┐Żres si sophistiqu´┐Żes qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de dommages dans les tissus environnants. Il y eut m´┐Żme quelques sp´┐Żculations, d´┐Żs le d´┐Żbut des ann´┐Żes 60, que quoi qu´┐Żutilisent les EBEs, cela n´┐Żavait m´┐Żme pas couper ´┐Ż travers les tissus environnants. Ils ne poss´┐Żdaient pas d´┐Żinstruments m´┐Żdicaux ´┐Żquivalents capables d´┐Żapprocher ce que pouvaient faire les extraterrestres. C´┐Ż´┐Żtait au-dessus de la pr´┐Żcision de leurs appareils chirurgicaux de pr´┐Żcision.

Corso fut intrigu´┐Ż par ces rapports alors qu´┐Żil se trouvait ´┐Ż la Maison Blanche et ensuite au Pentagone. Il se rappelle ´┐Żgalement qu´┐Żaussi bien le personnel civile que militaire, attach´┐Ż aux ´┐Żquipes d´┐Żindividus qui travaillaient pour les groupes de Twining et d´┐ŻHillenkoeter sur les ovnis dans les ann´┐Żes 50, ´┐Żtait activement engag´┐Ż dans la recherche pour des m´┐Żthodes chirurgicales qui pourraient produire des ´┐Ż Preuves du crime ´┐Ż comme celles-ci.

Est-ce que cela pouvaient ´┐Żtre les Russes ?, pens´┐Żrent-ils d´┐Żabord. ´┐Żtant donner le climat tendu de la Guerre froide, la peur que les Sovi´┐Żtiques exp´┐Żrimentent sur le b´┐Żtail Am´┐Żricain afin de d´┐Żvelopper une arme biologique ou une toxine qui pourrait d´┐Żvaster leur population de bestiaux n´┐Ż´┐Żtait pas compl´┐Żtement parano´┐Żaque. Il suffit de dire´┐Ż sans rentrer dans les d´┐Żtails, que les Am´┐Żricains pensaient aux m´┐Żmes types d´┐Żarmes, donc ce n´┐Ż´┐Żtait pas aller chercher bien loin de dire qu´┐Żils prot´┐Żgeaient leurs propres strat´┐Żgies du ´┐Ż jugement dernier ´┐Ż dans ce que les Russes pouvaient avoir.

Mais ce n´┐Ż´┐Żtait pas les Russes qui en avaient apr´┐Żs le b´┐Żtail. C´┐Ż´┐Żtait les EBEs qui exp´┐Żrimentaient avec les organes, peut-´┐Żtre pour la transplantation dans d´┐Żautres esp´┐Żces ou pour produire une sorte de bloc nutritif ou m´┐Żme pour cr´┐Żer une nouvelle entit´┐Ż biologique hybride. C´┐Ż´┐Żtait ce ´┐Ż quoi pensaient les gens attach´┐Żes au groupe de travail ´┐Ż travers les ann´┐Żes 50 et 60.

Bien que le premier rapport public sur les mutilations de b´┐Żtail fit son apparition en 1967 au Colorado, ´┐Ż la Maison blanche, ils ´┐Żtaient au courant des mutilations depuis le milieu des ann´┐Żes 50, et plus particuli´┐Żrement dans la zone entourant le Colorado. Il y eut aussi des sp´┐Żculations comme quoi des compagnies pharmaceutiques ´┐Żtaient responsables parce qu´┐Żelles voulaient utiliser les organes et les tissus dans des exp´┐Żrimentations biologiques, mais ils rejet´┐Żrent ceci parce que les compagnies avaient leurs propres fermes et pouvaient ´┐Żlever tout ce qu´┐Żelles voulaient.

Les organisations de renseignements et surtout le groupe de travail pensaient que les mutilations de b´┐Żtail qui ne pouvaient pas ´┐Żtre expliqu´┐Żes par des pr´┐Żdateurs, des farces, ou par des massacres rituels, ´┐Żtaient le r´┐Żsultat direct de l´┐Żintervention des extraterrestres pour la recherche d´┐Żorganes.

Donc si leurs bestiaux ´┐Żtaient assez importants aux EBEs pour prendre le risque de s´┐Żexposer sur ce qu´┐Żils faisaient, il ´┐Żtait important de savoir pourquoi.

Les EBEs avaient une efficacit´┐Ż froide et clinique, qui rappelait la m´┐Żthode des Nazis, et ils ne perdaient pas de temps ´┐Ż se tenir sur le sol, o´┐Ż ils ´┐Żtaient les plus vuln´┐Żrables ´┐Ż une attaque, s´┐Żils n´┐Żavaient pas une bonne raison de le faire.

Dans les ann´┐Żes 50 et 60, les Am´┐Żricains ne connaissaient pas ces raisons et pouvaient seulement faire des sp´┐Żculations, et ils ´┐Żtaient plong´┐Żs dans la terreur jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils´┐Ż trouvent moyen de se prot´┐Żger des EBEs qui se servaient d´┐Żeux comme tissus de remplacements ou de source nutritionnelle.

En 1997, cela ressemble ´┐Ż cauchemar sorti d´┐Żun film d´┐Żhorreur de soucoupes volantes, mais en 1957, c´┐Ż´┐Żtait ce ´┐Ż quoi ils pensaient, aussi bien ´┐Ż la Maison blanche que dans l´┐Żarm´┐Że.

Ils ne savaient pas, mais ils avaient des preuves irr´┐Żfutables que les EBEs atterrissaient dans les fermes, r´┐Żcup´┐Żraient les organes vitaux du b´┐Żtail, et ensuite laissaient les carcasses sur le sol parce qu´┐Żils savaient que les humains ne pouvaient rien faire.

Quiconque en avait apr´┐Żs le b´┐Żtail ´┐Żtait particuli´┐Żrement int´┐Żress´┐Ż par les mamelles, le syst´┐Żme digestif, et les organes de reproductions, sp´┐Żcialement l´┐Żut´┐Żrus des vaches. Dans beaucoup de cas, les yeux et la gorge ´┐Żtaient retir´┐Żs avec une m´┐Żthode chirurgicale dans laquelle la ligne de d´┐Żmarcation ´┐Żtait microscopique et les tissus environnants montraient que l´┐Żincision ´┐Żtait tr´┐Żs chaude et qu´┐Żils avaient noircis apr´┐Żs refroidissement.

Dans ces rapports de mutilations, l´┐Żexamen m´┐Żdico-l´┐Żgal ne montrait pas de preuves de traumatismes collat´┐Żraux ou m´┐Żme d´┐Żinflammation. Par cons´┐Żquent, pensaient-ils, les coupures pour extraire les tissus ´┐Żtaient faites si rapidement et la blessure ´┐Żtanch´┐Że si vite que les tissus environnants n´┐Ż´┐Żtaient jamais d´┐Żtruits. Cela montrait que, quoi que ce soit qui op´┐Żrait ces animaux, il le faisait en quelques minutes.

Donc s´┐Żils ne pouvaient pas prot´┐Żger leur b´┐Żtail et s´┐Żils ne r´┐Żagissaient pas avec intelligence aux histoires d´┐Żabductions humaines, except´┐Ż par le d´┐Żbunkage ou en faisant croire aux abduct´┐Żs qu´┐Żils avaient eu une hallucination, ils devraient trouver des armes qui les mettraient sur un pied d´┐Ż´┐Żgalit´┐Ż face aux EBEs. Une de ces armes, qui avait un large potentiel d´┐Żapplication, ´┐Żtait le laser, l´┐Żobjet que l´┐Żarm´┐Że avait trouv´┐Ż dans le vaisseau de Roswell et qu´┐Żelle d´┐Żvelopperait plus tard comme arme en coop´┐Żration avec Hughes Aircarft.

Peu de temps apr´┐Żs la premi´┐Żre d´┐Żmonstration r´┐Żussie d´┐Żun laser rouge ´┐Ż l´┐Żuniversit´┐Ż de Columbia, les trois branches militaires r´┐Żalis´┐Żrent qu´┐Żelles avaient un gagnant. L´┐Żann´┐Że suivante, les r´┐Żsultats des tests ´┐Ż Columbia, l´┐Żint´┐Żr´┐Żt industriel pour le d´┐Żveloppement du laser, et le rapport de Roswell sur l´┐Ż´┐Żnergie stimul´┐Że arriv´┐Żrent tous sur le bureau de Corso. Maintenant, c´┐Ż´┐Żtait ´┐Ż son tour d´┐Ż´┐Żtre impliqu´┐Ż et de rassembler l´┐Żinformation pour le d´┐Żveloppement du laser avec des fonds militaires avant que l´┐Żop´┐Żration enti´┐Żre soit envoy´┐Że ´┐Ż un des sp´┐Żcialistes des R&D qui voudrait emmener la production aux niveaux suivants.

C´┐Ż´┐Żtait leur fa´┐Żon de travailler : Corso alimentait le jeu, assurant le coup, puis disparaissait. Pendant que le porteur de la balle faisait son chemin, Corso ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż hors du terrain.

Corso commen´┐Ża par lister les besoins de l´┐Żarm´┐Że par rapport ´┐Ż ce que le laser ´┐Żtait capable d´┐Żaccomplir. En se basant sur ce que les analystes militaires avaient vu dans le vaisseau de Roswell, il semblait ´┐Ż Corso, que si le laser de Roswell ´┐Żtait un couteau ou un outil chirurgical, le faisceau pourrait ´┐Żtre aussi analys´┐Ż comme une arme avanc´┐Że de tir rapide.

Avec un faisceau dirig´┐Ż et si pr´┐Żcis, le laser pourrait faire aussi un excellent t´┐Żl´┐Żm´┐Żtre et gestionnaire de cible pour l´┐Żartillerie. Si le faisceau ´┐Żtait capable de se r´┐Żajuster instantan´┐Żment et d´┐Ż´┐Żtre incorpor´┐Ż dans un ordinateur, il serait aussi le parfait syst´┐Żme de ciblage pour un char d'assaut, surtout un char d'assaut en mouvement.

Et si un laser pouvait peindre la cible d´┐Żun char d'assaut et trouver la distance de tir, sp´┐Żcula Corso, il pourrait faire la m´┐Żme chose d´┐Żun h´┐Żlicopt´┐Żre.

Corso sugg´┐Żra au G´┐Żn´┐Żral Trudeau que toutes les recherches qu´┐Żils allaient conduire pour les h´┐Żlicopt´┐Żres tactiques se rejoindraient parfaitement avec les possibilit´┐Żs du laser comme m´┐Żcanisme de t´┐Żl´┐Żm´┐Żtrie. Ils pourraient peindre les troupes amies pour les localiser, identifier leurs ennemis, et d´┐Żtruire leurs cibles potentielles avec une lumi´┐Żre invisible ´┐Ż tous.

Comme signal, un laser est si intense, et parfaitement stable qu´┐Żil est inaccessible ´┐Ż toutes sortes de perturbations. Pour cette raison, ´┐Żcrit Corso au G´┐Żn´┐Żral Trudeau, les EBEs devaient utiliser une sorte de forme avanc´┐Że de laser pour leurs communications, et ils pouvaient eux aussi le faire. Les lasers avaient aussi la capacit´┐Ż de transporter de multiples signaux. Par cons´┐Żquent, ´┐Żcrit Corso, ils pouvaient assembler un grand nombre de fr´┐Żquences de transmissions dans un signal laser qu´┐Żils pourraient avoir avec leurs syst´┐Żmes de transmissions habituels. Cela voulait dire qu´┐Żils pouvaient litt´┐Żralement inonder une zone de combat avec diff´┐Żrentes sortes de canaux de communication, chacun portant diff´┐Żrentes sortes de transmissions, quelques-unes pas encore invent´┐Żes.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau dit qu´┐Żil ´┐Żtait aussi int´┐Żress´┐Ż par un article, dans un des rapports de sp´┐Żcifications que d´┐Żautres observateurs avaient ´┐Żcris, et qui disait que les lasers pourraient aussi servir comme moyen de protection par des projections grands ´┐Żcrans.

Les lasers ´┐Żtaient si lumineux que les projections pouvaient se faire dans une salle qui n´┐Ż´┐Żtait dans l´┐Żobscurit´┐Ż. Le G´┐Żn´┐Żral vit la possibilit´┐Ż de salles de situation avec des projections grands ´┐Żcrans fournies par les transmissions des satellites radars. La pi´┐Żce permettrait aux informaticiens de voir ce qu´┐Żils faisaient sur le clavier pendant qu´┐Żils verraient les ´┐Żcrans et ´┐Żcouteraient les instructions.

Corso sugg´┐Żra que la division militaire sur la cartographie serait particuli´┐Żrement int´┐Żress´┐Że par la capacit´┐Ż de mesure du laser pour les cartes. La m´┐Żme capacit´┐Ż de mesure serait capable de g´┐Żn´┐Żrer une image digitale du sol pour aider les h´┐Żlicopt´┐Żres en vol ´┐Ż basse altitude. Corso avait eu l'id´┐Że de cette capacit´┐Ż en lisant les rapports d´┐Żanalyses sur des ovnis qui avaient aussi cette capacit´┐Ż.

C´┐Żest ce qui leur permettait de se d´┐Żplacer tr´┐Żs pr´┐Żs au-dessus du sol et de se d´┐Żplacer rapidement ´┐Ż des vitesses sup´┐Żrieures ´┐Ż 1000 miles/heure au niveau de la cime des arbres sans heurter quoi que ce soit.

L´┐Żappareil laser ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur de l´┐Żovni fournissait instantan´┐Żment la topographie du paysage et le vaisseau s´┐Żadaptait automatiquement au terrain.

Fin 1961, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau dit ´┐Ż Corso de visiter ´┐Ż nouveau Fort Belvoir, cette fois pour rencontrer le Dr Mark Johnston, un des chercheurs en a´┐Żronautique de Hughes Aircraft.

Fort Belvoir ´┐Żtait un des lieux s´┐Żcuris´┐Żs o´┐Ż les R&D pouvaient tenir des r´┐Żunions. Les all´┐Żs et venus de Corso de l´┐Ż-bas jusqu´┐Żau R&D ´┐Żtaient pures routines, m´┐Żme si les ´┐Żquipes de surveillances de la CIA suivaient parfois sa voiture ´┐Ż la sortie du Pentagone. La r´┐Żunion de Corso avec Johnston ´┐Żtait faite pour parler du programme de d´┐Żveloppement des h´┐Żlicopt´┐Żres Hughes, pas pour lui donner ses rapports sur les appareils de mesure ´┐Ż laser qu´┐Żils pensaient avoir trouv´┐Ż dans le vaisseau de Roswell. Il parla sommairement ´┐Ż Johnston de ce que l´┐Ż´┐Żquipe de scientifiques ´┐Ż Alamogordo pensait se trouver dans le vaisseau, lui dit de ne pas parler de tout ceci, et lui sugg´┐Żra que l´┐Ż´┐Żquipe de d´┐Żveloppement de Hughes devait consid´┐Żrer le nouveau d´┐Żveloppement du laser dans leur dispositif de mesure de terrain et pour l´┐Żacquisition des cibles dans leurs h´┐Żlicopt´┐Żres.

´┐Ż Oui, bien s´┐Żr ´┐Ż lui assura corso,´┐Ż ´┐Ż le bureau des R&D aurait un budget de d´┐Żveloppement pour le projet de laser si l´┐Ż´┐Żquipe des R&D ´┐Ż Hughes pensait que leurs id´┐Żes ´┐Żtaient faisables et qu´┐Żils pourraient les d´┐Żvelopper. ´┐Ż

Et c'est exactement ce qui arriva. Aujourd´┐Żhui, le laser est devenu le HEL, High Energy Laser, d´┐Żploy´┐Ż pour le SDC (Space Defense Command) comme, entres autres choses, une arme anti-missile et anti-ogive.

La r´┐Żunion de Corso ´┐Ż Hughes fut br´┐Żve et directe. Comme beaucoup de chercheurs scientifiques que Corso avait rencontr´┐Ż ´┐Ż Hughes, Dw, IBM et Bell, Johnson disparu derri´┐Żre un bureau de travail, des ´┐Żcrans radars, ou des tubes d´┐Żessais ´┐Ż l´┐Żarri´┐Żre-salle de la compagnie et resta hors de sa vue pour toujours.

Quand le G´┐Żn´┐Żral Trudeau voudrait demander ´┐Ż Corso de suivre le projet des mois plus tard, un repr´┐Żsentant d´┐Żune nouvelle entreprise le rencontrerait et le projet ressemblerait ´┐Ż tout les autres contrats de recherches d´┐Żmarr´┐Żs par les R&D.

Toutes traces de Roswell auraient disparu et le projet se serait gliss´┐Ż dans le fonctionnement normal des R&D.

Bien sur l´┐Żappareil n´┐Ż´┐Żtait jamais sorti de l´┐Żincident de Roswell. L´┐Żincident ´┐Żtait juste un mythe, il n´┐Żavait jamais eu lieu. Cela ´┐Żtait venu du bureau des Technologies ´┐Żtrang´┐Żres, quelque chose sur quoi travaillaient les Italiens ou les Fran´┐Żais et que les Am´┐Żricains avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż ´┐Ż travers les sources de renseignements.

Leur travail sur la production du laser avait tellement r´┐Żussi fin 1961, que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau pressa Corso ´┐Ż diffuser cette richesse ´┐Ż toutes les bases militaires possibles.

Corso parla, par exemple, ´┐Ż des experts en armements ´┐Ż Fort Riley, Kansas, ´┐Ż propos de l´┐Żutilisation du laser sur le terrain par les troupes. Peut-´┐Żtre comme t´┐Żl´┐Żm´┐Żtre, sugg´┐Żra-il.

Dans une de leurs derni´┐Żres impulsions pour le d´┐Żveloppement de syst´┐Żmes d´┐Żarmements bas´┐Żs sur le laser, ils argument´┐Żrent, avec succ´┐Żs, pour un budget de d´┐Żveloppement d´┐Żun syst´┐Żme de suivi des missiles entrants. Ce fut un projet ou ils trouv´┐Żrent une tr´┐Żs forte opposition de la part des autres branches militaires. Le laser ´┐Żtait trop nouveau, argument´┐Żrent-ils. L´┐Żinterf´┐Żrence atmosph´┐Żrique ou les gros nuages d´┐Żformeraient le laser sur les longues distances, dirent-ils, ou il utiliserait trop d´┐Ż´┐Żnergie et serait intransportable.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et Corso avaient un autre programme en vue pour ce projet qu´┐Żils ne pouvaient pas partager avec tout le monde.

Ils croyaient que les lasers pouvaient ´┐Żtre utilis´┐Żs pas seulement pour le suivi des missiles, c´┐Ż´┐Żtait ´┐Żvident. Ils voyaient le laser comme la meilleure arme pour, non seulement suivre les ovnis au sol, mais aussi, s´┐Żils pouvaient booster (augmenter) la puissance ´┐Ż un niveau suffisant, les descendre.

Descendons quelques ovnis, pensaient-ils, et ils ne violeront plus l´┐Żespace a´┐Żrien avec tant d´┐Żimpunit´┐Ż. ´┐Żquipons les avions de chasse ou les intercepteurs avec des appareils de tirs lasers et nous pourrons ´┐Żtre une menace cr´┐Żdible face ´┐Ż eux.

´┐Żquipons nos satellites avec des appareils de tirs lasers et nous pourrons trianguler une fen´┐Żtre de tir sur les ovnis qui garderont leurs distances par rapport ´┐Ż nos vaisseaux orbitaux.

´┐ŻMais tout ceci ´┐Żtait pure sp´┐Żculation en 1961.

Seulement quelques personnes dans les autres branches des R&D soup´┐Żonnaient ce que Corso et Trudeau faisaient. La NASA avait ses propres plans pour le d´┐Żveloppement d´┐Żun syst´┐Żme de poursuite par laser et ne voulait pas partager de budget de d´┐Żveloppement avec l´┐Żarm´┐Że, il y avait donc une tr´┐Żs petite aide ´┐Ż venir de la NASA.

L´┐ŻAir Force et la Navy gardaient leurs propres budgets de d´┐Żveloppements pour les armes lasers, et ils ne pouvaient pas croire les agences civiles de renseignements.

Donc Corso et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau commenc´┐Żrent ´┐Ż plaider en faveur d´┐Żun plan de couverture au d´┐Żveloppement du pisteur laser et autres projets sophistiqu´┐Żs de surveillance. C´┐Ż´┐Żtait excessif en surface, mais il trouva vite des adh´┐Żrents, et le vrai programme pourrait ´┐Żtre compl´┐Żtement masqu´┐Ż. Ils ne pourraient jamais l´┐Żappeler appareil anti-ovni, donc ils l´┐Żappel´┐Żrent le missile anti-missile. C´┐Ż´┐Żtait un des projets le plus couronn´┐Ż de succ´┐Żs jamais sorti des R&D. Il donna bien plus que les th´┐Żories sur la d´┐Żcouverte du laser dans le vaisseau de Roswell.

15 ´┐Ż Le projet missile anti-missile

Durant la pr´┐Żsence de Corso au Pentagone, il y eut certaines fois, o´┐Ż celui-ci se posa la question s´┐Żil n´┐Ży avait pas un plan global plus grand que son propre travail.

Corso avait lu, au cours des ann´┐Żes qui suivirent son d´┐Żpart ´┐Ż la retraite de l´┐Żarm´┐Że, des propos sur le concept de la synchronicit´┐Ż ou de la confluence et sur comment des choses o´┐Ż des ´┐Żv´┐Żnements tendaient vers un m´┐Żme regroupement, autour d´┐Żun fil commun. Comme fil commun, il y avait le d´┐Żveloppement du missile anti-missile qui englobait le travail de Corso aux R&D, sa br´┐Żve p´┐Żriode comme conseiller d´┐Ż´┐Żquipe pour le s´┐Żnateur Thurmond, et ses ann´┐Żes ´┐Ż Rome, pendant la guerre, comme assistant du chef d´┐Ż´┐Żquipe (G2), au ´┐Ż Rome Area Allied Command ´┐Ż.

D´┐Żbut 1963, juste apr´┐Żs que Corso ait quitt´┐Ż le Pentagone, le s´┐Żnateur Thurmond lui demanda de rejoindre son ´┐Żquipe comme consultant ou conseill´┐Ż sur les probl´┐Żmes de s´┐Żcurit´┐Żs Nationales et militaires. Le Congr´┐Żs venait juste d´┐Żapprouver un budget de 300 millions de dollars afin d´┐Żenqu´┐Żter sur la faisabilit´┐Ż d´┐Żun programme de missile anti-missile. Mais celui-ci s´┐Ż´┐Żtait retrouv´┐Ż droit dans un mur au moment o´┐Ż Corso quittait le S´┐Żnat. Le secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense, Robert Mc Namara, refusait carr´┐Żment de d´┐Żpenser l´┐Żargent parce que, disait-il, non seulement ce programme intensifierait la course avec les Sovi´┐Żtiques, mais il choquerait aussi le Kremlin parce qu´┐Żil le mettrait en position d´┐Żavertissement comme quoi les Am´┐Żricains essayaient de d´┐Żployer une force de premi´┐Żre frappe afin de neutraliser leurs ICBMs. Encore pire, dit-il au Congr´┐Żs, les militaires Am´┐Żricains n´┐Żavaient simplement pas besoin de cette arme.

Le s´┐Żnateur Thurmond ´┐Żtait irrit´┐Ż et Corso ´┐Żtait profond´┐Żment soucieux. Mc Namara ´┐Żtait vraiment mal inform´┐Ż sur la fa´┐Żon dont les Sovi´┐Żtiques r´┐Żagiraient face ´┐Ż un d´┐Żploiement d´┐Żarmes de la part des USA. Les Russes n´┐Żgocieraient avec les Am´┐Żricains seulement dans leur meilleur int´┐Żr´┐Żt. La CIA tenait l´┐Żoreillette de Mc Namara et lui donnait exactement les informations de d´┐Żsinformation que les experts Sovi´┐Żtiques voulaient qu´┐Żil ait : Ne d´┐Żveloppez pas le missile anti-missile.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau et le Colonel Corso avaient un programme secret qu´┐Żils avaient utilis´┐Ż au Pentagone les ann´┐Żes pr´┐Żc´┐Żdentes. Le missile anti-missile, en utilisant le ciblage et le pistage laser, ´┐Żtait suppos´┐Ż ´┐Żtre le parfait m´┐Żcanisme pour obtenir les fonds afin de d´┐Żvelopper une arme ´┐Ż canon laser qu´┐Żils pourraient utiliser, finalement, contre les ovnis.

En d´┐Żfinitif, c´┐Żest le parcours qu´┐Żils ont planifi´┐Ż. Le G´┐Żn´┐Żral l´┐Żavait port´┐Ż ´┐Ż travers la bureaucratie du Pentagone pendant que Corso couvrait ses flancs du c´┐Żt´┐Ż l´┐Żgislatif, certifiant au comit´┐Ż militaire l´┐Żefficacit´┐Ż d´┐Żune arme capable de prot´┐Żger les forces strat´┐Żgiques militaires Am´┐Żricaines avec un parapluie.

Si un pays ´┐Żtait assez fou pour essayer de les attaquer, le missile anti-missile ´┐Żmousserait, non seulement leur offensive, mais rendrait capable les USA de non seulement d´┐Żvaster les forces militaires ennemis mais aussi de tenir leur populations en otages.

Pour le D´┐Żpartement de la D´┐Żfense, le d´┐Żploiement d´┐Żun missile anti-missile encouragerait leurs ennemis ´┐Ż attaquer en premier leurs cit´┐Żs et ´┐Ż an´┐Żantir leurs populations civiles. Quel int´┐Żr´┐Żt d´┐Żavoir une capacit´┐Ż de premi´┐Żre frappe si les dommages ´┐Ż venir en retour ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż en´┐Ż route ?

Le seul moyen de pr´┐Żserver leurs populations civiles ´┐Żtait que chaque c´┐Żt´┐Ż poss´┐Żde le moyen de tenir la force nucl´┐Żaire ennemie en otage. Si chaque c´┐Żt´┐Ż pouvait d´┐Żvaster la force nucl´┐Żaire de l´┐Żautre, cela donnerait le temps de s´┐Żarr´┐Żter avant une destruction mutuelle des populations.

Mais le secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense ne comprenait pas la guerre. Il ne voyait pas les le´┐Żons qu´┐Żavait apprise l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale quand ses populations avaient ´┐Żt´┐Ż d´┐Żvast´┐Żes et que les gens en ´┐Żtaient arriv´┐Żs ´┐Ż un point de privation tel qu´┐Żils cannibalisaient l´┐Żautre pour de la nourriture. Ce genre d´┐Żexp´┐Żrience ne vous endurcit pas, elle vous ´┐Żduque.

Le seul espoir de victoire des Sovi´┐Żtiques dans la Guerre Froide ´┐Żtait de faire baisser la garde des USA et de les faire capituler. En refusant d´┐Żaller de l´┐Żavant avec le missile anti-missile, le secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense ´┐Żcoutait les arguments qui lui ´┐Żtaient donn´┐Żs au compte-goutte, par des gens des renseignements civiles qui ´┐Żtaient dirig´┐Żs par le KGB. La r´┐Żaction du s´┐Żnateur Thurmond, suite au refus de Bob Mc Namara d´┐Żaffecter les sommes au projet missile anti-missile, fut d´┐Żen appeler au sous-comit´┐Ż afin d´┐Ż´┐Żtudier ce probl´┐Żme.

Le d´┐Żpartement de la D´┐Żfense ne voulait pas divulguer une information classifi´┐Że ´┐Ż propos des capacit´┐Żs d´┐Żune arme propos´┐Że et sur sa politique de d´┐Żfense avant une s´┐Żance publique au Congr´┐Żs. Donc Fred Buzhardt, qui devint plus tard le conseiller de Nixon, sugg´┐Żra que le s´┐Żnateur Thurmond ´┐Żvoque un privil´┐Żge s´┐Żnatorial pour clore la s´┐Żance du S´┐Żnat ainsi la discussion sur le probl´┐Żme du missile anti-missile pourrait ´┐Żtre discut´┐Ż, en priv´┐Ż, avant le S´┐Żnat. Mais d´┐Żabord, il devait demander des informations sp´┐Żcifiques au D´┐Żpartement de la D´┐Żfense, et cette tache revint ´┐Ż Corso parce qu´┐Żil ´┐Żtait le consultant du s´┐Żnateur. Personne ne savait que Corso ´┐Żtait celui qui avait pr´┐Żpar´┐Ż les d´┐Żbuts du projet missile anti-missile et qui probablement le connaissait le mieux.

La premi´┐Żre r´┐Żunion avec le D´┐Żpartement de la D´┐Żfense eut lieu dans le nouveau bureau de Corso, au sous-sol de l´┐Żimmeuble Capitol. Le s´┐Żnateur Mc Namara envoya son propre conseiller scientifique, Harold Brown, qui devint plus tard le secr´┐Żtaire ´┐Ż la D´┐Żfense, accompagn´┐Ż par un Colonel de l´┐Żarm´┐Że qui ´┐Żtait devenu le responsable du d´┐Żveloppement du projet missile anti-missile. Brown ne savait pas qui ´┐Żtait Corso, mais son assistant de l´┐Żarm´┐Że devait s´┐Żrement le savoir.

´┐Ż Colonel ´┐Ż, commen´┐Ża l´┐Żofficier de l´┐Żarm´┐Że d´┐Żs que Corso lui posa une question ´┐Ż propos de leur demande d´┐Żinformation. Brown se tenait bien droit dans son si´┐Żge. Graduellement, comme pour ´┐Żvacuer les ´┐Żclats d´┐Żun bloc de granite, Corso questionna l´┐Żofficier ´┐Ż propos des d´┐Żtails sp´┐Żcifiques du programme missile anti-missile : Combien de budget ils avaient d´┐Żj´┐Ż d´┐Żpens´┐Ż au Pentagone pour ce projet et quel serait leur d´┐Żlai de d´┐Żveloppement .

Puis il posa plus de questions techniques ´┐Ż propos de la recherche dans les radars souterrains, les radars satellites, sp´┐Żcula sur les strat´┐Żgies Sovi´┐Żtiques envers les missiles anti-missiles.

Mont´┐Żs sur des camions o´┐Ż des v´┐Żhicules ferroviaires, les missiles mobiles Sovi´┐Żtiques seraient impossibles ´┐Ż suivre m´┐Żme lorsqu´┐Żils devraient s´┐Żarr´┐Żter pour faire le plein de carburant.

´┐Ż Je vois que mon assistant continue ´┐Ż vous appeler Colonel, Mr Corso ´┐Ż dit Harold Brown, ´┐Ż et vous semblez conna´┐Żtre beaucoup de d´┐Żtails sur ce sujet. ´┐Ż.

´┐Ż Oui monsieur,´┐Ż ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż je ne suis ´┐Ż la retraite que depuis quelques mois mais quand j´┐Ż´┐Żtais au Pentagone, j´┐Ż´┐Żtais l´┐Żofficier responsable du projet missile anti-missile. ´┐Ż

´┐Ż Alors il n´┐Ży a aucune raison de rester sur nos gardes ´┐Ż dit Harold Brown et finalement sourit pour la premi´┐Żre fois. Il sortit de sa poche une enveloppe pli´┐Że.

´┐Ż´┐Ż Voici vos copies avec les d´┐Żtails complets sur le projet dont nous avons instruis le Pr´┐Żsident Kennedy. Tout est l´┐Ż, et je pr´┐Żsume que c´┐Żest ce que vous vouliez, officiellement ´┐Ż dit-il en insistant sur le mot ´┐Ż officiellement ´┐Ż.

´┐ŻIl savait que Corso savait ce qui se trouvait dans l´┐Żenveloppe mais ne pouvait pas le d´┐Żvoiler avant le S´┐Żnat parce qu´┐Żelle contenait des informations classifi´┐Żes et Corso briserait le pacte envers la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale en l´┐Żouvrant.

Toutefois, par la donation de cette enveloppe ´┐Ż Corso, Brown donnait ´┐Ż Corso la pleine autorisation pour sa diffusion. Brown r´┐Żalisait, probablement, que dans des s´┐Żances priv´┐Żes, Corso avait parl´┐Ż de ce qui se trouvait dans le dossier de l´┐Żarm´┐Że sur le missile anti-missile, mais qu´┐Żil ne pouvait pas en parler de fa´┐Żon formelle. Maintenant Corso pouvait le faire et il appr´┐Żcia la sinc´┐Żrit´┐Ż de Brown.

La bataille pour l´┐Żappropriation ´┐Żtait sur le point d´┐Ż´┐Żtre emport´┐Że, mais Corso ne pouvait pas regarder le contenu de l´┐Żenveloppe, dont une partie ´┐Żtait ses propres notes, sans repenser ´┐Ż la suite des ´┐Żv´┐Żnements qui avaient conduis ´┐Ż cette r´┐Żunion et au projet qui serait finalement d´┐Żvelopp´┐Ż comme r´┐Żsultante.

Cela avait commenc´┐Ż d´┐Żbut 1962 alors que Corso travaillait sur la liste des priorit´┐Żs qu´┐Żil avait pos´┐Ż pour lui m´┐Żme. Dedans se trouvait un rapport m´┐Żdicale sur les cr´┐Żatures. C´┐Ż´┐Żtait un rapport sur la fonction possible et la structure apparente du cerveau extraterrestre. Un rapport qui ´┐Żmerveillait par les similitudes entre le cerveau EBE et le cerveau humain. Toutefois, un article dans le rapport laissait Corso perplexe. L´┐Żexaminateur m´┐Żdicale avait ´┐Żcrit que les mesures de l´┐Żactivit´┐Ż du cerveau prisent sur l ´┐ŻEBE, ´┐Ż peine encore en vie, ´┐Ż Roswell montraient que sa signature ´┐Żlectronique, en fait tout ce dont ils ´┐Żtaient capables de mesurer avec l´┐Ż´┐Żquipement de 1947, pr´┐Żsentait une signature similaire ´┐Ż ce que qu´┐Żils appelaient, les ondes basse fr´┐Żquence. Et l´┐Żexaminateur se r´┐Żf´┐Żrait ´┐Ż une description d´┐Żun docteur de la base de Roswell selon quoi les lobes du cerveau de la cr´┐Żature ne semblaient pas seulement physiologiquement et neurologiquement int´┐Żgr´┐Żs mais aussi int´┐Żgr´┐Żs par un courant ´┐Żlectromagn´┐Żtique.

´┐ŻCorso aurait aim´┐Ż penser que c´┐Ż´┐Żtait seulement la sp´┐Żculation d´┐Żun docteur qui n´┐Żavait pas l´┐Żexp´┐Żrience avec ce type d´┐Żanalyse et s´┐Żrement pas d´┐Żexp´┐Żrience avec des ´┐Żtres extraterrestres.

Par cons´┐Żquent, ce qu´┐Żil avait ´┐Żcrit n´┐Żavait aucun sens. Mais le rapport m´┐Żdical perturbait Corso bien plus qu´┐Żil ne voulait l´┐Żadmettre parce qu´┐Żil le renvoyait ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque o´┐Ż il avait ´┐Żt´┐Ż assistant du chef d´┐Ż´┐Żquipe, ´┐Ż Rome, lieu o´┐Ż il ´┐Żtait devenu ami avec certains membres de l´┐ŻUniversit´┐Ż de Rome.

Il avait 25 ans et ´┐Żtait Capitaine durant cette p´┐Żriode, un ing´┐Żnieur. Durant une de ses visites ´┐Ż l´┐ŻUniversit´┐Ż, il rencontra le Dr Gislero Flesh, un professeur de criminologie et d´┐Żanthropologie, qui avait lu ´┐Ż Corso ce qu´┐Żil appelait sa th´┐Żorie et ses exp´┐Żriences sur ´┐Ż les bases de la vie ´┐Ż. Corso pensa que c´┐Ż´┐Żtait une th´┐Żorie sauvage et super naturelle. Le Dr Gislero parlait d´┐Żun filament dans la cellule. Le filament ´┐Żtait activ´┐Ż par une action cosmique ou par une radiation ´┐Żlectromagn´┐Żtique qui bombardait la Terre continuellement de l´┐Żespace et r´┐Żsonnait contre l´┐Żactivit´┐Ż ´┐Żlectrique constamment rafra´┐Żchie du cerveau.

´┐Ż Capitaine ´┐Ż disait-il d´┐Żs qu´┐Żil commen´┐Żait une explication. Corso pense que le docteur ´┐Żtait tr´┐Żs surpris que quelqu´┐Żun de si jeune soit envoy´┐Ż par le nouveau monde pour g´┐Żrer la Loi et la Justice ´┐Ż Rome, la Capitale de l´┐Żancien monde. Le vieux professeur avait aussi des scrupules ´┐Ż t´┐Żmoigner devant quiconque, m´┐Żme devant ses ´┐Żtudiants, extraordinairement respectueux.

´┐Ż Les forces ´┐Żlectromagn´┐Żtiques dans le corps sont les moins compr´┐Żhensibles ´┐Ż continua t-il, ´┐Ż bien qu´┐Żelles soient responsables de plus d´┐Żactivit´┐Żs que ne le pense quiconque. ´┐Ż

En tant qu´┐Żing´┐Żnieur pour qui l´┐Żexp´┐Żrience avec l´┐Ż´┐Żnergie ´┐Żtait faite avec des exp´┐Żriences v´┐Żrifiables, Corso ´┐Żtait plus que sceptique au d´┐Żbut. Comment mesurer une activit´┐Ż ´┐Żlectrique, dans le cerveau, que vous ne pouviez voir ? comment des ondes invisibles d´┐Ż´┐Żnergie, que vous ne pouviez sentir ou voir, excitaient certaines parties des cellules humaines, et qu´┐Żelles ´┐Żtaient leurs intentions ?

Le professeur Flesh pr´┐Żsenta Corso au professeur Casmiro Franck, un des premiers scientifiques ´┐Ż avoir photographi´┐Ż les ondes c´┐Żr´┐Żbrales. Le professeur Franck devint un ami de Corso parce que durant les jours de sa pr´┐Żsence ´┐Ż Rome, en combattant les agents de la Gestapo, les partisans Communistes, et les familles de la p´┐Żgre locale, il ´┐Żtait toujours engag´┐Ż dans une guerre. Mais quand il avait du temps, il voulait rencontrer du monde, pour ´┐Żtendre son exp´┐Żrience, pour tomber amoureux de la ville de ses anc´┐Żtres qu´┐Żil devait prot´┐Żger.

Dans les premi´┐Żres exp´┐Żriences de Franck, celui-ci utilisa un cerveau de lapin comme sujet de test. Il mesura ce qu´┐Żil disait ´┐Żtre la longueur, les ondes basses fr´┐Żquences, que le cerveau animal g´┐Żnerait, et d´┐Żcrivait comment il ´┐Żtait capable de tracer la forme que prenaient ces ondes lorsqu´┐Żelles ´┐Żtaient transmissent du cerveau de l´┐Żanimal ´┐Ż ses muscles. Certains muscles, disait le professeur, ´┐Żtaient accord´┐Żs pour r´┐Żpondre ´┐Ż certaines longueurs d´┐Żondes c´┐Żr´┐Żbrales, des ondes ´┐Ż une fr´┐Żquence pr´┐Żcise. En cas de paralysie musculaire, ce n´┐Żest pas le muscle qui est n´┐Żcessairement endommag´┐Ż, c´┐Żest le muscle qui r´┐Żgle le m´┐Żcanisme qui devient infirme, comme s´┐Żil n´┐Żavait pas la bonne fr´┐Żquence. C´┐Żest comme une radio, disait-il, si la radio ne peut pas recevoir de signal, la radio n´┐Żest pas n´┐Żcessairement cass´┐Że (bris´┐Że), son antenne ou son cristal doivent ´┐Żtre ajust´┐Żs ´┐Ż la fr´┐Żquence correcte. Corso a ´┐Żt´┐Ż l´┐Żinvit´┐Ż de ses exp´┐Żriences de nombreuses fois et la regardait conduire ses exp´┐Żriences sur des lapins vivants, interf´┐Żrant avec la propagation de leurs ondes c´┐Żr´┐Żbrales ´┐Żlectromagn´┐Żtiques en implantant des ´┐Żlectrodes et pour voir quels´┐Ż muscles devenaient cataleptiques et quels autres r´┐Żpondaient.

Il disait que c´┐Ż´┐Żtait la fr´┐Żquence qui ´┐Żtait alt´┐Żr´┐Że, parce que lorsque l´┐Żanimal ´┐Żtait retir´┐Ż de la table d´┐Żexp´┐Żriences, il pouvait marcher et sauter comme s´┐Żil ne c´┐Ż´┐Żtait rien pass´┐Ż.

Alors, le professeur pr´┐Żsenta Corso ´┐Ż un autre de ses coll´┐Żgues, le c´┐Żl´┐Żbre chercheur en biologie et physicien docteur Castellani, qui avait, quelques ann´┐Żes plus t´┐Żt, isol´┐Ż et identifi´┐Ż la maladie appel´┐Że, ´┐Ż La maladie du sommeil ´┐Ż et qui perfectionna ce qui, de 1930 ´┐Ż 1940, serait connu comme ´┐Ż La pommade Castellani ´┐Ż. Un traitement pour une vari´┐Żt´┐Ż de maladies de peau.

O´┐Ż les autres docteurs, disait-il, s´┐Ż´┐Żtaient focalis´┐Żs sur le traitement des sympt´┐Żmes qu´┐Żils pouvaient voir sur la peau, le docteur Castellani, lui, disait que beaucoup de probl´┐Żmes de peau, comme le psoriasis, les inflammations, qui ressemblaient ´┐Ż des infections bact´┐Żriennes ´┐Żtaient, en fait, corrigibles en changeant la r´┐Żsonance ´┐Żlectromagn´┐Żtique de la peau.

Les pommades, disait-il, n´┐Żattaquaient pas l´┐Żinfection avec des drogues. Elles ´┐Żtaient des r´┐Żactifs chimiques qui changeaient la condition ´┐Żlectromagn´┐Żtique de la peau, permettant aux ondes basse-fr´┐Żquence du cerveau de faire la gu´┐Żrison.

Ces trois hommes utilisaient ces ondes ´┐Żlectromagn´┐Żtiques pour provoquer la gu´┐Żrison dans des voies qui ´┐Żtonnaient Corso.

Ils firent des d´┐Żclarations ´┐Ż propos de la capacit´┐Ż du traitement ´┐Żlectromagn´┐Żtique afin d´┐Żinfluencer la vitesse de division des cellules et la croissance de tumeurs. Ils d´┐Żclar´┐Żrent qu´┐Żavec des ondes ´┐Żlectromagn´┐Żtiques dirig´┐Żes, ils pourraient gu´┐Żrir les maladies du coeur, l´┐Żarthrite, tous les types d´┐Żinfections bact´┐Żriologiques qui parasitaient le fonctionnement des cellules, et m´┐Żme certaines formes de cancers.

Si cela semble surnaturel en 1997, imaginez comment cela devait ´┐Żtre per´┐Żu pour les oreilles d´┐Żun jeune homme et officier inexp´┐Żriment´┐Ż des renseignements en 1944.

Corso passa beaucoup de temps avec les professeurs Flesh, Franck et Castellani, ´┐Ż Rome, et regarda leurs exp´┐Żriences avec toutes sortes de cerveaux d´┐Żanimaux. Ils n´┐Żavaient pas les fonds pour ´┐Żlargir leur travail ou pour traiter des patients avec leurs m´┐Żthodes non-conventionnelles. Ainsi, la plupart de leurs d´┐Żcouvertes trouv´┐Żrent leurs voies dans la recherche sur la monographie, dans des articles de journaux acad´┐Żmiques, ou des lectures Universitaires en conf´┐Żrences. Corso quitta Rome en 1947, dit au revoir ´┐Ż ses amis, et retira leurs travaux de son esprit pour se concentrer sur son nouveau travail ´┐Ż Fort Riley, ´┐Ż la Maison blanche, ´┐Ż Red Canyon, en Allemagne et au Pentagone.

Et le jour o´┐Ż il fut sur le rapport parlant de la structure des cerveaux extraterrestres de Roswell, tout ce qu´┐Żavaient dit les professeurs Flesh, Franck et Castellani resurgit. Corso ´┐Żtait l´┐Ż-bas, ´┐Ż nouveau, fixant une feuille de papier volante et le for´┐Żant ´┐Ż reconsid´┐Żrer des id´┐Żes et des notions vielles de 10 ans, et qui d´┐Żfiaient toute la science disant comment le cerveau fonctionnait.

Alors que Corso lisait les rapports sur l´┐Żautopsie du cerveau de l´┐Żextraterrestre et ce que les examinateurs m´┐Żdicaux pensaient des ondes basse-fr´┐Żquence appliqu´┐Żes sur le tissu, il vit aussi les rapports d´┐Żun militaire de l´┐Żarm´┐Że, attach´┐Ż au bureau du consulat ´┐Żde Stalingrad, qui d´┐Żcrivait des exp´┐Żriences Sovi´┐Żtiques sur le psychisme. Ces exp´┐Żriences essayaient d´┐Żexercer une forme de contr´┐Żle psychokin´┐Żtique sur des objets traversants l´┐Żair, les d´┐Żpla´┐Żant d´┐Żun point ´┐Ż un autre. Ces rapports, ´┐Żcris ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, int´┐Żress´┐Żrent le G´┐Żn´┐Żral Trudeau parce qu´┐Żils montraient que les Sovi´┐Żtiques ´┐Żtaient dans quelque chose.

´┐Ż Ils ne perdent pas leur temps, Phil ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż Corso lors d´┐Żune r´┐Żunion matinale, apr´┐Żs avoir lu les rapports que lui avait fourni Corso le jour pr´┐Żc´┐Żdent, ´┐Ż S´┐Żils regardent ce sujet, alors ils savent qu´┐Żil y a quelque chose par l´┐Ż. ´┐Ż

´┐Ż Vous ne pensez pas que ce rapport est juste de la sp´┐Żculation ? ´┐Ż demanda Corso. Il savait ´┐Ż l´┐Żexpression du visage du G´┐Żn´┐Żral que c´┐Ż´┐Żtait une question qu´┐Żil n´┐Żaurait pas d´┐Ż poser.

´┐Ż Si vous pensez que c´┐Żest juste de la sp´┐Żculation, Colonel, ´┐Ż dit-il tr´┐Żs abruptement, ´┐Ż alors vous ne vous montrez pas ´┐Ż la hauteur pour que je vous dise pourquoi ´┐Ż.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait une certaine fa´┐Żon de vous remettre en place lorsqu´┐Żil pensait que vous aviez dit quelque chose de stupide. Et ce que Corso avait dit ´┐Żtait tr´┐Żs stupide pour un officier avec son exp´┐Żrience et son entra´┐Żnement.

´┐Ż Vous avez raison d´┐Ż´┐Żtre soucieux ´┐Ż propos de ceci ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral, plus doucement, en voyant la fa´┐Żon dont Corso le regardait. ´┐Ż Vous avez raison si vous restez dans votre bureau et si vous travaillez comme un forcen´┐Ż sur ce que veut dire ceci. Et vous savez tr´┐Żs bien ce qui nous inqui´┐Żte tout les deux. Dois-je le dire ? ´┐Ż

Non, il n´┐Żavait pas ´┐Ż le faire. C´┐Ż´┐Żtait ´┐Żvident. Si les Sovi´┐Żtiques avaient tenu entre leurs mains le m´┐Żcanisme d´┐Żun vaisseau extraterrestre qui ´┐Żtait tomb´┐Ż en 1947- et Corso ne savait pas combien il y en avait eu depuis - ils devaient se figurer que les extraterrestres utilisaient une sorte de contr´┐Żle d´┐Żonde c´┐Żr´┐Żbrale pour la navigation. Comment les extraterrestres dirigeaient cette onde et la transf´┐Żraient dans un circuit ´┐Żlectronique, ils ne le savaient pas. Mais ils savaient qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de gouvernail ou de m´┐Żthodes conventionnelles de contr´┐Żle du vaisseau, et les ´┐Ż bandanas ´┐Ż qu´┐Żils avaient trouv´┐Ż avec des censeurs ´┐Żlectroniques dessus ´┐Żtaient ´┐Żtudi´┐Żs pour r´┐Żcup´┐Żrer quelques sortes de signaux du cerveau.

Les analystes, ´┐Ż Wright Field, croyaient que les censeurs sur les ´┐Ż bandanas ´┐Ż correspondaient ´┐Ż des points pr´┐Żcis sur les lobes multiples du cerveau extraterrestre qui g´┐Żn´┐Żraient des ondes basse-fr´┐Żquence, donc les ´┐Ż bandanas ´┐Ż formaient une partie int´┐Żgrante du circuit. Si les Am´┐Żricains ´┐Żtaient capable de penser ´┐Ż ceci, les Sovi´┐Żtiques ´┐Żtaient aussi capable de penser ´┐Ż la m´┐Żme chose. De plus, le G´┐Żn´┐Żral n´┐Żavait pas ´┐Ż en parler parce que Corso y avait pens´┐Ż : Et si les Sovi´┐Żtiques, seuls dans l´┐Żespace au d´┐Żbut des ann´┐Żes 60, avaient quelques communications avec les extraterrestres que les Am´┐Żricains n´┐Żavaient pas ? Qui a dit que les EBEs ´┐Żtaient anti-communiste ?

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau fit part aussi ´┐Ż Corso de quelques rapports des renseignements qui d´┐Żcrivaient des tests Sovi´┐Żtiques de missiles anti-missiles conduits avec des radars de poursuite tr´┐Żs performants. Trudeau et Corso connaissaient ces radars parce qu´┐Żils les avaient vu travailler durant leurs exercices en Allemagne quand chaque c´┐Żt´┐Ż voulait tester les r´┐Żponses de l´┐Żautre au-dessus de la ligne de d´┐Żmarcation en Allemagne de l´┐ŻEst.

Leurs radars et leurs capacit´┐Żs ´┐Ż se caler sur une cible ´┐Żtaient aussi bons que ceux des Am´┐Żricains. Mais ce que le G´┐Żn´┐Żral montrait ´┐Ż Corso, c´┐Ż´┐Żtait des rapports qui d´┐Żcrivaient des tirs Sovi´┐Żtiques de missiles d´┐Żinterception ´┐Ż partir de v´┐Żhicules ICBM et qui faisaient exploser leurs ogives cibles. Un de ces tests d´┐Żinterception r´┐Żussi ´┐Ż travers un nuage atomique en Asie. C´┐Ż´┐Żtait tr´┐Żs perturbant parce que quiconque connaissant la nature d´┐Żun nuage atomique savait que les impulsions ´┐Żlectromagn´┐Żtiques ´┐Żliminaient imm´┐Żdiatement toute forme d´┐Ż´┐Żlectronique. Donc, si les Sovi´┐Żtiques pouvaient endurcir leurs syst´┐Żmes de guidage de missile anti-missiles de chez eux jusqu´┐Ż´┐Ż une cible ´┐Ż travers un nuage charg´┐Ż ´┐Żlectromagn´┐Żtiquement,´┐Ż ils utilisaient une technologie bien plus avanc´┐Że que celle des Am´┐Żricains.

´┐Ż Quand vous ´┐Żtiez en Allemagne en train de commander le bataillon Nike,´┐Ż ´┐Ż demanda le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż Corso, ´┐Ż vous avez exp´┐Żriment´┐Ż des manoeuvres d´┐Ż´┐Żvasion serr´┐Żes dans des entra´┐Żnements avec des avions cibles t´┐Żl´┐Żguides, n´┐Żest-ce-pas ? ´┐Ż

La m´┐Żmoire du G´┐Żn´┐Żral ´┐Żtait bonne. Leurs bataillons anti-avions, d´┐Żployaient le Nike, un des missiles guid´┐Żs les plus avanc´┐Żs ´┐Ż cette ´┐Żpoque. le Nike ´┐Żtait un missile guid´┐Ż par radar, et le Hawk ´┐Żtait un missile ´┐Ż t´┐Żte chercheuse. Donc, m´┐Żme si un pilote essayait d´┐Ż´┐Żviter les missiles, les ogives Hawk le suivaient et d´┐Żtruisaient son engin.

´┐Ż Quand nous avons tir´┐Ż sur les avions guid´┐Żs, dans des formations simul´┐Żes de bombardement, nous avons effectu´┐Żs un parfait score, encore et encore, mais quand les pilotes effectuaient des manoeuvres d´┐Ż´┐Żvasions rapides contre nos missiles, nous ne pouvions pas les toucher. ´┐Ż dit Corso.

´┐Ż Expliquez moi comment cela fonctionnait ´┐Ż demanda Trudeau.

´┐Ż Les missiles Nike se d´┐Żpla´┐Żaient comme des bateaux sur l´┐Żeau ´┐Ż expliqua Corso, ´┐Ż ils coupaient les grandes courbes et prenaient un angle qui les conduirait jusqu´┐Ż´┐Ż leurs cibles. ´┐Ż toute manoeuvre d´┐Ż´┐Żvasion que faisait le pilote, le missile compensait sa course en suivant sa source de chaleur. Mais si le pilote ´┐Żtait capable de s´┐Ż´┐Żchapper, ´┐Ż la derni´┐Żre minute, de la trajectoire du Nike, le missile continuait sa course et ne pouvait pas retrouver sa piste. Les pilotes de bombardiers devaient rester en formation et gardaient leurs trajectoires pour pouvoir atteindre leur cible et ensuite avoir assez de fuel pour rentrer chez eux, donc leurs manoeuvres d´┐Ż´┐Żvasions ´┐Żtaient strictement limit´┐Żes. Mais pour des pilotes de chasse, c´┐Ż´┐Żtait plus facile. N´┐Żimporte quel MIG, ou Phantom pouvaient´┐Ż d´┐Żjouer un Nike. ´┐Ż

´┐Ż Donc si les Sovi´┐Żtiques ont quelque chose qui peut emmener une ogive de missile ´┐Ż travers un nuage atomique, et utilisent des appareils qui peuvent provenir d´┐Żune technologie extraterrestre, nous avons quelque raison de nous inqui´┐Żter. ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral.

´┐Ż Nous avons beaucoup ´┐Ż nous inqui´┐Żter ´┐Ż propos de ceci, ´┐Ż acquies´┐Ża Corso, ´┐Ż nous n´┐Żavons rien qui ´┐Żgal ceci, except´┐Ż les syst´┐Żmes de pistages par laser, mais c´┐Żest ´┐Ż des ann´┐Żes d´┐Żun quelconque d´┐Żveloppement, m´┐Żme en estimant que nous pourrions avoir le Pr´┐Żsident pour parler au Congr´┐Żs afin de nous donner l´┐Żargent de ce d´┐Żveloppement. ´┐Ż

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau frappa ses paumes sur le bureau avec assez de force pour le faire vibrer. Corso ´┐Żtait sur que l´┐Żemploy´┐Ż de bureau du G´┐Żn´┐Żral Trudeau, qui se tenait au-dehors, pensait que Corso ´┐Żtait en train de se faire engueuler, mais c´┐Ż´┐Żtait une fa´┐Żon du G´┐Żn´┐Żral pour renforcer la d´┐Żcision qu´┐Żil avait eu.

´┐Ż´┐Ż Phil, vous ´┐Żtes l´┐Żadministrateur du projet missile anti-missile pour le temps ´┐Ż venir. Je ne m´┐Żinqui´┐Żte pas sur tout ce que vous avez ´┐Ż faire, vous m´┐Ż´┐Żcrivez un rapport sur ce que nous avons discut´┐Ż ici et ensuite nous poseront ensemble une proposition que je pourrais utiliser pour avoir un peu d´┐Żargent afin de d´┐Żvelopper cette chose. ´┐Ż dit Trudeau, ´┐Ż Je sais que nous sommes sur la bonne voie, m´┐Żme si nous sommes dans une ´┐Żtrange ar´┐Żne. Contr´┐Żle par la pens´┐Że. ´┐Ż dit-il, sp´┐Żculant sur comment un cerveau humain pourrait ´┐Żtre harnach´┐Ż ´┐Ż la navigation d´┐Żun missile guid´┐Ż.

´┐Ż H´┐Ż bien, si les Sovi´┐Żtiques y regardent s´┐Żrieusement, nous devons le faire aussi,´┐Ż avant qu´┐Żils nous doublent comme ils l´┐Żont fait avec Spoutnik ´┐Ż dit Trudeau.

´┐Ż Pourquoi moi ? ´┐Ż´┐Ż se demanda Corso alors qu´┐Żil descendait les escaliers vers son bureau. C´┐Ż´┐Żtait comme faire une dissertation trimestrielle´┐Ż quand il n´┐Ży avait aucune recherche utilisable ou qui puisse s´┐Żappeler raisonnable. Il devait ´┐Żcrire sur des syst´┐Żmes de contr´┐Żles de navigation, sans fonctions m´┐Żdicales et biologiques en soi, mais cela rendait tout le reste bien plus difficile.

Corso se rappela son fils lui disant qu´┐Żil ´┐Żtait capable d´┐Żarranger des engins qui s´┐Ż´┐Żtaient cass´┐Żs (bris´┐Żs) et des moteurs ´┐Żlectriques qui ne fournissaient plus d´┐Ż´┐Żnergie,´┐Ż parce qu´┐Żil pensait que les parties mobiles lui parlaient. En pensant avec quoi jouaient les Sovi´┐Żtiques, peut-´┐Żtre que son fils ne semblait pas aussi fou, apr´┐Żs tout. C´┐Ż´┐Żtait quelque chose sur lequel il devait faire des recherches.

Si les informations que les professeurs Flesh, Franck et Castellani lui avaient donn´┐Żes,´┐Ż il y a 50 ans, avaient une quelconque validit´┐Ż, alors les vagues r´┐Żf´┐Żrences, dans le rapport de Roswell, que Corso avait lu avaient aussi une validit´┐Ż.

Donc il commen´┐Ża.

´┐Ż Les r´┐Żf´┐Żrences aux fonctions du cerveau EBE dans les rapports m´┐Żdicaux de Roswell ´┐Ż ´┐Żcrivit-il dans son m´┐Żmo pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż sugg´┐Żrent de nouvelles voies de recherches dans les contr´┐Żles de navigation et de guidage. L´┐Żint´┐Żgration ´┐Żlectromagn´┐Żtique dans les lobes du cerveau EBE et la possible autre int´┐Żgration avec d´┐Żautres fonctions du cerveau, ceux-ci incluant la capacit´┐Ż psychokin´┐Żsique, la possibilit´┐Ż de d´┐Żplacer les objets ´┐Ż travers de longues distances, est renversante et ressemble plus ´┐Ż de la science-fiction qu´┐Ż´┐Ż un fait. Si nous pouvons faire une corr´┐Żlation sur les ondes basse-fr´┐Żquence et leur int´┐Żgration ´┐Żlectromagn´┐Żtique, c´┐Żest une voie pour pouvoir identifier un ph´┐Żnom´┐Żne mesurable avec un proc´┐Żd´┐Ż que nous ne comprenons pas. Pour commencer, je recommande que nous ´┐Żtudions le ph´┐Żnom´┐Żne, dans un effort d´┐Żapplication de nos d´┐Żcouvertes, pour r´┐Żunir et utiliser toute donn´┐Że que nous pourrions d´┐Żvelopper sur les ondes basse-fr´┐Żquence et l´┐Żint´┐Żgration ´┐Żlectromagn´┐Żtique, afin de marier ceci dans nos syst´┐Żmes de guidages et de contr´┐Żles actuels et cr´┐Żer une nouvelle ´┐Żtape dans l´┐Żart des missiles suiveurs.

Un avertissement : La CIA a commenc´┐Ż un programme dans lequel elle travaillait avec des ´┐Ż proph´┐Żtes ´┐Ż, comme ils les appellent, des parapsychologues, dont ils esp´┐Żrent leurs donner la m´┐Żme capacit´┐Ż que la formation du KGB avec la ´┐Ż technologie psychotronique ´┐Ż.

Ces agences de renseignements sont tr´┐Żs proches de notre approche militaire et nous devons faire attention ´┐Ż ne pas laisser nos recherches tomber dans leur marmite. Nous pourrions ´┐Żtre discr´┐Żdit´┐Żs et peut-´┐Żtre stopp´┐Żs dans nos efforts. Par cons´┐Żquent, je recommande que le fond de nos exp´┐Żriences avec les ondes c´┐Żr´┐Żbrales basse-fr´┐Żquence soit compl´┐Żtement effac´┐Ż de toutes donn´┐Żes historiques en rapport avec cette analyse. ´┐Ż

Les bases de Corso, pour le missile anti-missile, ´┐Żtaient que les Sovi´┐Żtiques avaient leurs propres succ´┐Żs dans le contr´┐Żle de la trajectoire d´┐Żune ogive ICBM en vol et le succ´┐Żs qu´┐Żils avaient dans le ciblage d´┐Żogives, en entrance, avec leur propre missile anti-missile en d´┐Żveloppement.

´┐Ż Dans les r´┐Żcents mois ´┐Ż ´┐Żcrivit-il,

´┐Ż Il est venu ´┐Ż notre attention que les Sovi´┐Żtiques pouvaient changer la course d´┐Żun ICBM apr´┐Żs lancement et apr´┐Żs avoir trouv´┐Ż son chemin vers sa cible. De plus, les Sovi´┐Żtiques avaient test´┐Ż, deux fois, un missile anti-missile tir´┐Ż´┐Ż travers un nuage atomique, sur un ICBM en approche. Par cons´┐Żquent, une proposition technique devrait ´┐Żtre ´┐Żtudi´┐Że aussi t´┐Żt que possible :

  1. Un missile anti-missile qui serait capable de se caler sur un ICBM en approche et de rester cal´┐Ż dessus malgr´┐Ż toute manoeuvre d´┐Ż´┐Żvasion, pour le d´┐Żtruire avant qu´┐Żil n´┐Żatteigne sa cible.
  2. Tout les circuits devaient ´┐Żtre renforc´┐Żs pour r´┐Żsister aux radiations, explosion, chaleur, et pulsion ´┐Żlectromagn´┐Żtique d´┐Żune d´┐Żtonation atomique et ceci en incluant l´┐Żintensit´┐Ż de l´┐Żexplosion de la bombe Russe de 60 m´┐Żgatonnes.

PR´┐ŻMISSE :

Nos missiles antia´┐Żriens tels que les Nike-Ajax, Nike-Hercule et Hawk ne sont pas ad´┐Żquates contre les ICBM. Les syst´┐Żmes actuelles ne peuvent pas suivre un ICBM en approche ou trouver la cible ´┐Ż d´┐Żtruire si elle change de trajectoire, capacit´┐Ż que les derniers tests Sovi´┐Żtiques rendraient peut-´┐Żtre utilisable dans la d´┐Żcennie.

Nos satellites espions devraient ´┐Żtre capables de localiser les ogives Sovi´┐Żtiques une fois celles-ci lanc´┐Żes, mais les Sovi´┐Żtiques d´┐Żveloppaient aussi la capacit´┐Ż de mettre hors service nos satellites, aussi bien en les d´┐Żtruisant avec des armes nucl´┐Żaires qu´┐Żen les envoyant hors de leurs orbites.

Et enfin, la capacit´┐Ż Sovi´┐Żtique de g´┐Żn´┐Żrer une pulsion ´┐Żlectromagn´┐Żtique ´┐Ż travers une d´┐Żtonation nucl´┐Żaire dans l´┐Żespace, rendrait nos satellites aveugles. Les rapports secrets des renseignements confirment que les Sovi´┐Żtiques sont d´┐Żj´┐Ż capables de mettre hors service deux de nos satellites et un autre lanc´┐Ż par les Britanniques.

Nous, par cons´┐Żquent, avons un double probl´┐Żme : Non seulement les circuits du missile anti-missile doivent ´┐Żtre renforc´┐Żs mais les circuits des satellites espions doivent aussi ´┐Żtre renforc´┐Żs contre les radiations, ´┐Żmissions ioniques, et pulsions ELM.

Mais parce que les essais nucl´┐Żaires sont bannis par le trait´┐Ż, les USA n´┐Żauront pas l´┐Żopportunit´┐Ż de faire des tests, donc nous devons d´┐Żpoussi´┐Żrer nos donn´┐Żes sur les r´┐Żsultats de nos tests actuels pour arriver ´┐Ż calculer si nous pouvons pr´┐Żsumer qu´┐Żils sont bons. ´┐Ż

Quand le G´┐Żn´┐Żral Trudeau a lu le rapport complet de Corso, il lui demanda de parler aux scientifiques qui avaient particip´┐Ż ´┐Ż leur ´┐Żbrain trust´┐Ż .

´┐Ż Ne vous inqui´┐Żtez pas sur la fa´┐Żon dont cela va circuler, Phil ´┐Ż le rassura le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, ´┐Ż Je veux seulement le montrer ´┐Ż quelques membres de la maison,´┐Ż du S´┐Żnat et des commissions du S´┐Żnat pour la D´┐Żfense, et ils ont promis de le garder confidentiel. ´┐Ż

´┐Ż Je sais que vous voulez que cela se passe bien, G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Puis-je avoir le reste de la journ´┐Że pour travailler dessus ? ´┐Ż

´┐Ż Vous avez jusqu´┐Ż´┐Ż demain matin ´┐Ż dit Trudeau, ´┐Ż parce qu´┐Żapr´┐Żs le d´┐Żjeuner, vous et moi avons rendez-vous avec la sous-commission du S´┐Żnat et je veux leur lire ce rapport. ´┐Ż

Corso dit ´┐Ż sa femme qu´┐Żil serait ´┐Ż la maison plus tard dans la matin´┐Że pour changer d´┐Żuniforme, puis il alla au Capitol Hill pour une r´┐Żunion. Ensuite, il prit quelques sandwiches, remplit sa cafeti´┐Żre et s´┐Żenracina dans le bureau pour un long moment.

´┐Ż Le dessin et la configuration de nos ICBM est ad´┐Żquate. ´┐Ż ´┐Żcrivit-il dans son bloc-note, puis il raya la phrase et ´┐Żcrivit ´┐Ż nouveau, ´┐Ż Toutefois, des changements internes sont n´┐Żcessaires, et plus sp´┐Żcialement, dans les capsules d´┐Żogives. ´┐Ż

Ce que voulait recommander Corso ´┐Żtait on ne peut plus radicale. Ils avaient besoin d´┐Żun nouveau syst´┐Żme de navigation informatis´┐Ż, enti´┐Żrement nouveau, qui pourrait tirer parti du circuit transistoris´┐Ż en cours de d´┐Żveloppement ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 60.

Corso sugg´┐Żra qu´┐Żils devaient modeler les ordinateurs internes des missiles avec la forme des doubles h´┐Żmisph´┐Żres du cerveau. Avec une h´┐Żmisph´┐Żre ou lobe recevant les donn´┐Żes de positionnement des satellites en orbites, l´┐Żautre contr´┐Żlerait les fonctions de contr´┐Żles du missile comme les r´┐Żacteurs, les changements de position, et la s´┐Żparation des propulseurs. Il recevrait les donn´┐Żes ´┐Ż travers une ´┐Żmission de basse-fr´┐Żquence de l´┐Żautre lobe. Le lobe de contr´┐Żle transmettrait aussi la t´┐Żl´┐Żm´┐Żtrie de vol au lobe de positionnement, ainsi les deux lobes travailleraient ensemble, en tandem.

Ceci, r´┐Żsonnait (pensait) Corso, rendrait le syst´┐Żme plus difficile ´┐Ż brouiller. Si un de leurs satellites d´┐Żtectait la menace d´┐Żun missile anti-missile en approche, il relaierait les informations ´┐Ż l´┐Żogive, dont l´┐Żordinateur actionnerait les propulseurs pour effectuer une action ´┐Żvasive avant l´┐Żapproche de la cible finale.

Vu que, comme le pensait corso, c´┐Ż´┐Żtait ´┐Ż travers l´┐Żapplication et l´┐Żamplification des ondes c´┐Żr´┐Żbrales basse-fr´┐Żquence que les EBEs pilotaient le vaisseau trouv´┐Ż ´┐Ż Roswell, leur implication dans cette technologie les rendrait capable d´┐Żutiliser leurs cerveaux pour contr´┐Żler les vols d´┐Żobjets. Ils pourraient utiliser une sorte de syst´┐Żme d´┐Żonde c´┐Żr´┐Żbrale pour piloter leurs ogives ICBM si leur ordinateurs de bord d´┐Żtectaient la menace d´┐Żun missile anti-balistique. Ils pourraient utiliser aussi ce syst´┐Żme pour conduire le missile jusqu´┐Żau lanceur d´┐Żogives ennemi, m´┐Żme s´┐Żils ´┐Żtaient capables de faire quelques manoeuvres ´┐Żchappatoires.

´┐Ż partir du moment o´┐Ż le missile serait cal´┐Ż sur sa trajectoire finale, sa d´┐Żtonation pourrait s´┐Żeffectuer m´┐Żme s´┐Żil ´┐Żtait pouss´┐Ż hors de sa course et pourrait encore exploser et faire assez de dommages pour que cela compte comme un tir au but. La conclusion de Corso ´┐Żtait :

´┐Ż Une affectation de 300 millions de $ doit ´┐Żtre demand´┐Że pour le FY 1963 ´┐Ż venir, comme une affectation de d´┐Żveloppement d´┐Żurgence. ´┐Ż

Corso lu ses propres notes de l´┐Żenveloppe tenue par Harold Brown et le regarda.

´┐Ż Colonel ´┐Ż dit l´┐Żassistant de Brown, ´┐Ż Nous comprenons l´┐Żurgence de votre requ´┐Żte de´┐Ż l´┐Żann´┐Że derni´┐Żre et nous appr´┐Żcions votre combat pour elle maintenant. ´┐Ż

´┐Ż Mais le D´┐Żpartement de la D´┐Żfense ne va simplement pas permettre ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że d´┐Żaller de l´┐Żavant pour un missile anti-missile en ce moment. Pas en 1963 ´┐Ż dit Mr Brown.

´┐Ż Quand ? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż Au moment ´┐Ż,dit le Colonel de l´┐Żarm´┐Że, ´┐Ż o´┐Ż l´┐Żimpact du d´┐Żploiement de ce syst´┐Żme sera plus grand que maintenant. Les Russes savent que nous avons un joyau dans le type de satellites qu´┐Żils envoient, et que nous pouvons prendre les leurs, en un battement de coeur, bien plus rapidement qu´┐Żils ne peuvent prendre les n´┐Żtres. ´┐Ż

Corso commen´┐Ża ´┐Ż r´┐Żpondre, mais Harold Brown se leva pour partir. Ils se serr´┐Żrent la main et il marcha vers la porte. Le Colonel de l´┐ŻArm´┐Że resta devant le bureau de Corso. ´┐Ż Peut-´┐Żtre que juste vous et moi pouvons parler, Colonel Corso, ´┐Ż dit-il. Le propre associ´┐Ż de Corso dans le comit´┐Ż du s´┐Żnateur Thurmond quitta aussi le bureau.

´┐Ż Au Pentagone, nous comprenons que votre recherche pr´┐Żc´┐Żdente dans la technologie des missile anti-balistique est la vraie raison de votre soutien, Colonel ´┐Ż dit le directeur de projet, ´┐Ż c´┐Żest en de bonnes mains ´┐Ż.

Mais Corso savait qu´┐Żil ne connaissait pas la vraie raison : les EBEs.

Seul le G´┐Żn´┐Żral Trudeau connaissait l´┐Żagenda cach´┐Ż qui se pla´┐Żait en dessous du projet.

´┐Ż Mais quand pensez vous que le d´┐Żveloppement commencera ? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż Dans une poign´┐Że d´┐Żann´┐Żes, nous aurons un vaisseau lunaire en orbite autour de la lune ´┐Ż dit-il, ´┐Ż nous aurons des satellites en orbites qui cartographieront chaque centim´┐Żtre de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique. Nous verrons ce qu´┐Żils pourront envoyer contre nous. Alors nous aurons effectivement besoin de la sorte de missile anti-missile que vous proposez, parce qu´┐Żalors m´┐Żme le Congr´┐Żs verra la raison de ceci. ´┐Ż

´┐Ż Mais jusqu´┐Ż´┐Ż quand.... ´┐Ż commen´┐Ża Corso

´┐Ż Jusqu´┐Ż´┐Ż quand ´┐Ż dit le Colonel, ´┐Ż tout ce que nous pouvons faire, c´┐Żest attendre. ´┐Ż

Cela prendrait vingt autres ann´┐Żes pour que les d´┐Żbuts d´┐Żun antimissile soient d´┐Żploy´┐Żs. Et cela prendrait aussi un Pr´┐Żsident qui ´┐Żtait bien dispos´┐Ż ´┐Ż reconna´┐Żtre la menace extraterrestre pour forcer une arme antimissile ´┐Ż travers un Congr´┐Żs hostile.

16 ´┐Ż Ma derni´┐Żre ann´┐Że au R&D

Les dossiers Hoover, les fibres optiques, la super-t´┐Żnacit´┐Ż, et autres choses.

Corso avait ´┐Ż peine lev´┐Ż la t´┐Żte des dossiers de son bureau sur les propositions techniques pendant les mois d´┐Żhiver en 1961. Le travaille ne s´┐Ż´┐Żtait m´┐Żme pas arr´┐Żter pendant les vacances de No´┐Żl.

Corso avait beaucoup voyag´┐Ż durant les derniers mois de 1961, voyant les armes subir des tests sur les terrains d´┐Żessais autour du pays, rencontrant les chercheurs Universitaires pour des sujets divers, comme la pr´┐Żservation de la nourriture ou la conversion de pile atomique us´┐Że dans des armes, et ´┐Ż d´┐Żvelopper des rapports de renseignements pour le G´┐Żn´┐Żral Trudeau sur les sortes de technologies qui pourraient cr´┐Żer le d´┐Żveloppement de nouvelles armes dans la prochaine d´┐Żcennie.

Corso jetait aussi un oeil sur tout les rapports en provenances de l´┐ŻAIC (Air intelligence Command) ´┐Ż propos des observations d´┐Żovnis sur lesquelles devaient r´┐Żfl´┐Żchir les renseignements de l´┐Żarm´┐Że. L´┐ŻAIC ´┐Żtait le niveau de classification suivant pour les gens du projet Blue Book.

Leur travail, derri´┐Żre leur fonction manifeste de d´┐Żplacer tout rapport d´┐Żovni urgent sur l´┐Ż´┐Żchelle de s´┐Żcurit´┐Ż aux prochains niveaux o´┐Ż ils pourraient dispara´┐Żtre derri´┐Żre le voile du camouflage, ´┐Żtait de classifier le type d´┐Ż´┐Żv´┐Żnement ou d´┐Żincident que l´┐Żobservation semblait indiquer. D´┐Żhabitude, cela voulait dire s´┐Żparer les observations de vrais avions qui devaient ´┐Żtre ´┐Żtudi´┐Żes par les renseignements militaires et les vrais observations d´┐Żovnis qui n´┐Żcessitaient d´┐Ż´┐Żtre trait´┐Żes par tous les ´┐Żl´┐Żments du groupe de travail, qui surveillait, pour ´┐Żtre renvoy´┐Ż au Blue Book afin d´┐Ż´┐Żtre d´┐Żbunk´┐Ż (divulgu´┐Ż).

L´┐ŻAIC adorait avoir des observations fausses ´┐Ż retourner : Une m´┐Żt´┐Żorite ´┐Żvidente qu´┐Żils pouvaient confirmer, quelques anomalies visuelles dues ´┐Ż un alignement de plan´┐Żtes, ou, le meilleur de tous, un couple de clowns qui avait d´┐Żcid´┐Ż d´┐Żeffrayer les habitants d´┐Żune ville avec une farce d´┐ŻHalloween.

Ils y avaient des gars qui courraient avec des chaussures de skis dans les champs de bl´┐Żs, ou quelqu´┐Żun qui envoyait des photos de moule ´┐Ż g´┐Żteau volant aux journaux locaux. Alors les gens du Blue Book pouvaient envoyer l´┐Żhistoire ´┐Ż la presse pour publication, et tout le monde se flattait pour le travail qu´┐Żils faisaient. La vie pouvait ´┐Żtre amusante dans les ann´┐Żes 60, et plus sp´┐Żcialement si vous ne saviez pas la v´┐Żrit´┐Ż.

Dans les ann´┐Żes 50, Hoover ´┐Żtait int´┐Żress´┐Ż par les rumeurs sur Roswell parce que tout ce que la CIA tenait entre ses dents le rendait nerveux. Si c´┐Ż´┐Żtait seulement les militaires qui faisaient un cover-up (une op´┐Żration de maquillage), il pouvait vivre avec cela, bien qu´┐Żil pensait que les militaires n´┐Żavaient jamais lanc´┐Ż l´┐ŻOSS pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale. Mais une fois qu´┐Żil avait suspect´┐Ż la CIA de faire partie de l´┐Żhistoire de Roswell, il voulait en faire parti aussi.

Mais durant ses ann´┐Żes de pr´┐Żsence ´┐Ż la Maison Blanche, Corso ne put rien lui dire. Ce n´┐Żest qu´┐Żen 1961 qu´┐Żil eut en main ce qui c´┐Ż´┐Żtait r´┐Żellement pass´┐Ż ´┐Ż Roswell, mais ´┐Ż ce moment-l´┐Ż, il n´┐Żeut pas ´┐Ż le contacter. Hoover l´┐Żappela.

Ils d´┐Żcouvrirent qu´┐Żils pouvaient s´┐Żaider mutuellement. Hoover ´┐Żtait un fanatique de l´┐Żinformation. Si il y avait un morceau d´┐Żinformation dans les alentours, rumeur ou v´┐Żrit´┐Ż, il ´┐Żtait obs´┐Żd´┐Ż de le mettre dans ses dossiers. L´┐Żinformation ´┐Żtait une commodit´┐Ż valable pour lui, il allait l´┐Ż´┐Żchanger avec quiconque au Gouvernement.

En Janvier 1962, tout ce qu´┐Żavait ´┐Ż l'esprit Corso c´┐Ż´┐Żtait de r´┐Żtablir une relation avec J. Edgar Hoover. Non seulement il poss´┐Żdait les morceaux et les pi´┐Żces de l´┐Żhistoire de Roswell que voulait Hoover, mais il avait aussi des informations sur les activit´┐Żs domestiques de la CIA. Hoover fut plus qu´┐Żint´┐Żress´┐Ż par le partage de ces informations et ils continu´┐Żrent de discuter durant toute l´┐Żann´┐Że 1962, jusqu´┐Ż´┐Ż ce que Corso quitte l´┐Żarm´┐Że et rejoigne l´┐Ż´┐Żquipe du s´┐Żnateur Thurmond.

Leur relation continua durant toute l´┐Żann´┐Że 1963, et en 1964, quand Corso fut l´┐Żenqu´┐Żteur pour le s´┐Żnateur Russel dans la commission Warren, Hoover poursuivit sa propre enqu´┐Żte ind´┐Żpendante sur l´┐Żassassinat du Pr´┐Żsident.

Corso n´┐Żest pas s´┐Żr que J. Edgar Hoover ait r´┐Żellement cru ´┐Ż l´┐Żhistoire de Roswell, une conspiration pour cacher quelque chose d´┐Żautre, ou juste une illusion qui est devenue une hyst´┐Żrie des masses en provenance du d´┐Żsert.

Il y avait temps de d´┐Żtails enterr´┐Żs dans les m´┐Żmos militaires et maintenus sous un cover-up (une op´┐Żration de maquillage) qu´┐Żil n´┐Żavait pas la possibilit´┐Ż de savoir la v´┐Żrit´┐Ż. Mais comme le bon flic qu´┐Żil ´┐Żtait, il r´┐Żcup´┐Żrait toute l´┐Żinformation qu´┐Żil pouvait trouver et continuait ´┐Ż chercher quelque chose qui ait un sens.

Si l´┐Żarm´┐Że voyait une menace pour la soci´┐Żt´┐Ż, alors Hoover pensait qu´┐Żil y avait une menace. Et ´┐Ż chaque fois qu´┐Żil pouvait suivre un rapport sur une observation, avec une tr´┐Żs discr´┐Żte apparition d´┐Żun couple d´┐Żagents du FBI pour interroger les t´┐Żmoins, il le faisait. Il faisait plus que partager l´┐Żinformation avec Corso, et c´┐Żest comme cela que Corso trouva quelques histoires non publi´┐Żes de mutilations de b´┐Żtail au d´┐Żbut des ann´┐Żes 60.

Sa connexion avec Hoover ´┐Żtait importante pour lui alors qu´┐Żil commen´┐Żait son travail dans les premiers semaines de 1962, parce que le niveau de recherche des d´┐Żveloppements devenait tr´┐Żs intense.

Quand le directeur du FBI parlait avec Corso, celui-ci avait ses questions d´┐Żj´┐Ż pr´┐Żtes. Aucune information ´┐Żchang´┐Że ne fut ´┐Żcrite, et toute les notes que Corso prit pendant les conversations furent d´┐Żtruites par lui.

M´┐Żme aujourd´┐Żhui, bien que des agents du FBI aient contact´┐Ż Corso ´┐Ż propos d´┐Żenregistrements suppos´┐Żs oubli´┐Żs dans de vieux dossiers, il ne sait pas quelles notes le directeur du FBI prit pendant leurs conversations.

Parce qu´┐Żils se faisaient mutuellement confiance, et qu´┐Żils se voyaient tout les 6 mois, m´┐Żme apr´┐Żs le d´┐Żpart de Corso du Gouvernement, il ne donna jamais suite ´┐Ż ce´┐Ż qu´┐Żil avait dit et ne demanda jamais une v´┐Żrification des informations contenus dans les dossiers. Corso pense qu´┐ŻHoover appr´┐Żcia cela.

En F´┐Żvrier 1962, Corso avait garni ses dossiers de projets pour une course finale qui l´┐Żentra´┐Żnerait jusqu´┐Ż´┐Ż la fin de cette m´┐Żme ann´┐Że. Le premier dossier sur le bureau ´┐Żtait ´┐Ż Le filament en verre ´┐Ż

Fibres optiques

Les membres de l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration qui avaient fouill´┐Żs ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du vaisseau, le matin de la d´┐Żcouverte, avaient dit au Colonel Blanchard, de retour au 509e groupe, qu´┐Żils ´┐Żtaient stup´┐Żfi´┐Żs de ne pas trouver d´┐Żinstallation ´┐Żlectrique conventionnelle. O´┐Ż ´┐Żtaient les connexions ´┐Żlectriques ? demand´┐Żrent-ils, parce que, manifestement, le vaisseau avait de l´┐Ż´┐Żlectronique. Ils ne comprirent pas la fonction des circuits int´┐Żgr´┐Żs qu´┐Żils trouv´┐Żrent, ils ´┐Żtaient compl´┐Żtement intrigu´┐Żs par les filaments en verre qui courraient le long des panneaux du vaisseau.

Au d´┐Żbut, quelques scientifiques pens´┐Żrent qu´┐Żils contenaient le syst´┐Żme ´┐Żlectrique manquant, celui qui avait aussi intrigu´┐Ż les ing´┐Żnieurs alors qu´┐Żils emballaient le vaisseau pour l´┐Żexp´┐Żdier.

Peut-´┐Żtre qu´┐Żil faisait parti de l´┐Żharnachement qui s´┐Ż´┐Żtait bris´┐Ż pendant l'´┐Żcrasement. Mais ces filaments avaient une ´┐Żtrange propri´┐Żt´┐Ż.

L´┐Żharnachement semblait avoir ´┐Żt´┐Ż descell´┐Ż d´┐Żun panneau de contr´┐Żle et avait ´┐Żt´┐Ż s´┐Żpar´┐Ż en douze filaments qui ressemblaient ´┐Ż quelque chose comme du quartz.

Quand, de retour au hangar du 509e, les officiers de l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration appliquaient de la lumi´┐Żre sur un des bouts du filament, l´┐Żautre bout emmenait une couleur sp´┐Żcifique. Diff´┐Żrents filaments ´┐Żmettaient diff´┐Żrentes couleurs. Les fibres, en r´┐Żalit´┐Ż des tubes de cristaux, allaient vers une bo´┐Żte de jonction qui semblait reconna´┐Żtre les diff´┐Żrentes couleurs ´┐Żlectriques pulsantes ´┐Ż travers le tube.

Lorsque les ing´┐Żnieurs, ´┐Żvaluant le mat´┐Żriel de Roswell, surent que chaque couleur de lumi´┐Żre avait sa propre longueur d´┐Żonde, ils estim´┐Żrent que la fr´┐Żquence de la longueur d´┐Żonde activait un composant sp´┐Żcifique dans le panneau de contr´┐Żle du vaisseau. Mais derri´┐Żre ceci, les ing´┐Żnieurs et les scientifiques ´┐Żtaient d´┐Żconcert´┐Żs.

Ils ne pouvaient m´┐Żme pas d´┐Żterminer la source d´┐Ż´┐Żnergie du vaisseau. Et la chose la plus folle de toutes ´┐Żtait que les filaments ´┐Żtaient non seulement flexibles, mais ´┐Żmettaient de la lumi´┐Żre, m´┐Żme quand ils ´┐Żtaient inclin´┐Żs vers le bas ou pli´┐Żs comme une feuille de papier.

Comment la lumi´┐Żre faisait-elle pour tourner ? les ing´┐Żnieurs ´┐Żtaient stup´┐Żfi´┐Żs. C´┐Ż´┐Żtait un des myst´┐Żres du vaisseau de Roswell qui resta cach´┐Ż jusqu´┐Żaux ann´┐Żes 50, jusqu´┐Ż´┐Ż ce que quelqu´┐Żun leur parle des exp´┐Żriences sur les fibres optiques ´┐Ż Bell Labs.

La technologie ´┐Żtait tr´┐Żs nouvelle, dit Hans Kohler ´┐Ż Corso durant un bref entretien priv´┐Ż en 1962, mais la possibilit´┐Ż d´┐Żutiliser la lumi´┐Żre pour transporter toutes sortes de signaux, ´┐Ż travers un simple filament de verre, amenait de grandes promesses.

Il expliqua que les pr´┐Żmisses de la fibre optique ´┐Żtait d´┐Żavoir un filament de verre si fin et libre de toutes impuret´┐Żs que rien ne pouvait emp´┐Żcher la lumi´┐Żre de se d´┐Żplacer le long de l´┐Żaxe.

Vous deviez aussi avoir une source lumineuse´┐Ż un des bouts, expliqua-t-il, pour g´┐Żn´┐Żrer le signal, et Corso pensa au essais r´┐Żussis du laser rouge, test´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻUniversit´┐Ż de Columbia. Il savait que les extraterrestre avaient int´┐Żgr´┐Żs ces deux technologies pour leurs communications par c´┐Żble de verre dans leur vaisseau.

´┐Ż Mais qu´┐Żest-ce qui fait tourner la lumi´┐Żre ? ´┐Ż demanda Corso au professeur Kohler, incr´┐Żdule ´┐Ż l´┐Żid´┐Że que les extraterrestres avaient r´┐Żussi ´┐Ż d´┐Żfier une des lois de la´┐Ż physiques.

´┐Ż C´┐Żest une sorte d´┐Żillusion ? ´┐Ż

´┐Ż Ce n´┐Żest pas une farce ´┐Ż expliqua le scientifique, ´┐Ż cela ressemble ´┐Ż une illusion parce que les fibres sont si fines que vous ne pouvez pas voir les diff´┐Żrentes couches sans microscope. ´┐Ż

Il montra ´┐Ż Corso, quand celui-ci lui donna les morceaux de filament bris´┐Żs qu´┐Żil avait dans sa mallette, que chaque brin, qui ´┐Żtait enrob´┐Ż dans un mat´┐Żriau solide, avait une double ´┐Żpaisseur.

Quand vous regardiez au centre de l´┐Żaxe, vous pouviez voir que l'ext´┐Żrieur du filament ´┐Żtait une autre couche de verre. Le Dr Kohler expliqua que les rayons individuels de lumi´┐Żres ´┐Żtaient r´┐Żfl´┐Żchis vers le centre par la couche de verre ext´┐Żrieure de la fibre, ainsi la lumi´┐Żre ne pouvait pas s´┐Ż´┐Żchapper. En faisant courir les fibres de verre autour des coins et, dans le cas du vaisseau de Roswell, ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur des murs de l´┐Żappareil, les extraterrestres ´┐Żtaient capables de tordre la lumi´┐Żre et de la focaliser de la m´┐Żme fa´┐Żon que l´┐Żon peut diriger le flot de l´┐Żeau ´┐Ż travers un pipeline. Corso n´┐Żavait jamais rien vu de la sorte auparavant.

Kohler expliqua que, comme les lasers, la lumi´┐Żre pouvait transporter toute sorte de signal : lumi´┐Żre, son, et m´┐Żme des donn´┐Żes digitales. ´┐Ż Il n´┐Ży a pas de r´┐Żsistance au signal ´┐Ż expliqua t-il, ´┐Ż et vous pouvez disposer de plus d´┐Żinformation dans le rayon de lumi´┐Żre. ´┐Ż

Corso lui demanda comment les extraterrestres avaient pu utiliser ce type de technologie. Kohler sugg´┐Żra que toutes les communications de l´┐Żappareil, images visuelles, t´┐Żl´┐Żm´┐Żtrie, et tout signal amplifi´┐Ż que le vaisseau envoyait ou recevait d´┐Żautres vaisseaux ou des bases sur la lune ou sur la terre, devaient utiliser ces c´┐Żbles de fibres de verre.

´┐Ż Ils semblent avoir une ´┐Żnorme capacit´┐Ż pour transporter n´┐Żimporte qu´┐Żelle sorte de chargement (d'information) ´┐Ż sugg´┐Żra-t-il ´┐Ż et si un laser peut amplifier le signal, ces c´┐Żbles peuvent transporter une multiplicit´┐Ż de signaux au m´┐Żme moment. ´┐Ż

Corso ´┐Żtait plus qu´┐Żimpressionn´┐Ż. Avant m´┐Żme de lui demander quelles applications cela pourrait avoir dans l´┐Żarm´┐Że, il pouvait voir comment ils pourraient communiquer dans des zones de combats avec plus de s´┐Żcurit´┐Ż, parce que les signaux seraient moins vuln´┐Żrables aux interf´┐Żrences.

Alors le professeur Kohler sugg´┐Żra l´┐Żutilisation de ces fibres pour transporter des images de minuscules cameras directement sur les armes afin de contr´┐Żler les syst´┐Żmes de lancements.

´┐Ż Imaginez ´┐Ż dit-il, ´┐Ż ´┐Żtre capable de tirer un missile et de voir avec les yeux du missile o´┐Ż il va. Imaginez ´┐Żtre capable de visualiser la cible et m´┐Żme si elle essayait de s´┐Ż´┐Żchapper, vous pourriez le voir et faire les ajustements n´┐Żcessaires. ´┐Ż.

Kholer commen´┐Ża ´┐Ż d´┐Żcrire le potentiel des senseurs bas´┐Żs sur les fibres optiques qui pourraient un jour suivre les mouvements ennemis au sol, transporter des donn´┐Żes visuelles de satellites de surveillance, et rassembler des syst´┐Żmes de communications tr´┐Żs compliqu´┐Żs dans de tr´┐Żs petits espaces.

´┐Ż´┐Ż Le programme spatiale est enti´┐Żrement d´┐Żpendant du transport des donn´┐Żes, voix, et images. ´┐Ż dit-il, ´┐Ż Mais maintenant, cela prend trop de place pour stocker tout les relais et les commutateurs et il y a trop d´┐Żimp´┐Żdance au signal. Cela limite ce que nous pouvons faire dans une mission. Mais imaginez si nous pouvions adapter cette technologie pour nos propres besoins. ´┐Ż

Puis il regarda Corso droit dans les yeux et dit la chose ´┐Ż laquelle Corso pensait, ´┐Ż Vous savez que c'est LEUR technologie. C´┐Żest une partie de ce qui les rend capables d´┐Żavoir des missions d´┐Żexplorations. Si cela devient aussi NOTRE technologie, nous serons capable de rivaliser avec eux. ´┐Ż

Ensuite il questionna Corso sur les engagements militaires. Il expliqua que quelques-uns de leurs laboratoires de recherches ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż en train de regarder les propri´┐Żt´┐Żs du verre comme signal conducteur.

´┐Ż O´┐Ż se passe la meilleure recherche sur les fibres optiques ? ´┐Ż demanda Corso.

´┐Ż Bell Labs ´┐Ż r´┐Żpondit Kholer, ´┐Ż cela prendra 30 ans pour d´┐Żvelopper ceci mais un jour, une grande partie du trafique t´┐Żl´┐Żphonique sera transport´┐Że par un c´┐Żble de fibre optique. ´┐Ż

Les R&D avaient des contacts avec Bell Labs comme avec bien d´┐Żautres fournisseurs avec lesquels ils travaillaient, donc Corso ´┐Żcrivit un court m´┐Żmo et une proposition au G´┐Żn´┐Żral Trudeau sur le potentiel des fibres optiques pour une s´┐Żrie de productions dont lui et Kholer avaient discut´┐Że. Il d´┐Żcrivit les propri´┐Żt´┐Żs de ce qu´┐Żils avaient d´┐Żabord appel´┐Ż un harnais de fils ´┐Żlectriques, expliqua comment cela transportait le signal laser, et, plus important, comment ces fibres faisaient tourner un rayon de lumi´┐Żre autour d´┐Żun coin et la conduisait de la m´┐Żme fa´┐Żon qu´┐Żun courant ´┐Żlectrique.

Imaginez un rayon de lumi´┐Żre de haute intensit´┐Ż suivre le m´┐Żme chemin que vous donneriez ´┐Ż une courant d´┐Żeau dans une baignoire, ´┐Żcrivit Corso. Imaginez le pouvoir et la flexibilit´┐Ż qu´┐Żelle donne aux EBEs, et plus particuli´┐Żrement, lorsqu´┐Żils utilisent le signal lumineux pour transporter une information cod´┐Że.

Cela permettrait ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że de recr´┐Żer enti´┐Żrement son infrastructure de communication et permettrait ´┐Ż nos satellites de surveillances de trouver et d´┐Żenregistrer des informations sur des cibles potentielles directement dans les installations de commandements et de contr´┐Żles.

La Navy serait capable de voir le d´┐Żploiement complet de la flotte ennemie, l´┐ŻAir Force pourrait voir les escadrons ennemis approcher et les cibler par-dessus m´┐Żme si nos avions ´┐Żtaient encore au sol, et (ce serait) pour l´┐Żarm´┐Że un avantage strat´┐Żgique insoup´┐Żonn´┐Ż.

Corso n´┐Żeut pas ´┐Ż attendre longtemps pour avoir la r´┐Żponse du G´┐Żn´┐Żral.

´┐Ż Faites-le ´┐Ż ordonna-t´┐Żil, ´┐Ż et faites que cela aille vite. Je vous donnerez tout les moyens de d´┐Żveloppements n´┐Żcessaires. Dites leurs cela ´┐Ż. Et avant la fin de la semaine, Corso avait un rendez-vous avec un chercheur au ´┐Ż Western Electric Research Facility ´┐Ż ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur de Princeton, New-Jersey.

Corso lui dit que cela provenait d´┐Żune technologie ´┐Żtrang´┐Żre, quelque chose que les renseignements avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż des nouvelles armes que les Allemands de l´┐ŻEst d´┐Żveloppaient.

´┐Ż Si vous pensez que ce que vous avez ´┐Ż dit le chercheur au t´┐Żl´┐Żphone, ´┐Ż va nous int´┐Żressez pour nos recherches en cours, nous serions fous de ne pas vous pr´┐Żter une oreille et de vous ´┐Żcouter un apr´┐Żs-midi. ´┐Ż

´┐Ż J´┐Żai besoin de moins d´┐Żun apr´┐Żs-midi pour vous montrer ce que je poss´┐Żde ´┐Ż dit Corso. Alors il rangea ses rapports sur Roswell dans sa mallette, s´┐Żacheta un ticket d´┐Żavion, et il fut en route.

Les fibres ´┐Ż super-t´┐Żnacit´┐Ż

M´┐Żme avant 1960, quand Corso ´┐Żtait dans l´┐Ż´┐Żquipe de la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale, l´┐Żarm´┐Że avait commenc´┐Ż ´┐Ż regarder les fibres pour les gilets de protections. Une armure corporelle, prot´┐Żgeant des shrapnels, des parachutes, et une peau protectrice pour les autres articles militaires.

La soie ´┐Ż toujours ´┐Żt´┐Ż le mat´┐Żriel choisi pour les parachutes parce qu´┐Żelle est l´┐Żg´┐Żre, a une tr´┐Żs forte r´┐Żsistance ´┐Ż la traction qui lui permet de s´┐Żallonger, de garder sa forme, et de r´┐Żsister ´┐Ż des forces ´┐Żnormes. L´┐Żarm´┐Że cherchait ce qu´┐Żils appelaient la ´┐Ż Fibre ´┐Ż t´┐Żnacit´┐Ż ´┐Ż. Corso pense que c´┐Żest la d´┐Żcouverte sur le site de l'´┐Żcrasement qui lan´┐Ża la recherche de l´┐Żarm´┐Że.

Parmi les articles, dans le dossier de Roswell, qu´┐Żils conservaient de la r´┐Żcup´┐Żration, il y avait des brins d´┐Żune fibre que m´┐Żme le rasoir ne pouvait pas couper. Quand Corso les regardait ´┐Ż travers une loupe grossissante, c´┐Ż´┐Żtait gris terne et entrem´┐Żl´┐Ż. Il supposait que c´┐Ż´┐Żtait ce qui donnait les propri´┐Żt´┐Żs surnaturelles ´┐Ż cette fibre.

Vous pouviez la tirer, la tordre autour d´┐Żobjets, et lui faire subir une torsion qui aurait d´┐Żchir´┐Ż n´┐Żimporte qu´┐Żelle autre fibre, puis lorsque vous rel´┐Żchiez la tension, la fibre retrouvait sa longueur originale sans perte de tension dans sa forme. Cela rappela ´┐Ż Corso les filaments d´┐Żune araign´┐Że.

Ils devinrent tr´┐Żs int´┐Żress´┐Żs par cette mati´┐Żre et commenc´┐Żrent ´┐Ż ´┐Żtudier une vari´┐Żt´┐Ż de technologies, toile d´┐Żaraign´┐Że inclus parce que dans la nature, elle montrait des propri´┐Żt´┐Żs naturelles de super-t´┐Żnacit´┐Ż.

Quand les scientifiques ´┐Ż Roswell virent comment cette fibre, pas un v´┐Żtement, pas de la soie, mais quelque chose comme de la c´┐Żramique, enveloppait le vaisseau et formait l´┐Żautre couche de peau des EBEs, ils r´┐Żalis´┐Żrent que c´┐Ż´┐Żtait une voie de recherche tr´┐Żs prometteuse. Quand Corso examina le mat´┐Żriel et reconnut les similitudes avec la toile d´┐Żaraign´┐Że, il r´┐Żalisa qu´┐Żune des clefs pour produire ceci, commercialement, ´┐Żtait de synth´┐Żtiser les prot´┐Żines et de trouver une voie pour simuler un proc´┐Żd´┐Ż d´┐Żextrusion.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau encouragea Corso pour commencer ´┐Ż contacter des manufacturiers, dans le plastique et la c´┐Żramique, et plus particuli´┐Żrement Monsanto et Dow, pour trouver qui faisait des recherches sur la mati´┐Żre ´┐Ż super-t´┐Żnacit´┐Ż, et plus particuli´┐Żrement dans les laboratoires Universitaires.

Corso ne d´┐Żcouvrit pas seulement que Monsanto cherchait un moyen pour d´┐Żvelopper un proc´┐Żd´┐Ż de production en masse d´┐Żune toile similaire ´┐Ż celle d´┐Żune araign´┐Że, il entendit aussi qu´┐Żils travaillaient d´┐Żj´┐Ż avec l´┐Żarm´┐Że. Les chercheurs de l´┐Żarm´┐Że, du Corps M´┐Żdicale, essayaient de dupliquer (reproduire) la chimie d´┐Żune toile d´┐Żaraign´┐Że. Des ann´┐Żes plus tard, apr´┐Żs que Corso ait quitt´┐Ż l´┐Żarm´┐Że, les chercheurs des Universit´┐Żs du Wyoming et de Dow Cornig commen´┐Żaient aussi des exp´┐Żriences sur le clonage des g´┐Żnes de la soie industrielle, et de d´┐Żvelopper un processus pour extruder les fibres de soie dans une substance utilisable qui pourrait ´┐Żtre incorpor´┐Że dans un v´┐Żtement.

Leur lien (contact), dans le Corps M´┐Żdical, les informa que la duplication (reproduction) des fibres ´┐Ż haute t´┐Żnacit´┐Ż ´┐Żtaient en cours depuis 1962, mais que toute aide de la part des R&D pourrait ´┐Żtre utile aux compagnies qui travaillaient sur cela et que cela ne n´┐Żcessiterait pas de budget s´┐Żpar´┐Ż.

Corso savait que quelque soit le secret, un amalgame de peau autour d´┐Żun vaisseau´┐Ż donnerait, ´┐Ż celui-ci, la protection que le vaisseau de Roswell avait et resterait relativement l´┐Żger.

´┐Ż nouveau, Corso ne d´┐Żcouvrit rien d´┐Żautres ´┐Ż propos de cela que seulement bien plus tard, mais la recherche dans cette sorte de fabrication ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż en route par un scientifique qui deviendrait, des ann´┐Żes plus tard, un prix Nobel. ´┐Ż une r´┐Żunion, trois ans plus t´┐Żt, ´┐Ż l´┐ŻAmerican Physical Society, le Dr richard Feynman donnait sa th´┐Żorie sur les possibilit´┐Żs de cr´┐Żer des substances dans lesquelles la structure mol´┐Żculaire serait si condens´┐Że que la mati´┐Żre r´┐Żsultante aurait des propri´┐Żt´┐Żs compl´┐Żtement diff´┐Żrente de la m´┐Żme mati´┐Żre non compress´┐Że. Par exemple, sugg´┐Żra Feynman, si les scientifiques pouvaient cr´┐Żer une mati´┐Żre dans laquelle les structures mol´┐Żculaires ne seraient pas seulement compress´┐Żes mais arrang´┐Żes diff´┐Żremment de la structure mol´┐Żculaire normale, les scientifiques seraient capables d´┐Żalt´┐Żrer les propri´┐Żt´┐Żs physiques de la substance qui conviendrait pour des application sp´┐Żcifiques.

Cela ressemblait ´┐Ż des sottises pour l´┐ŻAmerican Physical Society. En r´┐Żalit´┐Ż, cependant, les structures mol´┐Żculaires compress´┐Żes furent une des d´┐Żcouvertes qui fut faite par quelques-uns des scientifiques faisant partis des groupes d´┐Ż´┐Żtudes aussi bien ´┐Ż Alamogordo, juste apr´┐Żs l'´┐Żcrasement de Roswell, qu´┐Ż´┐Ż Wright Field, ceux qui avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż le mat´┐Żriel.

Bien que Corso n´┐Żait jamais vu de m´┐Żmo sur ce sujet, il lui fut dit que Feynman ´┐Żtait entr´┐Ż en contact avec des membres du groupe d´┐ŻAlamogordo et qu´┐Żil connaissait un peu les d´┐Żcouvertes sur le site de l'´┐Żcrasement, ´┐Ż Roswell. Corso ne sait pas si ces d´┐Żcouvertes lui sugg´┐Żr´┐Żrent ses th´┐Żories sur les propri´┐Żt´┐Żs des structures mol´┐Żculaires compress´┐Żes ou si ses id´┐Żes ´┐Żtaient les extensions de ses th´┐Żories sur la m´┐Żcanique quantique. Mais les th´┐Żories du Dr Feynman concordent avec les efforts de l´┐Żarm´┐Że pour dupliquer (reproduire) la composition des fibres ´┐Ż haute t´┐Żnacit´┐Ż et du processus d´┐Żextrusion.

Dans le milieu des ann´┐Żes 60 ´┐Ż, le travail n´┐Ż´┐Żtait pas seulement en route dans l´┐Żindustrie de la c´┐Żramique et de la chimie ´┐Ż, mais aussi dans les laboratoires des Universit´┐Żs Am´┐Żricaines et aussi en Europe, en Asie, et en inde.

Les scientifiques dirent aux R&D qu´┐Żune des voies pour d´┐Żvelopper la super t´┐Żnacit´┐Ż ´┐Żtait dans l´┐Żalignement crois´┐Ż de mat´┐Żriaux composites en couches. C´┐Ż´┐Żtait les pr´┐Żmisses pour une armure corporelle qui prot´┐Żgerait contre les blessures par p´┐Żn´┐Żtrations dans la peau, ou des shrapnels explosifs.

´┐Ż Maintenant cela ne va pas vous prot´┐Żger des contusions ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Ż Corso apr´┐Żs une r´┐Żunion avec les chercheurs du Corps M´┐Żdical de l´┐Żarm´┐Że, ´┐Ż Walter Reed, ´┐Ż et le le choc d´┐Żun impact pourra ´┐Żtre´┐Ż assez puissant pour tuer quelqu´┐Żun, mais ne provoquera pas de d´┐Żchirement dans votre corps ´┐Ż.

Corso pensa aux multiples traumatismes visibles lors d´┐Żune bataille et pouvait imaginer l´┐Żimpact laisser par un grand choc, m´┐Żme s´┐Żil ne p´┐Żn´┐Żtrait pas la peau.

Mais durant l´┐Ż´┐Żlan donn´┐Ż par le G´┐Żn´┐Żral et les contacts qu´┐Żil avait pris pour Corso avec Du Pont et Monsanto, ils poursuivirent la recherche, avec agressivit´┐Ż, afin de d´┐Żvelopper une mati´┐Żre pour gilet pare-balles. Corso transporta les dossiers d´┐Żcrivant le mat´┐Żriel d´┐Żcouvert ´┐Ż Roswell dans ses r´┐Żunions avec ces compagnies et montra cette fabrication aux scientifiques qui leur rendaient visite ´┐Ż Washington.

En 1965, Du Pont annon´┐Ża la cr´┐Żation du Kevlar qui, ´┐Ż partir de 1973, fut disponible ´┐Ż la vente comme gilet pare-balle et qui est toujours utilis´┐Ż aujourd´┐Żhui dans l´┐Żarm´┐Że. Corso ne sait pas combien de vies ont ´┐Żt´┐Ż sauv´┐Żes, mais ´┐Ż chaque fois qu´┐Żil entend parler qu´┐Żun officier de police a ´┐Żtait sauv´┐Ż par un gilet en Kevlar, il se rappel les jours o´┐Ż ils commen´┐Żaient ´┐Ż consid´┐Żrer la valeur d´┐Żun mat´┐Żriau fait de couches align´┐Żes et il remercie les officiers qui ont pris part au d´┐Żveloppement.

Une des plus grandes rumeurs qui flottait dans l´┐Żair, des ann´┐Żes apr´┐Żs que l´┐Żhistoire de Roswell devienne publique suite au t´┐Żmoignage d´┐Żun officier de l´┐ŻAir Force ´┐Ż la retraite, le Major Jesse Marcel, fut que la technologie Stealth, pour les avions, ´┐Żtait le r´┐Żsultat de ce qu´┐Żil avaient appris ´┐Ż Roswell.

C´┐Żest vrai, mais ce n´┐Żest pas un transfert direct de technologie. Les renseignements militaires savaient que sous certaines conditions, le vaisseau EBE avait la capacit´┐Ż de dispara´┐Żtre des ´┐Żcrans radars, mais ils ne savaient pas comment les EBEs faisaient. Ils avaient aussi des morceaux de la peau du vaisseau, laquelle ´┐Żtait une mati´┐Żre composite de fibres avec mol´┐Żcules align´┐Żes. Corso pense qu´┐Żils n´┐Żont pas essay´┐Ż de retrouver le processus pour cr´┐Żer le m´┐Żme composite, exactement comme ils n´┐Żavaient pas ´┐Żt´┐Ż capable de dupliquer (reproduire) le syst´┐Żme de navigation ´┐Żlectromagn´┐Żtique. Mais ´┐Ż travers l´┐Ż´┐Żtude sur la fa´┐Żon dont ces mat´┐Żriaux travaillaient, ils copi´┐Żrent ces composites qui conduisirent ´┐Ż une nouvelle g´┐Żn´┐Żration d´┐Żappareils volants.

Bien que le public apprit l´┐Żexistence de la technologie Stealth pendant la campagne de Jimmy Carter en 1976, il ne vit le Stealth en action que durant la Guerre du Golf.

Invisible aux radars, invisible aux t´┐Żtes chercheuses des missiles, frappant dans la nuit comme un d´┐Żmon, le chasseur Stealth, avec sa forme d´┐Żaile volante, ressemblait ´┐Żtrangement au v´┐Żhicule spatial qui s´┐Ż´┐Żtait ´┐Żcras´┐Ż ´┐Ż Roswell. Mais derri´┐Żre les apparences, la peau composite du Stealth, qui l´┐Żaidait ´┐Ż le rendre invisible ´┐Ż toutes formes de d´┐Żtections, ´┐Żtait inspir´┐Że de la recherche des R&D sur la peau du vaisseau de Roswell qu´┐Żils avaient divis´┐Ż en morceaux afin de les distribuer aux laboratoires, dans tout le pays.

Obus d´┐Żartillerie invisible avec uranium appauvri

Pour l´┐Żair Force, la technologie Stealth voulait dire qu´┐Żun appareil a´┐Żrien pouvait approcher une cible, tout en restant invisible aux radars, et maintenir son avantage pendant toute la dur´┐Że de sa mission. Pour l´┐ŻArm´┐Że, la technologie Stealth fournissait ´┐Ż ses h´┐Żlicopt´┐Żres un avantage consid´┐Żrable dans la mise au point de missions de recherche et destruction, de missions de reconnaissances dans les territoires ennemis.

Mais la possibilit´┐Ż d´┐Żun obus Stealth, qu´┐Żils avaient con´┐Żus aux R&D en 1962, fournirait quelque chose que les arm´┐Żes avaient toujours cherch´┐Ż depuis le premier d´┐Żploiement d´┐Żune artillerie, par Henry V, ´┐Ż Agincourt au d´┐Żbut du 5e si´┐Żcle. Dans toute bataille d´┐Żartillerie, une fois qu´┐Żun obus est tir´┐Ż, il peut ´┐Żtre suivi par un observateur jusqu´┐Ż´┐Ż sa source, pour ensuite pouvoir la d´┐Żtruire. Le camouflage permit de se prot´┐Żger de ceci jusqu´┐Ż´┐Ż l´┐Żarriv´┐Ż des radars qui permirent de suivre la trajectoire des obus jusqu´┐Ż´┐Ż leur source. Mais si les obus ´┐Żtaient fait d´┐Żun mat´┐Żriau les rendants invisibles aux radars ?

C´┐Ż´┐Żtait la possibilit´┐Ż que proposa Corso au G´┐Żn´┐Żral Trudeau : Un obus d´┐Żartillerie invisible. Les obus pourraient commencer ´┐Ż tomber et l´┐Żennemi ne pourrait pas savoir d´┐Żo´┐Ż ils ´┐Żtaient venus avant au moins 5 salves, voir plus. Avec l´┐Żavantage de la surprise, les dommages seraient bien plus grands. S´┐Żils utilisaient une artillerie m´┐Żcanis´┐Że, ils pourraient prendre position, tirer plusieurs s´┐Żries de salves rapides, se d´┐Żplacer et prendre ´┐Ż nouveau position.

La recherche pour un composant c´┐Żramique, avec des mol´┐Żcules align´┐Żes, fut inspir´┐Ż par le mat´┐Żriel trouv´┐Ż dans le vaisseau spatial de Roswell. D´┐Żanalyses en analyses, l´┐Żarm´┐Że essaya de d´┐Żterminer comment les extraterrestres avaient fabriqu´┐Ż cette mati´┐Żre qui formait la coque du vaisseau.

La recherche pour les composants avec mol´┐Żcules align´┐Żes commen´┐Ża dans les ann´┐Żes 50, bien avant que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau prenne les commandes des R&D, continua durant la pr´┐Żsence de Corso aux R&D, quand les premi´┐Żres exp´┐Żrimentations ´┐Ż Stealth ´┐Ż commenc´┐Żrent, ´┐Ż Lockheed, qui donn´┐Żrent le chasseur F117 et le bombardier Stealth, et continue toujours aujourd´┐Żhui.

Le G´┐Żn´┐Żral ´┐Żtait aussi plus qu´┐Żint´┐Żress´┐Ż sur les sortes d´┐Żogives qu´┐Żils pourraient proposer comme obus. Une ogive qui arriverait en 1961 et qui serait d´┐Żploy´┐Że, avec succ´┐Żs, durant la Guerre du golf.

L´┐Żuranium appauvri ´┐Żtait un m´┐Żtal lourd et dense. Si dense, en fait, que les armes conventionnelles ne pouvaient par aller ´┐Ż grande vitesse avec lui. Le plutonium appauvri leur donneraient un avantage d´┐Żcisif, sur une zone de bataille, dans sa capacit´┐Ż ´┐Ż perforer les cuirasses des chars d'assaut puis ´┐Ż exploser une fois ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur.

En priv´┐Że, Corso sugg´┐Żra ´┐Ż Trudeau que le plutonium appauvri satisferait leur agenda cach´┐Ż. C´┐Ż´┐Żtait une autre arme qu´┐Żils construiraient contre les extraterrestres. Si l´┐Żuranium appauvri pouvait percer les armures, peut-´┐Żtre pourrait-il p´┐Żn´┐Żtrer la peau composite du vaisseau spatial, et plus sp´┐Żcialement, si le vaisseau ´┐Żtait au sol ? Corso sugg´┐Żra que cela m´┐Żritait un d´┐Żveloppement ´┐Ż Aberdeen Proving Grounds, Maryland, et que s´┐Żil prouvait qu´┐Żil (que cela) valait le coup, il deviendrait une arme qu´┐Żils pourraient d´┐Żployer.

Les ogives, avec uranium appauvri, utilis´┐Żes pendant la guerre en Irak furent un des grands succ´┐Żs de d´┐Żveloppements des R&D qui faisaient suite ´┐Ż ce qu´┐Żils avaient appris de Roswell.

HARP : le projet de recherche haute-altitude

Harp fut un autre projet de recherche sugg´┐Żr´┐Ż par le challenge pos´┐Ż par les soucoupes volantes. Les Am´┐Żricains ne poss´┐Żdaient pas de missiles qui pouvaient les emmener de force au sol, ils n´┐Żavaient pas non plus d´┐Żarmes pour les descendre. Ils exploraient aussi des syst´┐Żmes d´┐Żarmes qui avaient une double ou une triple utilisation, et HARP, ou ´┐Ż Le gros canon ´┐Ż, ´┐Żtait un de ces syst´┐Żmes.

Le HARP ´┐Żtait l´┐Żid´┐Że originale de l´┐Żartillerie Canadienne et du scientifique Gerald Bull.

Le Dr Bull avait ´┐Żtudi´┐Ż le probl´┐Żme pos´┐Ż par la´┐Ż ´┐Ż Grosse Bertha ´┐Ż Allemande pendant la Premi´┐Żre Guerre Mondiale et les V3 Nazi ´┐Ż la fin de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale. Il r´┐Żalisa que les canons n´┐Ż´┐Żtaient pas seulement une solution pratique pour envoyer de grande charge utile, c´┐Ż´┐Żtait aussi rentable une fois la recherche initiale et le d´┐Żveloppement finis. La production en masse de gros canons pourrait fournir une ´┐Żnorme capacit´┐Ż de feu loin derri´┐Żre les lignes ennemis. Ils pourraient devenir une arme strat´┐Żgique pour faire pleuvoir la destruction nucl´┐Żaire sur la population ennemie ou sur les zones militaires.

Le Dr Bull sugg´┐Żra aussi que le canon pourrait ´┐Żtre utilis´┐Ż comme lanceur de v´┐Żhicule. Si l´┐Żarm´┐Że avait besoin de lancer des satellites en urgence, ou d´┐Żenvoyer des satellites explosifs pour menacer les v´┐Żhicules extraterrestres en orbites, le super canon ´┐Żtait un des moyens pour le faire.

Il y avait 3 diff´┐Żrents potentiels pour le super canon. Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau entrevoyait l´┐Żhabilit´┐Ż de cette arme pour lancer des objets en orbite lunaire. Si la guerre commen´┐Żait entre les USA et l´┐ŻURSS ou entre la Terre et les extraterrestres, les Am´┐Żricains seraient capable de monter une base militaire lunaire sans avoir besoin de fus´┐Żes de lancement qui demanderaient beaucoup de temps et seraient une cible facile.

Un super canon camoufl´┐Ż leur donnerait toutes les possibilit´┐Żs d´┐Żune artillerie de terrain ou d´┐Żune unit´┐Ż antia´┐Żrienne mais avec aussi la possibilit´┐Ż d´┐Żenvoyer des charges utiles dans l´┐Żespace. Ce sont ces diff´┐Żrentes capacit´┐Żs qui enchantaient le G´┐Żn´┐Żral Trudeau parce que ce projet des R&D cr´┐Żerait beaucoup de syst´┐Żmes diff´┐Żrents.

Les USA, le Canada et l´┐ŻAngleterre joignirent leurs efforts militaires pour trouver un moyen de d´┐Żvelopper le super canon du Dr Bull avec le G´┐Żn´┐Żral Trudeau. Mais au m´┐Żme moment, o´┐Ż les d´┐Żcisions sur le budget militaire pour fabriquer l´┐Żarme, durent ´┐Żtre prises, les diff´┐Żrents Gouvernements s´┐Żengag´┐Żrent dans le missile guid´┐Ż et les lancements de v´┐Żhicules par fus´┐Żes plut´┐Żt qu´┐Żavec le super canon. Bien que le super canon avait certains potentiels, les USA, le Canada et l´┐ŻAngleterre ´┐Żtaient all´┐Żs trop loin dans leurs propres programmes de missiles guid´┐Żes pour commencer une arme d´┐Żun type compl´┐Żtement nouveau. Et ´┐Ż la fin, ils d´┐Żcid´┐Żrent de stopper les recherches sur le super canon.

Dans les ann´┐Żes 1980, Gerald Bull, que Corso rencontra lors d´┐Żune r´┐Żception en l´┐Żhonneur du G´┐Żn´┐Żral Trudeau en 1986, entrait en n´┐Żgociations avec Isra´┐Żl, ainsi que l´┐ŻIrak. La longue guerre entre Saddam Hussein et l´┐ŻIran fournissait un territoire fertile pour la vente d´┐Żarmes en g´┐Żn´┐Żral, et en particulier pour Gerald Bull qui ´┐Żtait courtis´┐Ż par les deux c´┐Żt´┐Żs. ´┐Ż la fin, il coupa son march´┐Ż avec les Iraniens : Tester des versions exp´┐Żrimentales du super canon et planifier la construction de ce monstre avant que les Anglais interviennent.

´┐Ż cette p´┐Żriode, Bull devint une menace pour les Iraquiens, pour les Isra´┐Żliens et pour les Am´┐Żricains et fut tu´┐Ż par balle dans son appartement en Belgique, avant la fin de la Guerre du Golf.

Comme Jules Verne avec ´┐Ż De la terre ´┐Ż la lune ´┐Ż, Bull avait la vision d´┐Żune pi´┐Żce d´┐Żartillerie ´┐Ż longue port´┐Że. Le meurtre de Gerald Bull ne fut jamais r´┐Żsolu et quels que soit les secrets qu´┐Żil poss´┐Żdait, tout disparu avec lui.

Liste des omissions

Alors qu´┐Żil travaillait sur les diff´┐Żrents projets, durant le printemps 1962, Corso se rendit compte qu´┐Żil avait pass´┐Ż le plus clair de son temps sur le dossier de Roswell plut´┐Żt que sur les autre dossiers en d´┐Żveloppements.

Il lui semblait clair que le tr´┐Żsor trouv´┐Ż ´┐Ż Roswell ´┐Żtait en train de se rentabiliser dans des voies que m´┐Żme lui ne pouvait deviner. La vision nocturne, les lasers, et la communication par fibre optique, ´┐Żtaient des projets ´┐Żvidents mais il y avait d´┐Żautres zones ´┐Ż explorer juste en regardant les probl´┐Żmes pos´┐Żs par ce qu´┐Żils avaient trouv´┐Żs ´┐Ż Roswell, et non seulement avec ce qu´┐Żils avaient r´┐Żcup´┐Żr´┐Ż de l´┐Ż´┐Żpave.

´┐Ż Soyez plus pr´┐Żcis, Phil ´┐Ż demanda le G´┐Żn´┐Żral, ´┐Ż que voulez vous dire ? ´┐Ż.

´┐Ż Si vous regardez ce que nous n´┐Żavons pas trouv´┐Ż sur le site de l'´┐Żcrasement ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż cela prendra un long moment avant d´┐Żexpliquer les diff´┐Żrences entre ce que nous avons et ce qu´┐Żils sont. Cela nous montre aussi ce que nous avons besoin de d´┐Żvelopper si nous voulons nous pr´┐Żparer au voyage dans l´┐Żespace pour de longues p´┐Żriodes. ´┐Ż

´┐Ż Pouvez vous me faire une liste ? ´┐Ż demanda le G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż Il y a beaucoup de contrats de recherches en cours, avec l´┐Żext´┐Żrieur, qui pourraient b´┐Żn´┐Żficier de la liste de choses que nous avons. ´┐Ż

Quand la r´┐Żunion fut finie, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau demanda ´┐Ż Corso de, non seulement faire une liste de ce qu´┐Żils appelaient, les ´┐Ż omissions ´┐Ż, mais aussi de faire un bref rapport d´┐Żtaillant les zones o´┐Ż Corso pensait que le d´┐Żveloppement devrait se faire. Donc il rassembla tout les rapports et les informations dans le dossier Roswell et commen´┐Ża ´┐Ż regarder ce qu´┐Żil manquait dans ce qu´┐Żil pensait ´┐Żtre un ´┐Żcrasement de voyageurs spatiaux.

Il n´┐Ży avait pas de trace de source de nourriture ou de nutrition dans aucuns des rapports et aucune unit´┐Ż de pr´┐Żparation de nourriture ne fut trouv´┐Że ´┐Ż bord, pas plus que de stockage de nourriture. Il n´┐Ży avait pas de trace de r´┐Żfrig´┐Żrateurs pour la pr´┐Żservation de la nourriture.

Il n´┐Ży avait pas d´┐Żeau non plus dans le vaisseau pour boire, se laver, ni toilettes. Les rapports de terrains disaient que l´┐Ż´┐Żquipe de r´┐Żcup´┐Żration avait trouv´┐Ż ce qu´┐Żil semblait ´┐Żtre un kit de premi´┐Żre urgence parce qu´┐Żil contenait du mat´┐Żriel qui, d´┐Żapr´┐Żs un docteur, ´┐Żtait un bandage, mais il n´┐Ży avait pas de m´┐Żdicaments ni d´┐Żinstallation m´┐Żdicale. Et pour finir, il n´┐Ży avait pas non plus d´┐Żinstallation de repos, pas de lit ou de couchette.

D´┐Żapr´┐Żs ces donn´┐Żes, l´┐Żarm´┐Że supposa que l´┐Żovni ´┐Żtait un appareil de reconnaissance et qu´┐Żil pouvait rapidement retourner ´┐Ż un vaisseau m´┐Żre o´┐Ż tout le mat´┐Żriel manquant se trouvait. L´┐Żautre explication, par le Dr Hermann Oberth, ´┐Żtait que le vaisseau ´┐Żtait un appareil ´┐Ż voyager dans le temps qui ne parcourait pas de grandes distances dans l´┐Żespace. En fait, il ´┐Ż sautait ´┐Ż d´┐Żune ligne de temps ´┐Ż une autre ou d´┐Żune dimension ´┐Ż une autre, et retournait instantan´┐Żment ´┐Ż son point de d´┐Żpart. Mais c´┐Ż´┐Żtait seulement une sp´┐Żculation du Dr Oberth.

Toutefois, Corso pense que les EBEs n´┐Żavaient pas besoin de nourriture ou d´┐Żinstallation sanitaire parce qu´┐Żils ´┐Żtaient des ´┐Żtres fabriqu´┐Żs, comme des robots ou des andro´┐Żdes, pour le voyage spatial et pour des t´┐Żches sp´┐Żcifiques sur les plan´┐Żtes qu´┐Żils visitaient. Exactement comme le rover lunaire en 1970, qui ´┐Żtait un robot.

Peut-´┐Żtre que leur programmation pouvait ´┐Żtre modifi´┐Że ´┐Ż partir d´┐Żune source lointaine, mais ils n´┐Ż´┐Żtaient pas des formes de vies qui avaient besoin de se substanter.

Ils ´┐Żtaient les cr´┐Żatures parfaites pour voyager dans l´┐Żespace et pour visiter d´┐Żautres plan´┐Żtes. L´┐Żhumain toutefois n´┐Ż´┐Żtait pas un robot et avait besoin de se substanter. Donc il ´┐Żtait n´┐Żcessaire de fournir des aliments et des (´┐Żquipements) sanitaires, pour une longue p´┐Żriode, si l´┐Żhomme voulait voyager dans l´┐Żespace.

Les scientifiques des R&D pensaient que le vaisseau ´┐Żtait peut-´┐Żtre seulement une soucoupe ´┐Żclaireuse et qu´┐Żelle fut touch´┐Że par l´┐Ż´┐Żclair d´┐Żorage cette nuit-l´┐Ż. Ils croyaient que le vaisseau ´┐Żtait dirig´┐Ż par un syst´┐Żme de propulsion ´┐Żlectromagn´┐Żtique. D´┐Żautres scientifiques pensaient qu´┐Żavant de pouvoir g´┐Żn´┐Żrer une puissance suffisante pour un syst´┐Żme de navigation identique, ils devaient d´┐Żvelopper d´┐Żabord une source de puissance nucl´┐Żaire.

´┐ŻComme pour l´┐Żabsence de nourriture, cela poserait un ´┐Żnorme probl´┐Żme pour l´┐Żexploration spatiale, longue distance, par l´┐Żhomme.

Ainsi, dans sa rapide liste au G´┐Żn´┐Żral Trudeau, Corso sugg´┐Żra qu´┐Żils devaient d´┐Żvelopper deux articles : Un approvisionneur de nourriture qui ne devrait jamais s´┐Żavarier et qui ne n´┐Żcessiterait pas de r´┐Żfrig´┐Żration et une machine nucl´┐Żaire qui pourrait ´┐Żtre assembler dans l´┐Żespace afin de fournir l´┐Ż´┐Żnergie n´┐Żcessaire ´┐Ż un vaisseau interplan´┐Żtaire.

Nourritures irradi´┐Żes

Le G´┐Żn´┐Żral lu les notes de Corso quelques jours plus tard et sembla impressionn´┐Ż. Puis il prit son t´┐Żl´┐Żphone, composa un num´┐Żro et dit ´┐Ż la personne au bout du fil qu´┐Żil ´┐Żtait pr´┐Żt, enfin il regarda Corso.

´┐Ż Prenez votre chapeau, Phil ´┐Ż dit-il´┐Ż ´┐Ż Rejoignez moi sur l´┐Żh´┐Żliport. Nous sommes invit´┐Ż ´┐Ż d´┐Żjeuner. ´┐Ż

Dix minutes plus tard, ils arriv´┐Żrent au-dessus du ´┐Ż Quarter-master Center. ´┐Ż.

Un officier anonyme les rejoignit ´┐Ż l´┐Żh´┐Żliport. Il les salua et dit ´┐Ż Merci de nous rejoindre. ´┐Ż

Il les emmena jusqu´┐Ż´┐Ż une salle de stockage o´┐Ż se trouvait des rayons de tout types de viandes, de fruits et de l´┐Żgumes. ´┐Ż Regardez ce porc ´┐Ż dit-il´┐Ż ´┐Ż il est stock´┐Ż ici sans r´┐Żfrig´┐Żration depuis des mois et il est vierge du ver solitaire. ´┐Ż Il montra deux oeufs et du blanc de poulet. ´┐Ż Oeufs, non r´┐Żfrig´┐Żr´┐Żs, et poulet. Compl´┐Żtement vierge de Salmonelle. Et c´┐Żest la m´┐Żme chose pour la nourriture marine. ´┐Ż

L´┐Żhomme escorta Corso et Trudeau le long des rayons et expliqua les vertus de chaque article, comme un vendeur. La nourriture ´┐Żtait emball´┐Że, mais non sal´┐Że, dans du cellophane transparent.

´┐Ż Sans champignons ni spores ´┐Ż dit-il ´┐Ż propos des l´┐Żgumes, ´┐Ż Pas de moisissures ou d´┐Żinsectes dans le fruit. ´┐Ż dit-il´┐Ż ´┐Ż Et le lait, ici depuis deux ans, n´┐Ża pas encore tourn´┐Ż. Nous avons franchis de grandes ´┐Żtapes dans la pr´┐Żservation de la nourriture sans salage, fumage, r´┐Żfrig´┐Żration, cong´┐Żlation, ou mise en conserve. ´┐Ż

´┐Ż Est-ce que cela r´┐Żpond ´┐Ż vos questions, Colonel ? ´┐Ż lui demanda le G´┐Żn´┐Żral Trudeau.

Le Commandant G´┐Żn´┐Żral du Centre les rejoignit. ´┐Ż Prenez votre d´┐Żjeuner, messieurs ´┐Ż dit-il en choisissant un gros steak pour lui-m´┐Żme. ´┐Ż Je vais prendre ceci et, si vous le permettez, je vais ordonner la m´┐Żme chose pour vous, G´┐Żn´┐Żral Trudeau et pour vous aussi Colonel. Et pourquoi pas quelques pommes de terre et quelques fraises pour le dessert. Tout est frais, d´┐Żlicieux et inoffensif. ´┐Ż puis il fit une pause ´┐Ż et compl´┐Żtement bombard´┐Ż, par ce que quelques personnes appelleraient, des doses l´┐Żtales de radiations pour d´┐Żtruire toutes les bact´┐Żries et les infections. ´┐Ż

Ils furent escort´┐Żs jusqu´┐Ż´┐Ż la salle de d´┐Żner du Commandant o´┐Ż ils furent rejoint par d´┐Żautres officiers et par des chercheurs civiles dans la technologie alimentaire.

Ceux-ci expliqu´┐Żrent la technique par radiations ionisantes afin de d´┐Żtruire les bact´┐Żries afin de pr´┐Żserver la nourriture sans mise en conserve ou fumage.

Toutefois comme l´┐Żatmosph´┐Żre ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur ´┐Żtait sale, les aliments ´┐Żtaient prot´┐Żg´┐Żs par de la cellophane.

Les autres aliments ´┐Żtaient empaquet´┐Żs dans du plastique transparent, et ´┐Żtaient ´┐Żtal´┐Żs pour les visiteurs comme s´┐Żils se trouvaient dans un supermarch´┐Ż.

Pendant qu´┐Żils d´┐Żnaient, les experts continu´┐Żrent leurs explications et dirent qu´┐Żils testaient de la nourriture irradi´┐Że puis ensuite congel´┐Że sur des volontaires.

´┐Ż Mais attendez une minute ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż Je ne comprends pas pourquoi vous irradiez la nourriture et ensuite la congelez. ´┐Ż

L´┐Żing´┐Żnieur attendait cette question par ce qu´┐Żil avait une r´┐Żponse toute pr´┐Żte. ´┐Ż Parce que ´┐Ż dit-il´┐Ż ´┐Ż nous testons seulement les effets nocifs de la radiation. Ce que nous devons prouver, ce sont les effets nocifs du proc´┐Żd´┐Ż d´┐Żirradiation sur l´┐Żanimal et l´┐Żhomme. Aucuns effets toxicologiques de quelques sortes. Et nous sommes tr´┐Żs minutieux avant de tester cette nourriture sur des volontaires humains. ´┐Ż

´┐Ż Et l´┐Ż´┐Żtape suivante ? ´┐Ż demanda Corso

´┐Ż Nous allons tester le go´┐Żt des aliments favoris ´┐Ż Fort Lee, Virginie, pour voir comment les troupes sur le terrain r´┐Żagissent avec eux. Nous pensons qu´┐Żavant la fin de la d´┐Żcennie, nous aurons une vari´┐Żt´┐Ż de repas pr´┐Żt ´┐Ż consommer pour les troupes sur le terrain qui n´┐Żauraient pas les moyens de cuisiner. ´┐Ż

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau regarda Corso et celui-ci inclina la t´┐Żte. C´┐Ż´┐Żtait une excellente nourriture.

´┐Ż Messieurs, ´┐Ż dit le G´┐Żn´┐Żral Trudeau alors qu´┐Żil se levait. Comme G´┐Żn´┐Żral trois ´┐Żtoiles, il ´┐Żtait le plus grad´┐Ż dans cette pi´┐Żce et quand il parlait, tout le monde ´┐Żtait silencieux. ´┐Ż Mon assistant pense que votre travail est tr´┐Żs important pour l´┐Żarm´┐Że, pour notre pays, et pour le monde, et qu´┐Żil va contribuer ´┐Ż nous faire voyager dans l´┐Żespace. J´┐Żai la m´┐Żme opinion que lui. Nous sommes tr´┐Żs impressionn´┐Żs par vos r´┐Żsultats et nous voulons vous aider ´┐Ż ´┐Żtendre vos op´┐Żrations et ´┐Ż acc´┐Żl´┐Żrer le processus de test. L´┐Żarm´┐Że a besoin de ce que vous d´┐Żveloppez. Dans les deux semaines qui viennent, envoyez-moi le budget suppl´┐Żmentaire n´┐Żcessaire pour ´┐Żtendre vos op´┐Żrations et je l´┐Żinclurais ainsi dans le budget de l´┐Żann´┐Że prochaine. ´┐Ż

Ensuite il se tourna vers Corso, inclina la t´┐Żte et ils remerci´┐Żrent le Commandant G´┐Żn´┐Żral pour le d´┐Żner et retourn´┐Żrent ´┐Ż l´┐Żh´┐Żlicopt´┐Żre du G´┐Żn´┐Żral Trudeau.

´┐Ż Que pensez vous de ceci, Phil ? ´┐Ż demanda-t-il, alors que le pilote l´┐Żaidait ´┐Ż monter dans l´┐Żh´┐Żlicopt´┐Żre.

´┐Ż Alors que pensez vous ? ´┐Ż demanda-t´┐Żil ´┐Ż nouveau.

´┐Ż Je pense que si nous allons assez vite, nous aurons bient´┐Żt les EBES ici pour nous demander un peu de notre nourriture irradi´┐Że ´┐Ż dit Corso.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau rigola alors que l´┐Żh´┐Żlicopt´┐Żre s´┐Ż´┐Żlevait pour les ramener au Pentagone.

´┐Ż Maintenant vous devez travailler sur votre syst´┐Żme de propulsion atomique. Si la NASA n´┐Ża jamais eu l´┐Żesprit de pousser pour la construction d´┐Żune station spatiale, j´┐Żaimerai que les militaires aient une source de puissance qui pourrait les envoyer l´┐Ż-bas pour un certain temps. Si nous pouvons avoir une fen´┐Żtre de surveillance sur nos visiteurs, je veux que cela soit plus t´┐Żt que tard. ´┐Ż

Et avant la fin de la semaine, Corso fut ´┐Ż Fort Belvoir, Virginie, pour regarder les d´┐Żveloppements que l´┐Żarm´┐Że avait sur le r´┐Żacteur portable.

R´┐Żacteur atomique portable

Un des challenges les plus directes posait par la d´┐Żcouverte de Roswell ´┐Żtait que le vaisseau n´┐Ż´┐Żtait pas propuls´┐Ż par un moteur conventionnel. Mais les Am´┐Żricains n´┐Żavaient pas un tel syst´┐Żme.

La forme de propulsion la plus proche qu´┐Żils poss´┐Żdaient ´┐Żtait l´┐Ż´┐Żnergie atomique qui ´┐Żtait elle-m´┐Żme en cours de d´┐Żveloppement. Toutefois ´┐Ż la fin de guerre, ils eurent le contr´┐Żle de cette ´┐Żnergie gr´┐Żce au d´┐Żveloppement de la bombe atomique.

Donc pour les ing´┐Żnieurs de l´┐Żarm´┐Że, r´┐Żfl´┐Żchissants sur la source de puissance du vaisseau de Roswell, la puissance atomique ´┐Żtait la forme de propulsion la plus facile parce que la plus imm´┐Żdiate.

Le Pr´┐Żsident Truman d´┐Żcida que le programme nucl´┐Żaire Nationale serait g´┐Żr´┐Ż par une commission civile. Ainsi, en 1947, l´┐Żarm´┐Że fut en dehors de la course pour le commerce de la puissance nucl´┐Żaire, mais cela ne voulait pas dire que les recherches sur les applications militaires de l´┐Ż´┐Żnergie atomique ´┐Żtaient stopp´┐Żes.

Ils avaient besoin de d´┐Żvelopper un r´┐Żacteur nucl´┐Żaire, non seulement pour fournir la propulsion des navires de la Navy, mais aussi pour exp´┐Żrimenter les mani´┐Żres de rendre portable la puissance nucl´┐Żaire dans l´┐Żespace, par assemblage de syst´┐Żmes en orbites ´┐Ż partir de composants s´┐Żpar´┐Żs.

Cela les rendraient capables de maintenir des avant-postes ´┐Ż long terme et m´┐Żme d´┐Żalimenter des navires interplan´┐Żtaires qui pourraient servir de force d´┐Żfensive face aux extraterrestres hostiles.

Si cela ressemble ´┐Ż de la science-fiction, il faut se rappeler que cela ce passait en 1947 et que la nation venait ´┐Ż peine de sortir de la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale et qu´┐Żelle entrait dans la Guerre Froide. La guerre, pas la paix, ´┐Żtait dans les esprits des officiers militaires qui avaient en charge la d´┐Żcouverte de Roswell et l´┐Żanalyse de l´┐Ż´┐Żpave.

L´┐Żarm´┐Że, dans des rapports sur les ´┐Ż R´┐Żacteurs atomiques militaires ´┐Ż d´┐Żcouverts par Corso ´┐Ż Fort Belvoir, n´┐Żavait pas seulement un programme de r´┐Żacteur portable tr´┐Żs sophistiqu´┐Ż d´┐Żj´┐Ż en route, mais en avait d´┐Żj´┐Ż fabriqu´┐Ż un, en coop´┐Żration avec l´┐ŻAir Force, ´┐Ż la station radar de Sundance, Wyoming, en 1962. C´┐Ż´┐Żtait un g´┐Żn´┐Żrateur qui fournissait de la vapeur d´┐Żeau ´┐Ż la station radar, de l´┐Ż´┐Żnergie ´┐Żlectrique ´┐Ż la base.

Mais ce n´┐Ż´┐Żtait pas seulement le premier r´┐Żacteur portable comme la plupart des gens le pense.

´┐ŻLe premier r´┐Żacteur portable fut pour une installation de recherche au Groenland, le camp Century, un projet d´┐Żing´┐Żnieurs militaires ´┐Ż 900 miles du P´┐Żle Nord. Le camp effectuait des recherches sur l´┐Żhiver arctique et ´┐Żtait aussi un poste d´┐Żobservation vital sur les activit´┐Żs Sovi´┐Żtiques ou toute autre activit´┐Ż en rapport avec des observations d´┐Żovnis ou des atterrissages.

Pendant les ann´┐Żes o´┐Ż Corso se trouva ´┐Ż la Maison Blanche, le groupe de travail sur les ovnis avait continuellement pouss´┐Ż le Pr´┐Żsident Eisenhower pour ´┐Żtablir des postes d´┐Ż´┐Żcoutes ´┐Żlectroniques, constitu´┐Żs d´┐Ż´┐Żquipes de l´┐ŻAir Force et de l´┐ŻArm´┐Że,´┐Ż un peu partout sur la plan´┐Żte, pour rapporter toute l´┐Żactivit´┐Ż des ovnis.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining du groupe de travail, avait argument´┐Ż que si les EBEs avaient des plans pour installer des bases terriennes semi-permanentes, cela ne se ferait pas dans des zones habit´┐Żes ou dans des zones o´┐Ż les militaires pourraient les observer.

Ce serait aux p´┐Żles, au milieu de la r´┐Żgion la plus isol´┐Że qu´┐Żils pourraient trouver, ou m´┐Żme sous les oc´┐Żans.

Les p´┐Żles semblaient manifestement les plus probables parce que durant les ann´┐Żes 50, les Am´┐Żricains n´┐Żavaient pas de surveillance satellites qui pouvait suivre l´┐Żactivit´┐Ż extraterrestre, ils n´┐Żavaient pas non plus de pr´┐Żsence permanente aux deux p´┐Żles.

Il fut pens´┐Ż qu´┐Żils ne pourraient pas implanter des installations sophistiqu´┐Żes aux p´┐Żles parce qu´┐Żils n´┐Żavaient pas la puissance suffisante transportable. Toutefois, le programme de l´┐Żarm´┐Że sur la puissance nucl´┐Żaire, d´┐Żvelopp´┐Ż dans les ann´┐Żes 50 ´┐Ż Fort Belvoir, leur fournirait la capacit´┐Ż d´┐Żinstaller une base aliment´┐Że en nucl´┐Żaire partout sur la plan´┐Żte.

En 1958, le travail commen´┐Ża au camp Century, lequel fut construit sous la glace. Au d´┐Żbut, cela fut suppos´┐Ż ´┐Żtre top-secret parce qu´┐Żils ne voulaient pas que les Sovi´┐Żtiques sachent ce qu´┐Żils faisaient.

Toutefois, le niveau de s´┐Żcurit´┐Ż fut trop complexe ´┐Ż conserver ´┐Ż cause des trop nombreux entrepreneurs ext´┐Żrieurs impliqu´┐Żs dans la logistique. Donc les renseignements de l´┐Żarm´┐Że d´┐Żcid´┐Żrent de d´┐Żclassifier compl´┐Żtement le plan et le traita comme une exp´┐Żdition scientifique par ses chercheurs polaires.

Comme l´┐Żop´┐Żration de camouflage prot´┐Żgea l´┐Żexistence du groupe de travail, le camp Century fournit la couverture parfaite pour tester la proc´┐Żdure de construction d´┐Żun r´┐Żacteur nucl´┐Żaire pr´┐Żfabriqu´┐Ż. Il fournit aussi ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że la possibilit´┐Ż de tester les performances du r´┐Żacteur et sur comment il pouvait ´┐Żtre entretenu dans un endroit compl´┐Żtement isol´┐Ż et dans le climat le plus dur de la plan´┐Żte.

La construction enti´┐Żre prit seulement 77 jours et le camp fut op´┐Żrationnel d´┐ŻOctobre 1960 ´┐Ż Ao´┐Żt 1963. Ensuite le site du camp fut compl´┐Żtement restaur´┐Ż dans son ´┐Żtat naturel.

Corso re´┐Żut des rapports sur les op´┐Żrations du camp durant les derniers mois de 1962. Il fut si enthousiasm´┐Ż au sujet des succ´┐Żs de leurs r´┐Żacteurs atomiques portables qu´┐Żil urgea le G´┐Żn´┐Żral de fournir autant de financement que possible, de la part des R&D, pour le programme de r´┐Żacteur nucl´┐Żaire de Fort Belvoir, et pour construire et tester autant de r´┐Żacteurs portables que possible.

Une fois qu´┐Żils eurent d´┐Żmontr´┐Ż leur capacit´┐Ż de se prot´┐Żger dans n´┐Żimporte qu´┐Żelles r´┐Żgions de la Terre, ils furent en meilleure position pour ´┐Żtablir une pr´┐Żsence dans l´┐Żespace.

Le programme nucl´┐Żaire, qui ´┐Żtait directement li´┐Ż au challenge pos´┐Ż par les analyses du vaisseau de Roswell, les aida, en phase finale, pour d´┐Żvelopper des piles atomiques portables, lesquelles sont actuellement utilis´┐Żes aussi bien dans les satellites que dans les navires de la Navy.

Il fournit aussi les bases de recherche pour envoyer des installations nucl´┐Żaires dans l´┐Żespace.

Et de leur succ´┐Żs avec les atomes, ils tourn´┐Żrent leur attention vers le d´┐Żveloppement d´┐Żarmes qu´┐Żils pourraient installer dans les satellites de surveillance en orbite.

Des armes qu´┐Żils d´┐Żvelopp´┐Żrent directement ´┐Ż partir de ce qu´┐Żils avaient trouv´┐Ż dans la soucoupe volante de Roswell.

17 ´┐Ż Le rayon de la mort de Tesla et le canon ´┐Ż particules acc´┐Żl´┐Żr´┐Żes

Int´┐Żgr´┐Ż dans les rapports militaires, analysants le vaisseau de Roswell, il y avait des descriptions sur comment le vaisseau devait utiliser une forme d´┐Ż´┐Żnergie connue comme ´┐Ż ´┐Żnergie directe ´┐Ż .Un faisceau puissant de particules acc´┐Żl´┐Żr´┐Żes qui pourrait ´┐Żtre dirig´┐Ż, avec pr´┐Żcision, sur une cible.

Ils ne connaissaient pas grand chose sur l´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że en 1947, mais ils ne savaient pas non plus, qu´┐Żen r´┐Żalit´┐Ż, ils en connaissaient beaucoup plus qu´┐Żils ne le pensaient. L´┐Żinformation ´┐Żtait d´┐Żj´┐Ż disponible depuis les ann´┐Żes 30, et ´┐Żtait s´┐Żquestr´┐Że dans une unit´┐Ż de stockage civile, sous l´┐Żautorit´┐Ż du Gouvernement F´┐Żd´┐Żral.

Des notes d´┐Żun myst´┐Żrieux inventeur, Nikola Tesla, dont ses exp´┐Żriences et d´┐Żcouvertes, reconnues, ´┐Żtaient devenus le truc du bizarre mais aussi une l´┐Żgende excitante.

Le laser chirurgical trouv´┐Ż dans l´┐Ż´┐Żpave de Roswell ´┐Żtait une des formes de faisceau d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że, lequel montrait le potentiel bien plus grand des extraterrestres par rapport aux humains. Toutefois, si le vaisseau avait ´┐Żt´┐Ż descendu par un ´┐Żclair, lui-m´┐Żme un rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że de grandes magnitudes, il montrait leur vuln´┐Żrabilit´┐Ż pour maintenir les ´┐Żlectrons en place.

Cela stimula les scientifiques et les chercheurs dans l´┐Żanalyse du potentiel d´┐Żune arme ´┐Ż rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że.

Aujourd´┐Żhui, 50 ans apr´┐Żs l'´┐Żcrasement du vaisseau spatial ´┐Ż Roswell, ces armes sont bien plus que les appareils de l´┐ŻEmpereur Ming dans la s´┐Żrie Flash Gordon. Elles sont une r´┐Żalit´┐Ż. Cette arme a ´┐Żt´┐Ż un des vrais succ´┐Żs des R&D.

´┐Ż Les possibilit´┐Żs de b´┐Żn´┐Żfices pour l´┐Żarm´┐Że sont ´┐Żnormes ´┐Ż ´┐Żcrivit Corso au G´┐Żn´┐Żral Trudeau, dans ses analyses de 1962, sur le potentiel du rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że.

Le concept d´┐Żune arme reli´┐Że ´┐Ż un rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że, quel que soit la nature du rayon, n´┐Ż´┐Żtait pas un concept enti´┐Żrement nouveau pour la communaut´┐Ż militaire, bien que ses origines soient rest´┐Żes totalement secr´┐Żtes.

Le premier test de faisceau d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że eut lieu en 1958, avait pour nom ´┐Ż Seesaw ´┐Ż, deux ans avant la d´┐Żmonstration, r´┐Żussie, du laser, et fut fait par l´┐ŻARPA ( Advanced Research Projects Agency). Corso fut au courant de ce projet lorsqu´┐Żil ´┐Żtait au NSC, ´┐Ż la Maison Blanche.

En th´┐Żorie, le rayon d´┐Ż´┐Żnergie dirig´┐Że ´┐Żtait ce ´┐Ż quoi il ressemblait. Il y avait toujours eut un mod´┐Żle de ce genre de rayon dans la nature : L´┐Ż´┐Żclair d´┐Żorage. Les scientifiques, de Benjamin Franklin ´┐Ż Nikola Tesla, avaient essay´┐Ż d´┐Żencha´┐Żner (de canaliser) la force de l´┐Ż´┐Żclair comme source de puissance. Maintenant l´┐ŻARPA exp´┐Żrimentait cette th´┐Żorie dans une nouvelle arme meurtri´┐Żre.

S´┐Żils pouvaient construire la machinerie et ´┐Żcrire le software, les d´┐Żveloppeurs de l´┐ŻARPA d´┐Żcid´┐Żrent qu´┐Żils seraient capable de g´┐Żn´┐Żrer un intense rayon d´┐Ż´┐Żlectrons ou d´┐Żatomes d´┐Żhydrog´┐Żne neutre, le pointer sur une cible, et faire feu avec ce rayon. Les pulsations voyageraient ´┐Ż la vitesse de la lumi´┐Żre, et exciteraient les atomes de la cible, jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils explosent litt´┐Żralement. Ce qui ne pourrait pas exploser, serait d´┐Żtruit ´┐Żlectriquement et rendu inutile.

Officiellement, le projet devait rester secret jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils aient la technologie pour construire un prototype op´┐Żrationnel. La grande crainte des d´┐Żveloppeurs de l´┐ŻARPA ´┐Żtait que les Sovi´┐Żtiques, r´┐Żalisant ce qu´┐Żils essayaient de faire, voudraient acc´┐Żl´┐Żrer leur effort pour en fabriquer un avant l´┐ŻARPA, ce qui rendrait le nouveau d´┐Żveloppement Am´┐Żricain obsol´┐Żte avant m´┐Żme qu´┐Żil ne soit sur une rampe de lancement.

L´┐ŻARPA ´┐Żtait un r´┐Żseau tr´┐Żs secret de scientifiques de la D´┐Żfense, de membres des industriels li´┐Żs avec la D´┐Żfense et de chercheurs Universitaires.

L´┐ŻARPA fut fond´┐Że en 1958, en partie, pense Corso, parce qu´┐Ż´┐Ż ce moment-l´┐Ż, les R&D avaient un d´┐Żpartement de recherche ´┐Ż peine capable de g´┐Żrer la recherche n´┐Żcessaire pour rendre leur technologie sup´┐Żrieure ´┐Ż celle de leurs ennemis. Cela cr´┐Ża un trou dans la recherche, et l´┐ŻARPA fut cr´┐Że pour le combler. L´┐ŻARPA fut souvent en conflit avec l´┐Żarm´┐Że parce qu´┐Żelle avait son propre agenda, et plus particuli´┐Żrement, apr´┐Żs que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ait r´┐Żorganis´┐Ż compl´┐Żtement les R&D et l´┐Żait transform´┐Ż de telle fa´┐Żon qu´┐Żils tournent comme une machine.

En 1969, l´┐ŻARPANET est n´┐Że. Et en 1970, apr´┐Żs que l´┐ŻARPA soit devenue le DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), elle institua un projet pour cr´┐Żer un lien par r´┐Żseau de tous les ordinateurs existants dans leurs syst´┐Żmes, instituant les protocoles des logiciels qui pourraient lier les stations de travails travaillants ´┐Ż diff´┐Żrents endroits.

En 1974, le TCP/IP ´┐Żtait n´┐Ż et l´┐ŻARPANET devint l´┐ŻInternet. ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 80, le laboratoire Europ´┐Żen pour la physique des particules lan´┐Ża un langage hypertexte, comme un m´┐Żcanisme de recherche sur internet, et en 1990, le maria avec une interface graphique, qui combinait le graphisme et le texte. Le World Wide Web (WWW) ´┐Żtait n´┐Ż.

En 1958, quand c´┐Ż´┐Żtait les premiers d´┐Żveloppements du canon ´┐Ż particules, l´┐ŻARPA avait seulement 1 an. Elle fut form´┐Że en 1957, en r´┐Żponse au succ´┐Żs du lancement de Spoutnik par les Sovi´┐Żtiques.

L´┐ŻARPA n´┐Żapparu pas de nul part, son anc´┐Żtre, le NSC, avait ´┐Żt´┐Ż form´┐Ż sous le Pr´┐Żsident Wilson pour organiser et g´┐Żrer la recherche scientifique.

Une des premi´┐Żres tache donn´┐Że au NSC fut le d´┐Żvelopement d´┐Żun sous-marin.

Pendant la Premi´┐Żre Guerre Mondiale, les U-Boats Allemands avaient ravag´┐Ż les flottes dans l´┐ŻAtlantique. La Navy cherchait d´┐Żsesp´┐Żr´┐Żment une voie pour pouvoir d´┐Żtecter les sous-marins, et bien que Nikola Tesla avait fournit ses plans pour un d´┐Żtecteur ´┐Ż faisceau d´┐Ż´┐Żnergie qui pouvait envoyer des ondes basse-fr´┐Żquence ´┐Ż travers l´┐Żeau pour se r´┐Żfl´┐Żchir sur n´┐Żimporte quel objet cach´┐Ż, la NSC pensa que l´┐Żid´┐Że ´┐Żtait trop ´┐Żsot´┐Żrique et chercha une technologie plus conventionnelle.

De toute fa´┐Żon, la vague ´┐Ż basse-´┐Żnergie ne fonctionnait pas correctement dans l´┐Żeau, mais des ann´┐Żes apr´┐Żs, la description de Tesla sur son invention, fut la base pour un des plus important appareils apparut pendant la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale, le radar.

Le probl´┐Żme avec l´┐ŻARPA,´┐Ż c´┐Żest quelle ´┐Żtait politique et qu´┐Żelle avait son propre agenda. Il n´┐Ż´┐Żtait pas inhabituel que des conflits surviennent entre le chef des R&D, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, op´┐Żrant dans une structure militaire, et l´┐ŻARPA, sur l´┐Żargent ou sur les probl´┐Żmes politiques.

Les ´┐Żquipes de l´┐ŻARPA et le Pentagone crois´┐Żrent le fer plus d´┐Żune fois, et plus d´┐Żune fois l´┐ŻARPA essaya de jeter le bl´┐Żme, pour ses propres d´┐Żfauts et erreurs, sur le dos des militaires.

Pendant les premi´┐Żres ann´┐Żes de la Guerre du Vietnam, par exemple, l´┐ŻARPA essaya de condamner le G´┐Żn´┐Żral Trudeau pour les erreurs de d´┐Żploiement de l´┐ŻAgent Orange.

Mais les R&D et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau n´┐Ż´┐Żtaient pas responsables de tout pour l´┐ŻAgent Orange. C´┐Ż´┐Żtait, au d´┐Żbut, le b´┐Żb´┐Ż de l´┐ŻARPA. Mais quand les rapports de terrains commenc´┐Żrent ´┐Ż arriver sur les victimes que l´┐ŻAgent Orange faisait ´┐Ż leurs propres troupes, l´┐ŻARPA dit qu´┐Żil aurait d´┐Ż ´┐Żtre certifi´┐Ż avant par le Congr´┐Żs, et que le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtait responsable.

Corso sauta au plafond. Il laissa savoir aux ´┐Żquipes de l´┐ŻARPA que, au diable les protocoles, il irait parler dans les commissions du Congr´┐Żs, jusqu´┐Ż´┐Ż ce que tout le monde sache que l´┐ŻARPA essayait de rejeter sa responsabilit´┐Ż dans la n´┐Żgligence du´┐Ż d´┐Żploiement d´┐Żun mauvais agent chimique. L´┐ŻARPA fit machine arri´┐Żre, mais le mauvais sang (un froid) resta entre eux.

Quand le concept de l´┐ŻARPA fut discut´┐Ż ´┐Ż la Maison Blanche, Corso vit le potentiel de la chose aussi bien que le probl´┐Żme, mais il savait aussi qu´┐Żun agenda secret dirigeait toute la politique du groupe de travail sur les ovnis. Pour le groupe, l´┐ŻARPA ´┐Żtait un avantage parce qu´┐Żils pourraient avoir des liens avec la communaut´┐Ż Universitaire et trouver ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur toutes les informations sur les ovnis qui n´┐Ż´┐Żtaient pas fournies par les militaires.

En d'autres termes, l´┐ŻARPA, en plus d´┐Ż´┐Żtre un groupe de recherche, ´┐Żtait aussi une autre agence de rassemblement de renseignements, mais d´┐Żdi´┐Że aux communaut´┐Żs scientifiques et acad´┐Żmiques.

Par cons´┐Żquent, quand l´┐Żurgence arriva en 1957, avec la course ´┐Ż la technologie pour le programme spatiale contre les Sovi´┐Żtiques, cela ne surprit personne que ce soit l´┐ŻARPA qui est la responsabilit´┐Ż de d´┐Żvelopper une r´┐Żponse militaire. Et contre le challenge donn´┐Ż par le programme de satellites Sovi´┐Żtiques, une arme ´┐Ż rayon ´┐Ż particules ´┐Żtait la direction logique ´┐Ż prendre comme r´┐Żponse.

Les USA devaient d´┐Żvelopper une arme qui pourrait, th´┐Żoriquement, descendre les satellites Sovi´┐Żtiques ou les rendre aveugle, ainsi ils ne pourraient pas prendre de photos. Ils devaient rassembler les ressources dans la communaut´┐Ż acad´┐Żmique de recherche pour voir si un groupe de talent pouvait d´┐Żvelopper une telle arme.

Dans le m´┐Żme temps, ils ne voulaient pas divertir (d´┐Żranger) la recherche militaire dans des armes exotiques pendant que les militaires essayaient de mettre leurs propres satellites en orbite.

Mais plut´┐Żt que de mettre le plan directement dans les mains des militaires des R&D, ils suivirent une course, probablement initialis´┐Że par le groupe de travail sur les ovnis, et cherch´┐Żrent une organisation qui n´┐Ż´┐Żtait pas directement impliqu´┐Że dans la recherche militaire.

Pendant la pr´┐Żsence de Corso ´┐Ż la Maison Blanche, il put voir la main de la CIA dans tout ceci. Il savait que le Gouvernement cr´┐Żait un autre budget et une autre subvention bureaucratique que la CIA, en fin de compte, contr´┐Żlerait.

Cela ne fut pas une surprise, non plus, que la premi´┐Żre arme, dont la mission ´┐Żtait dirig´┐Że contre les v´┐Żhicules spatiaux et les v´┐Żhicules en entr´┐Żes atmosph´┐Żriques, fut l´┐Żarme ´┐Ż ´┐Żnergie dirig´┐Że, un canon ´┐Ż particules acc´┐Żl´┐Żr´┐Żes. Le cr´┐Żateur original ´┐Żtait Nikola Tesla et certains de ses papiers se trouvaient sur le bureau de Corso quand il arriva aux R&D en 1961.

Tesla avait ´┐Żcrit sa th´┐Żorie sur les armes ´┐Ż ´┐Żnergie dirig´┐Że avant le d´┐Żbut du vingti´┐Żme si´┐Żcle. Son fameux ´┐Ż rayon de la mort ´┐Ż ´┐Żtait une version d´┐Żun canon ´┐Ż particules qui, pensait-il, installerait la paix sur la terre parce qu´┐Żil pourrait d´┐Żtruire des cit´┐Żs enti´┐Żres partout dans le monde et instantan´┐Żment.

Mais avant l´┐Żannonce de son rayon de la mort, Tesla fit fortune gr´┐Żce ´┐Ż ses exp´┐Żriences sur la transmission ´┐Żlectrique sans fil et ´┐Ż son faisceau d´┐Ż´┐Żlectrons dirig´┐Żs. En 1890, Tesla exp´┐Żrimenta un appareil qui deviendrait le cyclotron du vingti´┐Żme si´┐Żcle ; un autre appareil qui deviendrait la t´┐Żl´┐Żvision ; et il formula les id´┐Żes de ce qui est aujourd´┐Żhui la t´┐Żl´┐Żvision mondiale et les r´┐Żseaux radiophoniques.

Nikola Tesla arriva aux USA en 1884 pour rencontrer et travailler avec un autre g´┐Żnie, Thomas Edison.

Les deux hommes ´┐Żtaient tr´┐Żs diff´┐Żrents dans leur fa´┐Żon d´┐Żapprocher leurs inventions. Edison ´┐Żtait un bricoleur qui construisait ´┐Ż partir d´┐Żune id´┐Że, reconstruisait, encore et encore jusqu´┐Ż´┐Ż ce que cela marche.

Tesla, lui, pensait enti´┐Żrement le projet dans son cerveau, le visualisait dans toute sa complexit´┐Ż, et ensuite l´┐Żassemblait d´┐Żapr´┐Żs la vision de son esprit. C´┐Ż´┐Żtait d´┐Żconcertant pour Edison, qui souvent commenta ´┐Ż son ancien assistant, Charles Batchelor, que l´┐Żhabilit´┐Ż de Tesla, pour construire quelque chose d´┐Żapr´┐Żs des sch´┐Żmas dans son esprit, n´┐Ż´┐Żtait pas naturelle. Tesla ´┐Żtait aussi un fastidieux acad´┐Żmicien qui aimait discuter de th´┐Żorie alors qu´┐ŻEdison ´┐Żtait plut´┐Żt un inventeur autodidacte qui bien souvent travaillait et dormait dans les m´┐Żmes v´┐Żtements pendant des jours.

Il est ironique que la rivalit´┐Ż entre les deux hommes, jusqu´┐Ż´┐Ż leurs morts, a fournie des inventions ´┐Ż travers lesquelles la plupart de la technologie moderne est construite. Cette rivalit´┐Ż engendrant deux grandes compagnies, G´┐Żn´┐Żral Electric et Westinghouse, qui continuent cette rivalit´┐Ż encore aujourd´┐Żhui.

La rivalit´┐Ż entre Edison et Tesla servit, aussi, ´┐Ż d´┐Żfinir la nature de l´┐Żindustrie ´┐Żlectrique des USA et du dispositif ´┐Żlectrique pour les industries.

Edison mourut en 1930 et Tesla en 1943.

Tesla ´┐Żtait un g´┐Żnie, un homme en avance sur son temps. Avant m´┐Żme que Isaac Asimov invente le terme ´┐Ż Robotique ´┐Ż dans son roman de science-fiction ´┐Ż I robot ´┐Ż, Nikola Tesla avait invent´┐Ż le premier ´┐Ż automaton ´┐Ż ou soldat m´┐Żcanique et un mod´┐Żle de bateau contr´┐Żl´┐Ż robotiquement.

Tesla fut l´┐Żhomme dont les id´┐Żes aid´┐Żrent les scientifiques de l´┐ŻARPA face ´┐Ż la menace du premier satellite en orbite, Spoutnik, mais encore plus face aux EBEs, qui, voyants le satellite Russe, seraient convaincus que si la colonisation de la Terre ´┐Żtait leur but, les Russes pourraient les aider.

Quelle ´┐Żtait l´┐Żid´┐Że de Tesla ?

En 1899, Tesla ´┐Żcrivit sa th´┐Żorie sur la transmission sans fil du courant ´┐Żlectrique, ce qui allait r´┐Żvolutionner les communications. Tesla rapporta qu´┐Żil avait exp´┐Żriment´┐Ż un rayon d´┐Ż´┐Żnergie ´┐Żlectrique, qui excitait les atomes dans la substance o´┐Ż pointait le rayon. Une telle arme, disait-il, allait r´┐Żvolutionner la guerre. En fait, cet appareil ´┐Żtait tr´┐Żs similaire ´┐Ż l´┐Żoutil de coupe laser trouv´┐Ż sur le site de l'´┐Żcrasement de Roswell.

Quand Corso r´┐Żalisa que Tesla avait d´┐Żmontr´┐Ż la capacit´┐Ż d´┐Żun bateau radio pilot´┐Ż qui pouvait emmener des torpilles directement au coeur de la flotte ennemie, il ne comprit pas pourquoi la Navy n´┐Żavait pas saut´┐Ż sur cette id´┐Że pour la Premi´┐Żre Guerre Mondiale et pas plus pour la Deuxi´┐Żme Guerre Mondiale, alors qu´┐Żelle savait que les Allemands ´┐Żtaient en train d´┐Żexp´┐Żrimenter ceci.

Aujourd´┐Żhui, ils d´┐Żpensent des millions de dollars pour la conception d´┐Żun v´┐Żhicule t´┐Żl´┐Żcommand´┐Ż similaire au concept que Tesla avait invent´┐Ż 100 ans plus t´┐Żt.

En 1915, Tesla ´┐Żcrivit au D´┐Żpartement de la Guerre Am´┐Żricain qu´┐Żen plus de son bateau t´┐Żl´┐Żcommand´┐Ż, ils devaient consid´┐Żrer d´┐Żurgence l´┐Żappareil volant radiocommand´┐Ż ´┐Ż sans ailes, ailerons´┐Ż propulseurs et autres appendices externes, qui serait capable de se d´┐Żplacer a tr´┐Żs grande vitesse. Cette machine enti´┐Żrement propuls´┐Że par r´┐Żaction ( type moteur de fus´┐Że), pourrait ´┐Żtre contr´┐Żl´┐Że par radio ou m´┐Żcaniquement. ´┐Ż

La description de Tesla, qui parle d´┐Żun appareil bien plus ´┐Żvolu´┐Ż que les V2 Allemands, ´┐Żtait le pr´┐Żcurseur des ICBM actuelles.

Les exp´┐Żriences de Tesla sur le canon ´┐Ż particules ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż bien avanc´┐Żes lorsque que Corso fut invit´┐Ż dans une station exp´┐Żrimentale qui prouverait qu´┐Żil pouvait transmettre la puissance ´┐Żlectrique en utilisant l´┐Żatmosph´┐Żre terrestre plut´┐Żt qu´┐Żavec un lourd c´┐Żble. Tesla d´┐Żcrivit son exp´┐Żrience dans un article pour le 30e anniversaire de ´┐Ż Electrical World and Engineer ´┐Ż en 1904.

En 1899, il y eu des rumeurs comme quoi Tesla exp´┐Żrimentait un ´┐Ż rayon de la mort ´┐Ż au Colorado, mais celui-ci n´┐Żen parla jamais et en fait ne dit jamais rien sur ces exp´┐Żriences m´┐Żme quand les Anglais, les Allemands, les Russes et les Am´┐Żricains, dans les ann´┐Żes 20, allaient appliquer les brevets de l´┐Żinvention.

Dans les ann´┐Żes 30, toutefois, Tesla ´┐Żcrivit qu´┐Żil avait fait une nouvelle d´┐Żcouverte qui rendrait la guerre obsol´┐Żte parce que chaque nation aurait le m´┐Żme pouvoir de destruction envers l´┐Żautre. Cela fournirait un mur de puissance qui offrirait un obstacle insurmontable face ´┐Ż une agression.

Mais ce n´┐Ż´┐Żtait pas un rayon de la mort, parce que les scientifiques dans les ann´┐Żes 70, r´┐Żalis´┐Żrent que les rayons avaient tendance ´┐Ż se diffuser sur de grandes distances et que quelque chose ´┐Żtait n´┐Żcessaire pour maintenir l´┐Żintensit´┐Ż.

Bien que Tesla d´┐Żcrivait comment ce rayon pouvait transmettre une ´┐Żmission de t´┐Żl´┐Żvision et la projection d´┐Żimages, il d´┐Żcrivait, r´┐Żellement, le canon ´┐Ż particules acc´┐Żl´┐Żr´┐Żes que l´┐ŻARPA essayait de d´┐Żvelopper 25 ans apr´┐Żs que Tesla ait ´┐Żcrit sur ceci et 11 ans apr´┐Żs que les objets, tel que l´┐Żoutil laser, furent trouv´┐Żs ´┐Ż Roswell.

Dans les ann´┐Żes 1930, Tesla dit que son canon ´┐Ż particules pourrait d´┐Żtruire les avions en vol et prot´┐Żger les cit´┐Żs. ll fit des propositions aux Russes, pour d´┐Żvelopper une telle arme, parce que Staline ´┐Żtait effray´┐Ż par une invasion possible du Japon.

Il ´┐Żcrivit aussi au Ministre Britannique sur les capacit´┐Żs de son canon ´┐Ż prot´┐Żger Londres contre les attaques des Allemands. Mais personne ne pensa que son canon ´┐Ż particules ´┐Żtait r´┐Żalisable.

Le rayon de la mort de Tesla ne fut jamais d´┐Żvelopp´┐Ż durant sa vie. Mais comme il y eut des allusions comme quoi les Allemands et les Russes ´┐Żtaient int´┐Żress´┐Żs par les id´┐Żes de Tesla, quand celui-ci mourut en Janvier 1943, le FBI, imm´┐Żdiatement,´┐Ż´┐Ż r´┐Żcup´┐Żra tous les papiers, sch´┐Żmas, textes, et dessins et les rangea´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻOAP (Office of´┐Ż Alien Property) o´┐Ż ils seraient, th´┐Żoriquement, stock´┐Żs jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żils soient renvoy´┐Żs ´┐Ż l´┐Żambassadeur de Yougoslavie. Ces fichiers rest´┐Żrent stock´┐Żs ´┐Ż Manhattan jusqu´┐Żau d´┐Żbut des ann´┐Żes 50, ensuite ils furent retourn´┐Żs ´┐Ż la Yougoslavie. Cependant, le gouvernement Yougoslave pensait que le FBI avait photographi´┐Ż et mit sur microfilms tous les documents de Tesla.

J. Edgar Hoover d´┐Żnia ceci, mais des copies de photographies des papiers de Tesla se trouvaient aux R&D quand Corso arriva en 1961. Comment ´┐Żtaient-elles arriv´┐Żes l´┐Ż ?

En fait, une autre copie de la monographie de Tesla fut envoy´┐Że au groupe de travail du G´┐Żn´┐Żral Twining, puis ´┐Ż l´┐ŻARPA. Elle fit son apparition quand le groupe de travail r´┐Żalisa, suite au lancement de Spoutnik, que les USA n´┐Żavaient absolument aucune d´┐Żfense contre les Russes et pas plus contre les EBEs.

Ils avaient, cependant, une seule possibilit´┐Ż qui pourrait interf´┐Żrer avec le champ ´┐Żlectromagn´┐Żtique que les extraterrestres utilisaient, pensaient-ils : Un canon ´┐Ż particules qui pourrait interrompre l´┐Żonde ´┐Żlectromagn´┐Żtique autour du vaisseau spatial et p´┐Żn´┐Żtrer la zone d´┐Żantigravit´┐Ż.

Le rayon d´┐Żtruirait compl´┐Żtement l´┐Żonde ´┐Żlectromagn´┐Żtique du vaisseau. Avec ce moyen, m´┐Żme si le vaisseau n´┐Żexplosait pas, il serait forc´┐Ż de s'´┐Żcraser ´┐Ż cause de la destruction de sa capacit´┐Ż ´┐Ż s´┐Żopposer ´┐Ż la gravit´┐Ż.

Tesla avait comprit que le canon ´┐Ż particules ´┐Żtait comme un ´┐Żclair d´┐Żorage, avec la m´┐Żme capacit´┐Ż destructrice, mais mieux contr´┐Żl´┐Że.

Les recherches et exp´┐Żriences conduites apr´┐Żs 1980, pour un prototype de canon ´┐Ż particules, d´┐Żfinirent 2 types d´┐Żarmes :

Celles qui seraient utilis´┐Żes exclusivement dans l´┐Żespace et celles qui seraient utilis´┐Żes sur la Terre. Chacune avait des caract´┐Żristiques diff´┐Żrentes mais les similitudes du canon ´┐Ż particules ´┐Żtaient les m´┐Żmes pour les deux.

Alors que Corso commen´┐Żait ´┐Ż travailler sur la recherche de base pour le canon ´┐Ż particules, les scientifiques lui dirent que l´┐Żarme devait avoir 6 caract´┐Żristiques afin de lui permettre de d´┐Żtruire sa cible :

  1. Le rayon devait voyager ´┐Ż tr´┐Żs haute vitesse, proche de la vitesse de la lumi´┐Żre, pour que les cibles ne puissent s´┐Ż´┐Żchapper. M´┐Żme les ovnis voyagent moins vite que la lumi´┐Żre.
  2. Le rayon devait rester assez longtemps sur sa cible pour lui faire des dommages. Sur Terre, il suffirait de quelques secondes, mais dans l´┐Żespace, o´┐Ż les distances sont plus grandes, il faudrait un peu plus de temps pour d´┐Żtruire la cible.
  3. Vous deviez ´┐Żtre capable de pointer imm´┐Żdiatement le rayon sur sa cible. Comme, par exemple, s´┐Żil fallait pointer le rayon sur de multiples ogives. Il devait pouvoir le faire en quelques secondes : Tir, d´┐Żplacement, tir, d´┐Żplacement, etc.
  4. Le rayon devait ´┐Żtre capable de p´┐Żn´┐Żtrer la cible pour lui causer de vrais dommages et pour d´┐Żtruire l´┐Ż´┐Żlectronique.
  5. Le rayon devait ´┐Żtre capable de tuer ´┐Ż travers sa pulsion ´┐Żlectromagn´┐Żtique. Utilis´┐Że comme arme spatiale, la pulsion ´┐Żlectromagn´┐Żtique aurait un effet similaire sur les satellites ennemis, tuant leurs programmes de contr´┐Żles et rendant leurs syst´┐Żmes de guidages inop´┐Żrants.
  6. Un canon ´┐Ż particules, comme le laser, devait pouvoir ´┐Żtre utilis´┐Ż sous n´┐Żimporte qu´┐Żelles conditions m´┐Żt´┐Żorologiques.

´┐Ż la fin des ann´┐Żes 50, alors que les scientifiques r´┐Żfl´┐Żchissaient sur la fa´┐Żon de faire un prototype op´┐Żrationnel, ils r´┐Żalis´┐Żrent qu´┐Żils avaient besoin d´┐Żun g´┐Żn´┐Żrateur de puissance assez fort pour g´┐Żn´┐Żrer le rayon.

Quand Corso quitta le Pentagone, le travail continua sur la th´┐Żorie d´┐Żune telle arme mais rien de plus ne fut fait pour r´┐Żunir les sommes importantes de ces technologies comme : L´┐Żacc´┐Żl´┐Żrateur de particules atomiques, les ordinateurs de ciblage, les lasers ´┐Ż haute-´┐Żnergie, et sur la fa´┐Żon de rendre tout ceci portable.

Aujourd´┐Żhui, toutefois, des versions basse-´┐Żnergie, de ces armes ´┐Ż ´┐Żnergie-dirig´┐Że, sont actuellement sur le march´┐Ż pour l´┐Żinstallation sur les voitures de polices comme arme contre les v´┐Żhicules en fuites, comme moyen pour arr´┐Żter une poursuite avant m´┐Żme qu´┐Żelle ne commence. L´┐Żonde ´┐Żlectromagn´┐Żtique d´┐Żtruirait le syst´┐Żme de d´┐Żmarrage de la voiture.

Pour Corso, l´┐Żironie ´┐Ż toujours ´┐Żt´┐Ż dans le lien ´┐Żtroit entre le travail historique, les d´┐Żcouvertes de Nikola Tesla, et la technologie que les extraterrestres avaient d´┐Żvelopp´┐Że d´┐Żapr´┐Żs les ´┐Żvaluations de l´┐Ż´┐Żpave de Roswell.

Tesla avait exp´┐Żriment´┐Ż la transmission d´┐Ż´┐Żnergie sans fil, et les extraterrestres semblaient avoir utilis´┐Ż une sorte de transmission d´┐Ż´┐Żnergie sans fil pour leur syst´┐Żmes de d´┐Żfense et de navigation. Tesla avait ´┐Żcrit des th´┐Żories sur la manipulation ou la distorsion du champ gravitationnel ´┐Ż travers des ondes ´┐Żlectromagn´┐Żtiques, et les extraterrestres semblaient avoir utilis´┐Ż, justement, cette sorte d´┐Ż´┐Żnergie comme syst´┐Żme de propulsion. Et les descriptions de Tesla sur le rayon de la mort ´┐Żtaient devenus au final les bases pour la D´┐Żfense Am´┐Żricaine face aux extraterrestres.

Pendant que les scientifiques, des ann´┐Żes 50 aux ann´┐Żes 70, argument´┐Żrent sur le co´┐Żt d´┐Żune telle arme, d´┐Żautres, qui comprenaient la vraie menace venant de l´┐Żespace, argument´┐Żrent qu´┐Żil y avait d´┐Żautres ennemis derri´┐Żre l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique qui auraient, un jour, la technologie pour lancer des missiles nucl´┐Żaires contre les USA.

Personne n´┐Żaurait os´┐Ż dire qu´┐Żils devaient se d´┐Żfendre contre les soucoupes volantes.

En fait ce n´┐Żest pas avant l´┐Ż´┐Żlection de Donald Reagan, en 1980, que le canon ´┐Ż particules revint sur sc´┐Żne puisqu´┐Żil faisait parti du d´┐Żbat, tr´┐Żs chaud, mais strat´┐Żgie r´┐Żussie, du SDI (Strategic Defense Initiative) ou ´┐Ż Star Wars ´┐Ż.

Une strat´┐Żgie comme ´┐Ż Star Wars ´┐Ż et le test de quelques-uns de ses composants, suffirait ´┐Ż mettre les USA en temps de guerre contre les EBEs et montrerait aux Sovi´┐Żtiques que les Am´┐Żricains avaient, finalement, une vraie dissuasion nucl´┐Żaire.

L´┐Żhistoire compl´┐Żte, derri´┐Żre le SDI et la fa´┐Żon dont il changea la Guerre Froide et for´┐Ża les extraterrestres ´┐Ż changer leurs strat´┐Żgies pour cette plan´┐Żte, est une histoire qui n´┐Ża jamais ´┐Żt´┐Ż racont´┐Że. Mais aussi spectaculaire que cela semble ´┐Żtre, le d´┐Żploiement restreint du SDI est l´┐Żhistoire sur la fa´┐Żon dont l´┐Żhumanit´┐Ż a gagn´┐Ż sa premi´┐Żre victoire contre un ennemi sup´┐Żrieur en puissance et en technologie.

18 ´┐Ż Star Wars

Au printemps 1962, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau dit ´┐Ż Corso son intention de partir ´┐Ż la retraite. Il ne serait pas le commandant des forces US au Vietnam, lui avait-on dit.

Tous ceux qui le connaissaient, le respectaient ou le craignaient.

´┐Ż Il n´┐Ży aura plus d´┐Żautres Pork Chop Hill, Phil ´┐Ż dit-il quand il apprit que le G´┐Żn´┐Żral Maxwell Taylor, avec le support de l´┐Żarm´┐Że, ´┐Żtait pass´┐Ż au-dessus de lui pour le commandement du Sud-Vietnam.

Cela voulait dire que c´┐Ż´┐Żtait son dernier commandement et qu´┐Żil se retirerait comme Lieutenant G´┐Żn´┐Żral.

´┐Ż Nous gagnerions si nous ´┐Żtions l´┐Ż-bas, G´┐Żn´┐Żral ´┐Ż dit Corso avec fureur, ´┐Ż vous et moi savons ce que nous avons appris en Cor´┐Że. ´┐Ż

Peut-´┐Żtre que le G´┐Żn´┐Żral vit le visage de Corso rougir parce qu´┐Żil dit ´┐Ż Non, nous irions probablement en cours martial ´┐Ż cause de ce que nous avons appris en Cor´┐Że. Pensez ´┐Ż ce qu´┐Żils nous auraient fait si nous avions gagn´┐Ż la guerre ´┐Ż.

Puis il rigola, ´┐Ż nous aurions fait passer les Communistes comme mauvais. Vous savez que vous ne pouvez pas faire cela, Phil ´┐Ż.

Le G´┐Żn´┐Żral faisait ses ´┐Żaux revoirs´┐Ż et commen´┐Żait ´┐Ż compter les jours jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żil puisse ´┐Żchanger son uniforme contre des v´┐Żtements civils. Il avait command´┐Ż les R&D pendant 6 ans. Bien que le G´┐Żn´┐Żral ne commenta pas explicitement les faits incroyables qu´┐Żils avaient d´┐Żcouverts dans le dossier de Roswell, parce qu´┐Żil estimait que ce n´┐Ż´┐Żtait qu´┐Żune partie de son travail, il plaisanta de ceci, de temps en temps, avec son vieil ami, le s´┐Żnateur Strom Thurmond.

Plus d´┐Żune fois, Corso trouva le s´┐Żnateur et le G´┐Żn´┐Żral assis dans le divan du G´┐Żn´┐Żral et le regardaient alors qu´┐Żil entrait.

´┐Ż Dans quelles sinistres choses pensez vous que Phil se trouve ? ´┐Ż disait le s´┐Żnateur Thurmond en dissimulant ´┐Ż peine son sourire.

´┐Ż Vous ´┐Żtiez dans votre dossier de vieilleries,´┐Ż Phil ? ´┐Ż r´┐Żpondait le G´┐Żn´┐Żral.

´┐Ż J´┐Żesp´┐Żre que vous savez lire l´┐Żavenir, Phil ´┐Ż dit le s´┐Żnateur Thurmond, ´┐Ż avec ce que vous lisez, vous pouvez tout pr´┐Żdire. ´┐Ż

´┐Ż Juste en me comportant comme un bon officier des renseignements, monsieur ´┐Ż r´┐Żpondit Corso, ´┐Ż mon travail est de lire des renseignements et de faire des analyses. ´┐Ż

´┐Ż H´┐Ż bien, ils ne vous ont pas encore rendu fou, Phil ´┐Ż dit le s´┐Żnateur, et tout le monde dans la pi´┐Żce savait ce que ´┐Ż ils ´┐Ż voulaient dire m´┐Żme s´┐Żils n´┐Ż´┐Żtaient pas autoris´┐Żs ´┐Ż parler de ´┐Ż ils ´┐Ż en public.

Corso pr´┐Żparait ses dossiers pour le G´┐Żn´┐Żral Beech, le nouveau chef des R&D, tout en sachant qu´┐Żil pr´┐Żparait sa propre retraite qui viendrait ´┐Ż la fin de 1962.

Donc il devait se pr´┐Żparer ´┐Ż devenir silencieux ´┐Ż propos de Roswell tout en pr´┐Żparant le maximum de projets dans les 6 mois restants. Corso et son nouveau patron avaient un accord tacite de ne rien diffuser sur Roswell et sur les dossiers.

´┐Ż la fin de l´┐Ż´┐Żt´┐Ż 1962, de mauvais rapports circulaient ´┐Ż Washington ´┐Ż propos de cargos Russes entrants dans les eaux Cubaines. Le trafic ´┐Żtait intense, mais les renseignements ne savaient pas ce qui ce passait.

La CIA ´┐Żtait compl´┐Żtement muette. Quoi que soit la raison, la CIA devait minimiser la chose parce que l´┐Żadministration de Kennedy ne voulait pas de confrontation avec l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique.

Qu´┐Żest ce que c´┐Ż´┐Żtait ? Pourquoi les Russes amassaient des troupes l´┐Ż-bas ? ´┐Żtait-ce des exercices militaires ? La r´┐Żponse vint avec une s´┐Żrie de photographies de surveillances, prisent par avion espion, que Corso put voir gr´┐Żce ´┐Ż des amis ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du Pentagone. Sur ces photos, on pouvait voir des missiles balistiques Sovi´┐Żtiques qui pouvaient atteindre Washington en quelques minutes.

Malgr´┐Ż ces photos, l´┐Żarm´┐Że n´┐Żavait rien ´┐Ż dire, pas plus que l´┐ŻUS Air Force ou que la Navy.

Quelqu´┐Żun devait mettre ´┐Ż jour tout ceci et donc Corso appela un de ses amis, le s´┐Żnateur de New-York, Kenneth Keating, et lui demanda ce qu´┐Żil savait.

´┐Ż Que voulez vous dire par missiles, colonel Corso ? ´┐Ż´┐Ż dit-il, ´┐Ż quels missiles ? O´┐Ż ? ´┐Ż

C´┐Ż´┐Żtait en Octobre 1962.

´┐Ż ´┐Ż Cuba, s´┐Żnateur ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż ils se tiennent ´┐Ż Cuba en attendant d´┐Ż´┐Żtre d´┐Żploy´┐Żs sur des lanceurs. Vous ne le savez pas ? ´┐Ż

La v´┐Żrit´┐Ż est que le s´┐Żnateur Keating ne le savait pas, pas plus que le d´┐Żput´┐Ż Mike Feighan, que Corso appela aussi.

´┐Ż Ces informations viennent de nos meilleures sources ´┐Ż leur dit Corso, ´┐Ż J´┐Żai pu voir les missiles moi-m´┐Żme. Je sais ´┐Ż quoi ils ressembles. Ce n´┐Żest pas une simple photo mais toute une s´┐Żrie qui suit depuis des semaines les cargos Sovi´┐Żtiques. ´┐Ż

Le s´┐Żnateur Keating demanda ´┐Ż Corso si le Pr´┐Żsident Kennedy ´┐Żtait au courant de l´┐Żexistence de ces missiles. Mais corso lui r´┐Żpondit qu´┐Żil n´┐Żavait pas les moyens de le savoir. Pour Corso, il ´┐Żtait clair que l´┐Żadministration essayait de garder les informations ´┐Ż l´┐Ż´┐Żcart du public, ainsi ni les Sovi´┐Żtiques et ni les Cubains ne seraient embarrass´┐Żs.

Corso savait aussi qu´┐Żil prenait un grand risque en parlant au s´┐Żnateur Kealing et au d´┐Żput´┐Ż Feighan. Il faisait fuir des informations militaires.

Un des vieux amis de Corso, dans la presse de Washington ´┐Żtait Paul Scott. Ses articles apparaissaient dans le ´┐Ż Boston Globe ´┐Ż et le ´┐Ż Washington post ´┐Ż. Si Corso lui donnait son histoire, elle serait diffus´┐Że dans le Globe et le Poste en m´┐Żme temps, obligeant le Pr´┐Żsident ´┐Ż faire face et l´┐Żobligeant ´┐Ż prendre des d´┐Żcisions.

Corso n´┐Żaimait pas cela, mais il n´┐Ży avait pas d´┐Żautres moyens. Donc lui, Kealing et Feighan coordonn´┐Żrent une strat´┐Żgie.

Corso appela Scott et lui dit qu´┐Żil avait vu quelques photos. Ils se rencontr´┐Żrent, pas au Pentagone, et Corso lui d´┐Żcrivit les copies de photos qu´┐Żil avait vu et lui expliqua, sans r´┐Żv´┐Żler quoi que ce soit de classifi´┐Ż, leur m´┐Żthode de surveillance, comment les photos avaient ´┐Żt´┐Ż prises, pourquoi elles ´┐Żtaient authentiques, et ce qu´┐Żelles voulaient dire.

´┐Ż Vous comprenez que j´┐Żai vu ces cylindres ´┐Ż lui dit Corso, en dessinant sur un bloc-note de fins cylindres. ´┐Ż Ce sont des missiles balistiques qui peuvent toucher Washington, New-York, ou Boston 15 minutes apr´┐Żs le lancement. Nous ne pourrons d´┐Żtecter ces b´┐Żb´┐Żs que lorsqu´┐Żils seront en dessous de l´┐Żorbite et en descente. Ils nous laissent, ´┐Ż peu pr´┐Żs, 5 minutes pour nous cacher sous nos bureaux. Mais avec des t´┐Żtes nucl´┐Żaires, toute personne se trouvant ´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de leurs d´┐Żtonations ne sera pas prot´┐Żg´┐Że. ´┐Ż

´┐Ż Pourquoi les Cubains voudraient-ils entrer en Guerre avec les USA ? ´┐Ż demanda Scott.

´┐Ż Ce n´┐Żest pas les Cubains ´┐Ż r´┐Żpondit Corso, ´┐Ż ce sont les Sovi´┐Żtiques. Ils ont le contr´┐Żle complet. Ils ont leurs propres troupes sur l´┐Ż´┐Żle et ils vont nous menacer d´┐Żun lancement si, nous ou quelqu´┐Żun d´┐Żautres, allons essayer d´┐Żexpulser Castro. ´┐Ż

´┐Ż Pourquoi me dites vous cela ? ´┐Ż demanda Scott.

´┐Ż Parce que ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż le Pr´┐Żsident est au courant mais ne fera rien du tout. ´┐Ż

Le journaliste ´┐Żtait choqu´┐Ż. Il se doutait que Kennedy voulait ´┐Żviter toute confrontation jusqu´┐Ż´┐Ż son second mandat, mais c´┐Ż´┐Żtait une compl´┐Żte capitulation. Il dit : ´┐Ż Il ne peut pas laisser passer cela ´┐Ż.

´┐Ż Ho oui ! il peut ´┐Ż dit Corso, ´┐Ż si nous ne sortons pas l´┐Żhistoire, il laissera passer. Le Pr´┐Żsident a rentr´┐Ż sa t´┐Żte dans le sable en esp´┐Żrant que personne ne viendra le d´┐Żranger. Vous devez mettre cette histoire dans le Globe afin de l´┐Żobliger ´┐Ż faire face´┐Ż tout ceci. Alors les Sovi´┐Żtiques sauront que Kennedy sait et cela fera un d´┐Żsordre complet. ´┐Ż

´┐Ż Mais si cela d´┐Żclenche une guerre ? ´┐Ż demanda Scott.

´┐Ż Au-dessus de Cuba ? ´┐Żcoutez, m´┐Żme le propre peuple de Khrushchev n´┐Żest pas pr´┐Żt ´┐Ż sacrifier Moscou pour La Havane. ´┐Ż r´┐Żpondit Corso, ´┐Ż C´┐Żest un stratag´┐Żme Russe ´┐Ż.

L´┐Żhistoire apparue dans le Boston Globe et le Washington Post dans les jours qui suivirent, for´┐Żant le Pr´┐Żsident ´┐Ż revenir ´┐Ż Washington pour se confronter ´┐Ż la crise.

Avec sagesse, le Pr´┐Żsident Kennedy ne fit pas l´┐Żinvasion de Cuba. Leur blocus de Cuba humilia Nikita Khrushchev, et son stratag´┐Żme ´┐Żchoua. Kennedy fut un h´┐Żros.

Si la Guerre froide semblait complexe et chaotique au d´┐Żbut des ann´┐Żes 60, imaginez ce que cela devait ´┐Żtre lorsque vous deviez faire face ´┐Ż une autre Guerre Froide, ou la ´┐Ż vraie ´┐Ż Guerre Froide contre les extraterrestres, comme le disaient certains.

C´┐Ż´┐Żtait comme un ´┐Żl´┐Żphant dans une pi´┐Żce, tout le monde le voyait mais tout le monde d´┐Żniait. Sa pr´┐Żsence ´┐Żtait si imposante que vous deviez marcher autour. Ses balancements de trompe ´┐Żtaient si forts que vous deviez vous baisser lorsqu´┐Żelle passait au-dessus de votre t´┐Żte. Vous deviez faire attention ´┐Ż ce que le gros ´┐Żl´┐Żphant ne vous marche pas sur les pieds, et vous deviez faire attention ´┐Ż ne pas vous tenir trop pr´┐Żt de son arri´┐Żre train pour ne pas ´┐Żtre enterr´┐Ż avec ce qui pouvait en sortir.

Les mains de l´┐Żarm´┐Że ´┐Żtaient li´┐Żes par le cover-up (l'op´┐Żration de maquillage) et par le refus du Gouvernement ´┐Ż laisser les militaires g´┐Żrer la menace extraterrestre avec leurs propres ressources .

Mais plus d´┐Żun membre du Congr´┐Żs connaissait le cover-up (l'op´┐Żration de maquillage), et ils ´┐Żtaient aussi concern´┐Żs que les militaires par l ´┐Żintrusion des EBEs, par les abductions humaines et les mutilations de b´┐Żtail, et l´┐Żappui de l´┐Żagenda militaire pour un programme de d´┐Żveloppement d´┐Żarmes dans l´┐Żespace.

Les militaires ´┐Żtaient convaincus que, quelle que soit la provenance des ovnis extraterrestres, ils tripatouillaient (tripotaient) la Terre, op´┐Żrant avec impunit´┐Ż, et manipulant les humains continuellement et secr´┐Żtement. Ceux qui dans l´┐Żarm´┐Że savaient ce qui ce passaient, pensaient aussi qu´┐Żils pourraient faire l´┐Żexp´┐Żrience d´┐Żune invasion qui serait bien plus qu´┐Żune infiltration.

Les EBEs compromettaient les syst´┐Żmes de d´┐Żfense et le Gouvernement Am´┐Żricain, sugg´┐Żra Corso ; et quand le temps du conflit viendrait, les humains seraient vuln´┐Żrables.

Pour sa part, le G´┐Żn´┐Żral Trudeau, dans les quelques mois avant sa retraite, fit un certains nombres d´┐Żapparitions devant le Congr´┐Żs. Il argumenta que l´┐Żarm´┐Że devait avoir une vraie place dans l´┐Żespace et qu´┐Żils avaient une capacit´┐Ż de d´┐Żfense par missiles.

L´┐Żarm´┐Że avait ´┐Żt´┐Ż capable d´┐Żutiliser les scientifiques Allemands dans les mois qui suivirent la fin des combats en Europe. Ce n´┐Ż´┐Żtait pas juste une histoire pour avoir le budget maximum, certifia le G´┐Żn´┐Żral.

L´┐ŻUS Air Force ´┐Żtait un service militaire et avait des officiers et du personnel qui savait comment se battre. Mais, le Congr´┐Żs et le Pr´┐Żsident d´┐Żcid´┐Żrent que la NASA devrait contr´┐Żler le programme spatiale. ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 60, toutefois, ils avaient invers´┐Ż leur d´┐Żcision et avaient r´┐Żalis´┐Ż qu´┐Żil y avait un tr´┐Żs s´┐Żrieux aspect militaire dans l´┐Żexploration spatiale.

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avait aussi ses alli´┐Żs dans les entreprises qui travaillaient pour la D´┐Żfense. Pas seulement des scientifiques, mais aussi des membres de direction qui suspectaient l´┐Żarm´┐Że d´┐Żavoir une urgence pour le d´┐Żveloppement des armes ´┐Ż utiliser dans l´┐Żespace.

Quelques-uns d´┐Żentre eux r´┐Żalis´┐Żrent m´┐Żme que les militaires devaient avoir un agenda cach´┐Ż, parce que chacun des projets qu´┐Żils proposaient, comme le programme Horizon, semblait con´┐Żu pour une guerre contre un ennemi bien plus puissant que les Sovi´┐Żtiques.

´┐Ż

Le G´┐Żn´┐Żral Trudeau ´┐Żtait le p´┐Żre du missile balistique et la personne qui, des ann´┐Żes 50 aux ann´┐Żes 60, fit en sorte que les forces arm´┐Żes utilisent ces missiles pour leurs propres utilisations.

Quand vous regardez, ce que Corso appelle l´┐Żhistoire secr´┐Żte des USA depuis 1947, vous savez qu´┐Żil y a un ´┐Żl´┐Żphant invisible dans la pi´┐Żce et qui marche tout autour.

Le trou noir est une meilleure analogie : Les trous noirs, restes d´┐Ż´┐Żtoiles qui se sont effondr´┐Żes sur elles-m´┐Żmes, avalent la lumi´┐Żre et la gravit´┐Ż et les compressent, comme un compresseur galactique, en quelque chose que seuls les physiciens sur les particules sub-atomiques, peuvent d´┐Żcrire et qui ne peut pas ´┐Żtre vue.

Seuls les effets peuvent ´┐Żtre d´┐Żtermin´┐Żs de la fa´┐Żon dont la lumi´┐Żre et la gravit´┐Ż semblent se comporter autour d´┐Żeux.

Donc vous pensez qu´┐Żun trou noir se trouve ´┐Ż un endroit pr´┐Żcis en voyant la fa´┐Żon dont la lumi´┐Żre et la gravit´┐Ż se courbent comme la route que suit l´┐Żeau dans un ´┐Żvier qui se vide.

C´┐Żest ce ´┐Ż quoi ressemblait la v´┐Żrit´┐Ż autour de leur strat´┐Żgie de la Guerre Froide et le d´┐Żveloppement d´┐Żarmes exotiques.

Depuis 1947 et la formation du groupe de travail, chaque nouvelle couche de bureaucratie op´┐Żrait dans le trou noir de la strat´┐Żgie ovni et le rassemblement de renseignements se trouvait lui-m´┐Żme encore plus pris au pi´┐Żge dans la confusion de ce qui ´┐Żtait vrai ou faux.

En l´┐Żabsence d´┐Żune politique claire qui aurait pu maintenir le tout de g´┐Żn´┐Żration en g´┐Żn´┐Żration, la strat´┐Żgie sur les EBEs s´┐Żemm´┐Żla dans sa propre toile.

Apr´┐Żs D´┐Żcembre 1947, quand le G´┐Żn´┐Żral Hoyt Vandenberg, le chef d´┐Ż´┐Żquipe de l´┐Żair Force, dirigea l´┐ŻAir Force pour ´┐Żvaluer et suivre les observations d´┐Żovnis, ceci en r´┐Żponse au groupe de travail, le Projet Sign commen´┐Ża.

Sign fut si critiqu´┐Ż que m´┐Żme J. Edgar Hoover, en 1947, ordonna que tout les futurs rapports ne soient pas ´┐Żtudi´┐Żs par des agents du FBI mais envoy´┐Żs ´┐Ż l´┐ŻAir Force.

Bien que l´┐ŻAir Force ne regardait pas, officiellement, les ovnis, le projet Sign examina 243 observations et envoya ses rapports en F´┐Żvrier 1949. Mais au m´┐Żme moment, Sign faisait son ´┐Żvaluation, le ´┐Ż Air Technical Intelligence Center ´┐Ż ´┐Żmit son propre document appel´┐Ż ´┐Ż Estimation de la situation ´┐Ż.

Au fond, mais na´┐Żvement, le document en vint ´┐Ż la conclusion qu´┐Żils devaient traiter´┐Ż avec les intrus extraterrestres qui les observaient depuis des ovnis.

Le G´┐Żn´┐Żral Vandenberg fut furieux.

Corso se demanda pourquoi ce G´┐Żn´┐Żral, qui ´┐Żtait, apr´┐Żs tout, le premier ´┐Ż avoir ordonn´┐Ż ce rapport, refusa de se joindre aux G´┐Żn´┐Żral Twining et l´┐Żamiral Hillenkoetter, pour dire au Pr´┐Żsident de commencer ´┐Ż diffuser cette information.

Quand le G´┐Żn´┐Żral Vanderberg lu l´┐Ż´┐Ż estimation de la situation ´┐Ż, il fuma et ordonna que le rapport soit r´┐Żduit en cendre avant que quiconque puisse le lire. Ce fut une des derni´┐Żres estimations officielles sur la situation des ovnis avant que la vraie op´┐Żration de maquillage ne se mette en place.

Mais l´┐Żabsence chronique de politique Gouvernementale concernant les rapports sur les ovnis continua. Le Projet ´┐Ż Grudge ´┐Ż lista et ´┐Żvalua 244 observations d´┐Żovnis.

Le G´┐Żn´┐Żral Twining et Vandenberg en avaient assez. En 1952, l´┐ŻAir Force initialisa le Projet Blue Book.

En fait, s´┐Żils ne pouvaient rien faire contre le fait que les ovnis soient connus du public, ils devaient faire en sorte de calmer la peur du public ´┐Ż propos des observations d´┐Żovnis. Blue Book fut cette pommade.

Quel que soit ce que le groupe de travail ´┐Żtait suppos´┐Ż devoir faire en 1952, cela ne satisfaisait pas la NSC, qui ordonna ´┐Ż la CIA de d´┐Żterminer si l´┐Żexistence des ovnis pouvait cr´┐Żer un danger pour les USA.

Bien sur, la CIA le savait d´┐Żj´┐Ż, parce que deux de ces directeurs avaient ´┐Żt´┐Ż membres du groupe de travail, savaient que les ovnis avaient des intentions hostiles et pas seulement avec les USA, mais aussi avec les Sovi´┐Żtiques, les Italiens et les Scandinaves.

Le 14 janvier 1953, juste avant l´┐Żinauguration ( ?) par le Pr´┐Żsident Eisenhower, des officiels de la CIA et des officiers de l´┐ŻAir Force se r´┐Żunirent au Pentagone pour discuter sur la situation des ovnis et de ce que leur groupe de travail avait appris sur ce point.

La commission Robertson passa trois jours ´┐Ż lire les observations d´┐Żovnis assembl´┐Żes par l´┐ŻAir Force et vit deux films contenant des suppos´┐Żes soucoupes volantes. La commission conclut qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de danger pour les USA et recommanda au Gouvernement de commencer ´┐Ż d´┐Żbunker (d´┐Żclassifier) les observations d´┐Żovnis en g´┐Żn´┐Żral.

Ceci, comme le rapporta la CIA en 1988, fut la seule r´┐Żponse officielle du Gouvernement envers les observations d´┐Żovnis.

Une ann´┐Że apr´┐Żs, la Maison blanche fut d´┐Żaccord qu´┐Żil ´┐Żtait n´┐Żcessaire d´┐Żavoir une politique Gouvernementale pour diffuser l´┐Żinformation sur les ovnis ´┐Ż la presse. Le G´┐Żn´┐Żral Twining, maintenant chef de l´┐ŻAir Force, signa la note 200-2, qui donnait la permission de diffuser un rapport au m´┐Żdias seulement quand l´┐Żobjet ´┐Żtait identifiable, comme une m´┐Żt´┐Żorite ou un gaz de mar´┐Żcage.

Mais seule l´┐ŻATIC (Air Technical Intelligence Center) pouvait donner l´┐Żautorisation de diffusion une information sur les ovnis. C´┐Żest elle qui disait quel objet ´┐Żtait identifiable et quel autre ne l´┐Ż´┐Żtait pas.

´┐Ż travers les ann´┐Żes 1950, Corso vit comment le Gouvernement devint de plus en plus secret sur les ovnis et m´┐Żme en priv´┐Ż.

´┐Ż c´┐Żt´┐Ż de cela, les Sovi´┐Żtiques avan´┐Żaient ´┐Ż grandes enjamb´┐Żs dans la course pour aller dans l´┐Żespace et les Am´┐Żricains ne savaient pas s´┐Żils coop´┐Żraient avec les extraterrestres.

C´┐Ż´┐Żtait une guerre dans la guerre.

En 1961, l´┐ŻAir Force commen´┐Ża deux projets secrets.

´┐Ż Moon dust ´┐Ż´┐Ż (poussi´┐Żre de lune) avait pour but d´┐Ż´┐Żtablir des ´┐Żquipes de r´┐Żcup´┐Żrations pour les v´┐Żhicules spatiaux ´┐Ż ´┐Żtrangers ´┐Ż ´┐Żcras´┐Żs. Officiellement, l´┐ŻAir Force cherchait ´┐Ż r´┐Żcup´┐Żrer les satellites Russes qui pouvaient tomber au sol, mais en fait, c´┐Ż´┐Żtait une r´┐Żcup´┐Żration d´┐Żovni.

Dans le projet ´┐Ż Blue Fly ´┐Ż, l´┐ŻAir Force autorisa la livraison imm´┐Żdiate des vaisseaux spatiaux ´┐Żtrangers, crashs´┐Żs, a la base Wright-Patterson, Ohio, pour ´┐Żvaluation.

C´┐Ż´┐Żtait une r´┐Żp´┐Żtition de la r´┐Żcup´┐Żration du v´┐Żhicule de Roswell par le G´┐Żn´┐Żral Twining, en 1947.

La NASA avait le mandat du Pr´┐Żsident pour g´┐Żrer l´┐Żexploration spatiale mais l´┐Żarm´┐Że devait faire la d´┐Żfense face ´┐Ż une menace extraterrestre.

Les projets de l´┐Żair Force, ´┐Ż Saint ´┐Ż et ´┐Ż Blue Gemini ´┐Ż, des ann´┐Żes plus tard,furent les excroissances de l´┐ŻUSAF 7795, un num´┐Żro de code pour le premier programme de l´┐ŻUSAF anti-satellite.

Une op´┐Żration agressive con´┐Żue pour localiser, suivre, et d´┐Żtruire des satellites de surveillances ennemis ou, plus important, des ovnis en orbites.

En utilisant la technologie d´┐Żvelopp´┐Że par les R&D, l´┐ŻAir Force, puis l´┐Żarm´┐Że, prenaient la premi´┐Żre ´┐Żtape pour la d´┐Żfense du syst´┐Żme de missiles US contre les attaques Sovi´┐Żtiques venants de l´┐Żespace et de d´┐Żfendre la plan´┐Żte contre les intrusions des ovnis.

´┐Ż Saint ´┐Ż ´┐Żtait un satellite pour inspecter les ovnis, une version du satellite Agenda B que la CIA avait d´┐Żj´┐Ż utilis´┐Ż. Son travail ´┐Żtait la surveillance. Trouver un satellite ennemi potentiel ou un ovni et se caler sur lui avec sa camera et son radar.

Une fois le calage fait, Blue Gemini, le satellite tueur, pouvait se d´┐Żplacer. Blue Gemini ´┐Żtait une version militaire du satellite Gemini de la NASA. Sa mission ´┐Żtait de surgir d´┐Żune orbite sup´┐Żrieure et de d´┐Żtruire le satellite ennemi ou l´┐Żovni.

Si possible, Blue Gemini devait essayer de ´┐Ż capturer ´┐Ż un ovni en le rendant immobile en attendant que des astronautes militaires viennent r´┐Żcup´┐Żrer tout ce qu´┐Żils pourraient.

Ces deux armes, sous la couverture d´┐Żautres missions, sont d´┐Żploy´┐Żs, et aujourd´┐Żhui elles forment des lignes de d´┐Żfenses dans un syst´┐Żme de surveillance anti-missile et anti-ovni.

Saint et Gemini furent les premi´┐Żres ´┐Żtapes importantes dans leur guerre contre les ovnis. La technologie venue des R&D, dans les ann´┐Żes 60, et r´┐Żcup´┐Żr´┐Że des extraterrestres, leur donna la capacit´┐Ż d´┐Żinstaller une d´┐Żfense de cette sorte contre les extraterrestres m´┐Żme si dans les heures qui suivirent l'´┐Żcrasement de Roswell, la situation semblait perdue.

Le 17 D´┐Żcembre 1969, le secr´┐Żtaire de l´┐ŻAir Force annon´┐Ża la fin du projet Blue Book. Il dit que Blue Book avait vu plus de 3000 cas et qu´┐Żil n´┐Ży avait pas de menace pour la S´┐Żcurit´┐Ż Nationale. Le projet Blue Book avait fait son travail et maintenant le ciel ´┐Żtait sans danger. Mais les ´┐Żvaluations militaires sur les ovnis continu´┐Żrent sans interruptions.

En 1975 et d´┐Żbut 1976, les entrep´┐Żts militaires d´┐Żarmes nucl´┐Żaires ´┐Ż Loring AFB, Maine, au SACF, Dakota du Nord, et d´┐Żautres dans le Montana et le Michigan avaient ´┐Żt´┐Ż s´┐Żrieusement approch´┐Żs par les ovnis. Pas seulement des observations al´┐Żatoires. Les ovnis continuaient ´┐Ż surveiller et ´┐Ż scanner (d´┐Żtecter, enregistrer) les manoeuvres de ces bases.

Pendant 50 ans, la guerre entre les Am´┐Żricains et les ovnis continua et les Am´┐Żricains essay´┐Żrent de se d´┐Żfendre eux-m´┐Żmes contre ces intrusions. ´┐Ż la fin des ann´┐Żes 70, ils r´┐Żalis´┐Żrent que l´┐Żarme ´┐Ż ´┐Żnergie-dirig´┐Że et le laser haute-´┐Żnergie seraient bien plus efficaces qu´┐Żun satellite explosif, leur capacit´┐Ż d´┐Żfensive serait bien meilleure.

Dans les ann´┐Żes 80, le Pr´┐Żsident Reagan et le Pr´┐Żsident Gorbatchev reconnurent la n´┐Żcessit´┐Ż de coop´┐Żrer contre un ennemi commun. Pour sa part, le Pr´┐Żsident Reagan poussa fort pour le d´┐Żveloppement et le d´┐Żploiement rapide d´┐Żune technologie spatiale de d´┐Żfense, pour d´┐Żfendre la plan´┐Żte. Appel´┐Że la SDI et appel´┐Że ´┐Ż Star War ´┐Ż par la presse, la SDI fut d´┐Żcrite par le Pr´┐Żsident lui-m´┐Żme, comme ´┐Ż Un ´┐Żcran d´┐Żfensif qui ne blesserait pas le peuple mais qui abattrait les armes nucl´┐Żaires en approches avant qu´┐Żelles ne blessent le peuple ´┐Ż

Malgr´┐Ż les avertissements comme quoi la SDI ne fonctionnerait pas, qu´┐Żelle ´┐Żtait un grand risque non-scientifique, qu´┐Żelle ne pourrait pas fournir le bouclier suffisant contre les missiles nucl´┐Żaires, qu´┐Żelle violerait le trait´┐Ż ABM...h´┐Ż bien ?

Elle fonctionna !

Ils n´┐Żauraient pas ´┐Ż descendre des centaines de missiles nucl´┐Żaires Russes et les Sovi´┐Żtiques ne s´┐Ż´┐Żtaient jamais vraiment souci´┐Ż du trait´┐Ż ABM parce qu´┐Żils savaient qu´┐Żils ne lanceraient pas une premi´┐Żre frappe. Ils savaient tous quelles ´┐Żtaient les v´┐Żritables cibles du SDI, et ce n´┐Ż´┐Żtait pas des ogives ICBM. C´┐Ż´┐Żtait les ovnis, qui pensaient ´┐Żtre invuln´┐Żrable et invisible.

Ces cr´┐Żatures n´┐Ż´┐Żtaient pas des bienveillantes venues (venues bienveillantes) pour ´┐Żclairer la race humaine.

C´┐Ż´┐Żtait des robots humano´┐Żdes g´┐Żn´┐Żtiquement modifi´┐Żs, des clones, qui enlevaient des sp´┐Żcimens sur la Terre pour leur propres exp´┐Żriences.

Cachez la v´┐Żrit´┐Ż et la v´┐Żrit´┐Ż devient votre ennemie. Dites la v´┐Żrit´┐Ż et elle devient votre arme. Les Am´┐Żricains cach´┐Żrent la v´┐Żrit´┐Ż et les EBEs utilis´┐Żrent ceci contre les humains, jusqu´┐Żen 1974, o´┐Ż les humains r´┐Żussirent ´┐Ż descendre un ovni ´┐Ż la base de Ramstein, Allemagne.

Les extraterrestres avaient essay´┐Ż d´┐Żinterrompre le programme spatiale depuis des ann´┐Żes. Mercury, Gemini, Apollo et m´┐Żme la navette spatiale. Les Am´┐Żricains n´┐Żavaient pas de r´┐Żponse ´┐Ż donner, jusqu´┐Żau SDI.

Une fois lanc´┐Żs et test´┐Żs, les lasers spatiaux, ou HEL, faisaient la m´┐Żme chose que les ´┐Żclairs d´┐Żorages durant les nuits du 3 et 4 juillet en 1947, lesquelles avaient perturb´┐Ż la propagation de l´┐Żonde ´┐Żlectromagn´┐Żtique du vaisseau spatial volant au-dessus de Roswell.

Quand ils essay´┐Żrent leurs canons ´┐Ż particules en orbite, ils surent que les EBEs savaient qu´┐Żils savaient qu´┐Żils avaient une d´┐Żfense de la plan´┐Żte en place.

Gorbachev ´┐Żtait aussi content parque Reagan avait garanti que les USA ´┐Żtendraient leur bouclier de d´┐Żfense au-dessus de l´┐ŻUnion Sovi´┐Żtique. Les deux leaders se tap´┐Żrent dans les mains et s´┐Ż ´┐Żtreignirent en public. Ce qu´┐Żils avaient accompli ensemble, coop´┐Żrant alors qu´┐Żils ´┐Żtaient suppos´┐Żs se battre, n´┐Ż´┐Żtait rien de plus qu´┐Żun miracle.

Maintenant, quand la navette spatiale s´┐Żaccroche ´┐Ż MIR et que les astronautes et cosmonautes mangent ensemble un toast (une r´┐Żtie) et boivent de la vodka dans des tubes en plastique, ils peuvent regarder dans les profondeurs de l´┐Żespace, ils savent qu´┐Żil y a un bouclier ´┐Żlectronique autour d´┐Żeux.

Maintenant que la guerre est juste sur le point de finir, la v´┐Żrit´┐Ż va finalement ´┐Żtre revel´┐Że. La vraie v´┐Żrit´┐Ż derri´┐Żre 50 ans d´┐Żhistoire.

Quand la v´┐Żrit´┐Ż sur l´┐Żintervention extraterrestre sur notre plan´┐Żte sera finalement r´┐Żv´┐Żl´┐Że, cela n´┐Żeffraiera plus m´┐Żme si cela sera un choc.

Conclusion

De retour en 1950, Corso se rappelle avoir vu ´┐Ż la t´┐Żl´┐Żvision une s´┐Żrie qui s´┐Żappelait ´┐Ż J´┐Żai v´┐Żcu trois vies ´┐Ż. Cela racontait les exploits de Herbert A. Philbrick, qui d´┐Żcrivait la ´┐Ż fantastique mais vraie ´┐Ż histoire de sa vie comme membre du Parti Communiste et comme agent souterrain pour le FBI.

Des ann´┐Żes plus tard, une fois son passage aux R&D, Corso se rappelle avoir pens´┐Ż comment sa propre vie ´┐Żtait aussi ´┐Ż fantastique mais vraie ´┐Ż et comment lui et le G´┐Żn´┐Żral Trudeau avaient chang´┐Ż la course (le cours) de l´┐Żhistoire.

Quelques personnes savaient que ce qui sortait des R&D dans les ann´┐Żes 60 avait pour base l'´┐Żcrasement d´┐Żun ovni qui ´┐Ż officiellement ´┐Ż n´┐Żavait jamais eu lieu. Les vies ´┐Żtaient menac´┐Żes, les carri´┐Żres d´┐Żtruites, les enfants effray´┐Żs par les hommes des renseignements de l´┐Żarm´┐Że, s´┐Żils racontaient ce qui c´┐Ż´┐Żtait pass´┐Ż.

Mais ils ´┐Żtaient tous des Am´┐Żricains loyaux, et m´┐Żme s´┐Żils avaient quelques doutes ´┐Ż propos du fait de cacher la v´┐Żrit´┐Ż, ils le faisaient parce que c´┐Żest ce que l´┐Żarm´┐Że voulait.

Beaucoup de gens ont critiqu´┐Ż l´┐Żarm´┐Że et le Gouvernement sur le fait d´┐Żavoir maintenu une op´┐Żration de maquillage sur (´┐Ż propos de) Roswell, pas seulement sur le moment mais ´┐Ż travers les ann´┐Żes. Pour ceci, Corso a besoin de dire un mot pour d´┐Żfendre ce que l´┐Żarm´┐Że a fait.

Il est facile de critiquer si vous n´┐Ż´┐Żtes pas quelqu´┐Żun qui comprenne la politique qui gouverne les pens´┐Żes ´┐Ż un moment de l´┐Żhistoire. La transition, d´┐Żun pays en guerre en un pays en paix, ne sait pas faite d´┐Żun coup.

La derni´┐Żre fois o´┐Ż une annonce publique fut faite sur l´┐Żatterrissage des extraterrestres, m´┐Żme si c´┐Ż´┐Żtait du cin´┐Żma, la panique suivit (s'ensuivit, s'en est suivie). Suite ´┐Ż la guerre et aux craintes entourant la Guerre Froide, ils ne voulaient pas risquer une autre panique.

Donc les militaires recommand´┐Żrent ´┐Ż la Maison Blanche de rester silencieuse. Et comme le secret entourant le Projet Manhattan, aucun mot ne sortit.

Et pendant 50 ans, cette politique gouverna le comportement du Gouvernement et des militaires´┐Ż propos de l´┐Żexistence des ovnis et de l'´┐Żcrasement de Roswell.

Vous pouvez vous demander aussi pourquoi ce secret est rest´┐Ż si longtemps. Y-a-t-il eu une autre op´┐Żration de maquillage aussi efficace et inconnue des Pr´┐Żsidents successifs, ann´┐Że apr´┐Żs ann´┐Że, jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żelle soit stopp´┐Że ?

En fait, il n´┐Ży eu qu´┐Żune op´┐Żration de maquillage semblable, qui commen´┐Ża apr´┐Żs la guerre, son nom ´┐Żtait ´┐Ż Shamrock ´┐Ż.

James Forrestal, un des membres du groupe de travail sur les ovnis, parvint ´┐Ż convaincre son patron, le Pr´┐Żsident Truman, en 1947, de continuer ´┐Ż travailler avec ITT (International Telephone and Telegraph), avec Western Union, et RCA, pour mettre leurs communications internationales sous ´┐Żcoute par les renseignements militaires Am´┐Żricains.

M´┐Żme si sa proposition initiale ´┐Żtait de surveiller toute communication, comme les transmissions militaires secr´┐Żtes, il n´┐Ży eut pas de contr´┐Żle sur ce qui ´┐Żtait inspect´┐Ż et ce qui ne l´┐Ż´┐Żtait pas.

Ce programme continua durant les 28 ann´┐Żes suivantes et resta secret de tout les Pr´┐Żsidents jusqu´┐Ż´┐Ż ce qu´┐Żil s´┐Żarr´┐Żte sous l´┐Żadministration Ford, en 1975.

Est-ce que Shamrock voulait dire que les ovnis existaient ? bien sur que non. Mais il r´┐Żv´┐Żle la capacit´┐Ż du Gouvernement Am´┐Żricain pour garder un projet secret, m´┐Żme aux yeux du Pr´┐Żsident des USA, comme le groupe de travail sur les ovnis ´┐Ż l´┐Ż´┐Żpoque de James Forrestal.

Donc que pense Corso de tout cela, de tout ce qui s´┐Żest pass´┐Ż et de tout ce qu´┐Żil a fait ?

´┐Ż cette ´┐Żpoque, il ´┐Żtait dans la routine d´┐Żun officier des renseignements militaires, et ne s´┐Ż´┐Żtait pas r´┐Żellement arr´┐Żt´┐Ż pour penser aux implications des ovnis et des EBEs.

Il comprenait qu´┐Żils combattaient dans une Guerre Froide contre les Sovi´┐Żtiques et dans une guerre d´┐Żescarmouche contre les extraterrestres. Il pense que les intentions des extraterrestres ´┐Żtaient, et restent, hostiles, et il pense que les Am´┐Żricains ont pris l´┐Żavance n´┐Żcessaire pour d´┐Żvelopper des armes qui pourraient att´┐Żnuer leur crainte.

En fait, les militaires Am´┐Żricains ont des armes bien plus puissantes, plus pr´┐Żcises que celles utilis´┐Żes dans le film ´┐Ż Independance Day ´┐Ż.

Ils peuvent frapper ces mecs demain, avec des lasers ´┐Ż haute-´┐Żnergie et des canons ´┐Ż particules qui viennent directement du film ´┐Ż star wars ´┐Ż. Ces armes ne sont pas de la science-fiction, elles sont la r´┐Żalit´┐Ż.

Si vous voulez en savoir plus, allez faire un tour sur le site web de l´┐Ż ´┐Ż US Army Space Command ´┐Ż.

Le SDI est le r´┐Żsultat direct des recherches de Corso et du G´┐Żn´┐Żral Trudeau aux R&D en 1962.

Quelquefois, les choses poursuivent leur route comme elles sont suppos´┐Żes le faire. Quelquefois, vous avez la chance de sauver votre pays, votre plan´┐Żte, et m´┐Żme votre esp´┐Żce. Et quand ce moment arrive, comme disait David Crockett :

Soyez s´┐Żr d´┐Żavoir raison, et alors allez-y.