La télé-espionne
ou quand le câble sert à de l’écoute électronique

(Propos recueillis sur un forum étatsuniens)

Bill:

J’ai trouvé ça sur une autre liste et j’ai pensé que ça pouvait être intéressant. Je ne garantie pas la véracité de ces infos, mais, étant ingénieur électronicien, ça me semble tout à fait possible. Vos commentaires seraient appréciés.

 

Lee:

Une de mes connaissances qui œuvre dans le domaine des télécommunications me disait récemment que les agents secrets sont capables de faire de l’écoute via le câble grâce à une espèce de boite noire installée dans notre téléviseur. Il continua en disant qu’un de ses amis qui faisait l’école technique a été encouragé à ne pas poser de question sur l’utilité de la boite noire installée dans l’appareil télé sur lequel il faisait son apprentissage. De plus, pour cette raison, plusieurs de ses anciens camarades de collège maintenant spécialisés dans différents secteurs des télécommunications ne laisseront jamais entrer le câble chez-eux. De toute évidence, les techniques d’espionnages sont rendues bien plus loin que tout ce qu’avait pu entrevoir George Orwell dans ces pires cauchemars. Aussi, la question n’est pas tant de savoir s’ils peuvent le faire mais si effectivement ils le font. Demandez-vous si la boite noire n’est pas déjà dans votre téléviseur. Et si le câble est déjà équipé pour renvoyer des signaux, qui contrôle à l’autre bout?

Peut-être avez-vous quelques informations?

Premièrement, je peux confirmer que ce n’est pas une rumeur mais un fait avéré depuis plus de douze ans. En fait, dès la naissance des adaptateurs télé pour câble cette possibilité était présente. Il y a onze ans, j’ai travaillé sur un projet commun des compagnies d’électricité, de téléphone (Southwest Bell) et de câblodistribution. Nous discutions alors des dispositifs de sécurité disponibles à l’époque. Ça ne faisait pas vraiment partie du projet, mais nous aimions jongler avec cette idée durant les six mois que nous avons travaillé ensemble; je m’assurais que ce sujet de conversation revienne de temps en temps.

La compagnie d’électricité avait un bidule qui servait de transmetteur FM et qui pouvait s’installer dans une prise murale conventionnelle. Cela envoyait un signal sur la ligne de transport qui pouvait être capté depuis n’importe quel endroit. Cette compagnie fut l’une des compagnies "rebelles" ** qui s’étaient jointes à Radio Shack dans ce qu’on appelle maintenant des "nursery monitors"***, ces bidules que vous branchez sur le courant et qui envoie le signal à toutes les autres prises de la maison. Et bien, chers parents, sachez que cela renvoie également le signal a tout le système!

Ils avaient également une petite lentille grand-angle (fish-eye) pour remplacer la vis au centre des plaques murales et qui pouvait renvoyer un signal visuel. Mais à cause de sa petitesse et la faible qualité du signal FM, son usage était limité à la détection de mouvement. Ces opportunités étaient couramment utilisées par certaines compagnies américaines et étaient commercialisées sous forme d'accessoires de sécurité dans certains pays, particulièrement en Europe. Ce n’était pas disponible aux É.U. car si les gens avaient connu le potentiel de ces appareils, ils se seraient révoltés (NDLR: Vraiment?). Ce fut là le commentaire d’un employé de la compagnie d’électricité, ce qui démontre qu’ils étaient bien au fait des risques et agissaient en conséquence. À ce moment là, ils travaillaient (la cie d’électricité) à un petit interface placé dans votre compteur qui puisse leur permettre de surveiller votre consommation et, le cas échéant, la CONTRÔLER depuis leur centrale. C’était nécessaire pour permettre des interruptions de courant ciblées au seul secteur domicilier tandis que les sites à "haute priorité" pourraient continuer à être pleinement alimentés.

À propos du câblodistributeur. Même à l’époque, ça nous effrayait. Sous couvert de l'anonymat, le type de la compagnie nous a montré un peu comment ça marchait. Nous n’avons pu voir tout ce qu’il nous affirmait, mais suffisamment pour que le tout soit crédible. D’abord, chaque télévision équipée d’un adaptateur pour câble possède au moins deux composantes qui ne servent en rien à cela. Il y a d’abord un œil électronique qui est supposé ajuster la luminosité et, deuxièmement, le module pour le câble, probablement la boite noire sus-mentionnée. Ce que vous devez absolument comprendre c’est que votre téléviseur n’a pas besoin d’un adaptateur pour recevoir le câble. Mon téléviseur circa 1979 n’en avait pas et je n’avais aucun problème de réception quand nous avions la câble. La seule chose dont vous ayez besoin est la prise qui permet de visser le câble derrière votre appareil.

Premier sujet d’inquiétude: l’œil électronique est un appareil bi-directionnel qui renvoie une assez bonne image de ce qui se passe. Notre informateur en a été témoin et nous a décrit les images comme étant d’une précision à faire peur: on pouvait aller jusqu’à compter les boutons sur les fesses de quelqu’un s’envoyant en l’air sur le divan. C’était en 1983. Alors c’est sans doute beaucoup plus perfectionné maintenant.

Deuxième sujet d‘inquiétude: les hauts-parleurs sont également bi-directionnels. C’est une chose que nous avons pu constater de visu, ou devrais-je dire entendu.

Troisième sujet d’inquiétude: Les deux demeurent en opération même lorsque le poste de télé est fermé. Il y en a même qui peuvent fonctionner quand la télé est débranchée, grâce au signal provenant du câble. La seule façon de vous protéger est de débrancher tout les câbles qui sont dans votre maison. Enlevez également l'embranchement extérieur et retirez le câble de votre téléviseur. Ceci, à cause…

Quatrième sujet d’inquiétude: le signal envoyé par l’adaptateur et qui provient de votre téléviseur passe par le raccord de l’antenne. Alors, si vous avez coupé le raccord du câble à l’extérieur, le câble dans la maison (sans mise à la terre) transmet le signal qui peut être capté à une bonne distance. C’est une autre chose que nous avons pu expérimenter: nous avons descendu la ruelle en écoutant les conversations qui avaient cours à l'intérieur des maisons. J’ignore si l’image était retransmise, mais je sais que le signal audio l’était de façon très nette. Il y des endroits en Europe où le service est offert commercialement.

Lee 

 

FIREWALKER:

Lee, je ne doute pas que ce soit possible mais il serait utile que tu nous donne une fréquence. De cette manière, ce serait facile pour plusieurs d’entre-nous de vérifier par soi-même.

 

Lee:

Ah! Ces sceptiques… Je ne remet pas en cause votre scepticisme ni le condamne. J’aurais seulement aimé pouvoir vous répondre. Tout ce que je sais, c’est que le bidule qu’il utilisait était assez courant, du moins dans le domaine. Une partie de notre tâche consistait à vérifier l’exactitude des données pour les trois différentes compagnies (ça faisait partie des exigences de la PUC, la commission des services publics du Texas dont parfois le personnel nous accompagnait). Nous avons passé six mois à nous promener d’une place à l’autre avec le camion de la compagnie, faisant la cueillette de données. À cause des exigences du projet, ils utilisaient des techniciens plutôt que de simples hommes de service; chacun de nous avait son champ de compétences. Une semaine nous roulions dans un camion de la compagnie d’électricité, une autre, dans celui de la compagnie du câble et une autre, dans un véhicule de la compagnie de téléphone qui m‘employait. Le type de la compagnie d’électricité nous a montré les transmetteur FM à l’une des compagnies où nous étions. J’ai donc vu la pièce d’équipement. Pourtant, la compagnie d’électricité n’était pas un fournisseur de services de sécurité pour cette compagnie là. Le volume des transmetteurs était baissé, nous a dit le gars. Juste assez pour que le signal ne se répande pas sur tout le réseau. L’employé du câble nous a emmenés sur le site de la compagnie et a programmé certaines fonctions sur le tableau central et le téléviseur équipé d’un adaptateur pour câble. C’était quelque chose que même le PUC ignorait, nous a-t-il dit: à l‘époque, ce n‘était même pas discuté dans leurs propres rangs. Presque aussitôt, nous avons entendu des bruits venant des enceintes du tableau de contrôle. On ne pouvait pas tout entendre mais suffisamment pour ce rendre compte que ça marchait. Par la suite, il a prit soin de désactiver toutes les fonctions. Quand nous sommes retourné faire de l’écoute, à bord du camion de la compagnie, il nous a parlé de ces fonctions. Il nous montra certains appareils dont des "repeaters" (quelque chose qui prend le signal et l’amplifie) et nous a parlé des câbles sans mise à la terre qui devenaient comme des antennes radio. Je pouvais très bien saisir comment ça fonctionnait mais le gars voulu nous en montrer encore plus. Alors, nous sommes aller derrière un assez grand complexe domicilier. Le gars a demandé une liste des usagers dûment enregistrés. Il la compara à celle des utilisateurs illégaux débranchés (un bon paquet, je dois dire). Ensuite, le gars est aller à l’arrière de la camionnette et a prit une longue perche d’environ quinze pieds avec une antenne au bout. Il brancha le tout à une boite avec haut-parleur. Il y avait beaucoup de bruits parasites de même que la captation des ondes passantes, mais de temps en temps on captait un signal très clair. Des sons qui provenaient clairement des logements tel qu’un bébé qui pleure et autres choses. Il nous a en outre expliqué que si l’appareil était mieux syntonisé, chaque signal deviendrait plus facile à entendre. Dans le futur, a-t-il dit, il sera possible de mettre chaque client sur une fréquence différente. C’était en prévision de l’arrivée de la fibre optique encore à l‘état de théorie à l'époque. Cette personne, sachant que nous avions les connaissances techniques pour saisir de quoi il retournait, n’a pas voulu donner plus de détails. Alors, je n’en sais pas davantage. Notez que je m’en suis tenu à des notions générales. Plus tard, j’ai voulu m’informer auprès d’un câblodistributeur allemand dans la ville où j’ai vécu, mais ils n’ont jamais saisi ce dont je parlais (leur anglais, du moins prétendaient-ils, était aussi mauvais que mon allemand). C’est tout ce que je peux dire pour l’instant. J’ai essayé, ici (É.U.), mais personne chez le câblodistributeur ne veut me répondre; peu importe où j’appelle, on me transfère à du personnel des relations publiques qui me tiennent un discours à la langue de bois. Ils me disent, entre autre, de revenir dans notre système solaire. C’est toujours la même chose, même lorsque je me fais passer pour une personne en transit qui voudrait les mêmes services de sécurité obtenus à Ramstein.

 

Bob:

Je confirme des pratiques similaires dans le domaine des communications par satellite. Je n’y suis plus impliqué depuis plusieurs années mais j’ai travaillé pour une compagnie (fermée depuis) qui était à l’avant-garde du développement des transpondeurs bi-directionnels. À l’époque, les modèles "à mains" étaient encore des prototypes; il n’ont jamais été complétés, du moins du temps de l’existence officiel de la compagnie. Les systèmes précédents étaient un peu plus gros et étaient fort répandus sur les camions remorques pour leur repérage et les communications entre le chauffeur et le QG. Quoiqu’il en soit, j’ai travaillé au cœur de ce système. Puisque c’était un prototype, c’était fait ouvertement, du moins à l’interne. J’étais affecté aux niveaux des "liens" du prototype et j’ai découvert que le manufacturier d’un des transpondeurs qu’on utilisait avait incorporé un code "maître" qui pouvait être utilisé pour activer ou désactiver n’importe quelles fonctions de l’appareil à partir de ses quartiers; ce dernier avait donc un accès totale à notre système, officiellement pour << effectuer des tests et des diagnostics >>. Le fond du problème c’est qu’en plus du client et nous-mêmes, le manufacturier avait un contrôle absolu sur notre système, et ce, en tout temps (je me suis payé la traite, mais je m’égare).

Certains de ces appareils étaient utilisés pour des opérations automatisées de surveillance des plates-formes de forage en haute mer ou pour les équipements de réfrigérations sur les camions et que sais-je encore. Dans une des expériences auxquelles j’ai participé, nous utilisions ces dispositifs pour installer et faire fonctionner à distance de nouveaux logiciels pour du matériel informatique. Ce qui veut dire que des ordinateurs contrôlant des procédures à distance (peu importe quoi) pouvaient être mis en marche, utilisés et reprogrammés via cet appareil de transmissions satellites. C’était en 1991. Je suis certain que si c’était dans leurs intentions de développer ces possibilités à leur maximum, ce doit être chose faite maintenant. Le manufacturier en question était japonais. Officiellement, le but de cette technologie visait à améliorer le contrôle du trafic aérien (trop de contrôle, à mon avis). Quand j’ai présenté les preuves complètes et démontré ces possibilités inscrites au protocole, on a haussé les épaules. Ce n’est qu’un exemple de ce qui ce passe dans les coulisses. J’ai intentionnellement omis les détails.

 

NDLR:

** Nous n’avons pas les détails de cette saga dont fait allusions l’auteur de ces lignes. Sans doute une dispute entre compagnies qui, à une certaine époque, aura fait la manchette.

*** Il s’agit probablement de ces appareils de surveillance que l’on place dans les chambres d’enfant.