accueil
  france
  monde
  économie
  religion
  parents & enfants
  culture
  sciences
  spiritualité
  AFP dernière minute
  le journal en ligne


  > Où acheter La Croix ?

SPECIAL ABONNES :
recevez la Croix en vacances

LES SERVICES
  agenda
  programmes télé
  courrier des lecteurs
  des sites à découvrir
  fils RSS
  changer vos codes
d'accès au site

LES CONTACTS
  espace presse
  qui sommes-nous ?
  contacter la Croix
  régie publicitaire

LES DOSSIERS

>> tous les dossiers


Toute l'actu  France  Monde  Économie  Culture  Sport  Sciences  Religion
23/02/2021 19:06
PARIS (AFP) - Grippe aviaire: l'armée française mobilisée pour fabriquer des antiviraux

L'armée française se prépare à fabriquer des comprimés d'antiviraux pour lutter contre la grippe aviaire en cas de pandémie et stocke déjà 14 millions de doses de médicaments et des masques protecteurs.

Sur les 14 millions de doses d'Oseltamivir - livrés par le laboratoire Roche - la moitié est stockée sous forme de gélules de Tamiflu, le reste étant sous forme de poudre, a indiqué jeudi Jean-François Bureau, porte-parole du ministère de la Défense.

"Une chaîne de fabrication, qui sera opérationnelle courant mars, permettra au service de santé des armées (SSA) de fabriquer, sur demande du ministère de la santé, des comprimés à partir de cette poudre", a expliqué le Dr Anne Robert, chef du service de communication du SSA.

Ce dispositif de fabrication est "un processus original", ce qui explique qu'il faudra quatre mois pour fabriquer les premiers comprimés, en complément des gélules de Tamiflu existantes, a-t-elle ajouté.

Il a été mis en place sur demande du délégué interministériel à la lutte contre la grippe aviaire Didier Houssin, en cas de pandémie (transmission entre humains), a expliqué Jean-François Bureau lors de son point de presse hebdomadaire.

En outre, l'armée française participe au stockage des masques, de type FFP2, prévus pour l'équipement des équipes qui auraient à intervenir.

Il existe deux types de masques. Les masques dits chirurgicaux qui limitent la diffusion des virus portés par les personnes malades, et les masques de protection FFP2 qui filtrent l’air dans le but de limiter les risque de contamination.

Les uns sont recommandés aux personnes malades et seront disponibles en pharmacie. Les autres sont destinés aux personnes qui sont exposés de façon rapprochée et prolongée au contact des malades, en particulier les personnels soignants.

Outre cet ensemble de mesures, dit de "contribution directe par précaution", l'ensemble des entités de la Défense sont mobilisables si le plan gouvernemental "pandémie grippale" est activé, a précisé M. Bureau.

Ce plan vise à organiser les services de l'Etat au cas où le virus H5N1 venait à toucher la population. Mis sur pied en octobre 2004 et régulièrement actualisé, ce plan part de l'hypothèse d'une adaptation du virus aviaire à l'homme.

Les armées, la gendarmerie et les différents services de la défense se mettraient alors au service des autorités civiles à tous niveaux: problèmes de transmission, de commandement opérationnel, de soutien-santé, de capacité d'intervention..., a fait valoir M. Bureau.


les forums
> Tous les forums




© copyright la-Croix.com 2005